En coulisse

10 questions posées à une experte en protection solaire

Traduction: Anne Chapuis

Que signifie le plus pour la crème à indice 50 ? Et qu'en est-il de l'indice de protection solaire 100 ? En matière de protection solaire, les questions s'accumulent rapidement. Une experte répond à nos questions.

Un savoir approximatif peut être dangereux. Surtout lorsqu'il s'agit d'un sujet de santé comme la protection solaire. Il est donc d'autant plus important que les questions en suspens soient clarifiées par les experts en la matière. J'ai posé mes questions à Nathalie Berclaz, Scientific Director chez L'Oréal Suisse.

Qu'est-ce qu'une crème solaire doit offrir pour que tu l'achètes ?
Nathalie Berclaz : le critère le plus important est la protection. En principe, je n'achète que des écrans solaires avec un facteur de protection solaire (FPS) de 50+ , qui offrent en outre une protection élevée contre les rayons UVA. La galénique, c'est-à-dire la texture, est également très importante à mes yeux. Pour le visage, je privilégie les fluides non gras et léger qui s'étalent facilement. En effet, une crème solaire n'est bonne que si je l'utilise volontiers et fréquemment ; après tout, l'application de crème fait partie de ma routine matinale quotidienne, tout comme le brossage des dents.

Que signifie le signe plus pour FPS 50+ ?
50+ signifie que le produit a un facteur de protection solaire d'au moins 60.

Quelle est la différence entre une crème d'indice 30 et d'indice 50 ?
Dans des conditions de laboratoire standardisées, un FPS 30 absorbe environ 96,7 % des rayons UV et un FPS 50 environ 98 %. À première vue, cela semble presque égal, mais ce n'est pas le cas. Pour notre peau, ce n'est pas la quantité de rayonnement absorbée qui est importante, mais la quantité de rayonnement UV qui atteint effectivement la peau. Avec un FPS 30, cela représente 3,3 % du rayonnement et avec un FPS 50, 2 %. En comparaison, cela signifie qu'avec un FPS 30, la peau reçoit 65 % de rayonnement en plus qu'avec une crème d'indice 50.

Pourquoi voit-on si rarement le FPS 100 alors qu'il est disponible à la vente ?
Les produits de protection solaire avec un indice de protection de 100 ne devraient plus être commercialisés dans l'Union européenne ou en Suisse. En 2006, la Commission européenne a émis la recommandation selon laquelle les produits de protection solaire ne devraient pas annoncer un facteur de protection solaire supérieur à 50+. Cela correspond à la catégorie « très haute protection ». Ces recommandations fournissent ainsi aux fabricants et aux consommatrices et consommateurs un cadre standardisé. Cela inclut la limitation de la diversité des facteurs de protection solaire pouvant être imprimés sur l'emballage. Cela permet aux consommatrices et consommateurs de comparer plus facilement les différents produits. En général, la réglementation des produits de protection solaire est très stricte. En plus d'indiquer la protection UVB (le facteur de protection solaire), ils doivent également porter le logo UVA entouré d'un cercle. Cela signifie que la protection contre les UVA correspond au moins à un tiers du facteur de protection solaire indiqué sur le produit.

Quelles sont les erreurs les plus fréquentes que nous, consommatrices et consommateurs, commettons en matière de protection solaire ?
Ne pas mettre assez de crème solaire, oublier d'en remettre et ne pas s'enduire de crème les jours nuageux alors que nous passons la journée dehors.

  • Savoir-faire

    Quelle quantité d'écran solaire faut-il mettre sur le visage ?

    par Natalie Hemengül

Quelles parties du corps sont le plus souvent oubliées lors de l'application de la crème ?
Les oreilles, les lèvres, les pieds et les orteils. De plus, nous oublions souvent que nos mains sont toujours exposées aux rayons du soleil et qu'elles nécessitent une attention particulière.

Existe-t-il des formes spécifiques de produits de protection solaire, comme les sprays, les sticks, les huiles, etc., à l'égard desquelles tu es critique ?
Non. Je pense qu'il est important qu'il y ait une large gamme de produits de protection solaire afin que chacun puisse trouver son produit préféré. Chaque forme a ses avantages. Par exemple, lorsque je fais du ski, je mets toujours un stick solaire dans ma veste et dans celle de mes enfants. Ces produits sont extrêmement pratiques : ils sont petits, ne peuvent pas couler et il est facile de les réappliquer sur les lèvres et le nez quand on est sur le téléski.

Que penses-tu des produits de maquillage avec un facteur de protection solaire ?
Mon avis : pourquoi pas ? Cependant, je ne les vois pas comme un produit de protection solaire, mais plutôt comme un plus ; la cerise sur le gâteau en somme. De plus, les fonds de teint contiennent de toute façon des pigments qui offrent une certaine protection contre les rayons du soleil, même si aucun facteur de protection solaire n'est indiqué. Mais il ne faut pas pour autant renoncer à une vraie crème solaire en dessous.

Qu'as-tu toujours voulu dire aux personnes qui vantent l'huile de coco ou d'autres prétendues alternatives comme « protection solaire » ?
L'huile de coco ne protège pas contre les rayons UV. Votre peau vous remerciera au plus tard dans quelques années si vous utilisez un produit solaire conventionnel avec au moins une protection moyenne. Appliquez plutôt l'huile de coco le soir pour nourrir la peau.

Quelles sont les tendances en matière de protection solaire que nous verrons à l'avenir ?
Je pense qu'il y aura de plus en plus de produits destinés à un usage quotidien. En effet, grâce aux filtres UV modernes, nous pouvons nous protéger encore mieux contre les UVA et les rayons UVA avec une très grande longueur d'onde, qui font vieillir prématurément notre peau et auxquels nous sommes exposés quotidiennement. La protection solaire est le meilleur produit anti-âge préventif. L'aspect écologique en termes d'emballage et de formules plus respectueuses de l'environnement (par exemple la biodégradabilité) prend également de l'importance.

Nathalie Berclaz est chimiste de formation et travaille depuis bientôt 19 ans comme Scientific Director chez L'Oréal Suisse. Là, au service de la recherche et de l'innovation, elle s'assure que les produits que L'Oréal Suisse met sur le marché sont conformes à la législation. En outre, elle soutient et conseille d'autres départements en matière d'ingrédients, de technologie et de communication sur les produits.

Cet article plaît à 17 personne(s)


User Avatar
User Avatar

En tant que fan de Disney je vois toujours la vie en rose, je vénère les séries des années 90 et les sirènes font partie de ma religion. Quand je ne danse pas sous une pluie de paillettes, on me trouve à des soirées pyjama ou devant ma coiffeuse. PS Le lard est un de mes aliments favoris. 


Beauté
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Santé
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader