Entretien avec un expert en voitures électriques : « Les craintes liées à l'autonomie sont infondées »

Martin Jungfer
Zurich, le 23.07.2022

Hans Fischer roule à l'électricité depuis 2017, il connaît de nombreux modèles actuels pour les avoir longuement testés. Il connaît les avantages de la mobilité électrique, mais aussi les problèmes.

Je suis novice en matière de voitures électriques. Se déplacer écologiquement, tout en étant inexpérimenté en la matière.

Contrairement à Hans Fischer. Il se décrit lui-même comme un passionné d'e-mobilité et est devenu, avec son blog technique (en allemand), une adresse importante depuis 2010, dès qu'il s'agit de gestion de l'énergie, d'énergie solaire ou justement de voitures électriques. Depuis trois ans, cet ingénieur électricien diplômé et père de famille se consacre également à un thème d'avenir sur le plan professionnel. Il est le fondateur et copropriétaire de Solar Manager AG, qui commercialise un logiciel de contrôle qui permet par exemple d'utiliser de manière optimale l'électricité solaire produite sur les toits des maisons.

Pour l'interview, nous nous sommes donné rendez-vous là où l'on peut déjà vivre l'avenir en direct : près des bornes de recharge électrique de l'aire d'autoroute de Kemptthal.

**Hans, merci beaucoup de prendre le temps pour cette interview. Je pensais qu'on se retrouverait ici, puisque je dois de toute façon charger ma voiture. Mais elle est quasiment chargée.

Hans Fischer : (rires) oui, tu surestimes, comme la plupart des gens d’ailleurs, le peu de choses que tu dois charger en route. D'autant plus que tu es privilégié et que tu peux recharger chez toi.

C'est vrai, je t'ai déjà raconté qu'avec le Solar Manager que tu as inventé, je charge l'électricité de l'installation solaire de manière contrôlée dans la batterie de la voiture.

Tu devrais toujours avoir assez de courant pendant les mois d'été pour les trajets quotidiens au bureau, non ?

C'est vrai aussi. Mais en fait, c'est moi qui voulais poser les questions. Donc, les prévisions de ventes de voitures électriques sont actuellement très positives (en allemand). Et pourtant, n'est-il pas possible que tout cela ne soit qu'un battage médiatique ?

Je ne connais personne qui, après avoir acheté une voiture électrique, souhaite revenir à la voiture à combustion. La sensation de conduite avec l'accélération sans décélération, la grande efficacité, le calme dans la voiture, et bien sûr l'aspect écologique, ce sont déjà des arguments forts.

Plusieurs personnes restent toutefois sceptiques. Quelles sont les trois plus grandes préoccupations ou craintes que tu entends régulièrement ?

Premièrement, il y a certainement la question de l'autonomie. Deuxièmement, l'inquiétude de ne pas trouver suffisamment de possibilités de recharge en cours de route. Et troisièmement ... (réfléchit) ... peut-être encore la question de savoir si la batterie de la voiture a une durée de vie suffisamment longue.

Et qu'est-ce que tu penses de ces craintes ? Par exemple, sur l'autonomie des voitures électriques ?

Qu'elle est infondée, du moins dans la grande majorité des cas. Moi-même, par exemple, je suis souvent en déplacement sur le terrain, je conduis donc plus que la moyenne. Avec les grandes batteries, les voitures électriques actuelles peuvent parcourir sans problème 300 à 400 kilomètres avant de devoir être rechargées.

Mais cela ne suffit pas pour partir en vacances.

En Suisse, cela te permet d'aller presque partout. Mais je sais à quoi tu fais allusion. Quand je vais en Italie avec ma famille, je prévois des arrêts pour recharger. D'ailleurs, les gens qui utilisent des véhicules à combustion font aussi ces courtes pauses. Eux aussi ont besoin d'aller aux toilettes, de faire le plein ou ont faim. Et un tel arrêt peut rapidement prendre 15 minutes. Pendant ce temps, je peux aussi recharger ma voiture électrique.

Ce chargement rapide en déplacement a cependant un prix.

C'est vrai, mais même si je paie peut-être 79 centimes pour un kilowattheure, cela se situe à peu près au niveau de l'essence ou du diesel, si je le répartis sur le coût des 100 kilomètres. Et la recharge rapide est de toute façon l'exception pour les conducteurs de voitures électriques. J'ai fait des recherches chez moi, malgré un service extérieur important, j'arrive à un peu moins de 15 % de charge rapide, pour beaucoup de gens, la valeur sera nettement inférieure à 10 %.

Parce qu'ils chargent dans le garage ou l'abri de voiture à la maison ?

Oui, c'est la norme. La batterie s'y recharge par exemple pendant la nuit, pour quelques francs, au tarif d'électricité le plus bas. Ou, mieux encore, gratuitement grâce à une installation solaire sur le toit, si l'on oublie généreusement un instant les frais uniques d'installation d'un système.

Hans Fischer charge la plupart du temps sa VW ID.4 électrique avec la Wallbox de son garage.
Hans Fischer charge la plupart du temps sa VW ID.4 électrique avec la Wallbox de son garage.

Cependant, les locataires ont souvent plus de mal, car ils n'ont aucune possibilité de recharge.

C'est un vrai problème et il faut aussi le résoudre politiquement, concrètement avec un droit à une station de charge pour les personnes vivant dans des appartements en location. Il y a déjà des propositions dans ce sens. Les personnes qui ne peuvent pas recharger chez elles aujourd'hui ont peu de chances d'opter pour une voiture électrique. De mon point de vue, les employeurs auraient ici une grande opportunité.

Dans quelle mesure ?

Les entreprises pourraient offrir des possibilités de recharge pour leurs collaborateurs. Ce serait un fringe benefit attractif.

Certaines entreprises proposent même déjà à leurs clients possédant une voiture électrique d'utiliser gratuitement des bornes de recharge. Pendant que je fais mes courses, ma voiture se recharge.

Une bonne chose, mais qui disparaîtra aussi. S'il y a plus de voitures électriques en circulation ou si une telle offre est exploitée, cela risque de créer des conflits que les entreprises voudront éviter.

En parlant de problèmes. Charger en route reste parfois une aventure. Il y a différents réseaux de recharge qui veulent des cartes de recharge différentes, des tarifs qui prêtent à confusion, des bornes de recharge qui ne fonctionnent pas ...

C'est un changement quand on est habitué à faire le plein dans les stations-service. Mais en Suisse, ou même en Autriche, en Allemagne, en France, au Benelux ou dans le nord de l'Italie ou en Scandinavie, l'infrastructure est déjà assez bonne. J'ai par exemple une carte de recharge pour la Suisse de Move, la WeCharge de VW et une de EnBW, une entreprise énergétique d'Allemagne. Avec ces cartes, je peux charger partout. Et pour planifier des trajets plus longs, il existe de très bonnes applications et sites web, comme « A Better Route Planner » ou « Pump », qui connaissent les bornes de recharge adéquates et calculent les arrêts nécessaires ainsi que le temps de recharge sur place.

**Mais souvent, les bornes de recharge ne sont pas placées dans les plus beaux endroits, n'est-ce pas ?

Une fois, j'en ai visité une qui se trouvait dans une zone industrielle, près d'un magasin de matériaux de construction. Ce n'est alors vraiment pas attractif, car on reste assis dans la voiture en attendant de pouvoir repartir. En Suisse, l'OFROU a lancé en 2018 un appel d'offres pour 100 stations de recharge rapide sur les autoroutes. Mais ces aires de repos ne sont pas toujours des endroits où l'on a envie de passer du temps. Mais il y a parfois des possibilités de pique-nique relativement agréables.

Les personnes qui envisagent d'acheter une voiture électrique ne devraient-elles pas plutôt attendre ? Après tout, la technique s'améliore constamment.

Si l'on s'en tient à cela, on ne devrait rien acheter. Bien sûr, le développement se poursuit, mais les voitures électriques sont aujourd'hui tout à fait utilisables au quotidien. Les voitures à propulsion électrique avec une autonomie de 1000 kilomètres, comme le montre l'étude Mercedes EQXX (en allemand), doivent atteindre une faible consommation grâce à une construction en forme de goutte. Ou alors les voitures deviennent encore plus lourdes à cause de l'augmentation de la capacité des batteries.

L'étude de la Mercedes EQXX montre comment la silhouette de la voiture a été allongée pour obtenir moins de résistance à l'air.
L'étude de la Mercedes EQXX montre comment la silhouette de la voiture a été allongée pour obtenir moins de résistance à l'air.
Photo : Mercedes

On lit aussi régulièrement des articles sur les technologies révolutionnaires des batteries, qui rendent la charge aussi rapide que le plein d'essence aujourd’hui.

De telles nouvelles d'une « percée » proviennent souvent d'instituts de recherche. Il faudra peut-être encore des années avant que ces nouvelles technologies ne soient adoptées par le marché de masse. Et la plupart du temps, il y a aussi plutôt beaucoup de petits progrès qui ne sont pas concrétisés

En tant que conducteur d'une voiture électrique, je peux ressentir plus tôt des améliorations au niveau du logiciel, n'est-ce pas ?

Mais ici, toutes les voitures en profitent, car les mises à jour sont appliquées à toutes les voitures, qu'elles soient neuves ou plus anciennes. C'est ce que l'on appelle les mises à jour « over-the-air ». Comme pour un smartphone. Le matériel fait partie du produit et de ses performances, mais le logiciel est également essentiel. C'est pareil pour la voiture électrique.

Aujourd'hui, aucune voiture n'était en train de se recharger sur les six bornes de Kemptthal. Nous aurions donc trouvé une place sans problème. En sera-t-il toujours ainsi si les voitures électriques se multiplient à l'avenir ?

Maintenant vient le deuxième souci de ta précédente question, à savoir les possibilités de recharge. Donc, nous avons en Suisse une densité relativement élevée de stations de charge et elle ne cesse de s'améliorer. Mais il est évident qu'une infrastructure ne peut pas être conçue pour absorber les pics extrêmes. Ce serait tout simplement trop cher. Lorsque la moitié de la Suisse part en vacances à la montagne, il peut y avoir des temps d'attente aux points de recharge les plus populaires. Mais cela n'arrive que très rarement à certains moments.

Recharger avec vue : à son domicile, Hans Fischer charge l'électricité solaire de son propre toit dans sa voiture.
Recharger avec vue : à son domicile, Hans Fischer charge l'électricité solaire de son propre toit dans sa voiture.

Reste à savoir si les batteries des voitures électriques fonctionneront à long terme, et si elles auront toujours la même autonomie qu'au début.

Aujourd'hui, on ne sait pas exactement quelle sera la capacité des batteries après dix ou quinze ans. Les voitures électriques ne sont pas sur le marché depuis si longtemps que cela. Les premiers rapports d'expérience montrent toutefois que l'usure de la batterie devrait être un problème beaucoup moins important que prévu. Un conducteur de Tesla a déjà parcouru plus d'un million de kilomètres (en allemand).

Cela ne devrait pas convaincre les fans de voitures à combustion ...

Il y a un groupe qu'il est difficile d'atteindre avec des arguments rationnels. Pour lui, la voiture à combustion est presque une religion. La pression sur l'accélérateur doit faire du bruit.

Pour les garagistes, la voiture électrique n'est pas qu'une bénédiction.

Pour les entreprises, le passage à l'électromobilité entraîne la disparition d'une part importante de leur activité. Les moteurs électriques nécessitent beaucoup moins d'entretien. La voiture électrique dans son ensemble aussi, il reste ici l'électronique, les freins et la climatisation comme blocs plus importants. Il est compréhensible que les personnes travaillant dans des ateliers aient peur pour leur entreprise. Mais le changement ne se fait pas du jour au lendemain. Ce n'est qu'en 2035 que les nouveaux véhicules à combustion ne pourront plus être immatriculés dans l'UE. Il y a donc suffisamment de temps pour le changement.

Cet article plaît à 47 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Je suis journaliste depuis 1997. Stationné en Franconie, au bord du lac de Constance, à Obwald, Nidwald et Zurich. Père de famille depuis 2014. Expert en organisation rédactionnelle et motivation. Les thèmes abordés ? La durabilité, les outils de télétravail, les belles choses pour la maison, les jouets créatifs et les articles de sport. 


Électromobilité
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader