Notre empreinte écologique : la tendance est bonne, mais les chiffres absolus pas encore
Nouveautés

Notre empreinte écologique : la tendance est bonne, mais les chiffres absolus pas encore

Tobias Billeter
11.11.2022
Traduction: Anne Chapuis

La croissance rapide de ces deux dernières années a une influence sur l’empreinte écologique de notre entreprise. Les émissions de gaz à effet de serre ont certes augmenté en valeur absolue, mais elles ont diminué de 44 % par livraison. La réduction des déplacements pendulaires, les énergies renouvelables, les programmes d’efficacité ainsi que l’optimisation des emballages portent leurs fruits.

Après 2019, nous avons mesuré et analysé pour la deuxième fois l’empreinte écologique propre à l’entreprise pour l’exercice 2021. Une chose est sûre, lors de l’analyse, nous avons collecté d’autres données afin de refléter correctement l’évolution du contexte. Nous avons ainsi comptabilisé des postes d’émissions supplémentaires en raison de la croissance et mis à jour certaines bases de calcul du premier relevé.

Efficacité énergétique et effets positifs dus au coronavirus

Si l’on compare les gros producteurs de CO₂ des entreprises indiqués dans l’empreinte 2019 avec les chiffres de 2021, le bilan est encourageant : l’empreinte écologique de notre publicité a diminué de 80 % pour atteindre 601 tonnes de CO₂. Mais les émissions dues au chauffage et à l’électricité ont également diminué de 23 %, car nous sommes passés aux énergies renouvelables et sommes devenus plus efficaces. Dans notre logistique, par exemple, nous n’utilisons presque plus que des lampes LED.

La situation est encore meilleure en ce qui concerne les déplacements pendulaires : en 2021, les émissions s’élevaient encore à 69 tonnes, soit à peine un dixième de la première enquête. Cette amélioration miraculeuse est due au boom du télétravail pendant la pandémie de coronavirus. Mais comme chez nous ce dernier est venu pour rester, l’empreinte écologique des déplacements pendulaires devrait, à moyen ou long terme, se rapprocher de zéro.

Nous devrions également considérer différemment notre utilisation des matériaux d’emballage : les émissions liées aux matériaux ont certes augmenté de 84 %, mais cela s’explique en premier lieu par le fait que le nombre de colis envoyés a presque triplé en deux ans (+170 %). Les deux machines d’emballage supplémentaires achetées ainsi que les cartons optimisés n’ont cependant pas manqué de faire leur effet. Nous avons donc dépassé notre objectif de réduire d’au moins 3 % par an les émissions de CO₂ liées au matériel d’emballage par produit expédié depuis notre entrepôt.

Capacité triplée, augmentation des émissions de 40 %

Si nous regardons les chiffres absolus, nos émissions propres à l’entreprise ont augmenté de 40 % depuis 2019. Cela s’explique principalement par deux évolutions : les centres logistiques mis en service entre 2019 et 2021 ont augmenté les émissions de gaz à effet de serre dans les domaines rayonnages / techniques de transport (+81 %) ainsi que l’entretien et les consommables (+227 %).

L’exploitation des nouveaux entrepôts automatisés nécessite l’utilisation supplémentaire de consommables, comme des palettes euro ou des cartons, qui sont désormais répertoriés dans « usage propre ». Avec 4871 tonnes de CO₂, ils représentent environ un tiers de l’empreinte écologique totale de l’entreprise. Le poste « autres biens et services achetés » s’est également ajouté. Il regroupe tous les consommables de bureau, tels que les imprimantes, le mobilier de bureau, les écrans et les ordinateurs portables, qui ont été achetés pour un usage personnel pendant la pandémie.

Dans l’ensemble, les progrès sont considérables. Nous avons pu réaliser des économies en gaz à effet de serre substantielles pour les gros producteurs de CO₂ de l’entreprise que sont le marketing, l’énergie et les déplacements pendulaires. Et en matière d’emballage aussi, les investissements dans l’efficacité des matériaux et les machines d’emballage sont payants. Pour 2021, nous retenons qu’au total, les émissions de gaz à effet de serre de l’entreprise par livraison ont diminué de 44 % par rapport à l’année de référence 2019. Maintenir cette tendance 2 sera un projet exigeant.

  • Nouveautés

    Réduction de notre empreinte carbone : côté électricité tout roule, mais ce n’est pas gagné pour le chauffage

    par Tobias Billeter

  • Nouveautés

    Initiative SBT : régime zéro CO2 sous contrôle scientifique

    par Tobias Billeter

  • Nouveautés

    Voilà pourquoi nos colis sont marron

    par Alex Hämmerli

Cet article plaît à 20 personne(s)


User Avatar
User Avatar
Tobias Billeter
Head of Corporate Communications
Tobias.Billeter@digitecgalaxus.ch

Mon travail, c’est de m'assurer que les employés et les journalistes sont au courant de ce qui se passe chez Digitec Galaxus. Cela dit, rien ne fonctionne sans un grand bol d'air frais et une bonne dose d’activité physique. Je recharge mes batteries dans la nature pour rester à jour et je trouve la sérénité nécessaire pour apprivoiser mes enfants en écoutant du jazz. 


Durabilité
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Commentaire(s)

Avatar