Vélo électrique : les avantages du moteur dans la roue arrière
En coulisseSport

Vélo électrique : les avantages du moteur dans la roue arrière

Michael Restin
Zurich, le 09.04.2021
Traduction: Anne Chapuis
Les moteurs centraux dominent le marché des vélos électriques. Il y a de bonnes raisons à cela, mais ce n'est pas toujours la meilleure solution. Un moteur monté dans la roue présente aussi des avantages tangibles.

Avec les max. 500 watts qu'un moteur de vélo électrique est autorisé à fournir en Suisse, vous avez la puissance d'un cycliste professionnel à bord en plus de votre propre puissance. Les meilleurs fournissent jusqu'à 6 watts par kilogramme de poids corporel en permanence et font des montées un jeu d'enfant. Avec une telle aide, le placement du moteur ne devrait pas avoir d'importance, après tout, il y a plus qu'assez de puissance, non ? Pas exactement. Bien sûr, vous pouvez gravir des collines sans effort avec les deux options, mais elles ne délivrent pas leur puissance de la même façon. Au final, ce qui compte pour la propulsion n'est pas la puissance du moteur, mais le couple, surtout à faible cadence de pédalage.

« Les moteurs roue ont l'inconvénient, en côte, de ne pas disposer de transmission », explique Daniel Wilden, du fabricant de vélos électriques Klever Mobility, « contrairement aux moteurs centraux. Ainsi, le moteur se trouve toujours dans la plage de nombre de tours idéale pour livrer la puissance maximale. » Quand vous êtes en voiture, vous savez ce qui se passe lorsque vous roulez à un régime moteur trop bas : vous appuyez sur l'accélérateur, mais rien ne se passe, car le moteur n'a pas de force. « Les moteurs intégrés à la roue arrière ont un régime bas lorsque vous allez lentement », explique M. Wilden. « C'est l'une des raisons pour lesquelles vous ne trouvez généralement pas de tels moteurs sur un VTT électrique. »

En fait, il devient de plus en plus rare. Néanmoins, il ne s'agit ni d'un modèle discontinu ni d'une solution alternative. Bien que des fabricants comme BionX et GO Swiss Drive (en allemand) aient disparu du marché, Bosch, Brose, Panasonic, Shimano et Yamaha le dominent avec un moteur central. Mais dans un secteur en plein essor, le moteur arrière a de bons arguments.

Propulsion : le moteur dans la roue arrière est populaire pour les S-Pedelecs.
Propulsion : le moteur dans la roue arrière est populaire pour les S-Pedelecs.

Conduite dynamique, peu d'usure

Le choix du type de moteur dépend du domaine d'application et des préférences individuelles. D'une part, le moteur roue est sportif à piloter. Quand il déploie son assistance au pédalage, il offre une vraie poussée et donne une sensation directe et dynamique sans aucun décrochage lors du passage des vitesses. De plus, il est silencieux et marque des points au niveau de l'usure. Les S-Pedelecs (jusqu'à 1000 watts et 45 km/h) en profitent tout particulièrement. Ils sont exposés à des charges élevées et parcourent de nombreux kilomètres. C'est pourquoi des fabricants comme Stromer et Klever misent sur ce type de moteur.

« Si vous aviez un moteur central de 600 watts, vous auriez probablement besoin d'une nouvelle chaîne tous les 1000 kilomètres et d'une nouvelle cassette tous les 2000 kilomètres », explique Daniel Wilden. Le moteur sur moyeu arrière, quant à lui, fournit la puissance directement là où elle est nécessaire, usant ainsi moins rapidement ces pièces. Il n'est pas étonnant que les entreprises de location de vélos (en allemand) soient également des défenseurs de cette variante de moteur. La combinaison avec un entraînement par courroie permet tout particulièrement de créer des vélos à très faible entretien. Le nouveau ST2 de Stromer combine une boîte de vitesses à 5 rapports Sturmey Archer avec un moteur dans la roue arrière. Klever a doté son modèle haut de gamme d'une boîte de vitesses Pinion à 12 rapports, qui est également entièrement intégrée.

*Klever à Cologne :** le S-Pedelec X Speed Pinion à l’essai
CritiqueSport

Klever à Cologne : le S-Pedelec X Speed Pinion à l’essai

Si vous n'avez pas la flemme de changer de vitesse, vous n'aurez aucun problème avec le puissant moteur dans la roue arrière, même si vous devez démarrer en côte. Mais le moteur ne peut briller que lorsqu'il entre dans sa zone de confort : « Cette zone se trouve aux alentours de 30 km/h », déclare M. Wilden, pour les S-Pedelecs qui transportent principalement les pendulaires d'un point A à un point B. Ainsi, ils peuvent aller à fond et remplacer la voiture. Un autre avantage des moteurs sur moyeu arrière est la possibilité de récupérer l'énergie de freinage. Dans les descentes plus longues, cette récupération réglable agit également comme un frein moteur et permet de soulager les freins. Les disques et les plaquettes doivent, quoi qu'il en soit, déjà résister à beaucoup de choses. L'expert a fait l'expérience que l'entretien nécessaire est souvent effectué trop tard : « Je pense que beaucoup de gens sous-estiment l'usure des freins. »

Il ne faut pas sous-estimer les libertés de conception qui résultent d'un moteur sur moyeu arrière. Le bloc moteur sous le cadre n'existe plus, le look est soigné et discret. C'est pourquoi le moteur roue ne s'est pas seulement répandu sur les S-Pedelecs, mais aussi sur les vélos de ville élégants.

Je n'ai pas pu résister et j'ai acheté un singlespeed avec moteur roue arrière il y a sept ans. Par rapport à la technologie actuelle, un modèle préhistorique qui confirme tous les inconvénients. Dans les montées, je dois forcer pour que le moteur fonctionne bien, ce qui réduit considérablement la portée. Mon moteur est relativement faible et n'est pas aussi silencieux que les nouveaux moteurs roue brushless. Mais j'aime ce moment où il commence à se faire sentir. Et quand je l'éteins, rien ne me fait penser à un vélo électrique. Je n'ai qu'à m'occuper de la chaîne, des freins et des pignons de temps en temps. Le moteur sur le moyeu arrière ne m'a jamais fait faux bond.

Non, je ne regrette rien. Surtout pas le moteur roue arrière.
Non, je ne regrette rien. Surtout pas le moteur roue arrière.
Photo : Thomas Kunz

Cet article plaît à 56 personne(s)


Michael Restin
Michael Restin
Editor, Zurich
Scientifique dans le domaine du sport, père haute performance et télétravailleur au service de Sa Majesté la tortue.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser