Les chiens surfertilisent davantage les réserves naturelles
Cet article a été traduit automatiquement.
Nouveautés + tendancesAnimaux de compagnie

Les chiens surfertilisent davantage les réserves naturelles

Spektrum der Wissenschaft
Heidelberg, le 18.02.2022

Les réserves naturelles attirent aussi les propriétaires de chiens. Mais les déjections de nos amis à quatre pattes ont des conséquences sur les écosystèmes.

De nombreux écosystèmes dans les pays industrialisés souffrent d'une fertilisation excessive : les composés azotés provenant de l'agriculture ou du trafic sont transportés par l'air et l'eau. Les espèces qui dépendent de conditions pauvres en nutriments sont ainsi évincées. Un groupe de travail autour de Pieter De Frenne de l'Université de Gand a maintenant identifié une source supplémentaire d'apport excessif d'azote dans les réserves naturelles : les chiens contribuent à une eutrophisation supplémentaire via leurs produits d'excrétion, écrit l'équipe dans "Ecological Solutions and Evidence".

Par hectare, les chiens expulsés apportent onze kilogrammes d'azote et cinq kilogrammes de phosphates dans les réserves autour de Gand, écrivent De Frenne et Cie : des quantités substantielles qui aggravent encore la problématique des nutriments dans les biotopes et modifient la composition des espèces. A titre de comparaison, l'agriculture et les transports déposent en Europe entre 5 et 25 kilogrammes d'azote dans la nature, selon la région. "Nous avons été surpris de voir à quel point les chiens peuvent contribuer à la surfertilisation", explique De Fenne.

Pour son étude, l'équipe a noté le nombre de chiens dans quatre réserves naturelles autour de Gand pendant 487 unités de surveillance sur une période de 18 mois. Les chercheurs ont ainsi déduit le nombre de chiens par hectare et par an présents dans les zones et la fréquence à laquelle ils s'y vident. Ils ont ensuite mis ces données en relation avec les teneurs en nutriments des excréments et de l'urine des chiens, relevées dans d'autres études. Sur cette base, ils ont modélisé différents scénarios d'apport d'engrais.

Si, par exemple, tous les chiens étaient tenus en laisse, l'apport se réduisait sur la surface et se concentrait le long des chemins : jusqu'à 175 kilogrammes d'azote et 73 kilogrammes de composés phosphorés par hectare. L'apport dépasserait ainsi toutes les valeurs limites pour la fertilisation des surfaces agricoles. Si tous les propriétaires ramassaient les excréments solides de leurs compagnons à quatre pattes, l'apport en azote diminuerait de 56 pour cent et celui en composés phosphorés de 97 pour cent : ils proviennent presque entièrement des excréments. Le groupe de travail nuance en précisant qu'il a été possible de recenser précisément le nombre de chiens, mais pas leurs excréments : Leur volume dépend entre autres de la taille des animaux, ce qui entraîne des différences considérables selon les races.

Pour les réserves naturelles, ces volumes représentent des problèmes supplémentaires. "Dans de nombreuses réserves naturelles, la gestion est spécialement axée sur la réduction de la teneur en nutriments du sol afin de favoriser la biodiversité végétale et animale. Cela peut être réalisé par des méthodes telles que le fauchage et l'enlèvement du foin", explique De Frenne. "Nos résultats suggèrent que l'apport par les chiens dans les réserves naturelles, qui n'est actuellement pas pris en compte, pourrait retarder ces objectifs de restauration".

Les scientifiques demandent aux gestionnaires des sites, en particulier dans les écosystèmes pauvres en nutriments, d'attirer l'attention des visiteurs sur les effets négatifs des déjections canines et de leur demander de les ramasser. En outre, l'obligation de tenir les chiens en laisse devrait être appliquée plus strictement. Alors que l'influence négative des chats sur la faune sauvage est connue depuis longtemps, celle des chiens a été moins prise en compte jusqu'à présent. Il est pourtant prouvé que les chiens en liberté dérangent les animaux sauvages lorsqu'ils errent dans la forêt ou sur la plage, loin de leurs propriétaires.

Spectre de la science

Nous sommes partenaires de Spektrum der Wissenschaft et souhaitons te rendre les informations fondées plus accessibles. Suis Spektrum der Wissenschaft si tu aimes les articles.

Originalartikel auf Spektrum.de
Titelbild: Shutterstock

1 personne aime cet article.


User AvatarUser Avatar
Spektrum der Wissenschaft
Wissenschaft aus erster Hand

Des experts de la science et de la recherche rendent compte des dernières découvertes dans leur domaine – de manière compétente, authentique et compréhensible.


Animaux de compagnie
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader