« Game of Thrones » : la véritable identité du Roi de la Nuit
En coulisse

« Game of Thrones » : la véritable identité du Roi de la Nuit

Luca Fontana
Zurich, le 11.04.2019
Traduction: Anne Chapuis
Le Roi de la Nuit envahit Westeros. Nous savons peu de choses sur lui, ses origines et ses objectifs. Mais tout le monde le craint. Qui se cache derrière ces yeux bleus scintillants ? Une théorie.

Et si le Roi de la Nuit dans « Game of Thrones » n'était pas le premier Roi de la Nuit des histoires des Westerosi ?

Une question qui surgit de nulle part et qui pourrait ne mener nulle part. Mais si nous continuons sur cette voie et l'associons à la prophétie du prince qui fut promis, tout a un sens.

Placeholder image
placeholder

placeholder

Le Roi de la Nuit est Azor Ahai.

Il ne peut en être autrement. La créature aux yeux bleus avec des pics sur la tête qui mène actuellement les légions de morts-vivants contre les Westerosi, est aussi le plus grand héros de toute une religion qui enseigne à ses disciples la peur du Roi de la Nuit. Cela devient clair quand un fait est considéré comme absolu : il doit toujours y avoir un Roi de la Nuit.

Qui est le Roi de la Nuit ?

Le Roi de la Nuit ouvre ses yeux bleus glacés pour la première fois lorsqu'il est créé par les Enfants de la Forêt il y a dix mille ans. C'est ce que Bran Stark apprend au début de la sixième saison de « Game of Thrones ». Parce que les Enfants, petites créatures humanoïdes de la forêt qui peuplaient Westeros à l'époque, sont menacés par les Premiers Hommes. Numériquement et technologiquement inférieurs, ils prient les Anciens Dieux et les implorent de les aider.

Les Anciens Dieux répondent. Soit ils envoient les Marcheurs Blancs, soit ils donnent aux Enfants les connaissances nécessaires pour créer les morts-vivants blancs. Les Marcheurs Blancs ont la capacité de ressusciter les morts en tant que spectres : chaque Westerosi qui tombe est un Spectre qui entre dans les rangs de l'armée ennemie. Cela serait utile pour compenser la supériorité numérique des Premiers Hommes.

Le contrôle de l'armée est assuré par une personne : le Roi de la Nuit. Autrefois homme de chair et de sang, les Enfants de la Forêt lui ont enfoncé un poignard en obsidienne dans le cœur. Il perd sa volonté, son teint rosé et sa voix. L'homme ferme les yeux. Quand il les rouvre, ils sont bleus. Le Roi de la Nuit est né.

Le contrôle - c'est peut-être là qu'est le point capital. Pas seulement en temps de guerre. Mais aussi en temps de paix. Les Marcheurs Blancs doivent être guidés et les Spectres doivent être contrôlés dans leur soif de sang. Toujours. Et si les armées des morts ne mouraient pas avec le Roi de la Nuit, mais se déplaçaient à travers les terres des vivants et détruisaient la création des Anciens Dieux ?

C'est pour cela qu'il doit toujours y avoir un Roi de la Nuit.

Les livres d'histoire datent la première attaque du Roi de la Nuit et de ses Marcheurs Blancs à environ huit mille ans. Deux mille ans se sont donc écoulés entre la création du Roi de la Nuit et sa première attaque.

Deux mille. Pourquoi le Roi de la Nuit n'a-t-il pas attaqué plus tôt ?

Le rôle d'Azor Ahai

Les Enfants ont dû utiliser une magie douteuse et imprécise. Peut-être même corruptrice à long terme – comme une malédiction. Peut-être que les Enfants ont aussi fait une erreur lors de l'exécution du rituel. Il est difficile, voire impossible de l'expliquer autrement. Les Enfants parviennent à conclure une trêve avec les Premiers Hommes – peu de temps après avoir créé le Roi de la Nuit, mais avant que sa lance glacée n'enseigne la crainte à l'humanité et avant le bain de sang.

Les Marcheurs Blancs sont donc devenus inutiles. Les Enfants de la Forêt ont certainement donné l'ordre au Roi de la Nuit d'emporter son armée de Spectres dans le Nord et d'y rester. À jamais.

Pendant deux mille ans, la malédiction des enfants de la forêt a rongé le Roi de la Nuit. À un moment donné, le dernier vestige de son humanité s'éteint, quelques années avant qu'il ne lance son attaque de la Longue Nuit. Peut-être même que le Roi de la Nuit a oublié qu'il était humain. Poussé par la malédiction, il entreprend de détruire des royaumes entiers, apportant un hiver éternel.

Puis arrive Azor Ahai, le guerrier légendaire choisi par le Seigneur de la Lumière pour combattre les ténèbres. Équipé de son épée Illumination, il a dirigé les armées des Premiers Hommes et des Enfants de la Forêt.

Azor Ahai et Illumination
Azor Ahai et Illumination
Jordi Gonzalez Escamilla

Il parvient à repousser le Roi de la Nuit et les Marcheurs Blancs vers le nord, pour que les hommes puissent construire le Mur de glace. Le Mur est également recouvert de magie par les Enfants de la forêt pour protéger les royaumes des vivants des horreurs du Nord. Ou du moins, c'est ce que raconte l'histoire. Azor Ahai n'est plus jamais mentionné. Il est peut-être mort de vieillesse. Ou au combat. Ou il y a une raison pour laquelle les anciens érudits n'ont plus rien écrit à son sujet :

il ne faisait peut-être plus partie des vivants, mais n'était pas mort pour autant.

S'il est vrai qu'il doit toujours y avoir un Roi de la Nuit, alors sa mort n'a pas arrêté les envahisseurs de la glace, mais les a libérés. Un désastre. Pour les arrêter, ils ont besoin d'un nouveau Roi de la Nuit. Un héros qui se sacrifie pour que Westeros puisse vivre. Quelqu'un qui n'a plus d'attaches dans son ancienne vie.

Azor Ahai.

Pour créer Illumination, il a dû tuer sa bien-aimée Nissa Nissa : en enfonçant la lame dans son cœur, l'âme de Nissa Nissa et le fer utilisé pour forger l'épée se sont liés. Ainsi, Illumination a reçu le pouvoir de tuer le Roi de la Nuit. Mais maintenant que le Roi de la Nuit est mort, Azor Ahai n'a plus aucune raison de rentrer à la maison.

Azor Ahai doit forger Illumination dans le feu vivant : Nissa Nissa
Azor Ahai doit forger Illumination dans le feu vivant : Nissa Nissa
Amok

Peut-être a-t-il voulu soulager sa douleur en se plantant un poignard en obsidienne des Enfants de la Forêt dans le cœur ? La chaleur aurait été remplacée par le froid, le brun dans ses yeux aurait cédé la place à un bleu glacial. Peut-être qu'Azor Ahai a disparu parce qu'il a pris la place du Roi de la Nuit. Les Spectres et les Marcheurs Blancs se seraient soumis à lui et à son contrôle.

On peut encore développer cette idée. Huit mille ans après la première attaque des Marcheurs Blancs : la malédiction ou l'erreur faite lors du rituel par Enfants de la Forêt aurait dévoré les derniers vestiges de l'humanité encore présente dans Azor Ahai. Azor Ahai ne serait plus un partisan du feu, mais de la glace.

Azor Ahai serait le nouveau Roi de la Nuit.

Les peintures rupestres de la septième saison de « Game of Thrones » en témoignent. Jon Snow les montre à la Mère des Dragons Daenerys Targaryen. Dans une grotte sur Peyredragon, une île au large de Westeros qui se compose principalement d'obsidienne. C'est là que les enfants de la forêt ont dessiné le roi de la nuit tel qu'il leur est apparu pour la première fois il y a huit mille ans. À ses côtés, les Marcheurs Blancs. Ce qui est frappant, c'est que le Roi de la Nuit des peintures rupestres semble différent de celui qui tue et terrorise le monde actuel. Surtout que le nouveau Roi de la Nuit n'a pas de barbe.

Le Roi de la Nuit à l'époque (avec barbe)
Le Roi de la Nuit à l'époque (avec barbe)
Le Roi de la Nuit aujourd'hui
Le Roi de la Nuit aujourd'hui

Bien sûr, la présentation différente pourrait être une coïncidence. Mais tout de même : il se pourrait aussi que ce ne soit pas une coïncidence.

Le prince qui fut promis

Il y a environ cinq mille ans, une prophétie a été écrite dans les archives d'Asshai. Elle prédit que lorsque les ténèbres reviendront, Azor Ahai renaîtra comme le prince qui fut promis. Et son chant sera celui de la glace et du feu.

Tout colle.

En partant du principe que le Roi de la Nuit est frappé par une malédiction corruptrice, cela pourrait signifier qu'il veille sur les morts jusqu'à ce que sa malédiction ait rongé son humanité. L'âme est alors libérée de la glace, mais elle a besoin d'un nouveau corps : l'âme d'Azor Ahais renaît dans le prince qui fut promis. Pendant ce temps, le Roi de la Nuit sans âme crée une armée de morts.

Quand cela se produit, il faut un nouveau Roi de la Nuit pour garder les Spectres et les Marcheurs Blancs sous contrôle. Il doit toujours y avoir un Roi de la Nuit. Et ça doit être le prince qui fut promis. Il vaincra l'actuel Roi de la Nuit et prendra sa place. Mais comme Azor Ahai, le prince qui fut promis sera rongé par la malédiction. Son âme aussi sera libérée et renaîtra dans un nouveau guerrier qui devra le remplacer : un combattant du feu qui se transformera en soldat de glace. Un cycle éternel, maudit.

Le chant de glace et de feu.

C'est l'illustration parfaite d'une dualité formant tout de même une unité. Soudain, le nom de la série de romans sur laquelle est basé « Game of Thrones » – à savoir « A Song of Ice and Fire » – a une toute nouvelle signification.

Qu'est-ce que cela signifie pour la huitième saison ?

Jon Snow est peut-être le candidat le plus prometteur pour le poste de prince qui fut promis. Même si c'est seulement à cause de ses origines alliant le sang des Targaryen et des Stark : le feu et la glace. Encore la dualité dans une unité. Mais ce serait à lui de vaincre le Roi de la Nuit et de prendre sa place. Une fin tragique pour le personnage de Jon Snow.

Mais si, en parallèle, Daenerys Targaryen venait à prendre la place sur le Trône de Fer – ce qui est pour beaucoup la meilleure solution au conflit à Westeros – ce serait une fin d'une âpre beauté qui irait parfaitement avec «Game of Thrones». Après tout, c'est George R. R. Martin, l'auteur du roman lui-même, qui nous a promis une telle fin à sa chanson de glace et de feu :

Vous pourrez voir la huitième saison à partir du 14 avril 2019 sur RTS 1. Il y aura un épisode par semaine, toujours dans la nuit du dimanche au lundi à 3 heures du matin. En anglais, bien sûr, avec sous-titres français.

Cet article plaît à 34 personne(s)


Luca Fontana
Luca Fontana
Editor, Zurich
Vivre des aventures et faire du sport dans la nature et me pousser jusqu’à ce que les battements du cœur deviennent mon rythme – voilà ma zone de confort. Je profite aussi des moments de calme avec un bon livre sur des intrigues dangereuses et des assassins de roi. Parfois, je m’exalte de musiques de film durant plusieurs minutes. Cela est certainement dû à ma passion pour le cinéma. Ce que j’ai toujours voulu dire: «Je s’appelle Groot.»

Ces articles pourraient aussi vous intéresser