Ne jouez pas avec les sentiments d'un amoureux des livres
Savoir-faire

Ne jouez pas avec les sentiments d'un amoureux des livres

Natalie Hemengül
Zurich, le 30.09.2020
Il existe sept choses que vous ne devez jamais faire à un livre. Jamais, au grand jamais !

Quand j'étais au gymnase, j'avais un petit job à la bibliothèque municipale : je couvrais les livres avec du film de protection autoadhésif. Avec le recul, je pense que c'est à ce moment-là de ma vie que j'ai développé ma tendre et excentrique affection pour les œuvres imprimées. Depuis lors, les livres sont sacrés pour moi et doivent être traités en conséquence.

Voici les sept péchés capitaux qu'il ne faut jamais infliger à un bibliophile.

1. Sacrilège sans protection

Savez-vous ce qu'il peut arriver à votre livre dans les profondeurs de votre sac à dos ou, pire encore, dans l'espace étroit de votre sac à main ? Il peut subir des éraflures, des feuilles cornées, des tâches de désinfectant qui a coulé et, je n'ose à peine l'écrire, des jaquettes déchirées. Autant passer votre bouquin directement à la déchiqueteuse ! C'est pourquoi, en dehors de chez moi, les livres sont seulement entendus, jamais lus. Si jamais la folle envie me prend d'emporter un de mes livres lors d'une aventure en train, alors il faut qu'il soit bien emballé dans une housse spéciale en tissu.

Oui, ça existe vraiment.

Utilisez un petit sac de jute ou je ne sais quoi, mais par pitié protégez vos livres pendant vos déplacements.
Utilisez un petit sac de jute ou je ne sais quoi, mais par pitié protégez vos livres pendant vos déplacements.

2. Emprunté, utilisé et c'est passé

Vous me trouverez peut-être égoïste, mais je ne prête jamais mes livres à personne. Et ce, pour trois raisons :

a) celui ou celle qui aime prendre la responsabilité de la propriété d'autrui est une personne trop insouciante à mon goût et je ne prêterais jamais mes livres à une telle personne ;

b) le livre vous est toujours rendu dans un état moins bon que lorsque vous l'avez prêté ;

c) tout compte fait, oubliez le b), car de toute façon vous ne reverrez jamais votre livre.

3. Les cornes appartiennent aux vaches

Plier une page au lieu d'utiliser un marque-page est un manque de discipline et votre aller simple pour l'enfer. Vous n'avez pas de marque-page à portée de main ? Alors utilisez autre chose. Un tonnerre d'applaudissements pour... votre mémoire.

aucune information disponible sur cette image
Signet faon
Remise quantitative
15.60
Troika Signet faon

4. Les livres n'ont pas leur place sur la table basse

Votre table basse est un environnement dangereux pour les livres. Voici quatre scénarios très probables qui vous dissuaderont de laisser traîner vos livres ouverts sur la table.

Scénario 1 : vous renversez votre « Pumpkin Spice Latte » hors de prix. Votre livre, absorbant et ayant un petit faible pour la citrouille, devient la victime de ce breuvage à la mode.

Scénario 2 : le livre survit, Dieu merci, au latte et vous déposez votre tasse vide en sécurité sur la table basse, satisfait. Et là, c'est le choc : vos livres sont tout décolorés. Les rayons du soleil impitoyables ont terni les couleurs de la couverture illustrée (d'ailleurs, la vraie raison de votre achat).

Scénario 3 : votre ami prend vos livres pour des sous-verre et pose sans vergogne son sirop à la framboise dessus. Une cicatrice restera à jamais.

Scénario 4 : un pigeon se faufile dans votre appartement par la fenêtre en imposte et vous laisse de la fiente partout. Vos livres n'y échappent pas. Ce scénario a reçu le label « tiré d'une histoire vraie ».

Conclusion : ayez pitié de vos livres et rangez-les dans une bibliothèque.

Sur une étagère avec des portes, vos livres sont protégés de la lumière et des pigeons criminels.
Sur une étagère avec des portes, vos livres sont protégés de la lumière et des pigeons criminels.

5. Étirer les livres

Un livre de poche est une alternative bon marché à l'édition reliée. Cela dit, ce n'est pas une raison pour lui manquer de respect en le forçant à faire un grand écart afin de vous faciliter la lecture ou encore en osant le tenir plié à l'envers, comme sur la photo d'en-tête. Épargnez à votre livre les plis qui se formeront sur son dos et préférez l'angle droit. Certes, votre champ de lecture en sera considérablement réduit et votre lecture, loin d'être détendue, mais vous n'aurez pas mauvaise conscience.

6. Les tatouages

Les notes, les surlignages au stylo fluorescent ou votre nom griffonné marquent un livre à vie. Réprimez donc cette envie narcissique de vouloir laisser votre trace partout. Un jour, et croyez-moi ce jour viendra, vous allez confier le livre à un brocanteur où il devra se montrer sous son plus beau jour pour séduire de nouveaux propriétaires potentiels. Les traces du passé s'apparentent à un tatouage d'amour en honneur à un ex. Un vrai tue-l'amour en somme. Une seule chose est encore plus humiliante : la mention « copie défectueuse » que les librairies apposent sur leurs livres avant de les jeter pêle-mêle sur l'étalage, où ils se retrouvent sans défense à la merci des doigts avides de chasseurs de bonnes affaires trop empressés.

7. Peccadilles

Nous avons passé en revue les plus grandes infractions que l'on peut faire subir à des œuvres littéraires. Pour terminer, voici quelques petits délits à éviter :

  • laisser des traces de doigts sur des reliures mates, comme si vous veniez de manger un Big Mac et que vous aviez confondu le bouquin avec la serviette ;

  • ne pas retirer le prix ou l'autocollant « best-seller » dans les 24 heures après l'achat afin d'éviter les résidus de colle, ou pire, les déchirures ;

  • enlever la jaquette pour que ce soit plus « pratique ».

Vous pouvez vous défouler sur ce livre.
Vous pouvez vous défouler sur ce livre.

Soyez une bonne personne. Faites attention et ne jouez pas avec les sentiments des amoureux des livres. Si vous ressentez toujours le désir de détériorer un livre, alors défoulez-vous sur celui-ci :

Mach dieses Buch fertig (Keri Smith)
12.40
Mach dieses Buch fertig (Keri Smith)

Cet article plaît à 37 personne(s)


Natalie Hemengül
Natalie Hemengül
Editor, Zurich
En tant que fan de Disney je vois toujours la vie en rose, je vénère les séries des années 90 et les sirènes font partie de ma religion. Quand je ne danse pas sous une pluie de paillettes, on me trouve à des soirées pyjama ou devant ma coiffeuse. PS Le lard est un de mes aliments favoris.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser