Une traumatologue met en garde : cinq choses à éviter avec les enfants
Guide

Une traumatologue met en garde : cinq choses à éviter avec les enfants

Katja Fischer
11.11.2023
Traduction: Odile Nerfin

Julie Rehme-Röhrl est une chirurgienne-traumatologue et urgentiste allemande. La vidéo qu’elle a publiée sur Instagram est devenue virale. Elle y explique comment éviter des accidents impliquant des enfants. Comme elle l’explique, « elle en a trop vu au cours de sa carrière professionnelle ».

Julia Rehme-Röhrl est une médecin-urgentiste spécialisée en traumatologie et en orthopédie. Depuis un an et demi, cette mère de famille produit des contenus qu’elle publie sur sa chaîne Instagram Instagram afin d’attirer l’attention des parents sur des sujets médicaux. Plus de 22 000 personnes se sont déjà abonnées à sa chaîne. « Ce qui était un hobby au départ est devenu une chaîne Insta sympa », explique-t-elle sur son site web. Son but est de donner des informations compréhensibles, gratuites et de niveau professionnel.

Depuis quelque temps, l’un de ses reels est devenu viral : habillée de sa blouse de médecin, elle explique cinq choses qu’elle ne ferait jamais avec ses propres enfants afin d’éviter des accidents. Plus d’un million de personnes ont déjà vu cette vidéo. 22 000 l’ont likée, et plus de 400 ont laissé un commentaire. Comme le précise Julia Rehme-Röhrl, les conseils qu’elle donne sont toujours son avis personnel, avant d’ajouter « J’en ai vraiment trop vu dans ma pratique professionnelle. »

1. Ne pas porter de casque à vélo

Julia Rehme-Röhrl souligne qu’elle ne ferait jamais de vélo, de trottinette ni de scooter sans porter de casque. « Je ne laisse pas mes enfants faire du vélo sans casque, même quand ils sont assis dans une remorque. »

Elle ne rentre pas dans les détails, car tout le monde peut imaginer les conséquences d’un choc sur une tête non protégée. Sa communauté donne des exemples dans les commentaires : « Notre fils a chuté en faisant de la draisienne. Son casque a été drôlement endommagé», précise une lectrice. « Heureusement que ce n’était que son casque. Quand on tombe, on perd la maîtrise de son corps. Les jeunes enfants s’écrasent sur le sol, souvent la tête la première. » Julia Rehme-Röhrl confirme : « C’est exactement ce qui se passe ! »

La doctoresse Julia Rehme-Röhrl donne des conseils aux parents sur les réseaux sociaux.
La doctoresse Julia Rehme-Röhrl donne des conseils aux parents sur les réseaux sociaux.
Source : Capture d’écran Instagram/notarztmami

2. Porter un gros anorak en voiture

« Je n’attache jamais la ceinture de sécurité sans retirer les vêtements épais », explique la chirurgienne. En effet, plus la ceinture de sécurité est proche du corps, plus elle est efficace. « Or, les vestes et les manteaux forment une couche épaisse. D’où mon conseil : même pour un court trajet, dites à votre enfant de retirer son anorak.»

Même si de nombreux parents connaissent ce danger, ils laissent souvent leur enfant s’attacher en gardant son manteau. « Je voudrais bien le faire, mais en pratique, ce n’est pas toujours facile », explique une mère dans les commentaires : « Nous n’utilisons notre voiture que pour quelques minutes. En hiver, il fait froid même si j’allume le chauffage. Je ne sais pas si c’est une bonne idée de dire à mon fils d’enlever sa doudoune. Son siège auto est glacé ! »

Étant donné les dangers occasionnés par une couche de vêtements, la réponse est que oui, c’est même une excellente idée. « Après le choc, la ceinture de sécurité comprime tout d’abord les vêtements volumineux, avant même qu’elle puisse éviter au corps d’être projeté vers l’avant. Ainsi, de précieuses millisecondes sont perdues », précise Michael Pfäffli, responsable accidentologie et prévention chez AXA dans son article de bloc consacré à ce sujet. Par ailleurs, la plupart des voitures se réchauffent en quelques minutes, de nos jours. Si votre enfant a froid, dites-lui d’utiliser sa doudoune en guise de couverture une fois que vous l’aurez attaché.

3. Jouer sur un trampoline

La doctoresse Rehme-Röhrl explique que les enfants ne sont pas capables de gérer correctement les vibrations du trampoline. « Surtout quand plusieurs enfants sautent en même temps ! » Dans sa vidéo, elle est très claire : « Je vous déconseille formellement de laisser votre enfant jouer sur trampoline, en tout cas s’il a moins de huit ans. »

Cette recommandation a engendré de nombreux commentaires. « L’interdiction du trampoline est le seul conseil que je n’ai pas pris au sérieux. Ce que j’ai amèrement regretté le jour de l’accident. Mon enfant s’en est remis, mais ses souffrances auraient pu être évitées », commente une abonnée. Les chiffres sont éloquents. En Allemagne, on enregistre chaque année 40 000 accidents de trampoline. C’est ce qu’indique une enquête publiée par le département de pédochirurgie de l’hôpital universitaire de Wurzbourg. Parmi les accidents de trampoline, 68 % ont lieu quand plusieurs enfants sautent en même temps.

4. Acheter un lit mezzanine

La doctoresse déconseille formellement les lits mezzanine. Selon elle, les chutes sont très fréquentes pendant le sommeil, même quand l’enfant n’est plus si jeune. « Tomber d’un lit mezzanine peut avoir des conséquences dramatiques, par exemple des fractures crâniennes ou même des paraplégies », prévient la doctoresse.

Jouer sur un lit mezzanine, c’est dangereux.
Jouer sur un lit mezzanine, c’est dangereux.
Source : Shutterstock

Une étude de l’université de Leipzig explique que le risque lié aux lits surélevés est bien réel, mais on le sous-estime souvent. Le principal danger occasionné par les lits en hauteur pour les enfants est celui de se casser un os. Les résultats de l’étude indiquent que les enfants de moins de six ans sont particulièrement vulnérables. Ce n’est qu’à partir de dix ans que le risque diminue.

5. Se fier aux aides à la flottaison

Pour terminer, la traumatologue conseille aux parents de ne jamais faire confiance aux aides à la flottaison. « Quelle que soit la qualité du flotteur, l’enfant ne doit jamais être laissé sans surveillance active. Le risque de noyade est réel», précise la doctoresse. Elle ajoute : « Vous êtes l’assurance-vie de votre enfant.»

Ce conseil est celui qui a obtenu le moins de commentaires dans la communauté. Tout le monde semble d’accord. Quelqu’un écrit : « Quand nous sommes près de l’eau, mon enfant porte toujours un gilet de sauvetage. Je fais de mon mieux pour ne jamais le quitter des yeux, mais on ne sait jamais. Dans le pire des cas, je me dis que son gilet de sauvetage pourrait lui sauver la vie. J’espère bien sûr qu’il ne se retrouvera jamais dans cette situation. »

Autre bonne idée : choisir un maillot d’une couleur bien voyante. Pour en savoir plus, lisez l’article suivant :

  • Guide

    Quand le choix du maillot de bain est une question de vie ou de mort

    par Katja Fischer

Comme l’explique Julia Rehme-Röhrl, les cinq conseils qu’elle donne dans sa vidéo sont les plus importants à son avis. Mais bien entendu, il y en a encore bien d’autres. De fait, elle a publié récemment un deuxième épisode consacré au même sujet. On y découvre trois autres choses à ne jamais faire avec des enfants.

Photo d’en-tête : Shutterstock

Cet article plaît à 268 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Maman d'Anna et d'Elsa, experte en apéritifs, passionnée de fitness en groupe, aspirante ballerine et amatrice de potins. Souvent multitâche de haut niveau et désireuse de tout avoir, parfois chef en chocolat et héroïne de canapé.


Famille
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Santé
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

Commentaire(s)

Avatar