Tendances domotique : la maison connectée dans un futur proche
Nouveautés + tendancesSmart homeInformatiqueMobile

Tendances domotique : la maison connectée dans un futur proche

Raphael Knecht
Zurich, le 13.08.2020
Traduction: Anne Chapuis
Aspirateurs robots intelligents, prises intelligentes et assistants vocaux : de plus en plus de produits et de technologies connectées s'imbriquent dans la maison. Cependant, le potentiel des « maisons intelligentes » est loin d'être épuisé.

L'envie de pouvoir tout faire avec son téléphone portable touche également le secteur de la domotique. Du volet roulant que vous montez et descendez via une appli, au chauffage, que vous commandez avec des profils automatisés, en passant par le réfrigérateur qui vous envoie des photos de son contenu : le smartphone n'est plus seulement là pour recevoir des appels et envoyer des messages. Même si la tendance, les produits et les technologies ne sont pas nouveaux, le monde de la domotique reste largement inexploré. Une perspective qui, à mon avis, ne devrait pas manquer dans tout futur écosystème smart home.

Les interrupteurs connectés sont chose commune dans de nombreuses maisons.
Les interrupteurs connectés sont chose commune dans de nombreuses maisons.

Se détacher du cloud

Les assistants vocaux comme l'assistant Google ou Amazons Alexa devraient devenir de plus en plus indépendants. Les fabricants d'enceintes connectées tentent de découpler leurs petits assistants du cloud. Aujourd'hui, toutes les commandes vocales reçues par les enceintes sont transmises à un cloud, où elles sont analysées par les systèmes d'IA et renvoyées avec une réponse correspondante. Le tout fonctionne assez bien, les assistants sont capables d'apprendre et même de comprendre certains termes suisses-allemands. Mais sans connexion Internet, rien ne fonctionne du côté du smart home : le haut-parleur connecté servirait alors seulement d'enceinte Bluetooth médiocre.

Google Home et cie dépendent du cloud.
Google Home et cie dépendent du cloud.

Dans un avenir proche, les fabricants envisagent donc d'externaliser l'IA ou du moins une partie vers des puces et de les installer directement dans les haut-parleurs. En tant qu'utilisateur, vous avez le grand avantage de pouvoir accéder à toutes les fonctions stockées sur la puce même lorsque vous n'êtes pas connecté à Internet. Pour l'instant, il ne s'agira probablement que des fonctions de base. Actuellement, vouloir stocker toutes les informations du cloud sur une puce n'est pas très réaliste. Mais le fait que Google ait déjà présenté son premier appareil doté d'une propre puce AI en 2019, le Nest Mini, montre à quel point il est important pour les fabricants de se détacher du cloud.

Le mesh comme norme de réseau domestique

La mise en réseau des appareils et leurs standards radio sont deux points cruciaux pour avoir un smart home fonctionnel. Mais souvent, ces deux critères sont ceux qui s'avèrent les plus complexes au quotidien. Pour de nombreux utilisateurs, il est compliqué de savoir quels produits sont compatibles avec quoi. Cela ralentit l'introduction de nouveaux appareils dans l'univers de la domotique et donc leur diffusion dans d'autres foyers. Par exemple, si vous étendez la portée de votre routeur UPC ou Swisscom avec des répéteurs, un deuxième nom de réseau vous sera attribué. Ensuite, si vous souhaitez installer un appareil domestique connecté compatible avec Alexa, votre smartphone, l'Echo Amazon et l'appareil que vous souhaitez ajouter doivent être dans le même réseau.

Bientôt plus rien ne fonctionnera sans fonction mesh dans la domotique.
Bientôt plus rien ne fonctionnera sans fonction mesh dans la domotique.

En revanche, si vous utilisez un système mesh pour votre WiFi, alors ces problèmes ne vous sont pas familiers. Il n'y a pas de répéteurs qui fonctionnent comme une île, générant un nouveau réseau lorsque la portée de votre routeur est limitée. Dans un réseau maillé, on installe plusieurs routeurs qui fonctionnent ensemble et amplifient mutuellement le signal. Ils se trouvent sous le même nom de réseau, ce qui est particulièrement important pour les appareils domestiques intelligents. Tôt ou tard, tous les fabricants veilleront donc à ce que leurs routeurs, répéteurs et produits powerline soient capables de fonctionner comme ou au moins dans un réseau mesh. Parmi les exemples positifs à mentionner, citons Google et Amazon : avec le WiFi Nest et l'eero, ils ont déjà équipé leur gamme de produits actuelle avec cette fonctionnalité.

Plus c'est personnalisable, mieux c'est

Les assistants vocaux numériques peuvent déjà faire beaucoup quand on les sort de leur boîte. Comme ils peuvent apprendre, à chaque question que vous leur posez, ils gagnent en connaissances. Vous pouvez leur dire votre nom, ils savent où vous habitez et reconnaissent votre voix. Ils écoutent, apprennent à vous connaître et à connaître votre quotidien. Que cela vous plaise ou non, vous établissez une relation avec votre assistant vocal au fil du temps. À l'intérieur, ils développent ainsi leur propre personnalité, même s'ils se ressemblent tous de l'extérieur. De nombreux utilisateurs souhaitent donc que leur assistant numérique soit personnalisé sur le plan optique et auditif. La voiture, l'animal de compagnie ou le téléphone portable ne devraient pas être les seuls à être uniques, votre assistant devrait l'être aussi.

Les assistants vocaux apprennent à vous connaître et à connaître votre environnement.
Les assistants vocaux apprennent à vous connaître et à connaître votre environnement.

L'ensemble peut être comparé à un PC construit soi-même : vous pouvez choisir la couleur du boîtier qui vous fait plaisir. Vous décidez par le biais d'une gaine de câble si et comment les LED doivent s'allumer et quelle doit être la puissance de la bête. Après tout, c'est votre ordinateur et il doit être unique. Ce fait ouvre de nouvelles portes aux fabricants d'assistants vocaux. Au lieu de vendre un seul modèle, vous pouvez en changer la couleur, le matériau et la taille. Pour cette raison, Google a déjà introduit une voix masculine pour l'assistant Google en automne 2019. Amazon permet également aux utilisateurs d'Alexa d'ajuster la vitesse d'élocution selon leurs préférences.

La domotique en déplacement

Les assistants vocaux ne travaillent pas seulement via un haut-parleur intelligent. Vous pouvez également les contrôler à l'aide de l'appli correspondante sur votre téléphone. Si vous souhaitez activer l'assistant via des écouteurs Bluetooth, par exemple, l'application de l'assistant vocal et – selon le fabricant – également celle des écouteurs doivent être installées sur le smartphone. Vous devez également connecter les écouteurs à votre téléphone et les configurer dans l'application de la commande vocale. Vous sortez le smartphone de votre poche, donnez l'ordre à l'assistant d'écouter via les écouteurs et il répondra à toutes vos questions. Vous avez le même processus et donc les mêmes obstacles avec une smartwatch sans fonction eSIM. Dans les deux cas, vous dépendez d'un téléphone portable.

Vous pouvez également parler à l'assistant Google via votre téléphone portable.
Vous pouvez également parler à l'assistant Google via votre téléphone portable.

C'est là qu'interviennent les fabricants d'écouteurs et de montres connectées. Les premiers modèles devraient être produits et, à l'instar des haut-parleurs connectés, ils seront dotés d'une puce IA intégrée. L'utilisateur communique avec le cloud via une connexion de téléphone mobile et directement via les écouteurs. Vous pouvez donc passer des appels ou écouter votre musique préférée par commande vocale sans avoir à vous munir d'un smartphone. De plus, vous n'avez pas besoin d'installer d'applications ou d'appuyer sur des boutons, il vous suffit d'énoncer vos commandes directement dans les écouteurs. Pour les montres intelligentes avancées, l'eSIM prend cette fonction en charge. Fin 2019, Amazon a présenté Echo Buds, les premiers écouteurs intra-auriculaires avec puce intégrée. Ils doivent encore être couplés avec un smartphone, mais Alexa écoute vos ordres sans que vous ayez besoin d'appuyer sur des boutons ou d'utiliser une application supplémentaire.

La forme physique est plus importante que la protection des données

À leurs débuts, les assistants vocaux étaient surtout utilisés pour le divertissement et comme un gadget sympa. Les défenseurs de la protection des données étaient et restent sceptiques. Les appareils vous écouteront sans interruption si leur microphone n'est pas explicitement désactivé. Cependant, la tendance visant une plus grande sensibilisation à la santé et à l'auto-optimisation conduit à un détachement et à une réduction de ces préoccupations. Comme les haut-parleurs intelligents sont désormais bien plus qu'un simple gadget pour de nombreux utilisateurs, les avantages l'emportent sur les risques et dangers potentiels. Après tout, vous voulez savoir combien de pas vous avez faits hier et combien de calories vous avez brûlées. Le fait que Google et Co. vous suivent en permanence devient de moins en moins important.

Montres connectées : les pas et les calories mènent à des objectifs de santé.
Montres connectées : les pas et les calories mènent à des objectifs de santé.

Les smartphones, les montres intelligentes et les traqueurs de fitness les plus récents profitent exactement de cette tendance. Ils donnent des conseils de santé, suggèrent des activités et donnent l'alerte en cas de crise cardiaque. Ils font tout cela en prenant votre pouls, en connaissant vos habitudes et en stockant vos données personnelles. Apple est en pole position avec sa cinquième génération d'Apple Watch. Du suivi de l'ovulation aux avertissements de dommages auditifs dus à un bruit excessif en passant par la surveillance du rythme cardiaque : la smartwatch Apple prend soin de votre santé à votre place. De plus en plus de traqueurs de fitness et d'applications de santé pour votre téléphone portable soulignent l'importance de cette tendance.

Des scènes au lieu de produits individuels

Actuellement, les débutants en domotique pensent surtout en termes d'appareils individuels. Un débutant est souvent déjà content s'il peut dire à l'assistant Google d'allumer la lumière et que l'unique ampoule Philips Hue du salon s'allume. Ou bien s'il réussit à écouter sa station de radio préférée sur son enceinte Sonos dans la cuisine. Cependant, comme de plus en plus de produits deviennent compatibles avec le smart home, la tendance est à l'abandon des appareils individuels au profit des scènes smart home. Même les réfrigérateurs, les machines à laver et les lave-vaisselle deviennent intelligents et peuvent être contrôlés à distance. Cela ouvre des possibilités qui vont bien au-delà des fonctions d'un produit intelligent.

Contrôler des pièces entières, c'est l'avenir de la domotique.
Contrôler des pièces entières, c'est l'avenir de la domotique.

Concrètement, cela signifie que l'on ne se contente plus d'allumer une lampe ou de jouer un titre. L'utilisateur indique à son Google Home de commencer la matinée. La scène du matin implique l'allumage de la lumière Philips Hue, la lecture de la station de radio préférée, l'allumage de la cafetière, l'ouverture des volets roulants et l'allumage du chauffage au sol. Dès que la station météo extérieure dépasse une certaine température, les volets roulants se ferment automatiquement, le chauffage est baissé et le réfrigérateur indique au distributeur de glaçons intégré de se préparer pour un après-midi chaud. Le fait que même les magasins de meubles comme IKEA s'associent à Sonos pour rendre certaines parties de leur gamme de produits plus intelligentes est un indicateur de l'ampleur de cette tendance.

Quo vadis, Smarthome ?

La technologie se développe si vite que personne ne sait de quoi sera fait demain. Comme l'industrie de la domotique dépend du développement technologique, des nouveaux gadgets et de la compatibilité mutuelle, seules de vagues prévisions peuvent être faites. Même les experts ne peuvent prédire quelles tendances s'établiront ou lesquelles disparaîtront. Ce qui se passe en détail dépend de nombreux facteurs externes. Cependant, des déclarations plus générales sont possibles : l'univers de la domotique, actuellement encore dispersé, deviendra de plus en plus un grand au fur et à mesure qu'il se développera. En d'autres termes, une norme uniforme pour toutes les solutions de type « smart home » devrait émerger. Mais on ne sait pas encore quand. En effet, les fabricants veulent que leurs produits puissent interagir avec d'autres systèmes. Mais ils sont tout aussi intéressés par la vente de leurs propres produits, en particulier aux utilisateurs qui utilisent déjà leur norme.

Qu'est-ce qui s'imposera ? Un avenir proche nous le dira.
Qu'est-ce qui s'imposera ? Un avenir proche nous le dira.

Comment pensez-vous que la scène du smart home évoluera dans les mois et les années à venir ? Quels sont les technologies et les produits pour une maison connectée qui, selon vous, seront en vogue ? Laissez vos réponses dans les commentaires. De plus, si vous ne voulez pas manquer d'autres tendances autour de la domotique, suivez-moi en cliquant sur le bouton « Suivre l'auteur » dans mon profil.

Cet article plaît à 51 personne(s)


Raphael Knecht
Raphael Knecht
Senior Editor, Zurich
Quand je ne suis pas en train de me bourrer de sucreries, vous me trouverez dans un gymnase: je suis joueur et entraîneur passionné d’unihockey. Quand il fait mauvais, je bidouille mon PC assemblé par mes soins, des robots et autres jouets électriques. La musique m’accompagne de partout. Les sorties VTT en montagne et les sessions de ski de fond intenses font aussi partie de mes loisirs.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser