Vous n’êtes pas connecté à Internet.
Corporate logo
GourmetsPortrait 36

«Quand on improvise, soit on a de la chance, soit on a du talent»

Tout le monde n’aime pas faire la cuisine, mais ce n’est pas le cas de Lorenz Graf. Le cuisinier amateur de Zurich est entièrement dans son élément quand il épluche des carottes et utilise son hachoir.

Peu importe si la météo est radieuse à l’extérieur; quand Lorenz veut cuisiner, il cuisine. De préférence pour ses proches. Quand ses meilleurs amis ou sa copine prennent place à table, il ne sert pas une simple assiette de pâtes. Lorenz est ambitieux. «Quand je me mets aux fourneaux pour quelqu’un, il me faut quelque chose de complexe qui représente un défi, comme une terrine.»

Jamais sans recette

Les plats préparés par Lorenz proviennent de livres de recettes. Il dit: «Si vous improvisez en cuisinant, soit vous avez de la chance si le repas est bon, soit vous avez du talent. Je ne change une recette qu’après l’avoir entièrement assimilée et comprise.» Pour lui, les recettes ont une bonne raison d’être. «Quelqu’un a fait un plat tellement de fois jusqu’à ce qu’il arrive au meilleur résultat.» De plus, il trouve les livres de cuisine très esthétiques, presque poétiques, et les feuillette régulièrement, un peu comme des livres d’images. Le simple fait de regarder les photos déclenche chez lui une envie immédiate de cuisiner lui-même.

(À la base) Il ne faut pas grand-chose pour cuisiner

La première chose qui saute aux yeux dans la cuisine de Lorenz est sa petite taille. Surprenant pour un cuisiner amateur aussi passionné. «On m’a souvent demandé pourquoi je ne déménageais pas. Premièrement, les appartements avec une grande cuisine bien équipée à Zurich sont très chers. Deuxièmement, une telle cuisine est bien, mais finalement inutile.» Pour cuisiner, il faut quelques ingrédients, de l’eau et une casserole ou une poêle. Toutefois, il ne suit pas entièrement cette ligne directrice. Dans sa cuisine se trouvent beaucoup d’ustensiles. Une trancheuse est la première machine que je vois. On aperçoit aussi un hachoir à viande qu’il nous présente sans attendre, et il y a également beaucoup de couteaux dans la petite pièce. Ses outils de coupe sont suspendus au mur par une bande magnétique. «Rien n’est pire qu’une lame émoussée qui écrase au lieu de couper.»

  • Shun Classic (15cm)
  • Shun Classic (15cm)
  • Shun Classic (15cm)
CHF 121.–
Kai Shun Classic (15cm)
Kai – qualité et perfection basées sur une culture centenaire et sur l'art traditionnel japonais du forgeage.
15

Disponibilité

Envoi postal

  • Plus que 4 pièce(s)
    dans notre entrepôt

Retrait

  • Bâle: demain à 12:30
  • Berne: demain à 12:00
  • Dietikon: demain à 13:30
  • Genève: demain à 14:00
  • Kriens: demain à 13:00
  • Lausanne: demain à 12:30
  • Saint-Gall: demain à 13:00
  • Winterthour: demain à 12:00
  • Wohlen: demain à 11:00
  • Zurich: demain à 12:15

PickMup

Si commandé immédiatement.
Informations sans garantie.

Afficher les détails

La beauté se cache dans les produits

Quand Lorenz commence à cuisiner, il entre dans un autre monde. «Je suis entièrement dans mon élément. Ma copine dit que c’est comme si un interrupteur s’actionnait en moi dès le premier mouvement de la main.» La beauté et le romantisme qui se dégagent des bons produits le fascinent. «Même une simple carotte est très belle. La façon dont sa couleur change légèrement quand on l’épluche et l’odeur typique qui s’en échappe est incroyable.» Au fait, il cuisine rarement accompagné. «Je dois être seul aux fourneaux pour pouvoir tout faire à ma façon.» Il n’a pas de cuisine ou de repas préféré, mais, en ce moment, la gastronomie scandinave est en tête du classement pour ce qui est de la créativité. Avec le risotto et l’espuma, il y a encore du travail. «Je n’ai encore jamais parfaitement réussi ces deux recettes.»

Les restaurants offrent une autre expérience

Lorenz aime se rendre dans les restaurants et manger des plats préparés par des pros. D’une part il n’aime pas faire la cuisine pour lui-même et d’autre part c’est une autre expérience que faire la cuisine soi-même. «Quand je cuisine, c’est le procédé, la préparation qui compte, alors qu’au restaurant c’est vraiment la nourriture qui est au premier plan.» Malgré ces visites régulières au restaurant et ses propres essais ambitieux aux fourneaux, Lorenz aime la cuisine simple, mais toujours faite avec passion et, de temps en temps, mange même du fast food. «Quand on va au restaurant, il est important de savoir ce qui nous attend. Si vous êtes trop exigeant et ne pouvez plus faire la part des choses, vous serez déçu.» Une bratwurst ou des cornettes bolo peuvent être tout aussi bonnes que la cuisine étoilée. «Pour être franc, je pense que mon plat préféré appartiendrait plutôt à la cuisine populaire.»

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

<strong>Ressourcez-vous</strong>: le thème de notre prospectus
Nouveautés & tendances

Ressourcez-vous: le thème de notre prospectus

La science pour les nuls
JeuxCritique

La science pour les nuls

Idées cadeaux pour les <strong>fans de nature</strong>
Présentation de produit

Idées cadeaux pour les fans de nature

User

Carolin Teufelberger, Zurich

  • Junior Editor
Élargir mon horizon: voilà comment je résumerais ma vie en quelques mots. J'aime découvrir de nouvelles choses et en apprendre toujours plus. Je suis constamment à l'affût de nouvelles expériences dans tous les domaines: voyages, lectures, cuisine, cinéma ou encore bricolage.

Commentaires 3

3000 / 3000 caractères

User vollmera

Hallo Zusammen
Ein interessanter Artikel. Ich empfinde Kochen als eine Philosophie. Im Gegensatz zu Lori ist bei mir das Rezept der rote Pfaden.Ich improvisiere gerne und das die kreative Seite beim Kochen. Da ich eine nachgewiesene Laktoseintoleranz habe, ersetze ich gewisse Zutaten in den Rezepten mit entweder gleichwertigen aber lactosefreien Zutaten oder suche einen Ersatz. Das gleiche gilt beim Einsatz von Fett ganz zu schweigen vom Speck. Da wir in der Familie kein Schweinefleisch essen, nehmen wir Rindfleisch etc.
Ich stimme dem Einwand zu, dass das Rezept dann nicht mehr das Original ist bzw. der Geschmack anders ist als der/die AutorIn sich das vorgestellt haben.Auch bei komplizierten Rezepten ist das beschriebene Vorgehen möglich - das ist Kreativität.
Die von mir eingebrachten Modifikationen schreibe ich auf und schreibe das Rezept dann neu auf.
Gewisse Menüs "erfinde" ich selber, einerseits was im Kühlschrank ist oder beim Einkaufen.
Was ganz wichtig ist, das stimme ich mit Lori voll über ein, ist das Werkzeug. Mit guten scharfen Messern funktioniert das alles so viel besser und es bringt gerade nochmal mehr Spass. Im Angebot von Galaxus sind viele gute Messer. Einmal richtig investiert kann man diese als Hobby-Koch Lebenslang haben.
Gemäss Lori bin ich als verdammt gut ;-) <= bitte mit Humor nehmen
Beste Grüsse --- Andreas

19.12.2018
User vollmera

Sorry für die Typos.
Es muss heissen:
Im Gegensatz zu Lori ist bei mir das Rezept ein roter Faden aber nicht absolut bindend. Ich improvisiere gerne und das ist die kreative Seite beim Kochen.
Wenn man im Ausland länger lebt muss man bei den Rezepten improvisieren, da gewisse Zutaten nicht erhältlich sind.
Gruss --- Andreas

19.12.2018
Répondre