Quand on cherche, on trouve : des jumeaux pour notre test EMS

Quand on cherche, on trouve : des jumeaux pour notre test EMS

Patrick Bardelli
Zurich, le 11.08.2020
Simon et Yannick – jumeaux monozygotes venant de Küttigen, près d'Aarau – seront nos cobayes pendant les prochains mois. Ils testeront la stimulation musculaire électrique (ou EMS dans sa forme abrégée).

Küttigen fonctionne au ralenti. Et pour cause, la chaleur estivale n'a pas épargné l'Argovie. Les maisons individuelles brillent au soleil, les volets sont fermés, les gens cherchent le frais. C'est l'heure du déjeuner, je descends de la voiture en sueur pour retrouver Simon et Yannick Heibei. « De l'eau ? » demande Simon en guise de salutation. Oui, s'il te plaît ! Nous nous installons sous la véranda. Ironie du sort. Les parents me saluent rapidement, Yannick, le frère, se joint à nous.

Barbe soit louée : Yannick est rasé de près et Simon porte la barbe.
Barbe soit louée : Yannick est rasé de près et Simon porte la barbe.

EMS

Stimulation électrique des muscles, EMS en abrégé : deux mots, trois lettres qui bousculent les habitudes du monde du fitness. Mais pourquoi tant de battage autour de l'entraînement avec électrostimulation ? Cette année, une combinaison spéciale a fait son apparition dans l'assortiment de Galaxus.

*Stimulation musculaire électrique :** du jus pour du jus
placeholder

placeholder

Quand on cherche, on trouve

Le problème : comment comparer la musculation avec et sans électricité ? Comment obtenir un résultat significatif avec ce produit ? La solution : des jumeaux monozygotes.

*Wir suchen euch:** Zwillinge für EMS-Training
placeholder

placeholder

C'est ainsi que je m'installe sous la véranda d'une maison de Küttigen près d'Aarau au plus fort de l'été où je fais la connaissance de Simon et Yannick, qui vont tester la combinaison pour nous. Ils ont été parmi ceux qui ont répondu à mon appel. Ces deux frères de 20 ans vivent toujours à la maison. Ils commenceront leurs études de psychologie à l'automne. Lorsque j'ai demandé s'il s'agissait bien de vrais jumeaux, la maman, à travers la porte, avec un sourire malicieux : « Oui, je peux le confirmer ». Elle doit savoir de quoi elle parle.

À l'époque...
À l'époque...
...et aujourd'hui. La chaise de jardin existe toujours.
...et aujourd'hui. La chaise de jardin existe toujours.

Le sport est une affaire de famille. « Les parents font de la marche et du vélo », explique Simon. Ils ont toujours veillé à ce que Yannick et lui ne se retrouvent pas devant la télévision ou la PlayStation après l'école. D'abord le sport, puis la TV et les jeux vidéo. Ils ont donc très jeunes atterri au FC Küttigen. Mais à 15 ans, ils n'avaient plus envie de jouer au foot. Contrairement aux parents, ils n'étaient pas très friands de sports d'endurance. Ce qui leur plaisait plus, c'étaient le banc de musculation et le rameur installés au sous-sol. Aujourd'hui, Simon et Yannick font de la musculation classique quatre à cinq fois par semaine. Ils entrecoupent parfois leur entraînement par une séance de natation ou de jogging. Il faut un peu de cardio après tout.

Les chaussures de course des parents au sous-sol.
Les chaussures de course des parents au sous-sol.

Jeux vidéo, histoire et FC Bayern

À l'exception du jardin d'enfants, les frères ont passé toute leur scolarité ensemble. Ils jouaient au football pour le FCK, bien sûr dans la même équipe. Simon en ailier droit, Yannick, en gauche. « Simon n'a que son pied gauche pour ne pas tomber », taquine Yannick le gaucher avec un sourire. Simon, le droitier, hoche la tête. Et comment se décrivent-ils l'un l'autre ? L'humour est l'adjectif qui leur vient d'emblée à l'esprit. « Mais les blagues de Yannick sont en général un peu meilleures que les miennes », avoue Simon. Il admire ce trait chez son frère. En retour, Yannick aimerait avoir l'autodiscipline de Simon : « J'envie Simon pour sa discipline. Sa capacité à se concentrer. Chez moi, ça pêche un peu. » Mais lorsqu'il s'agit de jeux vidéo, la discipline de Simon s'envole également. Il est connu pour avoir cassé une manette.

Les joueurs entre eux.
Les joueurs entre eux.

Tous deux s'intéressent à l'histoire, à en juger par le nombre considérable de livres qu'ils possèdent. Ils sont également fans du FC Bayern de Munich, ce qui a maintes fois conduit à des querelles dans leur cercle de copains. En Suisse, le Bayern n'étant pas ultra apprécié, les fans doivent parfois se justifier.

Échange de rôle ?

L'école, le foot, les sorties : sans la barbe de l'un, il serait impossible de les différencier. C'est un peu la porte d'entrée à toutes sortes de magouilles. L'un pourrait passer l'examen à l'université pour l'autre. Une possibilité ? « L'avenir nous le dira, même s'il est peu probable qu'on en vienne à ça », répondent Simon et Yannick. Dans le passé, on n'a jamais échangé les rôles non plus. En parlant de rôles...

Le défi

Afin de déterminer l'effet de la stimulation électronique des muscles de manière aussi précise que possible, nous avons opté pour le cas de figure ci-après.

Pendant trois mois, l'un des jumeaux s'entraînera avec la combinaison, l'autre sans. À l'Institut Höferlin de Bâle, Simon et Yannick seront soumis à un bilan de santé préalable ainsi qu'une analyse corporelle et recevront des programmes d'entraînement détaillés. Après six semaines, une analyse intermédiaire aura lieu, après douze semaines, les résultats tomberont. Et nous constaterons qui aura pris le plus de masse musculaire. Qu'est-ce qui est plus efficace ? Trois fois 20 minutes par semaine avec impulsions électriques ou une séance de musculation classique en salle de sport ? Nos vrais jumeaux ayant à peine la vingtaine, des styles de vie identiques et la même génétique, les résultats devraient être très comparables. Voilà donc notre plan.

On saute de joie.
On saute de joie.

Alors, qui va porter la combinaison ?

Il nous faut encore répondre à cette question. Pour cela, nous nous rendons sur le terrain de sport de Schachen. Un peu de concurrence entre les frères, qui préfèrent jouer dans la même équipe plutôt que de s'affronter. Sauf sur la PlayStation.

aucune information disponible sur cette image

On se rend vite compte cependant qu'il fait trop chaud pour un défi sportif. On décide alors de tirer à pile ou face.

Pile ce sera et c'est Yannick qui portera la combinaison EMS. Qui est Yannick déjà ?
Pile ce sera et c'est Yannick qui portera la combinaison EMS. Qui est Yannick déjà ?

La pièce de 5 tombe sur le côté pile, Yannick s'entraînera donc avec la combinaison. Le défi EMS débutera en septembre. Vous voulez tout savoir sur l'entraînement par EMS ? Suivez alors mon profil d'auteur en cliquant ici !

Le calme avant la tempête EMS.
Le calme avant la tempête EMS.

Cet article plaît à 25 personne(s)


Patrick Bardelli
Patrick Bardelli
Senior Editor, Zurich
What matters isn’t how well you play when you’re playing well. What matters is how well you play when you’re playing badly.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser