Projet PC Sleeper : la laideur a un nom

Projet PC Sleeper : la laideur a un nom

Kevin Hofer
Zurich, le 27.06.2019
Les boîtiers de PC des années 90 sont laids. C'est du moins ce que je pensais il y a encore cinq ans. Depuis, ils déclenchent en moi un sentiment de nostalgie pour un monde informatique romancé et révolu depuis longtemps. Ça m'a donné une idée : construire un PC sleeper.

Sleeper... Qu'est-ce que c'est ? Est-ce un PC qui provoque l'endormissement à l'allumage ? Ou un PC avec touche Sleep comme autrefois ? On n'est pas loin. Personnellement, je préfère la définition de l'Urban Dictionary :

un ordinateur incroyablement rapide déguisé en un PC Windows 98 de merde. Malgré un aspect extérieur peu ragoûtant, l'intérieur est entièrement neuf. Il embarque ce qu'il y a de plus récent en matière de processeur, de RAM et de carte vidéo, mais dans un boîtier merdique.

Par conséquent, un PC Sleeper est un ordinateur doté des composants les plus récents, installés dans une tour datant des années 90. Une Ferrari déguisée en Fiat 500 en somme. Et je vais justement en assembler un.

Recherche des pièces

La tendance est au rétro. Et je suis plus que disposé à la suivre. Si mon collègue Martin Jud a sa série « Feed the Nerd », alors moi aussi je peux, et en mieux. Je ne me contente pas de l'ancien, je le combine avec le moderne.

Comme le boîtier est la partie la plus importante de mon projet de PC Sleeper, je me mets immédiatement à la recherche des pièces, et notamment chez un commerçant suisse qui vend de l'occasion. Au bout de cinq minutes, je remarque que le choix des boîtiers est très restreint et que ces derniers coûtent plus de 100 francs. Il doit y avoir moins cher.

Apparemment, je ne m'en sors pas aussi bien que Martin et lui demande d'où il sort ses pièces rétro. Il les achète toujours sur un site de petites annonces. Les pièces proviennent presque exclusivement d'Allemagne. Il est cependant possible de se les faire envoyer en Suisse sur demande.

Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il y a du choix : je me retrouve devant une abondance de boîtiers de différentes époques informatiques. Je suis sûr d'y trouver mon bonheur. Après une courte recherche et quelques messages envoyés, je tiens le bon bout : pour 30 euros et 49,99 francs de frais de port, je dégote mon fameux boîtier. Certes, 50 balles pour l'expédition, ce n'est pas rien. En Suisse, j'aurais certainement déboursé 15 francs au bas mot. En plus, le boîtier me serait revenu à plus de 100 francs, pour quelque chose que je n'aurais pas vraiment trouvé cool. Je me réjouis vraiment de recevoir ma tour rétro années 90.

Un PC Sleeper à gagner

Il va de soi que je ne m'amuse pas à assembler un PC Sleeper pour moi tout seul. Notre Category Management recherche des sponsors pour les composants. Nous aimerions mettre en jeu ce super ordinateur une fois qu'il aura été assemblé.

Voici comment le gagner : vous pourrez en apprendre plus sur le PC Sleeper au cours des prochaines semaines, chaque mardi et jeudi. À la fin des articles, je vous poserai une question avec trois réponses possibles. La bonne réponse se trouve dans l'article. Vous recevez un point par bonne réponse. En répondant correctement au plus grand nombre de questions possible, vous vous qualifiez pour le tirage au sort final, lequel permettra de déterminer le gagnant.

Et ensuite ?

Je vous dirai dans le prochain article quel boîtier j'aurai choisi. Pour être sûr de ne rien manquer, je vous propose de cliquer sur le bouton Suivre l'auteur dans mon profil.

Voici comment le gagner : vous pourrez en apprendre plus sur le PC Sleeper au cours des prochaines semaines, à savoir le mardi et le jeudi. À la fin des articles, je vous poserai une question avec trois réponses possibles. La bonne réponse se trouve dans l'article. Vous recevez un point par bonne réponse. En répondant correctement au plus grand nombre de questions possible, vous vous qualifiez pour le tirage au sort final, lequel permettra de déterminer le gagnant.

Was ist ein Sleeper-PC?

Le concours est terminé.

Cet article plaît à 192 personne(s)


Kevin Hofer
Kevin Hofer
Editor, Zurich
La technologie et la société me fascinent. Combiner les deux et les regarder sous différents angles est ma passion.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser