Nouveautés & tendances

Oppo Reno : la 5G n'est pas un highlight, mais la caméra l'est

Dominik Bärlocher
Zurich, le 17.07.2019
Collaboration: Samira Kobler
Vidéo: Samuel Kobler, Manuel Wenk
Traduction: Anne Chapuis
Un premier regard sur l'Oppo Reno montre que l'objet fait plus qu'un peu de 5G. Car ce qui est impressionnant c'est que le smartphone n'a pas de problème avec les vidéos 4K de 60 images par seconde.

Avant toute chose : ce n'est pas un « review ». J'ai tout simplement manqué de temps pour le faire. Malheureusement. Je ne parlerais pas non plus de la 5G ; cela viendra. Je n'ai eu l'Oppo Reno que pendant quelques jours avant de devoir le renvoyer au fabricant. Le Reno est prometteur et que je n'aurais dû tester que les capacités 5G du smartphone chinois. Mais je me suis mis à jouer avec la caméra et ai découvert quelque chose qui a fait passer la 5G pour une invention obsolète.

4K, 60 fps.

Oh yeah ! Ok, ce n'est pas la nouveauté la plus spéciale de tous les temps, car d'autres téléphones l'ont aussi. Le OnePlus 6T par exemple. Mais l'Oppo Reno le fait simplement mieux et avec une facilité effrayante.

Aujourd'hui, je ne parle que de la caméra de l'Oppo Reno et de ce qu'elle a dans le ventre.

Snapdragon 855 soit loué

Si vous n'êtes pas vidéographe, « 4K, 60fps » ne vous dira pas grand-chose. Si vous êtes vidéographe, regardez votre Nikon, Sony ou Canon et pensez « Mais mon bébé prend encore de meilleures photos » et essayez de garder encore un peu de dignité. Il n'y a pas de mal à ça. Je le fais aussi avec mon Sony a7sii.

4K décrit la définition de l'image, c'est-à-dire le nombre de pixels par image capturée. Plus il y a de pixels, plus l'image est riche en détails. Jusqu'à présent, certains smartphones pouvaient enregistrer en UHD, c'est-à-dire avec 3840×2160 pixels. La résolution 4K serait 4096×2160 pixels, donc un format d'image un peu plus large. Comme 4K sonne mieux qu'UHD, 4K s'est imposé comme un terme pour les deux formats dans l'industrie à de nombreux endroits.

60 fps, soit 60 frames per second, indique le taux de rafraîchissement. Cela signifie que l'image dans le fichier se rafraîchit 60 fois par seconde. Plus le nombre d'images par seconde affichées est élevé, plus l'image sera fluide. D'après des essais avec des pilotes d'avion de chasse, l'œil humain perçoit jusqu'à 255 images par seconde. La plupart des films sont enregistrés à 24 ou 29,97 images par seconde. Les films « Hobbit », tournés à 48 images par seconde, font exception. Pour que vous puissiez le lire et en apprécier tout l'effet, vous avez besoin d'un écran d'au moins 60 Hz.

Pour qu'une image 4K 60fps puisse apparaître et que votre téléphone ne parte pas en fumée, il doit avoir suffisamment de puissance. L'Oppo Reno le fait « les doigts dans le nez ». Même pendant cinq bonnes minutes sur une moto cross à parcourir des chemins de forêt en Suisse, le portable n'a pas failli et le stabilisateur d'image numérique – les photos sont optiquement stabilisées, les vidéos apparemment pas – fait tout le travail. Voyons si Youtube en fait autant.

Peu importe que toute l'image soit en mouvement ou seulement une partie, la fréquence d'images reste stable. L'appli d'organisation d'images et de sauvegarde Google Photos elle n'est pas coopérative. En fonction du téléphone, la lecture devient saccadée. Comme sur le Huawei P30, par exemple. Les enregistrements sont intacts, mais ils ne sont montrés qu'avec des saccades. Une application de lecture vidéo comme VLC nous vient en aide. L'Oppo Reno, en tout cas, lit tout sans problème, même avec Google Photos. Si quelqu'un sait pourquoi, n'hésitez pas à me laisser un commentaire ci-dessous. La première hypothèse selon laquelle le problème est dû à la RAM n'est pas confirmée. L'Oppo Reno, le Huawei P30 Pro et le OnePlus 6T ont tous 8 Go de RAM.

Pour réaliser cette performance, Oppo a utilisé le système phare actuel des systems on a Chip (SoC) de Qualcomm. Jusqu'à présent, le Qualcomm Snapdragon 855 était toujours mignon, mais dans l'Oppo Reno, il peut enfin montrer ce dont il est capable.

Batterie à la limite

Il convient également de noter qu'une vidéo 4K 60fps nécessite non seulement des performances massives de la part du System-on-a-Chip – en l'occurrence le Snapdragon 855 – mais également que l'ensemble doit être alimenté. La solution serait d'installer une immense batterie dans l'appareil et de laisser cramer le portable. Toutefois, cela rendrait le téléphone trop lourd et donc inatractif. Plus fin, plus rapide, plus léger, telle est la devise des produits phares. Mais tout de même : l'Oppo Reno est lourd. Avec une carte SIM, il pèse 216 grammes. Ainsi il ose dépasser la limite symbolique des 200 grammes. À titre de comparaison, le Huawei P30 Pro pèse 192 grammes et le Samsung Galaxy S10+ 175 grammes.

Comme la batterie est de loin le composant le plus lourd d'un smartphone, on aime y faire des concessions. Samsung a été le meilleur exemple l'an dernier avec son S9, où la batterie tenait à peine une journée de travail. Oppo, cependant, ne fait pas de compromis sur la batterie et fournit 4000mAh de capacité, ce qui permet de filmer quelques vidéos 4K. Filmer pendant un quart d'heure, prendre une centaine de photos et jouer un peu de jeu de temps en temps font chuter la batterie du Reno à 20 % en 12 heures environ.

C'est tout à fait respectable, mais si vous planifiez de grandes excursions filmographiques avec le Reno, emportez un chargeur de secours et rechargez votre téléphone entre les prises. Si vous voulez utiliser le Reno comme un téléphone et un appareil photo, donc un peu de WhatsApp par-ci, un peu d'Instagram par-là et filmer, alors je pense que la batterie n'est pas assez puissante.

La première impression de l'Oppo Reno : il est grand, lourd, rapide et prometteur. Et c'est une vraie bête. En fonction de vos souhaits, un essai complet pourrait suivre.

Review Oppo Reno ?

Voulez-vous une revue ? Les réponses positives à « J'ai foot » seront ignorées.

Le concours est terminé.

Voilà, c’est tout. Je vais jouer avec des chiots.

Cet article plaît à 24 personne(s)


Dominik Bärlocher
Dominik Bärlocher
Senior Editor, Zurich
Journaliste. Auteur. Hackers. Je suis un conteur d'histoires à la recherche de limites, de secrets et de tabous. Je documente le monde noir sur blanc. Non pas parce que je peux, mais parce que je ne peux pas m'en empêcher.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser