La rabat-joie dit : papa, mets un casque !
Point de vueFamille

La rabat-joie dit : papa, mets un casque !

Katja Fischer
Zurich, le 24.03.2022
Traduction: Stéphanie König

Mon collègue de la rédaction a récemment dévoilé pourquoi, en tant que père, il n'a pas toujours envie de porter un casque de vélo et de montrer l'exemple. Le tollé a été général. Et j'ai aussi mon petit mot à dire.

En fait, je voulais te faire la leçon, cher Martin, pour ne pas toujours porter un casque quand tu fais du vélo avec tes enfants. Mais la communauté s'est déjà chargée de te taper sur les doigts pour ton texte. D'après elle, tu serais un père irresponsable qui ne cherche qu'à provoquer, tes lignes seraient inappropriées et stupides. Je préfère ne pas partager d'autres propos assez extrêmes qui ont été publiés dans la partie commentaires. Je ne vais cependant pas me gêner pour te donner mon point de vue.

  • Point de vueFamille

    Je suis papa et je fais du vélo sans casque

Ton article a pour sujet le rôle du modèle parental. Et au fond, tes mots pourraient être les miens : je devrais donner le bon exemple à mes enfants, et ce, tous les jours, mais je ne le fais souvent pas.

  • Je jure beaucoup.
  • Je râle au moins une fois par jour à voix (trop) haute.
  • Je mens régulièrement à mes enfants.
  • Mon temps d'écran est définitivement trop élevé.
  • Parfois, je fais du bruit en mangeant.
  • Ou je parle la bouche pleine.
  • Et de temps en temps, mon smartphone s'invite à table lorsqu'on mange.
  • En parlant de table : à la maison, sur mon bureau, c'est le chaos.
  • De toute façon, le rangement fait partie des choses que j'aime remettre à plus tard.
  • Et tant que j'y pense : il serait grand temps de faire le tri dans mon armoire pleine à craquer.
  • Et créer de toute urgence les albums photos de mes filles avant qu'elles ne soient majeures et qu'elles aient déménagé.

Je pourrais encore continuer, la liste est longue. Mais je vais t'épargner (et moi aussi par la même occasion). Je n’en suis pas fière. Ce que je veux dire, c'est que je suis un piètre exemple pour mes enfants sur beaucoup de points.

Pas de mère parfaite, pas de modèle parfait

Mais tu sais quoi ? Ce n'est pas grave. Et ça, j'ai dû apprendre à le dire. Parce que, comme beaucoup d'autres mamans, j'ai longtemps voulu être, non pas une bonne mère, mais une mère parfaite. Une personne qui jongle sans peine entre sa famille, son travail, ses loisirs et son ménage et qui, en plus, est équilibrée et sereine grâce à sa séance quotidienne de yoga. Guess what : j'ai lamentablement échoué.

Parce que nous ne sommes que des êtres humains et ne pouvons pas toujours nous comporter de manière exemplaire. C'est justement parce que nous sommes authentiques que nous sommes des modèles. C'est exactement le message que tu veux faire passer avec ton article. L'important, c'est que les enfants voient comment nous, en tant que parents, gérons l'imperfection et les erreurs.

Mais, et là je ne suis pas du tout d'accord avec toi, il y a des choses que tu ne peux simplement pas mettre sur le dos de l'authenticité ou rejeter en invoquant un prétendu sentiment de liberté pour le justifier. C'est par exemple le cas de la sécurité de nos enfants. De choses comme le port du casque, contre lequel tu t'opposes en tant que père. C'est là que je trouve que tu es allé trop loin (et beaucoup d'autres sont apparemment du même avis).

Carton rouge pour avoir dépassé les limites

Pourquoi tes enfants devraient-ils porter un casque ? Tout simplement parce qu'il est censé les protéger en cas d'accident. Alors pourquoi, en tant que père, tu n'en porterais pas ? On est d'accord. Tu peux argumenter avec « parce que vous êtes des enfants et pas moi » quand il s'agit d'aller au lit. Ou de la raison pour laquelle tu manges encore des chips devant la télévision tard le soir. Mais pas quand il s'agit du port du casque. Je n'ai pas besoin de mentionner qu'un accident peut aussi se produire lors d'une « sortie tranquille à vélo ». Loi ou pas, tu mets toujours et sans réserve ta ceinture de sécurité en voiture, n'est-ce pas ?

Tu as divisé tes règles et prescriptions éducatives en trois catégories accompagnées d'exemples, que je rappelle ci-dessous. Et que je corrige au mieux de mes connaissances :

  1. Des règles que je suivrais même si je n'avais pas d'enfants. Par exemple, ne pas laisser traîner de déchets.
  2. Des règles raisonnables sous certaines conditions, mais que je suis quand même. Par exemple, s'arrêter à un feu rouge en présence d'enfants. Même s'il n'y a aucune voiture à l'horizon.
  3. Des règles qui semblent évidentes, mais que je ne suis pas. Des règles sur lesquelles il n'y a rien à discuter, car il s'agit de la sécurité et de la santé. Par exemple, porter un casque en présence des enfants.

Tu vois bien que je me transforme en gardienne de l'ordre condescendante. Mais laissons cela de côté, la communauté Galaxus t'a déjà bien remis à ta place. Et tu écris que, paradoxalement, lorsque tu fais du vélo de route ou que tu parcoures de longues distances, tu portes un casque. Et : « Il n'y a en effet pas de raisons rationnelles de ne pas porter de casque. »

Rabat-joies et têtes de bois

Mais je répondrais volontiers à la question que tu soulèves, à savoir si le fait de ne pas porter de casque est peut-être un petit acte de l'adolescent tardif qui sommeille en toi, qui se rebelle contre la société d'interdiction, de réglementation et de sécurité : bien sûr ! Ça l'est.

J'observe le même phénomène chez mon mari. Il aime également s'opposer aux règles pour conserver une part de rébellion enfantine. Je laisse ouverte la question de savoir si cela a un rapport avec le sexe. En effet, à bien des égards, son comportement est légitime. Mais pas sur la route ou sur les pistes de ski. Un point c'est tout.

C'est là que je me transforme littéralement en rabat-joie.

Oui, nous avons tous des défauts et du caractère. Et vivre en prenant un peu plus de risques ferait même du bien à de nombreux parents ; mais on ne plaisante pas avec la circulation routière. Tu écris que sinon « il ne reste plus qu'à espérer qu'il ne m'arrive rien en faisant du vélo sans casque. » Touche ta tête de bois.

Cet article plaît à 115 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Maman d'Anna et d'Elsa, experte en apéritifs, passionnée de fitness en groupe, aspirante ballerine et amatrice de potins. Souvent multitâche de haut niveau et désireuse de tout avoir, parfois chef en chocolat et héroïne de canapé.


Famille
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader