Cet article a été traduit automatiquement.
Nouveautés + tendances

Lanceur d'alerte : Microsoft mène des activités corrompues en Afrique et au Moyen-Orient

Un ancien dirigeant accuse Microsoft de corruption. La méga-entreprise aurait fait couler des millions par an en pots-de-vin en Afrique et au Moyen-Orient.

Yasser Elabd, ancien cadre de Microsoft, porte de graves accusations de corruption contre son ancien employeur. Dans un article pour le portail en ligne Lioness, il explique comment Microsoft fait circuler des pots-de-vin en Afrique et au Moyen-Orient.

Elabd décrit dans son article plusieurs accords avec des partenaires douteux et des contrats signés sur la base de services inventés. Dans ce cadre, des représentants d'institutions publiques des pays concernés feraient en sorte que ces institutions payent payent plus pour les produits Microsoft que ce qui est demandé, le surplus étant réparti entre les parties concernées.

Des questions sur un accord douteux conduisent à un licenciement

Yasser Elabd a travaillé pour l'entreprise de technologie entre 1998 et 2018. Il était chargé de faire connaître et de distribuer les produits Microsoft en Afrique et au Moyen-Orient. Elabd a ainsi régulièrement conclu des contrats avec le secteur public. Entre autres au Ghana, au Nigeria, au Zimbabwe, au Qatar, en Égypte, en Éthiopie ou au Kenya. La négociation de licences ou de services pour des institutions publiques faisait également partie de ses tâches.

En 2018, Yasser Elabd a été licencié. Selon l'ancien manager, cela s'est produit parce qu'il voulait examiner de plus près un marché en 2016. Il s'agissait d'une demande de plus de 40 000 dollars américains.

"Lorsque j'ai examiné la demande, j'ai tout de suite su que quelque chose n'allait pas. Le client n'apparaissait pas dans la base de données interne des clients potentiels de Microsoft", écrit Elabd dans l'article. En outre, le partenaire était sous-qualifié pour le projet et n'aurait pas dû travailler avec Microsoft. En effet, la personne avait été auparavant employée par Microsoft et avait été licenciée.

"Tourner la tête et laisser les choses se faire".

Les plaintes répétées d'Elabd concernant cette demande se seraient d'abord enlisées, avant de susciter le mécontentement de son supérieur. On ne voulait pas qu'il bloque des affaires. "Si une filiale au Moyen-Orient ou en Afrique entreprend quelque chose, vous devez tourner la tête et laisser les choses se faire", lui a dit son supérieur.

Après qu'Elabd ait fait remonter ses plaintes jusqu'au CEO de Microsoft Satya Nadella, il aurait été dès lors exclu des affaires importantes - peu après, il a été licencié. En 2020, un ancien collègue lui a transmis d'autres documents qui ont étayé ses suppositions sur les activités commerciales corrompues de Microsoft.

Selon Microsoft, l'affaire est déjà réglée

Selon le portail Tech Central, Microsoft s'est entre-temps exprimé par le biais d'une déclaration. "Nous pensons que nous avons déjà enquêté sur ces allégations, qui datent de plusieurs années, et que nous les avons suivies", a déclaré à l'AFP Becky Lenaburg, vice-présidente du département juridique de conformité et d'éthique de Microsoft.

Ils ont travaillé avec les autorités pour répondre à toutes les préoccupations, a ajouté Mme Lenaburg. Dans le cadre de l'enquête de l'époque, ils ont "licencié des collaborateurs et des partenariats". En outre, Lenaburg a souligné qu'il existait un cours obligatoire sur les normes de comportement en affaires - tous les collaborateurs doivent le suivre.

200 millions par an pour la corruption

Selon les estimations d'Elabd, 60 à 70 pour cent des collaborateurs de vente et des managers de l'entreprise au Moyen-Orient, en Afrique et dans certaines régions d'Europe recevraient des paiements corrompus. Il estime ainsi que l'entreprise tech verse chaque année 200 millions de pots-de-vin dans ces régions.

Reste à savoir si les déclarations d'Elabd conduiront à une enquête aux Etats-Unis. Selon l'ancien manager, les pratiques commerciales de Microsoft enfreignent le "Foreign Corrupt Practices Act", une loi fédérale américaine qui interdit les paiements à des agents publics à l'étranger.

Ce n'est pas la première fois que Microsoft est associé à la corruption. En 2019, la mégacorporation a dû payer 25,3 millions de dollars d'amende pour des pratiques commerciales corrompues en Hongrie, en Arabie saoudite, en Thaïlande et en Turquie.

Cet article plaît à 15 personne(s)


User Avatar
User Avatar

« Je veux tout connaître ! Je veux des bas terrifiants, des hauts enivrants, des milieux bien moelleux ! » : ces mots d'un personnage culte de la télévision américaine reflètent pleinement mes pensées. Je partage cette philosophie de vie, y compris au travail. Ce que cela signifie concrètement pour moi ? Je trouve que chaque histoire, de la plus insignifiante à la plus incroyable, a son charme. 


Bureau
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Logiciels
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader