Vous n’êtes pas connecté à Internet.
Corporate logo
JardinIntérieurSavoir-faire 117

Ô mon balcon: ce jardin d’Eden

Le balcon est une véritable pièce d’extérieur. On peut y lire un bouquin au soleil, prendre un verre de vin entre amis sous le soleil couchant ou faire quelques grillades pour le dîner. Les maîtres-mots ici? Confort et bien-être pardi. Mais sur une petite surface, pas si simple. Et je sais de quoi je parle.

Ombragés, ensoleillés, spacieux, petits: il existe toutes sortes de balcons, mais pas de recette miracle pour l’aménagement idéal. Le choix des plantes et des fleurs doit non seulement convenir à l’orientation, mais également au temps que vous êtes prêt à investir pour vous en occuper. Une décision relativement épineuse vous en conviendrez. Je me suis donc adressée à un expert. Bernhard Schmid, directeur du Gartencenter Bacher à Langnau nous prodigue quelques conseils de première main.

Prudence dans le choix des pots

L’objectif que je me suis fixé? Faire en sorte que mon balcon devienne plus vivant et plus accueillant. Jusqu’à présent, on n’y trouvait que les poubelles de tri sélectif et une minuscule table. D’accord, il y a quelques plantes, mais je n’ai pas l’impression qu’elles s’épanouissent. Mon balcon est plutôt ombragé, peut-être y ai-je installé des fleurs qui ont besoin de soleil? Et je ne sais même plus à quand remonte le dernier arrosage, c’est pour vous dire.

Mon balcon pendant les dix minutes d’ensoleillement quotidien.

Monsieur Schmid m’explique tout de suite que «le plus important» est de disposer de jardinières adéquates. Les plantes ont besoin de place et de terreau en quantité suffisante pour pouvoir grandir. Rien que ce premier conseil est déjà très utile. Dans un élan d’excitation, il se peut que j’aie mis en pot trop de plantes par bac. C’est noté: le mieux est l’ennemi du bien, même chez les végétaux.

Le choix des bacs – balconnières, sacs à plantes et autres pots suspendus – s’effectue en fonction de la place dont on dispose. Comme mon balcon est tout petit, j’opterai donc pour les balconnières et les pots suspendus. Mais ce n’est pas avec une plante que mon espace extérieur ressemblera à un jardin d’Eden. Allez, il m’en faut d’autres!

Pots suspendus au Gartencenter Bacher.

Plantes pour espaces ombragés

Si votre balcon est ombragé comme le mien, vous avez sûrement remarqué que de nombreuses plantes ne conviennent pas. Chez moi, elles ont tendance à rendre l’âme, peut-être parce que je m’obstine à ne pas prendre en considération ces étiquettes plantées dans la terre de chaque pot. Si elle indique une petite icône soleil, alors je dois me faire une raison, elles n’iront pas chez moi, que cela me plaise ou non. Et monsieur Schmid me l’a confirmé: «Si l’emplacement est mal choisi, vous aurez beau essayer, ça ne donnera rien.»

Alors comment faire au mieux? «Bégonias et fuchsias se plaisent à l’ombre et ne requièrent que peu de travail», explique monsieur Schmid. «C’est à la portée des néophytes», et de la mienne. J’aime m’occuper de plantes, mais on ne peut pas dire de moi que j’ai la main verte. Peut-être quand j’aurai mon propre jardin, qui sait?

Les seules plantes qui vont bien sur mon balcon ombragé: les bégonias.

Du soleil pour les herbes aromatiques et les légumes

Les heureux propriétaires de balcons plein sud pourront surfer sur la tendance de l’agriculture urbaine, le fait d’affecter au maraîchage de petites surfaces – balcons, cours intérieures, bacs – , en général dans les grandes villes. «Herbes aromatiques et légumes ont le vent en poupe auprès de notre clientèle», nous explique monsieur Schmid.

Parmi les herbes pérennes, on citera par exemple le romarin, le thym et la sauge. Et parmi les annuelles, le basilic. Il en existe une dizaine de sortes, et pas uniquement celle qu’on connaît. Tomates et poivrons sont fortement plébiscités aussi. Ces derniers vont de doux à piquant. Autre conseil de notre professionnel: opter pour les variantes les plus chères, car elles sont plus résistantes et moins enclines aux maladies.

Le fameux basilic, il en existe encore neuf autres sortes.

Autre tendance du moment? La patate douce. Venu tout droit d’Amérique latine, ce tubercule a besoin d’un grand bac. Les balcons minuscules ne conviendront pas. À propos tubercule, il existe maintenant des semis de pommes de terre. D’après monsieur Schmid, c’est à la portée de tout le monde. Avant, la culture de ce légume était onéreuse et ne convenait donc pas au jardinier du dimanche.

Rien que de penser à tous ces légumes à cultiver soi-même, plein de recettes me viennent à l’esprit. La plupart ayant besoin de soleil, je ne pourrai pas les concrétiser, à moins de déménager dans l’immeuble d’en face où l’orientation est plus favorable.

S’il faut se rabattre sur des petites fleurs, autant choisir la dipladenia. C’est la préférée de Schmid, elle donne des fleurs colorées en abondance, sont faciles d’entretien et tiennent longtemps. C’est une très jolie plante. Cela étant, un peu de variété sur le balcon ne ferait pas de mal non plus. Monsieur Schmid m’en propose une autre: l’impatiente apporte panache, mais si elle manque d’eau, elle se fane très rapidement.

La dipladenia est une fleur tout simplement magnifique.

Les erreurs classiques de débutants

J’aimerais connaître les erreurs que les jardiniers en herbe commettent. Je m’attends aux pires réponses de la part de notre professionnel. «Le manque d’eau» me lance-t-il. D’accord! On est souvent tête en l’air, on oublie d’arroser. Lorsqu’il pleut, on pense être dispensé de cette corvée. Mais les plantes de balcons se trouvent souvent à l'abri de la pluie et ne reçoivent presque aucune goutte. Tant qu’à parler d'erreurs, je me lance: «faut-il planter maintenant ou attendre les saints de glace?» lui demandé-je. «La plupart des fleurs pourront éclore en cette période. Mais en cas d’épisode de gel, il faudra les recouvrir de tissu polaire. Pour le basilic ou les tomates, cette solution ne suffira pas. Il faudra les rentrer.», explique-t-il.

Il faut rentrer les plants de tomates dès que le vent est un peu frais.

Je me promène encore un peu dans la jardinerie entre les fleurs colorées. J’ai appris pas mal de choses: il m’est impossible de cultiver sur mon balcon, la structure et le volume de terreau doivent convenir aux plantes, les bégonias constituent mon premier choix. Et la dernière, mais non la moindre: quand on a un espace petit et ombragé, on ne peut rien y changer. Même le meilleur des jardiniers ne pourra pas faire de miracle.

Me voilà donc à la recherche d’un appart sur Internet.

User
Élargir mon horizon: voilà comment je résumerais ma vie en quelques mots. J'aime découvrir de nouvelles choses et en apprendre toujours plus. Je suis constamment à l'affût de nouvelles expériences dans tous les domaines: voyages, lectures, cuisine, cinéma ou encore bricolage.

1 commentaire

3000 / 3000 caractères

User Damb_86

Guter Beitrag, macht Laune auf Balkon oder Terrasse aufmöbleln :)
noch als kleine Randnotiz, ich denke um Pflanzen abzudecken nimmt man doch eher ein vlies und nicht fleece...(?)
Gruss

18.05.2018