Savoir-faireMode

Le fondateur de Sneakerness, Sergio Muster, parle des tendances en matière de baskets, des NFT et du charme de la collection

Laura Scholz
Zurich, le 11.05.2022
Traduction: Alassane Ndiaye

Le salon Sneakerness s'est déroulé du 7 au 8 mai à Zurich. Le plus grand salon de baskets d'Europe Lorsque je demande à Sergio Muster, le fondateur, comment mettre sur pied un tel événement, il sort de sa manche streetwear une réponse qui semble presque trop facile pour être vraie. Il m'a confié dans l'interview que tout n'est pourtant pas toujours très simple, ce qu'il pense des NFT et où il stocke son impressionnante collection de baskets.

Sergio, ton salon Sneakerness est le plus grand salon de baskets d’Europe. Quels sont les moyens d'y parvenir ?
Sergio Muster : souvent, les idées naissent d'une nécessité, d'un problème ou d'une difficulté. Les entreprises qui se créent de cette manière sont, à mon avis, particulièrement durables. C'était pareil pour moi. J'ai acheté une paire de baskets sur eBay et j'ai malheureusement découvert plus tard qu'il s'agissait de contrefaçons. C'est impossible, ai-je pensé. Il faut une sorte de bazar, un marché aux puces, où l'on peut exposer, échanger et acheter des baskets. Ce serait cool. Et comme j'avais déjà une certaine expérience dans l'organisation d'événements, j'ai donc constitué une petite équipe. Assez rapidement, Adidas Suisse a eu vent de ce projet et a souhaité nous soutenir. Bien sûr, j'étais complètement excité. En fait, il devait s'agir d'un petit bazar dédié aux baskets, mais de qualité, et tout à coup, nous avons parlé d'un véritable événement avec des stands et des magasins qui s'étaient inscrits.

Le salon Sneakerness dans le hall 622 à Oerlikon.
Le salon Sneakerness dans le hall 622 à Oerlikon.

Et cela fait maintenant 14 ans que cet événement existe !
Exactement. Officiellement 14, officieusement nous disons 13, le coronavirus nous a volé une année. Après la création, j'avais deux objectifs : obtenir une interview dans le magazine Sneaker Freaker, la bible des baskets par excellence, et voir nos posters accrochés à l'étranger, c'est-à-dire établir l'événement en dehors de la Suisse. J'ai atteint ces deux objectifs. Aujourd'hui, Sneakerness se déroule dans neuf villes européennes. C'est une sacrée machine que nous avons mise en place.

Le salon Sneakerness est-il aujourd'hui un succès ou êtes-vous chaque année en train de le peaufiner et de l’optimiser ?
C'est déjà un défi. Ce qui caractérise entre autres la culture de rue, c'est qu'elle évolue très rapidement. Les tendances changent constamment, les technologies évoluent. Ce phénomène s'est intensifié ces dernières années avec les médias sociaux, les publications en ligne et les consommatrices et consommateurs de plus en plus jeunes. Les marques ne peuvent plus planifier des campagnes à long terme, cela n'a absolument aucun sens. Chaque année, nous devons nous aussi améliorer notre communication. Instagram est déjà presque dépassé, celui qui n'est pas présent sur TikTok est éliminé. J'ai bientôt 40 ans, je ne connais rien à TikTok (rires). À cela s'ajoutent maintenant les NFT, le métavers, ... Donc, il faut vraiment être extrêmement agile pour ne pas perdre le fil.

En parlant de NFT et de métavers, la mode devient de plus en plus numérique. Comment penses-tu que la culture basket et votre événement évolueront ?
Ici, il s'agira certainement de l’utilité, c'est-à-dire de la valeur d'usage. Je crois en une fusion entre le numérique et le physique, plutôt que d'un choix entre l'un ou l’autre. L'homme ne peut pas se contenter de vivre numériquement, il doit sentir, ressentir, goûter. Mais bien sûr, tu peux aussi faire des choses incroyablement cool avec des baskets numériques. Par exemple, j'ai une Nike NFT et elle a l'air numériquement si incroyablement géniale. Tu ne peux pas obtenir de tels détails dans le monde réel.

Cela dit, tu as certainement aussi quelques modèles réels que tu préfères regarder plutôt que de les enfiler. Quel est l'intérêt de posséder des baskets sans jamais les porter ?
C'est une question très difficile. Je me suis souvent posé la même question pendant la pandémie. En fait, j'étais quelqu'un qui ne portait jamais deux fois de suite la même paire de baskets. Je peux porter une paire différente chaque jour pendant trois ou quatre ans. Mais ces deux dernières années, j'en ai peut-être porté dix au total et je n'ai pas touché au reste. Tu te demandes alors naturellement pourquoi je les ai. Je ne vais pas toujours les regarder dans la cave. Certaines paires me donnent simplement envie de les posséder parce qu'elles sont limitées et ont une histoire ou une certaine valeur. C'est pour mes archives personnelles. Le reste, je l'ai collecté au fil des ans. Mais j'ai décidé d'en faire don en grande partie.

Ok, maintenant je suis curieux. Combien de baskets possèdes-tu actuellement ?
Entre 700 et 800 paires.

Où stocker autant de chaussures ?
Dans la cave, dans mon appartement, dans mon bureau, chez mes parents. Donc, disons qu'on les stocke à Berne et à Zurich.

Sergio Muster est l'amateur de baskets derrière le salon Sneakerness.
Sergio Muster est l'amateur de baskets derrière le salon Sneakerness.
Image : Ella Mettler

Collectionnes-tu quelque chose d'autre ?
Bien sûr, les vins ! (rires)

Est-il tout aussi difficile de se procurer certains exemplaires ? J'ai l'impression que la culture actuelle des revendeurs, avec ses raffles (tombolas) et ses prix absurdes, rend la vie des fans de baskets incroyablement difficile.
Encore une question difficile. C'est déjà le cas dans tous les domaines. Qu'il s'agisse de vins, de baskets ou de voitures, il y aura toujours des gens qui profiteront d'une occasion pour s'enrichir. Bien sûr, si tu veux vraiment acheter des chaussures pour les mettre, ce n'est pas toujours facile. Mais si tu veux les avoir à un prix normal ou équitable, c'est finalement à toi de trouver un moyen. Car il y en a en effet presque toujours. Téléphoner, faire la queue, parcourir les bons sites Internet et les plateformes de médias sociaux. De ce point de vue, il y a aujourd'hui beaucoup plus de possibilités d'obtenir les choses. Avant, il fallait vraiment se battre, je me rendais encore aux États-Unis pour acheter des chaussures. Aujourd'hui, cela te coûte quelques clics.

Tu t'es fait avoir par des contrefaçons à l'époque sur eBay. Avec le nombre impressionnant de chaussures présentes au salon Sneakerness, pouvez-vous vous assurer que seuls des originaux sont vendus ?
On a déjà des agents infiltrés sur place. Mais vraiment pour des modèles très spéciaux qui sont très limités. La Travis Scott Jordan 1 en est un exemple. C'est là que tu sais que tu dois être vigilant. Ce qui est bien avec le salon Sneakerness, c'est la communauté qui s'autorégule. Si quelqu'un se fait prendre en train de vendre des contrefaçons, il sera dénoncé et toute sa réputation sera ruinée. Une belle histoire m'est arrivée à ce sujet lors de notre événement à Cologne. J'étais en train de discuter à un stand et tout à coup, des jeunes sont venus me voir, ils avaient 14 ou 15 ans. Ils m'ont tapé dans le dos et m'ont dit : « hé Sergio, on voulait juste te dire que le stand xy vend des contrefaçons. »

Et pour terminer : que dit le pro, de quelle basket ai-je besoin impérativement cette année ?
Mmh, il y a deux possibilités. Tu te tournes vers la mode, et c'est la Nike Jordan 1. C'est ce que nous constatons actuellement dans notre pop-up à la gare centrale de Zurich. La Nike Dunk Low est aussi la référence en ce moment. Ou alors, tu mises sur Asics. Je les apprécie énormément en ce moment. Ils se positionnent actuellement entre la performance et la mode et je les trouve plutôt simples.

Avec Asics, on ne peut que marquer des points cette année, estime Sergio.
Avec Asics, on ne peut que marquer des points cette année, estime Sergio.

Le salon Sneakerness s'est déroulé du 7 au 8 mai à Zurich. Vous trouverez toutes les autres dates à venir ici.

Cet article plaît à 39 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Toujours prêts pour de bons hits, des trips encore meilleurs et des boissons qui claquent.


Mode
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader