Commercialisons-nous trop les animaux domestiques ? Ce que dit l'éthicien des animaux
En coulisse

Commercialisons-nous trop les animaux domestiques ? Ce que dit l'éthicien des animaux

Traduction: traduction automatique

Rubans, pulls et autres accessoires : de nombreux propriétaires mettent la main au porte-monnaie pour leurs animaux de compagnie. Nico Müller, spécialiste de l'éthique animale, explique à partir de quand la commercialisation et l'humanisation deviennent critiques. Ou déshumanisons-nous même nos animaux ?

Si vous regardez dans notre boutique en ligne ou dans les animaleries, vous serez presque submergé par les produits pour animaux. Presque tout ce que vous pouvez acheter en tant qu'être humain a son équivalent animal. Est-ce moralement acceptable ? J'ai posé la question au spécialiste de l'éthique animale Nico Müller de l'Université de Bâle.

Nico Müller travaille à l'université de Bâle sur l'éthique animale, l'éthique de la recherche animale et l'éthique kantienne.
Nico Müller travaille à l'université de Bâle sur l'éthique animale, l'éthique de la recherche animale et l'éthique kantienne.
Source : Roman Seifert

Nico Müller, sous le mot-clé "produits pour animaux", 71 991 produits apparaissent dans notre boutique. Commercialisons-nous trop nos animaux ?
Ce qui est plus important que le nombre, c'est ce qui est vendu. Sur Galaxus, il y a déjà quelques produits qui sont éthiquement douteux. Par exemple, un aiguillon électrique pour le bétail qui envoie des décharges électriques, un assécheur d'yeux pour le bétail qui empêche les bovins de boire avec des pointes ou des livres d'homéopathie qui favorisent la privation d'aide médicale pour les animaux d'élevage.

Quels sont les produits pour animaux de compagnie que vous considérez comme critiques?
Je déconseille vivement l'utilisation de boules ou de balles de hamster en plastique, dans lesquelles les animaux peuvent rouler dans la maison. Elles ne sont pas hygiéniques et présentent un grand risque de blessure. En les utilisant, vous pouvez même enfreindre l'article 4, paragraphe 2, de la loi suisse sur la protection des animaux. Mais je ne crois pas non plus aux accessoires et aux costumes s'ils n'ont aucune fonction pour l'animal.

Humanisons-nous nos animaux avec de tels produits?
Dans le cas des accessoires et des costumes, en partie oui. Certaines personnes attribuent par exemple à leurs animaux des goûts en matière de mode qu'ils n'ont pas en réalité. Ils projettent ainsi leurs propres besoins et désirs sur l'animal. L'animal lui-même est ainsi relégué au second plan.

Comment en est-on arrivé là ?
La supposée chosification des animaux domestiques était déjà un thème au Moyen Âge. À l'époque, il s'agissait surtout de savoir combien d'argent il fallait dépenser pour les animaux de compagnie ou s'il fallait les emmener à l'église. Finalement, au cours des 200 dernières années, presque tout ce qui peut être commercialisé l'a été. Outre les pratiques culturelles telles que la fête de Noël, les animaux domestiques sont également concernés. Mais parfois, c'est le contraire d'une humanisation qui se produit aujourd'hui : une déshumanisation des animaux.

Quand y a-t-il déshumanisation?
Par exemple, lorsque les détenteurs estiment que : Tant que mon animal mange, il va bien. Je ne dois me rendre chez le vétérinaire que lorsqu'il souffre manifestement. Ils simplifient ainsi l'animal et le rendent moins semblable à l'homme qu'il ne l'est en réalité. C'est sans doute ce qui explique qu'environ 93 pour cent des chiens suisses n'ont pas d'assurance maladie.

Serait-ce nécessaire?
Tout à fait. Lorsqu'un animal tombe malade, les coûts de traitement grimpent rapidement. Sans assurance, c'est une question de chance si l'animal est traité - ou s'il est euthanasié parce que c'est moins cher. En général, les gens attribuent ou retirent des caractéristiques humaines aux animaux en fonction de ce qui est le plus pratique pour eux
.
Au fond, avons-nous besoin d'animaux ?
Nous vivons avec des chiens depuis environ 14 000 ans et avec des chats depuis environ 6 000 ans. Le contact direct avec les animaux est un besoin légitime. Mais cela ne justifie pas pour autant les élevages de torture. Lorsque l'on voit que les refuges pour animaux sont pleins, on devrait se demander si les animaux domestiques devraient encore être élevés.

Dans quelle direction pensez-vous que la relation avec nos animaux va évoluer à l'avenir ?Le fait que même le Conseil fédéral ait reconnu la nécessité de réduire la consommation de viande me donne l'espoir que notre rapport à l'exploitation des animaux devienne moins évident. Il est difficile de dire ce que cela pourrait signifier pour les animaux domestiques. Je souhaiterais que nous les minimisions moins et que nous les traitions avec plus de maturité.

Qu'est-ce que cela signifierait concrètement?
Par exemple, que nous souscrivions à une assurance maladie pour animaux de compagnie et que celle-ci devienne même publique et obligatoire à l'avenir. Je pense également qu'il serait judicieux de réintroduire l'obligation de suivre des cours pour chiens dans toute la Suisse.

Pourquoi?
Non seulement pour réduire le nombre de morsures, mais aussi et surtout pour informer sur la manière de traiter les animaux. Actuellement, c'est le hasard qui détermine où les détenteurs s'informent. Des pratiques cruelles pour les animaux peuvent ainsi se développer, comme le fait d'enfoncer le museau des chiens qui ne sont pas propres dans des excréments. D'une manière générale, je souhaite que nous prenions les besoins de nos animaux de compagnie aussi au sérieux que les nôtres.

En conclusion, auriez-vous trois suggestions de produits qui répondent aux besoins des animaux ?
Les jouets dits "intelligents" peuvent être utiles, par exemple pour les chats en surpoids. Ils les occupent et ralentissent leur rythme d'alimentation. Les tapis à lécher sont pratiques pour distraire un animal lorsqu'il doit rester immobile quelques instants. Mais le plus important est de réfléchir de manière critique à notre relation avec les animaux. C'est pourquoi je recommande en troisième lieu un livre stimulant du sociologue Marcel Sebastian : "Caresser ou abattre ?".

Trixie Cat Activity Fun Board (Jeux d'intelligence et d'éducation)
Jouets pour chat
20.40 CHF

Trixie Cat Activity Fun Board

Jeux d'intelligence et d'éducation

LickiMat Copain de tapis à lécher
Gamelle
Remise quantitative
13.60 CHF à partir de 2 pièces

LickiMat Copain de tapis à lécher

Trixie Cat Activity Fun Board (Jeux d'intelligence et d'éducation)
20.40 CHF

Trixie Cat Activity Fun Board

Jeux d'intelligence et d'éducation

LickiMat Copain de tapis à lécher
Remise quantitative
13.60 CHF à partir de 2 pièces

LickiMat Copain de tapis à lécher

A propos, notre Category Management a été informé des bétaillères, des aspirateurs à bétail et des boules de hamster critiqués. Une partie a déjà été retirée de notre assortiment.

Trouvez-vous que nous commercialisons et humanisons trop nos animaux ? Dites-le moi en commentaire.

Photo de couverture : Shutterstock/BearFotos

Cet article plaît à 16 personne(s)


User Avatar
User Avatar

J’aime tout ce qui a quatre pattes et des racines. La lecture me permet de plonger dans les abîmes de l’être humain. Je déteste les montagnes : elles ne font que cacher la vue sur la mer. Quand j’ai besoin d’air frais, je vais le respirer au sommet d’un phare. 


Santé
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Animaux de compagnie
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Commentaire(s)

Avatar