Labels écologiques et durables : la fracture entre les sexes
Dans les coulissesDurabilité

Labels écologiques et durables : la fracture entre les sexes

Alex Hämmerli
Zurich, le 23.11.2020
Un client sur trois de digitec et Galaxus est très attentif aux labels écologiques ou de durabilité lors de ses achats. C'est le plus souvent le cas pour la nourriture et les vêtements. En revanche, pour les montres, les bijoux et les sextoys, les labels de qualité ne revêtent que peu d'importance. Les femmes et les Romands se sentent particulièrement engagés en faveur de la durabilité.

Il existe tout un tas de labels de produits écologiques et durables tels que Max Havelaar, Der blaue Engel, MSC, FSC et Energy Star. Mais les consommateurs y prêtent-ils attention en faisant leurs achats ? Si oui, pour quels produits ? À quelle fréquence achètent-ils des produits portant des labels écologiques et durables ? Et jusqu'à quel point sont-ils prêts à mettre la main au porte-monnaie ?

Pour répondre à ces questions, les deux boutiques en ligne digitec et Galaxus ont mené une enquête auprès de 1980 clients. Parmi les personnes interrogées, on compte 32 % de femmes et 68 % d'hommes. Ce ratio s'explique par le fait que la majorité des hommes font leurs achats chez le spécialiste de l'électronique digitec. 70 % des personnes interrogées vivent en Suisse alémanique, 25 %, en Suisse romande et 5 %, au Tessin, ce qui reflète assez fidèlement la proportion de langues dans la population suisse. 61 % ont également un diplôme de l'enseignement supérieur, par exemple une université, une haute école spécialisée ou une école supérieure spécialisée. Les personnes ayant un niveau d'éducation supérieur sont donc représentées de manière disproportionnée dans l'enquête.

Deux personnes sur dix ne se soucient pas des étiquettes

Un peu moins d'un tiers des personnes interrogées sont attentives ou très attentives aux labels de qualité. Un nombre similaire a déclaré qu'ils étaient « Plutôt disposé » ou « Tout à fait disposé » à payer plus cher pour de tels produits. Par ailleurs, 18 % ne se laissent pas du tout influencer par cet aspect et 14 % ne sont pas disposés à payer plus pour des produits durables.

Il existe de fortes disparités entre les sexes : près de quatre femmes sur dix se laissent facilement voire très facilement convaincre par l'achat d'un produit disposant d'un label écologique ou de durabilité contre moins de trois hommes sur dix. L'éducation n'a cependant que peu d'influence sur une telle décision.

Il existe également un fossé entre la Suisse alémanique et la Suisse romande en ce qui concerne les labels écologiques et de durabilité : quatre Romands sur dix sont attentifs, voire très attentifs aux labels, contre trois personnes sur dix en Suisse alémanique. Pour le Tessin, en revanche, aucune déclaration représentative ne peut être faite.

Les étiquettes sont importantes pour la nourriture, mais moins pour les sextoys

Les clients de Digitec et Galaxus sont attentifs aux labels écologiques et de durabilité lorsqu'il s'agit de nourriture et de boisson : près de la moitié des personnes interrogées ont déclaré prendre en compte les labels de qualité dans leur décision d'achat. Un quart des personnes interrogées sont également attentives à l'origine et à l'efficacité énergétique des vêtements et des chaussures, des appareils électroménagers et des cosmétiques. En revanche, les labels ne suscitent presque aucun intérêt dans les secteurs des produits érotiques, des montres et bijoux, des équipements et accessoires de sport. Il se peut que ce désintérêt s'explique par la faible notoriété des labels pour ces groupes de produits.

Les clients de digitec et Galaxus considèrent la protection de l'environnement comme le critère le plus important pour les labels écologiques et de durabilité, suivi des normes sociales et du bien-être des animaux.

Deux hommes sur dix n'achètent jamais de produits avec label

Un quart des personnes interrogées ont déclaré acheter fréquemment ou très fréquemment des produits portant un label écologique ou de durabilité. Un bon tiers achètent des produits labélisés de temps à autre contre un tiers à nouveau, rarement, voire très rarement. Les hommes, en particulier, boudent souvent les produits durables.

La décision d'achat est fortement liée à la confiance des personnes interrogées aux labels : les femmes sont plus susceptibles que les hommes de faire confiance aux labels écologiques et de durabilité ; par ailleurs, les Suisses romands accordent davantage cette confiance que les Suisses alémaniques. Il en va de même pour l'éducation : les personnes ayant fait des études supérieures sont plus susceptibles de faire confiance aux labels que celles n'ayant pas fait d'études supérieures.

digitec et Galaxus affichent déjà des informations sur la durabilité ou les labels correspondants pour des milliers de produits. Les clients trouveront ces informations dans les spécifications, par exemple avec ce papier d'imprimante ou encore ce café. digitec et Galaxus complètent constamment les informations, et, le cas échéant, avec l'aide des fournisseurs et des fabricants.

Graphiques: Made with Flourish.

Cet article plaît à 25 personne(s)


Alex Hämmerli
Alex Hämmerli

Senior Public Relations Manager, Zurich

Chez digitec et Galaxus, je suis responsable de l'échange avec les journalistes et les blogueurs. Les bonnes histoires sont ma passion; voilà pourquoi je suis toujours à la page.

Durabilité

Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser