L’influence de l’endurance sur la concentration chez les enfants
En coulisseSportFamille

L’influence de l’endurance sur la concentration chez les enfants

Michael Restin
Zurich, le 20.04.2022
Traduction: Sophie Boissonneau

Quel est le lien entre la forme physique, la capacité de concentration et la qualité de vie des élèves du primaire ? Une étude de l'Université technique de Munich démontre que l’activité sportive est bénéfique à plus d’un titre pour les enfants.

Étant papa de deux enfants du primaire, cette étude m'a tout de suite intéressé. Des chercheurs de l'Université technique de Munich ont passé au crible trois aspects de la vie des enfants âgés de 6 à 10 ans : Quelle est leur condition physique ? Quelle est leur capacité de concentration ? Et qu'en est-il de leur bien-être, de leur santé et la qualité de vie en découlant ? L'objectif de l’étude était notamment d'identifier les liens entre ces différents domaines. Un bilan de motricité sportive est également effectué chez nous à Zurich en première classe. Les élèves ayant obtenu les moins bons et les meilleurs résultats peuvent ensuite bénéficier de deux programmes d’entraînement ciblés. Mais cela ne nous dit rien des répercussions des performances sportives dans la salle de classe. D'où l'intérêt de l’étude bavaroise.

6533 enfants, trois grandes conclusions

Au total, 3285 filles et 3248 garçons de la région de Berchtesgaden ont non seulement couru et sauté, mais ont aussi passé des tests de concentration. Les scientifiques ont ensuite regroupé ces données et cherché des corrélations statistiques. Outre les différences générales entre garçons et filles et les différents groupes d'âge, les chercheurs se sont intéressés plus particulièrement aux 9-10 ans. Ils ont rempli un questionnaire sur leur qualité de vie liée à la santé. Les autrices et auteurs de l’étude ont tiré trois grandes conclusions de leurs analyses.

  • Dans les épreuves sportives, les garçons âgés de sept ans et plus ont pris l’avantage. Ils ont obtenu de meilleurs résultats aux tests de course/d'endurance, qui permettent d'estimer la consommation maximale d'oxygène, ainsi qu'aux tests de force : saut en longueur, pompes et puissance de la poigne. Seul les (Curl-ups), pour évaluer la force du tronc, les a mis en défaut.

  • En ce qui concerne la capacité de concentration, les filles étaient meilleures. Dans ce test, les enfants devaient marquer le plus rapidement possible tous les « d » dans un texte. Les filles étaient non seulement plus concentrées sur cet exercice, mais elles ont également estimé que leur qualité de vie liée à la santé était généralement meilleure.

  • Les enfants endurants sont souvent plus aptes à se concentrer et plus satisfaits. Une valeur de consommation maximale d’oxygène élevée coïncidait le plus souvent avec de bons résultats dans les deux autres catégories. Pour déterminer cette valeur, les scientifiques ont fait courir 20 mètres aux enfants à des intervalles de plus en plus courts.

Une longueur d’avance à l’école

Les garçons et les filles sportifs qui ont de bons résultats en endurance semblent bénéficier d’une longueur d’avance qui influence non seulement leur santé, mais aussi leur parcours scolaire. La conviction que l'activité physique doit faire partie du quotidien des enfants s'est heureusement imposée depuis longtemps chez nous. Je trouve tout de même passionnant que l'on puisse mettre en évidence un lien positif avec d'autres domaines de la vie, même chez les plus jeunes.

Les enfants en surpoids ou obèses n'ont pas seulement obtenu des résultats plus faibles dans les épreuves sportives, mais ont aussi eu plus de mal dans les exercices de concentration et étaient moins satisfaits de leur bien-être corporel, leur confiance, leurs relations amicales et leur vie scolaire. Il n'est donc jamais trop tôt pour proposer des offres ciblées qui éveillent chez toutes et tous le plaisir de bouger. Nous avons de meilleures chances si l'école, les parents et les associations se soutiennent mutuellement dès le début.

Le rapport sur les enfants et les jeunes de l'étude Sport Suisse de 2020 met en avant une belle tendance : contrairement aux enquêtes précédentes, les jeunes de 10 à 19 ans font à nouveau plus de sport pendant leurs loisirs. En outre, l’éducation physique et sportive est considérée comme agréable, organisée, passionnante et instructive ; même si, selon les enfants, les leçons devraient être encore plus fatigantes.

Photo d'en-tête : Shutterstock

Cet article plaît à 6 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Scientifique dans le domaine du sport, père haute performance et télétravailleur au service de Sa Majesté la tortue.


Sport
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Famille
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader