Monopoly : l’anti-jeu de société et la femme qui l’a inventé
En coulisseJouets

Monopoly : l’anti-jeu de société et la femme qui l’a inventé

Dominik Bärlocher
Zurich, le 11.09.2020
Le Monopoly brise des couples. C’est voulu. Les gens en viennent à se détester à cause de lui. C’est voulu. Parce que le Monopoly n’est pas un jeu de société. Bien au contraire !

Nous sommes en 1904. L’Américaine Elizabeth Magie, surnommée Lizzie, se bat pour les droits des femmes, l’égalité et l’abolition des systèmes dans des États-Unis d’Amérique encore jeunes. Née en 1866, cette femme aux cheveux courts a travaillé comme sténographe dans les années 1880 et déposé en même temps un brevet qui améliore les machines à écrire. Grâce à son invention, le papier pouvait s’enrouler plus facilement autour des rouleaux. À l’époque, les brevets étaient une affaire d’hommes. Moins de 1 % de tous les brevets était détenu par des femmes. Lizzie ne s’en souciait guère et continua d’inventer des choses. Elle était aussi journaliste et actrice, au passage.

Et puis elle a inventé le Monopoly. Ou plutôt, son prédécesseur appelé « The Landlord’s Game ». L’histoire de ce jeu s’accompagne d’une spoliation : en effet, la version officielle de l’éditeur actuel Hasbro ne mentionne même pas Lizzie comme l’inventrice du jeu. Les preuves sont pourtant là.

Lizzie Magie, féministe et conceptrice de jeux

Non contente d’avoir déposé un brevet, d’écrire des articles dans les journaux et de faire rire le public quand elle était sur les planches, Lizzie se passionnait pour la politique. Elle était féministe et opposée à l’esclavage et au georgisme.

Le georgisme est un modèle économique. Aussi ennuyeux que cela puisse paraître, le monde en souffre encore aujourd’hui, car ce modèle est la base du « Landlord’s Game » et donc du Monopoly. Le georgisme ne prévoyait pas d’imposer les revenus. Il prônait l’introduction d’un impôt foncier universel par le gouvernement, le montant de l’impôt étant fixé en fonction de l’utilité, de la superficie et de l’emplacement du terrain. Les impôts perçus seraient d’abord utilisés pour financer le gouvernement et ses projets. Le reste serait ensuite distribué à la population. L’idée derrière ce modèle est de motiver la population à cultiver la terre et de promouvoir la justice sociale. En outre, le georgisme est censé affaiblir le pouvoir des propriétaires terriens.

Lizzie Magie était infatigable. En tant que sténographe, elle gagnait suffisamment d’argent pour être indépendante, sans avoir à se marier. Lizzie avait même assez d’argent pour faire paraître une annonce dans le journal. Elle s’est vendue elle-même aux enchères en tant que « jeune femme, esclave américaine ». Elle cherchait un homme qui deviendrait son propriétaire. Elle voulait ainsi montrer que les seules personnes libres du « Land of the Free » étaient les hommes blancs. L’annonce a fait le tour du pays et Lizzie s’est fait une place dans l’opinion publique américaine en tant que féministe fière et capable de se faire entendre.

Brevet 748,626 : Lizzie, une figure contestataire

Lizzie Magie ne savait pas seulement donner de la voix, elle se montrait aussi innovante et impertinente. Aucun mécanisme de la classe dirigeante n’était à l’abri de ses critiques. Aucune icône sociale n’était trop sacrée pour elle. Elle faisait figure d’épine dans le pied de l’élite. En 1910, à l’âge avancé de 44 ans, elle épouse un homme, Albert Wallace Phillips.

Albert Wallace connaissait sa femme sous ses traits de militante, mais aussi de conceptrice d’un jeu de société qui non seulement était politiquement très explosif, mais qui bouleversait aussi le concept même de jeu de société. En effet, jusqu’en janvier 1904, les jeux de société étaient linéaires. Lizzie a déposé un brevet pour un jeu qui n’a ni début ni fin. Les tours s’enchaînent à n’en plus finir.

« The Landlord’s Game ».

Le brevet américain 748,626 est délivré.

Elle a testé son jeu avec des amis qui se sont tous beaucoup amusés. Il s’agit de la version officielle, qui est considérée comme un fait historique. Mais le parcours de Lizzie Magie permet aussi de tirer d’autres conclusions : étant donné la dimension contestataire de sa vie et de son travail, elle a voulu inventer un jeu pour les enfants qui donne une leçon aux petits et à leurs parents, frappe leurs esprits et leur reste en tête comme aucun livre ou article de magazine ne pourrait le faire.

Il faut savoir que The Landlord’s Game s’accompagne de deux ensembles de règles.

  1. La version monopoliste : il faut tout posséder et essayer de battre ses concurrents à plate couture
  2. La version anti-monopoliste : à la fin, ceux qui possèdent le moins sont les plus riches. L’équité sociale émerge.

À ce point de l’histoire, vous devriez avoir compris pourquoi Lizzie Magie a inventé ce jeu.

*Le Monopoly des vainqueurs** : la stratégie qui met fin à vos relations
placeholder

placeholder

Lizzie elle-même décrit le jeu comme une « démonstration pratique du système actuel de propriété foncière avec toutes conséquences habituelles ». La propriété et la location de terres enrichissent les propriétaires et les bailleurs, mais font basculer tous les autres dans la pauvreté.

Lizzie espérait que le jeu favorise chez les enfants une compréhension de l’injustice sociale.

Monopoly gâche tout

Après avoir déposé son brevet, Lizzie a essayé de trouver un éditeur pour le jeu. Elle a d’abord édité elle-même le jeu, n’ayant pas hésité à cofonder une société en 1904. Ensuite, en 1909, elle a demandé à l’éditeur de jeux Parker Brothers s’il souhaitait publier le jeu.

Ils ne voulaient pas à l’époque.

Plus tard, avec un seul ensemble de règles, le Monopoly est devenu un best-seller.

Mais dans les universités et dans les cercles de gauche qui ont adopté le concept de Lizzie, le jeu était très populaire. Les joueurs reconnaissent l’injustice et la ressentent eux-mêmes s’ils sont en faillite alors qu’un autre roule sur l’or.

Ce concept se perd ensuite. Le nom de « Monopoly » réapparaît entre 1906 et 1923. En 1924, Lizzie acquiert un nouveau brevet qui doit lui redonner le contrôle sur son jeu. « The Landlord’s Game » est publié en 1932 sous ce brevet par Adgame Company (Inc.).

aucune information disponible sur cette image

Puis viennent les Parker Brothers et plus tard Hasbro. Selon l’histoire officielle, le Monopoly a été inventé en 1933 par un mécanicien de radiateurs à vapeur au chômage et promeneur de chiens à temps partiel qui s’appelait Charles Darrow. Darrow et les frères Parker ont breveté le jeu en 1935. Le Monopoly devient le best-seller des Parker Brothers.

Lizzie Magie meurt en 1948 à l’âge de 81 ans. Elle n’a jamais été officiellement reconnue pour son œuvre.

Cet article plaît à 11 personne(s)


Dominik Bärlocher
Dominik Bärlocher
Senior Editor, Zurich
Journaliste. Auteur. Hackers. Je suis un conteur d'histoires à la recherche de limites, de secrets et de tabous. Je documente le monde noir sur blanc. Non pas parce que je peux, mais parce que je ne peux pas m'en empêcher.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser