Micro-casques pour le télétravail à l'essai : lequel pour qui ?

Micro-casques pour le télétravail à l'essai : lequel pour qui ?

Martin Jungfer
Zurich, le 30.03.2021
Traduction: Anne Chapuis
Les personnes qui travaillent en télétravail ont besoin de beaucoup de choses : chaise, bureau, webcam, clavier, souris et un micro-casque pour les visioconférences. J'ai essayé quatre modèles différents au cours des derniers mois. Lequel est fait pour quelle utilisation ?

Après une si longue période passée en télétravail, je me demande si je reconnaîtrai mes collègues de travail. Beaucoup ont de gros écouteurs pour les vidéoconférences. Un peu comme s'ils pilotaient un gros Boeing. D'autres, en revanche, n'ont que de fins câbles qui leur sortent des oreilles.

Le fait de travailler depuis la maison nous a fait prendre conscience de la diversité de la gamme de gadgets audio : écouteurs intra-auriculaires, circum-auriculaire et on ears. Et il existe encore ceux que vous portez devant l'oreille. Oui, je dis bien devant l'oreille.

J'ai testé quatre paires d'écouteurs. Presque pour toutes les situations de la vie courante et dans différentes gammes de prix.

Les deux casques Jabra sont des modèles « classiques ». Les Airpods Pro d'Apple sont aussi de la partie, car vous les avez peut-être déjà et qu'ils peuvent être utiles en télétravail. Le modèle pas comme les autres est celui d'Aftershokz. Grâce à sa technologie de conduction osseuse, il laisse les oreilles complètement libres.

Lors des tests, j'attache une importance particulière aux critères suivants :

  • installation et utilisation ;
  • qualité d'écoute et de parole ;
  • confort.

Si vous souhaitez comparer des détails techniques, je vous recommande de créer une liste de comparaison dans la boutique en ligne (voici une proposition). L'évaluation de la qualité du son est subjective. Mes besoins pour commencer le test sont les suivants : un modèle sans fil avec une autonomie suffisante pour une journée de réunions en ligne passionnantes et productives. Les écouteurs doivent également être bons pour écouter de la musique et me concentrer pendant mon travail. Des points bonus sont attribués aux modèles qui filtrent les conversations de ma voisine de bureau, alias ma femme.

Pour votre « centre d'appel » maison

Avant toute chose, je tiens à préciser que dans mon test, la compatibilité pour un centre d'appels s'est avérée être un critère particulièrement important. Comme je partage mon bureau à domicile avec ma femme (et qu'elle aime aussi beaucoup parler au téléphone, parfois bruyamment), c'est une véritable bénédiction lorsqu'un microphone de casque est capable de la mettre « virtuellement » en sourdine. Quand je parle lors d'une réunion, les autres participants n'entendent que moi.

Si vous avez un casque qui n'offre pas ce confort, les choses se compliquent. Au début, j'ai essayé de planifier mes réunions, ou du moins mon temps de parole, de manière à ce que ma femme ne parle pas en même temps. Comme prévu, cette démarche a rarement fonctionné.

Les deux sets Jabra que j'ai testés me viennent en aide et font de l'excellent travail. Les dix microphones de l'Evolve2 85 et le modèle on ear plus abordable Evolve2 65 et ses trois microphones peuvent tous deux éliminer efficacement les bruits de fond. Et ce à un niveau allant jusqu'à 55 décibels dans la pièce où j'effectue mon test.

Dans une vidéo YouTube, Danny Hayasaka a montré de manière impressionnante la différence que fait l'activation du système de réduction active du bruit (ANC) sur le casque Jabra. Il a laissé sa TV allumée et le son à fond le démontrer.

Ces bonnes performances ne sont pas surprenantes, car le modèle 85 de Jabra répond à la norme « Premium Microphone for Open Office » inventée par Microsoft pour Teams. Cela signifie que les bruits et les conversations provenant de différentes directions sont supprimés. Des conditions idéales pour travailler dans un bureau en espace ouvert, ou en télétravail quand il faut se partager une même pièce.

En revanche, avec les Airpods Pro et l'OpenComm, les autres membres de la réunion entendent tout ce que ma femme dit dans ses réunions d'équipe. Ni les écouteurs intra-auriculaires d'Apple ni le « microphone antibruit » d'Aftershokz ne filtrent vraiment une conversation qui a lieu en parallèle dans la pièce.

Je pourrais vous dire encore des tonnes de choses sur la technologie dédiée aux environnements de bureau bruyants. Toutefois, ce n'est pas l'objet de ce premier aperçu. Cet aperçu est censé montrer les possibilités de base des différents écouteurs de bureau.

Voici donc un aperçu de mon vécu et de mes recommandations concernant les modèles testés.

Est-ce que les petits Airpods Pro sont adaptés au télétravail ?
Est-ce que les petits Airpods Pro sont adaptés au télétravail ?

Airpods Pro Apple

J'ai acheté les Airpods Pro pour pouvoir écouter mes podcasts sur le chemin du bureau, et non pour entendre les problèmes des adolescents dans le compartiment du train. Les écouteurs sont parfaits pour les pendulaires. Ils sont petits et légers, mais intègrent une technologie de pointe : l'ANC fonctionne efficacement et le mode Transparence s'active ou se désactive facilement en appuyant légèrement et longuement sur l'oreillette droite pour ne manquer aucune annonce sur le quai. Toutefois, des qualités supplémentaires sont requises en télétravail. La durée de vie de la batterie des Airpods Pro, qui est d'environ quatre heures, n'est tout simplement pas suffisante pour une journée entière au bureau. La discipline est le seul remède à ce problème. Les Pods doivent, au plus tard après la pause déjeuner, être placés dans leur box de chargement. Il est aussi conseillé de le faire quand vous n'avez pas de réunion ; mais vous devrez faire une croix sur la musique pendant ce temps.

En faisant appel à votre abstinence, vous réglez le problème de la batterie. Grâce à la philosophie d'Apple en matière de câbles, vous n'avez heureusement pas besoin d'un câble supplémentaire sur votre bureau. J'utilise le même que celui pour recharger le Magic Keyboard ou la Mouse. Pour ce qui est de l'installation et du fonctionnement, je dirais simplement que si vous possédez un Mac, les Airpods Pro s'intègrent à l'écosystème avec une élégance dont seul Apple est capable à l'heure actuelle.

Je n'apprécie pas beaucoup les Airpods Pro en ce qui concerne l'annulation du bruit pendant les appels. Malgré les microphones beamforming, censés pouvoir déterminer et supprimer une source de bruit, mes interlocuteurs captent trop de bruit ambiant, ma voix est fortement déformée ou semble hachée. Lorsque quelqu'un d'autre dans la même pièce que moi parle, mes interlocuteurs l'entendent encore plus fort que ma propre voix, dû à l'activation de l'ANC. Dans la communauté Apple, des utilisateurs signalaient des problèmes similaires (en allemand).

Cependant, la qualité du microphone des Airpods Pro est trop médiocre, indépendamment de tout problème logiciel, pour faire bonne figure en télétravail sur le long terme. Les bruits de fond et la distorsion sont clairement perceptibles par vos interlocuteurs, même s'il n'y a pas de bruit chez vous. Dans cette vidéo, le youtubeur « Technickr » vous en dit plus (en allemand) :

L'OpenComm mise sur la technologie de conduction osseuse.
L'OpenComm mise sur la technologie de conduction osseuse.

OpenComm signé Aftershokz

Dans l'introduction, j'ai écrit que ces écouteurs n'étaient pas comme les autres. Cela est principalement dû à la technologie utilisée. Aftershokz mise sur la conduction osseuse. Les écouteurs se placent devant l'oreille. Comme le nom l'indique, le son est conduit par l'os pour parvenir jusqu'à vos nerfs auditifs. Le principe fonctionne étonnamment bien, je trouve. C'est pourquoi j'utilise régulièrement un autre produit Aftershokz pendant mon footing.

Ici, cependant, il s'agit d'une utilisation quotidienne en télétravail. Avec l'OpenComm, Aftershokz ose franchir le cap du domaine sportif et se lance dans le domaine du bureau. Ce que les coureurs ou les cyclistes aiment a été appliqué à un produit dédié au bureau. L'OpenComm est flexible et étonnamment léger (33 grammes). Il offre un sentiment de liberté. Rien n'est coincé dans l'oreille ou n’appuie dessus. Les pads se ressentent légèrement vers mes tempes.

Le jumelage via Bluetooth fonctionne sans problème ; NFC est également disponible. L'autonomie de la batterie, qui peut atteindre 16 heures pour les appels, est largement suffisante pour une journée de travail sans avoir à la recharger. Si vous avez besoin de recharger les écouteurs, le port magnétique du câble de chargement vous plaira certainement ; il se clipse agréablement. Lors de l'installation, j'ai particulièrement apprécié le fait qu'Aftershokz ne souhaite pas installer sa propre application sur l'ordinateur. Vous pouvez contrôler toutes les fonctions avec seulement quatre boutons sur le casque lui-même, même les réglages de l'égaliseur. L'inconvénient de cette simplicité : il faut un certain temps avant de savoir sur quel bouton appuyer, à quelle fréquence et pendant combien de temps pour déclencher les 16 fonctions. C'est un peu comme réviser son vocabulaire.

L'OpenComm est clairement conçu pour la transmission de la voix. Que vous soyez en un appel vidéo avec un interlocuteur ou que vous écoutiez un podcast, le son est clair et net. L'Aftershokz révèle des faiblesses attendues dans la lecture de musique riche en basses. Le corps de résonance manque tout simplement. Mais cela suffit amplement pour la pop standard.

En ce qui concerne le microphone, je trouve que l'Aftersthokz surpasse les Airpods Pro. Si vous placez le microphone réglable près de votre bouche lorsque vous parlez, votre voix sera claire même dans les environnements bruyants. Les bruits ambiants sont bien filtrés. L'annulation du bruit a, tout comme sur le modèle d'Apple, du mal lorsqu'une autre voix forte résonne dans la même pièce. Les écouteurs « pensent » peut-être que l'utilisateur parle et veut être entendu. Dans de telles situations, l'OpenComm est donc inutile, car j'entends aussi la deuxième voix, « grâce » aux écouteurs ouverts.

Le modèle le plus cher du test est le Jabra Evolve2 85.
Le modèle le plus cher du test est le Jabra Evolve2 85.

Jabra Evolve2 85

Voici maintenant le gagnant de mon test d'écouteurs de bureau, l'Evolve2 85 de Jabra. Oui, c'est, de loin, le plus cher. Mais il offre aussi l'utilisation la plus convaincante. Les écouteurs over ear et la technologie ANC vous isolent complètement et le modèle est équipé de dix (!) microphones. Ainsi, Jabra peut presque filtrer entièrement les bruits de fond, qu'il s'agisse de bruits ambiants diffus ou des voix des autres personnes au téléphone dans la pièce.

Pour profiter de votre musique préférée, les écouteurs sont équipés de haut-parleurs de 40 mm. Et oui, le résultat sonne très bien, que ce soit de la musique classique ou du rock.

En plus de cela, certaines fonctionnalités astucieuses me plaisent. Vous pouvez aussi couper votre micro lors d'une réunion en relevant tout simplement la perche micro ; cela fonctionne aussi dans Microsoft Teams. La perche micro « disparaît » dans l'écouteur. Ainsi, le micro-casque de bureau devient également un micro-casque Bluetooth pour vos déplacements. De plus, il peut aussi être plié. Autre fonction pratique : sur l'oreillette gauche, vous avez un bouton qui permet d'activer ou de désactiver l'ANC. Ainsi, vous n'avez pas besoin de passer par l'appli Jabra sur votre ordinateur.

Autres points forts de l'Evolve2 85 : une autonomie de 37 heures et une connectivité complète avec Microsoft Teams, la fonctionnalité « Busylight » qui, à l'aide d'anneaux lumineux rouges, signale aux personnes qui vous entourent que vous êtes en réunion.

Jusqu'à présent, les casques circum-auriculaires n'ont jamais réussi à me convaincre. Je n'aime pas ressentir une pression sur ma tête et avoir les oreilles chaudes. Le modèle de Jabra m'a presque fait changer d'avis. Bien que le modèle soit, avec ses 300 grammes, assez lourd, il ne laisse pas cette impression ; ses coussinets confortables et son arceau y sont pour beaucoup. Cependant, les oreilles chaudes restent. Seule une « aération » occasionnelle permet d'y remédier.

Pour ce qui est de l'installation et du fonctionnement, je n'aime pas lire les modes d'emploi. Ici je n'ai pas eu le choix. Les développeurs de l'Evolve2 85 ont inclus tellement de boutons et de fonctionnalités qu'ils sont trop nombreux pour être intuitifs. Pour parfaire la configuration, n'oublions pas l'appli pour votre ordinateur « Jabra Direct ». Ici, vous pouvez jouer avec l'égaliseur ou définir des modes sonores comme « Hear Through - Surroundings only » ou « Music and Surroundings ».

La version on ear de Jabra testée est l'Evolve2 65.
La version on ear de Jabra testée est l'Evolve2 65.

Jabra Evolve2 65

Vous êtes plutôt du type on ear et vous ne voulez pas dépenser une petite fortune pour un micro-casque de bureau ? Alors l'Evolve2 65, le petit frère du 85, est un bon choix. Avec ses 176 grammes, il est 120 grammes plus léger, mais dispose toujours d'une autonomie de 37 heures.

Vous devrez cependant vous passer de l'ANC, qui ne fonctionne vraiment bien qu'avec des écouteurs circum-auriculaire ou intra-auriculaires. La perche micro de l'Evolve2 65 fonctionne en principe comme celle de son grand frère. Le basculement vers le haut active la sourdine, le basculement vers le bas active le microphone ou accepte un appel entrant. Contrairement au modèle haut de gamme de Jabra, la perche micro ne se replie pas élégamment dans l'oreillette. Ainsi, avec le modèle 65 on voit tout de suite que vous travaillez dans un bureau si vous l'emportez avec vous en déplacement.

Jabra a également fait des économies au niveau du support de charge, qui est disponible pour le modèle 85. Un support avec fonction de charge intégrée est aussi disponible. Vous pouvez également recharger les écouteurs via le câble USB C. Quoi qu’il en soit, vous pouvez recharger votre batterie pour 8 heures en 15 minutes ; tout comme pour le modèle 85. Cela devrait suffire pour une journée de travail qui a peut-être commencé avec une batterie à plat. Au fait, l'indicateur rouge « je suis occupé » est également disponible sur l'Evolve2 65.

En ce qui concerne la qualité du microphone et du haut-parleur, le fait qu'il n'y ait que trois microphones dans le plus petit modèle est à peine perceptible en pratique dans mon test. Ici aussi, les conversations en arrière-plan de ma collègue de bureau ne sont guère entendues par mes interlocuteurs. Et pour écouter de la musique, les deux modèles sont équipés de haut-parleurs de 40 mm. Vous pouvez également régler le son à votre convenance en utilisant l'égaliseur de l'application Jabra Direct. Et une dernière fonctionnalité que les deux casques possèdent : vous pouvez choisir de les connecter via Bluetooth ou un adaptateur Bluetooth USB A/USB C, ce qui permet ensuite une connexion avec plusieurs appareils.

Verdict

Le casque le plus cher est le gagnant de mon test. Avec le Jabra Evolve2 85, vous disposez de la bonne solution, tant pour le travail concentré avec de la musique dans les oreilles que pour les discussions en visioconférence. De plus, l'autonomie de la batterie est très longue, le temps de charge est court, et les écouteurs sont également adaptés aux déplacements. Le petit frère, l'Evolve2 65, est le modèle que je recommande si vous n'avez pas besoin ou n'aimez pas les écouteurs circum-auriculaires et ne voulez pas dépenser une petite fortune.

J'ai été agréablement surpris par l'OpenComm d'Aftershokz. Le fabricant connu pour ses écouteurs dédiés au sport a réussi à faire ses débuts dans l'univers des appareils de bureau. La technologie de conduction osseuse empêche vos oreilles de chauffer, et les microphones intégrés offrent une bonne qualité pour vos appels. Il existe de meilleures solutions pour écouter longtemps de la musique. L'OpenComm n'est pas capable de retransmettre de bonnes basses ou des aigus clairs, mais il montre ses avantages lorsqu'il s'agit de parole. Aftershokz a donc la solution pour ceux qui ne veulent ou ne doivent pas s'isoler. Autre avantage : pas de transpiration comme avec les solutions circum-auriculaire et on ear et pas de cérumen comme avec les écouteurs intra-auriculaires.

Venons-en aux Airpods Pro. Je ne les trouve pas adaptés au bureau. Le microphone transmet ce que je dis en trop mauvaise qualité. Et l'autonomie de la batterie est bien trop courte pour une journée de travail. L'avantage de compatibilité supposé avec mon Macbook Pro n'existe pas. Jabra offre toutes les fonctions dont j'ai besoin avec le dongle USB. Et le modèle Aftershokz se connecte aussi sans problème.

Cet article plaît à 58 personne(s)


Martin Jungfer
Martin Jungfer
Head of Content, Zurich
Je suis journaliste depuis 1997. Stationné en Franconie, au bord du lac de Constance, à Obwald, Nidwald et Zurich. Père de famille depuis 2014. Expert en organisation rédactionnelle et motivation. Les thèmes abordés ? La durabilité, les outils de télétravail, les belles choses pour la maison, les jouets créatifs et les articles de sport.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser