Nouveautés & tendances

Déclaration d’amour au pire sacrilège de la gastronomie italienne

Raphael Knecht
Zurich, le 12.04.2018
Elle divise les esprits: en Italie, on la méprise, en Islande, on veut la bannir, et en Australie, on l’adore. Soit vous l’aimez, soit vous la détestez. Moi, je l’idolâtre. Ode à la pizza hawaïenne!

Une pâte délicatement étalée sur laquelle la mozzarella crémeuse se fond dans une symphonie enchanteresse avec les saveurs aigres-douces du coulis de tomate, quelques tranches de jambon finement découpés, une pincée de poivre corsé et deux à trois feuilles de basilic frais; et on frise le chef-d'œuvre culinaire. Voilà un ravissement sans égal pour le palais! Attendez, il ne manque rien? Si justement, les fameuses rondelles d'ananas!

Même les célébrités voudraient y vivre.
Même les célébrités voudraient y vivre.

Ok, tout ça m’a mis l’eau à la bouche. Une fois de plus...

Retour vers le futur

Minute: le travail avant le plaisir. Il était une fois, il y a fort, fort longtemps, à une époque où les Dieux régnaient en maître sur le Monde... oups, inutile de remonter si loin. Je disais donc, le Corps du Christ en Ital... haha, vous auriez aimé, hein? Trêve de plaisanteries, on doit cette sommité gustative à un Grec vivant au Canada qui, en 1962, a eu la géniale idée de mettre sur ce met circulaire des tranches d'ananas.

Récapitulatif: pizza hawaïenne = Grèce, Canada et Hawaï, autrement dit États-Unis. Et l’Italie dans tout ça? Ma dai, tu sei un pazzo!

Sotirios «Sam» Panopoulos est le héro, que dis-je, le dieu qui, à l'époque, a inventé mon plat préféré. J’étais loin de m’imaginer que ça allait changer ma vie pour toujours. Les mets combinant le sucré et l'épicé étaient la marque de fabrique des restaurants «Satellite» de Sam, tout comme le pain pita.

À juste titre. Pourquoi n’aurait-on pas le droit de combiner quelque chose d’aussi simple et génial à un ingrédient aux saveurs aussi exquises? Le résultat ne peut être qu’une réussite. Savez-vous ce qu’on me rabâchait pendant mes études de gestion des entreprises? Synergies, synergies, synergies. «Quoi?», me demanda mon voisin de table à l’époque. «Sûrement du grec ou quelque chose du genre», répondis-je. Le Graal de la fusion, l'équation mythique «1 + 1 = 3», célébrée dans sa forme la plus pure, à travers la pizza hawaïenne.

Et qu’on ne vienne pas me dire que ce que j’ai appris à la fac ne me servirait jamais dans la vraie vie! #4everastudent

Le Messie sur le lieu de naissance de la pizza la plus délicieuse de la galaxie.
Le Messie sur le lieu de naissance de la pizza la plus délicieuse de la galaxie.

J’ai, l’an dernier, sombré dans une dépression émotionnelle, un coup du destin venu de nulle part m’a alors frappé: le 8 juin 2017, Sam Panopoulos s’en est allé. On ne connaît toujours pas la cause exacte du décès. Il est fort probable que la mafia soit trempée dans cette affaire. Sinon comment expliquer le bloc de béton en forme de tranche d'ananas aux pieds de Panopoulos?

Italia, Italia

Tiens, en parlant de crime organisé: ce qui s’apparente à un châtiment pour les Italiens est pour moi un délice qui me met l'eau à la bouche au moins trois fois par jour. Je sautille alors de joie comme un enfant attendant impatiemment ses cadeaux à Noël.

Ma copine, d’origine italienne mais tessinoise, est attristée de me voir baver devant une pizza garnie de l’ingrédient défendu avant même de passer à table. Devant subir ce premier faux-pas culinaire de ma part, elle me lance non sans émotion: «Je te préviens, si tu commandes une pizza hawaïenne lorsqu’on est au Tessin: basta, finito. Capisci?»

Deux cœurs battent en moi: l'un pour elle, et l'autre, pour cette pizza hawaïenne. Toutes deux sont sucrées et délicieuses. Je suis comme tiraillé, c’est un sentiment presque inhumain. Un problème de taille. Or jusqu'à présent, j'ai su résister à la tentation. C’est (surtout) parce que j’ai peur d’être arrêté pour avoir commandé ce plat interdit dans un restaurant typique du Sud. Du coup, je tiens bon et continue à refouler mes pulsions. Mais pour combien de temps encore?

Même au travail, je suis tiraillé: Don Luca et Don Roberto froncent les sourcils lorsque j’émets l’idée de commander éventuellement une pizza hawaïenne au déjeuner.

Malgré tout, je continuerai à m'adonner à ce met culinaire. Même si je le voulais, je ne pourrais pas m’en empêcher, n’est-ce pas Dominik?

Et ce n'est pas facile, croyez-moi. Car laissez-moi vous dire une chose, comme ça, entre nous: clichés ou pas, les pizzas de Locarno, Ascona ou Lugano ont simplement meilleur goût qu’à Lausanne, Genève ou Neuchâtel. Et les pizzerias de villes comme Naples, Rome ou Venise détrônent toutes les autres quoi qu’il arrive: et même si cette année, question football, ça risque de chauffer, elles décrocheront de toute façon le titre de championne du monde de la meilleure pizza, cari amici.

Comme un chef

Mais il y a pire encore, car la controverse ne s’arrête pas là. En février 2017, le président islandais, mon ennemi juré au nom évocateur de Guðni Thorlacius Jóhannesson, a annoncé devant tout une salle de classe qu’il voulait faire passer une loi pour interdire la pizza hawaïenne. (C'est pourquoi j'ai reporté mon voyage en Islande à cette année.) Il s’est depuis rétracté – de peur de représailles musclées de la part des vendeurs d'ananas– et a relativisé en disant: «J'aime l'ananas. Mais pas sur la pizza».

L'Empire contre-attaque.
L'Empire contre-attaque.

Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, car Justin Trudeau, premier ministre du Canada, a immédiatement répliqué par un tweet patriotique à même de redonner du courage aux adeptes du genre. Il aime la pizza, il aime l'ananas et adore cette spécialité venue tout droit de l'Ontario. Chapeau Monsieur Trudeau!

Gordon Ramsay, grand chef cuisinier écossais, champion toutes catégories en jurons, qualifie la pizza hawaïenne d'«erreur». Et tous ces gros mots, Monsieur Ramsay, ont dû altérer certaines de vos papilles gustatives, non! Et puis, quand il s’agit de gastronomie, pourquoi devrait-on écouter un Britannique?

On en veut à cette pizza hawaïenne alors qu’on mange un truc pareil quelque part sur cette île?
On en veut à cette pizza hawaïenne alors qu’on mange un truc pareil quelque part sur cette île?

Ça, c'est du Haggis. Une panse contenant du cœur, du foie et du poumon de mouton. Pas étonnant qu’on n'ait encore jamais aperçu le monstre du Loch Ness. À sa place, face à ce truc, moi aussi je resterais sous l'eau. Bon appétit!

Maintenant, veuillez m’excuser, mais j’ai besoin de quelques minutes pour me ressaisir avant le final. Merci.

Un morceau de paradis

Allez, je vous embarque.

Le soleil qui brille, les palmiers qui se balancent au gré des alizés, les plages revêtues de sable blanc et les douces mélodies de ukulélé esquissent les contours presque surréalistes de l’idée même que je me fais du paradis sur terre. Des mannequins à la peau hâlée paradent pieds nus sur la plage dans des bikinis serrés devant des surfeurs musclés visiblement impressionnés, des hommes et des femmes dans des habits en raphia et au sourire immuable qui n’ont jamais entendu parler de givre, de froid, ou même de glace – ou peut-être juste dans leurs boissons alors.

Si le paradis existait, cet endroit serait la salle d'attente. Voici Hawaï: trop beau pour être vrai.

Je m’éloigne de mon écran et plonge dans mes pensées. Je m’imagine assis sur la plage, une noix de coco à la main, laissant mes pensées vagabonder. J’ai réussi, je suis heureux dans la vie. Tout est presque parfait.

À une petite chose près. Car pour atteindre le nirvana, il manque comme un je-ne-sais-quoi. Un souvenir inébranlable de ce lieu magique.

Cette envie de paradis sur terre, ou, si vous préférez, une part de pizza hawaïenne.

Cet article plaît à 36 personne(s)


Raphael Knecht
Raphael Knecht
Teamleader Editorial digitec, Zurich
Quand je ne suis pas en train de me bourrer de sucreries, vous me trouverez dans un gymnase: je suis joueur et entraîneur passionné d’unihockey. Quand il fait mauvais, je bidouille mon PC assemblé par mes soins, des robots et autres jouets électriques. La musique m’accompagne de partout. Les sorties VTT en montagne et les sessions de ski de fond intenses font aussi partie de mes loisirs.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser