En coulisseLivres

Trap streets : les erreurs intentionnelles sur Google Maps et Cie

Carolin Teufelberger
Zurich, le 31.03.2022
Traduction: Anne Chapuis

Les cartes sont censées aider à s'orienter, pas à se perdre. Pourtant, il y a toujours des routes et même des lieux entiers que nous ne trouverez jamais à la surface de la Terre. Et ce n'est pas une erreur.

Dernièrement, j'ai loué une voiture pendant les vacances. J'ai renoncé à un appareil de navigation classique. D'une part, parce que les frais supplémentaires (qui n'auraient pas arrangé les choses) m'agaçaient. D'autre part, parce que j'ai pensé avec un peu d'arrogance que je n'avais pas besoin d'un boîtier à l'écran brillant au-dessus du tableau de bord, qui révèle de loin que je suis une touriste. Google Maps sur le téléphone portable fait aussi l'affaire.

Une impasse qui n'existe que virtuellement

En fait, cela a relativement bien fonctionné. Quelques erreurs de parcours ici et là et un placement un peu laborieux du smartphone dans la voiture, mais je suis toujours arrivé à destination. Pour les trajets courts, j'ai essayé de mémoriser le chemin à l'avance : après la station-service BP, il y a trois routes qui partent à gauche, je prends la quatrième. C'est facile, en fait.

Seulement, la petite impasse qui était indiquée sur Google Maps n'existait pas dans le réseau routier réel. Comme j'ai quand même atteint ma destination, je n'ai pas prêté beaucoup d'attention à cette erreur. Jusqu'à ce que je tombe sur le terme « trap street » sur Internet.

Trap street n'est pas le titre d'un nouveau tube du sous-genre hip-hop du même nom, mais le nom donné aux fausses routes sur les cartes graphiques ou les données géographiques numériques. Pardon ? Les cartes ne devraient-elles pas nous orienter et non l'inverse ? Si, et c'est précisément pourquoi les rues pièges sont en fait toujours des impasses ou des chemins piétons isolés.

Ils ne sont pas là pour nous tromper, nous les consommateurs, mais pour tromper les voleurs de propriété intellectuelle. En effet, les cartes sont protégées par le droit d'auteur et le droit d'auteur revient aux cartographes. Comme les cartes et les données géographiques sont idéalement toujours identiques, il est difficile de prouver le plagiat de son propre travail de cartographie. Sauf si l'on insère délibérément de petites erreurs qui ne nuisent à aucun utilisateur, mais qui rendent la carte unique. Si la carte ou les données géographiques numériques sont copiées illégalement, les trap streets sont également présentes. Le coupable est pris la main dans le sac !

Agloe, une ville fictive de l'État de New York Photo : Omnictionary
Agloe, une ville fictive de l'État de New York Photo : Omnictionary

Un lieu inventé devient entre-temps réel

Mais il existe aussi un exemple où cela n'a pas tout à fait fonctionné. Là, il ne s'agit pas d'une rue inventée, mais d'une ville entière, appelée « paper town ». En 1925, le cartographe Otto G. Lindberg et son assistant Ernest Alpers ont entrepris de dresser une carte routière de l'État de New York. Pour protéger leurs droits d'auteur, ils ont inscrit Agloe au croisement de deux chemins de campagne, une anagramme des premières lettres de leurs noms. Lorsque, quelques années plus tard, la société Rand McNelly a également publié une carte de New York sur laquelle figurait le village d'Agloe, Lindberg et Alpers étaient certains que les données cartographiques leur avaient été volées.

Mais l'avocat de Rand McNelly leur a assuré que le lieu existait vraiment, ce qui n'était pas un mensonge. Dans les années 1930, un émigrant irlandais a ouvert à cet endroit une cabane de pêche appelée « Agloe Fishing Lodge », probablement parce qu'il avait vu le nom sur la carte de Lindberg et Alpers. En effet, à cette époque, elles étaient disponibles gratuitement dans de nombreuses stations-service. Le nom s'est établi au cours des années suivantes. Il y avait une petite boutique et le nom a également été mentionné dans un article de voyage du New York Times. Mais entre-temps, Agloe a de nouveau disparu.

Sinon, il n'y a que peu d'exemples de trap streets et de paper towns, car les cartographes restent discrets, ce qui est compréhensible. En 2005, un porte-parole de la « Geographer's A-Z Street Atlas Company » a simplement confirmé à la BBC que sa carte de Londres comportait une bonne centaine de rues fictives. L'atlas routier grec d'Athènes est l'un des rares exemples où les voleurs sont explicitement avertis que les cartes comportent de fausses routes.

L'Office fédéral suisse de topographie (swisstopo) ne participe d'ailleurs pas à ce fake. Ses cartes ne contiennent ni trap streets ni paper towns, mais sont fidèles à la réalité, comme me l'assure Sandrine Klötzli, spécialiste en communication : « Nos données ont toujours été correctes et le sont encore aujourd'hui ». Depuis le 1er mars 2021, les données géographiques numériques de swisstopo peuvent même être utilisées gratuitement par tous (y compris à des fins commerciales), redistribuées et retravaillées. Seule une mention de la source est encore requise.

C'est ici que j'ai grandi. Cela semble correct. Photo : swisstopo
C'est ici que j'ai grandi. Cela semble correct. Photo : swisstopo

Les cartes comme instrument militaire

La contrefaçon de cartes n'est pas seulement utilisée comme piège à plagiat, mais aussi pour des raisons militaires. Soit pour rendre plus difficile la planification d'attentats par des terroristes, raison pour laquelle certains bâtiments gouvernementaux ou installations militaires sont masqués sur Google Maps, soit, en cas de guerre, pour avoir le dessus. Les commandants de l'ex-Union soviétique étaient particulièrement doués pour mettre l'ennemi sur une fausse piste. Pendant la Seconde Guerre mondiale, ils ont délibérément laissé de fausses cartes à l'armée allemande, qui menaient à un paysage marécageux et désert. En RDA, cette méthode a également été utilisée pour contrôler les propres citoyens. Ceux qui voulaient fuir vers l'Ouest avec une carte publique avaient peu de chances de réussir, car les frontières étaient mal indiquées.

Même les données du système de navigation intégré que j'ai tant décrié ne sont pas à l'abri d'une manipulation. Le « Global Positioning System » (GPS) est géré par le ministère américain de la Défense et était à l'origine réservé à un usage militaire. Mais depuis 1983, tout le monde peut recevoir les signaux satellites. La crainte d'abus était grande, raison pour laquelle les signaux étaient artificiellement dégradés pour le grand public (« Selective Availability ») et qu'une détermination de la position n'était possible qu'à 100 mètres près. En 2000, le président américain Bill Clinton a ensuite retiré la « Selective Availability », mais elle pourrait être réactivée à tout moment par le gouvernement américain. C'est pourquoi l'UE a développé son propre et premier système civil de navigation par satellite, appelé « Galileo ». Mais la plupart des appareils de navigation utilisent encore des données GPS, exclusivement ou en combinaison avec d'autres systèmes.

Malgré le faible risque d'être d'un coup à 100 mètres de ma destination, j'aurai recours à un GPS intégré lors de mes prochaines vacances. Il ne tombe pas en mode veille et ne dépend pas des données mobiles. De plus, je vois bien son écran, contrairement à celui du téléphone portable qui doit être calé quelque part dans la console centrale.

Cet article plaît à 217 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Élargir mon horizon: voilà comment je résumerais ma vie en quelques mots. J'aime découvrir de nouvelles choses et en apprendre toujours plus. Je suis constamment à l'affût de nouvelles expériences dans tous les domaines: voyages, lectures, cuisine, cinéma ou encore bricolage. 


Livres
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader