Comment crée-t-on un shampooing bruyant ?
En coulisse

Comment crée-t-on un shampooing bruyant ?

Traduction: traduction automatique

Dans les rayons des pharmacies, le shampooing aux herbes de Rausch est une référence. J'ai rendu visite à l'entreprise suisse de tradition pour voir de plus près le processus de fabrication - de l'idée au flacon fini.

La route principale, très fréquentée et bruyante, n'est qu'à quelques mètres, mais elle est totalement absorbée par le paysage idyllique. Autour de moi s'étend une verdure luxuriante, parsemée de fleurs multicolores sur lesquelles de petites abeilles s'affairent. Tout semble naturel, mais il est clair que cette oasis est le fruit de beaucoup de travail et de sensibilité.

Je me trouve au milieu du jardin d'herbes aromatiques de Rausch AG, une surface de 2 000 mètres carrés située juste derrière le bâtiment de l'entreprise. C'est à Kreuzlingen, ma ville natale au bord du lac de Constance, que cette entreprise suisse de tradition fabrique depuis 133 ans des produits de soins capillaires et corporels à base d'herbes. C'est ici qu'ils développent et produisent leurs produits et les commercialisent ensuite dans le monde entier. "Dans le jardin, nous cultivons des herbes et des fleurs locales que nous utilisons à des fins de recherche et de développement. Certaines d'entre elles finissent même dans la production, car elles doivent être traitées fraîches. Les membres du personnel utilisent également cet espace vert comme lieu de détente, où ils peuvent se servir en fruits et légumes", m'explique Silvia Banz. Elle est Key Account Manager chez Rausch et s'occupe de l'e-commerce sur le marché européen.

Nos Category Business Manager Katja Jakobs et Martina Tatavitto étaient également de la visite. Ici, Dominic Anliker, Junior E-Commerce Manager chez Rausch, nous guide à travers la verdure.
Nos Category Business Manager Katja Jakobs et Martina Tatavitto étaient également de la visite. Ici, Dominic Anliker, Junior E-Commerce Manager chez Rausch, nous guide à travers la verdure.
Source : Christian Walker

Un regard en arrière

Notre visite guidée commence dans le passé. Plus précisément dans le mini-musée interne. De nombreux flacons et teintures s'entassent dans une grande vitrine en verre. Ils sont les témoins des jours passés et démontrent comment les recettes et le design des produits Rausch ont évolué au fil des années.

L'entreprise a été fondée par le coiffeur allemand Josef Wilhelm Rausch en 1890, lorsque de nombreux clients de Rausch se plaignaient de la chute de leurs cheveux. Il a alors développé sa première lotion capillaire. Il s'agissait d'une teinture à base de plantes censée y remédier. Plus tard, l'entreprise a créé le shampooing à base de plantes qui a fait sa renommée jusqu'à aujourd'hui. Ce que beaucoup ignorent : Rausch a même été l'inventeur du shampooing liquide. La teinture capillaire est d'ailleurs toujours en vente, avec bien sûr des adaptations réglementaires et qualitatives aux normes actuelles. "C'est notre produit qui a la plus longue durée de vie et il est particulièrement apprécié sur le marché arabe", explique Silvia.

La lotion capillaire avait autrefois un tout autre aspect.
La lotion capillaire avait autrefois un tout autre aspect.
Source : Christian Walker
Rausch Teinture capillaire originale (n) Fl 200 ml (200 ml)
25.– 125.–/1l

Rausch Teinture capillaire originale (n) Fl 200 ml

200 ml

Rausch Teinture capillaire originale (n) Fl 200 ml (200 ml)
Huile pour cheveux
25.– 125.–/1l

Rausch Teinture capillaire originale (n) Fl 200 ml

200 ml

"Nous développons nos shampooings avec une approche orientée vers les solutions. Cela signifie que nous proposons des produits pour différentes préoccupations. Huflattich contre les pellicules, graines de cœur pour un cuir chevelu sensible, Aronia pour les premiers cheveux blancs et ainsi de suite", m'explique Barbara Banzhaf, responsable des ventes. Je repense avec nostalgie au shampooing aux algues qui trônait dans notre douche à l'époque de mon enfance et dont j'emportais toujours la version miniature dans mon sac de gym lors de mes cours de natation. A l'époque, je ne savais pas que l'extrait d'algues qu'il contenait était censé aider à lutter contre le cuir chevelu gras. J'étais persuadée que les sirènes aussi utiliseraient ce shampooing. Après tout, il contenait des algues. Mais le chemin est long entre l'algue ou l'herbe et le shampooing fini dans le sac de sport. Et c'est ce que je vais examiner de plus près aujourd'hui

A l'époque, quelqu'un s'est probablement inspiré d'une bouteille de whisky ...
A l'époque, quelqu'un s'est probablement inspiré d'une bouteille de whisky ...
Source : Christian Walker

La boîte à idées

Au laboratoire de recherche et développement, Fabienne Wach, la directrice du laboratoire, nous accueille. C'est ici que sont testés de nouveaux extraits, couleurs et parfums, et que sont réalisés des tests de tolérance et de durabilité. Grâce à ces ingrédients végétaux, Fabienne bricole de nouveaux produits et regarde comment les produits existants peuvent être améliorés.

Les nouvelles idées de produits naissent d'une étroite collaboration avec le marketing et la force de vente. "Il arrive même que des fournisseurs de matières premières nous contactent avec des tendances en matière de substances actives", explique Fabienne. Une fois que l'équipe s'est mise d'accord sur une idée, elle définit ce que le produit doit pouvoir faire. Sur cette base, ils fabriquent un mélange de tensioactifs qui servira de base. "Celui-ci est adapté au besoin de soin auquel le produit doit répondre. C'est pourquoi il est différent pour chaque shampooing", explique la directrice du laboratoire.

Un coup d'œil sur les étagères du laboratoire. Celle qui porte la tresse est d'ailleurs Fabienne Wach, responsable de la recherche et du développement.
Un coup d'œil sur les étagères du laboratoire. Celle qui porte la tresse est d'ailleurs Fabienne Wach, responsable de la recherche et du développement.
Source : Christian Walker

C'est là que les plantes entrent en jeu. "Pour les cheveux abîmés, nous utilisons par exemple des plantes aux propriétés hydratantes ou différentes huiles. La couleur appropriée est développée à l'étape suivante. Ensuite, nous écrivons aux maisons de parfum pour leur dire quel type de parfum nous avons en tête". Ainsi, un seul et même briefing donne lieu à des échantillons de parfums complètement différents. Dans ce pool, l'équipe de Fabienne en sélectionne trois qu'elle ajoute au shampooing. Ils distribuent ensuite les échantillons à trente personnes ayant le même type de cheveux, afin d'évaluer leurs réactions

Une fois la formule approuvée, suivent des études d'efficacité et divers tests de stabilité et de tolérance. "Nous soumettons chaque produit mis sur le marché à une étude de stabilité. Cela signifie qu'il est conservé pendant trois mois à 40° Celsius dans une armoire chauffante et qu'il est ensuite contrôlé", nous explique Fabienne. Dans le cas de la fabrication de shampoing, un procédé dans lequel l'équipe possède déjà un grand savoir-faire, le processus entre l'idée et la production peut prendre un an. Pour des produits inédits, cela peut aller jusqu'à deux ans.

Les générations plus âgées connaissent Rausch surtout pour son produit anti-poux. Un produit qu'ils ne fabriquent plus aujourd'hui en raison de changements réglementaires. "Aujourd'hui, seules les entreprises pharmaceutiques sont autorisées à le faire", explique Barbara, directrice des ventes. "Ce que nous avons encore en stock, en revanche, c'est un shampooing qui protège préventivement contre une infestation de poux. Il est particulièrement apprécié des parents qui s'en servent pour laver les cheveux de leurs enfants". Mais comment cela fonctionne-t-il au juste?

"C'est là qu'intervient l'écorce de saule qu'il contient", explique Fabienne, responsable du développement. "Les poux n'aiment pas l'écorce de saule. Afin de déterminer si la prévention par un shampooing à l'écorce de saule a effectivement des effets significatifs, des bouteilles de shampooing ont été distribuées dans différentes classes pendant des décennies. L'étude a montré que les enfants qui se lavaient régulièrement les cheveux avec le produit étaient moins souvent infestés de poux". L'effet viendrait en premier lieu de l'odeur de l'écorce de saule. "Les poux détestent cette odeur. Mais les humains aussi", dit Fabienne en riant. Oui, il faut un peu s'habituer à l'odeur, mais si ça peut aider.

Rausch Shampooing spécial écorce de saule (200 ml, Shampoing liquide)
Remise quantitative
12.90 à partir de 2 pièces 64.50/1l

Rausch Shampooing spécial écorce de saule

200 ml, Shampoing liquide

Rausch Shampooing spécial écorce de saule (200 ml, Shampoing liquide)
Shampoing
Remise quantitative
12.90 à partir de 2 pièces 64.50/1l

Rausch Shampooing spécial écorce de saule

200 ml, Shampoing liquide

Malgré une teneur en ingrédients naturels de plus de 90 pour cent, les produits de Rausch ne sont pas certifiés cosmétiques naturels. "C'était une décision consciente", explique Barbara. " Nos produits contiennent autant de nature que possible, sans pour autant perdre en efficacité et en tolérance."Fabienne poursuit : "Une certification de cosmétique naturelle aurait pour nous l'inconvénient de devoir recourir uniquement à des huiles essentielles pour parfumer nos produits. Selon Fabienne, les compositions de parfum contiennent entre 70 et 100 substances. Parmi elles, il peut également y avoir des huiles essentielles. "Mais l'avantage du parfum par rapport à une huile essentielle, c'est que nous pouvons facilement retirer les allergènes des compositions de parfum."

L'entrepôt d'herbes

Quand nous entrons dans les liquidations, une odeur de thé aromatique me monte au nez. Devant nous, des rangées d'étagères sur lesquelles sont empilés de grands sacs plats. C'est ici que sont stockées les matières premières que Rausch achète à des fournisseurs externes avant d'être transformées en extrait. Principalement sous forme séchée, à l'exception de quelques plantes fraîches, comme les orties.

C'est ici que les plantes aromatiques sont stockées dans des sacs. Les extraits liquides qui en sont issus se trouvent dans les récipients bleus.
C'est ici que les plantes aromatiques sont stockées dans des sacs. Les extraits liquides qui en sont issus se trouvent dans les récipients bleus.
Source : Christian Walker

"Nous essayons de nous procurer autant d'herbes que possible dans la région et en Suisse. Nous travaillons également en étroite collaboration avec des cueilleurs de plantes sauvages. Ce sont des personnes qui partent pour nous à la recherche d'herbes sauvages spécifiques", explique Silvia. "Nous achetons quelques matières premières, comme le ginseng et le varech, à l'étranger. Principalement d'Europe de l'Est. Malheureusement, toutes les matières premières ne peuvent pas être cultivées en Suisse sans perte de qualité. Entre autres parce que le sol n'offre pas les nutriments nécessaires ici."

L'extraction

L'extrait est obtenu à partir des herbes dans la salle dite de percolation. Les extraits d'herbes sont préproduits, stockés et transformés plus tard en shampoing selon les besoins. Dzeljalj Kazimi, responsable du contrôle qualité, est chargé de veiller à ce que tout se passe bien. Des feuilles, des fleurs, des écorces, des racines et même des plantes entières sont traitées dans le cadre d'un processus propre à l'entreprise. Cela se fait à l'aide d'un agent d'extraction qui libère délicatement les principes actifs des plantes.

Les extraits sont conservés dans des fûts bleus.
Les extraits sont conservés dans des fûts bleus.
Source : Christian Walker

Pour tuer tous les germes, les extraits sont pasteurisés. Pour ce faire, ils circulent pendant quatre heures à une température de 80° Celsius. La chaleur tue les micro-organismes, ce qui permet de conserver l'extrait jusqu'à deux ans. "De plus, les extraits doivent parfois subir un processus de maturation naturel afin de ne pas avoir d'influence négative sur la stabilité du produit. Diverses mesures permettent toutefois de raccourcir cette période, voire de l'éviter complètement", explique M. Dzeljalj. Selon l'extrait, le processus de fabrication dure de deux à cinq jours. "Les extraits qui ont une durée de maturation de dix à douze mois sont délicats. Chaque année, entre 45 et 50 tonnes d'extraits d'herbes purs et liquides sont ainsi produites dans des cuves de 500 et 800 litres. La quantité d'extrait contenue dans une seule bouteille de shampooing est un secret. "Mais voici ce que l'on peut dire : C'est une quantité supérieure à la moyenne."

Pour produire l'extrait de camomille dans le shampooing de soin, seules les têtes jaunes sont utilisées.
Pour produire l'extrait de camomille dans le shampooing de soin, seules les têtes jaunes sont utilisées.
Source : Christian Walker

La production

Jens Brünisholz, un personnage joyeux et remarquablement sympathique, dirige la fabrication et est l'une des trois personnes qui travaillent à la production. Il nous fait visiter l'installation de la cave à shampoing. "Il n'y a pas beaucoup d'activité aujourd'hui, c'est le programme de nettoyage", nous explique-t-il. Chez Rausch, on ne produit qu'un seul type de shampooing (ou de revitalisant ou de lotion capillaire, selon le cas) par lots. Les machines doivent ensuite être nettoyées pendant une journée avant que la production du shampoing suivant puisse commencer. Toutes catégories de produits confondues, la cave à shampooing produit environ un million de litres de produits par an.

Les cuves sont soigneusement nettoyées entre les productions.
Les cuves sont soigneusement nettoyées entre les productions.
Source : Christian Walker

"C'est ici que l'on fabrique généralement la base des conditionneurs", explique Jens en montrant deux cuves. "Dans le plus grand, la phase aqueuse est chauffée, dans le plus petit, la graisse est fondue. Par exemple, le beurre de karité. Pour que les deux phases puissent être mélangées, nous avons besoin d'un homogénéisateur. Il permet de mélanger l'eau et l'huile en une émulsion. Ensuite, nous ajoutons l'extrait d'herbes". Pour la fabrication du shampooing, la procédure est différente : "Nous mélangeons toutes les matières premières, y compris les extraits et les tensioactifs, à froid, le tout conformément à notre recette". Selon Jens, toutes les formules de shampooing peuvent être produites en une journée. La production journalière est de 4 000 kilos.

Une fois que le shampooing est mélangé, il ne va pas directement à l'usine de remplissage. "Chaque lot de shampooing est contrôlé microbiologiquement dans notre laboratoire pendant plusieurs jours. Cela permet d'exclure toute contamination par des germes", explique Jens. Une fois le contrôle qualité terminé, les shampooings sont soit stockés, soit reliés par un système de tuyaux à l'installation de remplissage située un étage au-dessus de nous. C'est là que nous faisons notre prochain arrêt.

Les shampooings sont stockés dans ces grandes cuves.
Les shampooings sont stockés dans ces grandes cuves.
Source : Christian Walker

L'usine de remplissage

Nous sommes au cœur de l'entreprise. C'est du moins ainsi que Raoul Munari, responsable de l'intralogistique, qualifie sa ligne d'embouteillage. Sous son regard vigilant, les bouteilles sont remplies, bouchées et étiquetées. Selon les machines, on atteint ainsi une capacité d'embouteillage de 10 000 à 20 000 bouteilles par jour.

Ici, on remplit bouteille par bouteille.
Ici, on remplit bouteille par bouteille.
Source : Christian Walker

Ils distinguent deux types de fabrication, m'explique-t-il. "Pour les pays clés comme la Suisse et les pays voisins, nous produisons sur stock. Pour l'exportation, par exemple vers l'Asie ou les pays arabes, nous produisons sur commande". Pour que le traitement des commandes à l'exportation ne prenne pas trop de temps, ils fabriquent ce qu'ils appellent des produits semi-finis. "Ce sont des bouteilles remplies sur lesquelles la date de production est imprimée et sur lesquelles il ne manque que l'étiquette appropriée. C'est un processus coûteux qui offre la flexibilité dont l'équipe a besoin en raison d'un espace limité.

Il ne manque plus que l'étiquette sur ces mini-produits semi-finis.
Il ne manque plus que l'étiquette sur ces mini-produits semi-finis.
Source : Christian Walker

Ce qui, en arrière-plan, ressemble à une machine à pop-corn en action, c'est l'installation des couvercles. Les capsules blanches en plastique sont déversées dans un couloir où elles passent sur un plateau tournant qui sépare les capsules et les conduit ensuite vers les bouteilles à l'aspect légèrement jauni. "Il y a un an, nous sommes passés au rPET, c'est-à-dire au PET recyclé, ce qui donne à la bouteille une teinte jaune", explique Silvia tandis que Raoul nous fait visiter l'installation. "Cela fait paraître la bouteille plus vieille qu'elle ne l'est, ce qui a créé une certaine confusion chez nos clients. On nous demande souvent pourquoi le shampooing a soudainement changé de couleur. Nous expliquons alors que c'est simplement dû à l'emballage. Nous n'avons rien changé à la formule."

Prêt à être exporté : le shampooing à l'huile d'œuf avec une étiquette en arabe. Le shampooing sent d'ailleurs la liqueur d'œuf.
Prêt à être exporté : le shampooing à l'huile d'œuf avec une étiquette en arabe. Le shampooing sent d'ailleurs la liqueur d'œuf.
Source : Christian Walker

L'étiqueteuse appose les étiquettes avant et arrière ainsi que le code de lot. Une caméra regarde si le positionnement des étiquettes est également correct. "Auparavant, chaque bouteille était vérifiée individuellement. Aujourd'hui, heureusement, un système de caméras s'en charge. Mais toutes les 15 minutes, nous vérifions à nouveau avec un pied à coulisse, c'est-à-dire une sorte de gabarit, si les étiquettes sont bien centrées. Si ce n'est pas le cas, elles doivent être retirées", explique Raoul.

Une fois que les bouteilles ont été remplies mécaniquement, fermées par un bouchon et étiquetées, elles sont finalement contrôlées une dernière fois à la main sous tous les angles. Ils prennent ensuite la route, entre autres, vers des pays lointains, vers le rayon de la pharmacie locale - ou vers l'entrepôt de Galaxus.

Photo de couverture : Christian Walker

Cet article plaît à 41 personne(s)


User Avatar
User Avatar

En tant que fan de Disney je vois toujours la vie en rose, je vénère les séries des années 90 et les sirènes font partie de ma religion. Quand je ne danse pas sous une pluie de paillettes, on me trouve à des soirées pyjama ou devant ma coiffeuse. PS Le lard est un de mes aliments favoris. 


Beauté
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

Commentaire(s)

Avatar