Un ver dans la Pomme?
Nouveautés & tendances

Un ver dans la Pomme?

Aurel Stevens
Zurich, le 26.03.2019
Le 25 mars, Apple a organisé un événement au théâtre Steve Jobs de Cupertino. Le but de la manœuvre? Présenter, non pas les nouveaux gadgets, mais les prochains services d'abonnement pour l'univers Apple.

Quels ont été les sujets abordés lors de cet événement spécial? Une plateforme similaire à Netflix et une carte de crédit Apple. Par contre, d'un point de vue matériel, rien à signaler. Apple n'a annoncé, en effet, aucun lancement d'appareil. Ceci étant, elle a présenté ses mises à niveau matérielles – sans grand battage médiatique – la semaine dernière:

*Le nouvel iPad mini et iPad Air**: avec puce A12 Bionic et compatible avec l'Apple Pencil
placeholder

placeholder

*Nouveaux Airpods d'Apple:** précommandes ouvertes
placeholder

placeholder

Précommandes ouvertes: nouveaux *iMac Apple** avec performances optimisées
placeholder

placeholder

Mais les rumeurs concernant de nouveaux services se sont avérées: c'est là qu'entre en jeu cet «événement spécial». Voici, grosso modo, les nouveaux services d'Apple:

  • Apple News+ est un kiosque à journaux numérique sur abonnement;
  • Apple Pay innnove et propose désormais sa propre carte de crédit;
  • Apple Arcade est un abonnement donnant accès à des jeux révolutionnaires;
  • Apple TV+ constitue la réponse à Netflix, Amazon Prime...

Mais commençons dans l'ordre!

Apple News+: kiosque à journaux numérique

Tim Cook commence par Apple News. Il vante la gratuité d'une offre riche en informations fiables – dont les sources ont été vérifiées scrupuleusement – et en articles soigneusement sélectionnés par les rédacteurs d'Apple. L'application Apple News est déjà la plus populaire aujourd'hui.

Il passe ensuite au nouveau service Apple News+, un kiosque numérique proposant des magazines à la vente: Time Magazine, Vogue, People, National Geographic, The New Yorker, Sports Illustrated, Fortune, Rolling Stone, Wired.

Apple a réussi à rassembler, pour son service payant, une palette de plus de 300 références. On s'aperçoit que la firme de Cupertino s'est basée sur des magazines visuellement forts. L'abonnement ne comprend presque pas de portails d'actualités, à l'exception du Los Angeles Times et du Wall Street Journal.

aucune information disponible sur cette image

Sa promesse? Un journalisme de qualité et une préparation digne de ce nom. Ou comme Apple aime à le dire: «The best mobile magazine experience ever. Awesome!»

Le système tarifaire est relativement simple. Le premier mois est gratuit. Ensuite, le forfait mensuel s'élève à 9,99 dollars et peut être utilisé sur tous les appareils et comptes de la famille. Et pour couronner le tout, l'application propose des recommandations personnelles. Néanmoins, la sphère privée reste protégée: pas de publicité, pas de traçage. Les recommandations sont calculées sur l'appareil en local, Apple ne sachant pas ce que les clients lisent.

Le lancement aura lieu simultanément aux États-Unis ainsi qu'au Canada, ce dernier avec 30 magazines. À l'automne 2019, l'Australie leur emboîtera le pas, talonnée de près par l'Europe, à commencer par l'Angleterre. L'offre et les prix exacts pour ces derniers ne sont pas encore connus.

«Pour les consommateurs et les éditeurs, Apple News constitue une aubaine», déclare Tim Cook, qui enchaîne aussitôt sur Apple Pay.

Apple Card: la carte de crédit virtuelle

Tim Cook explique que plus de 10 milliards de transactions ont déjà été effectuées cette année avec Apple Pay. Sur le marché américain, Apple a atteint un taux de reconnaissance de 70%, sur le marché australien, 99%. Apple Pay est actuellement disponible dans 33 pays, dont la Suisse. D'ici la fin de l'année 2019, ce chiffre se portera à 40.

L'innovation avec Apple Pay? La nouvelle Apple Card, une carte de crédit virtuelle pour laquelle Apple collabore avec Goldman Sachs et Mastercard. Activée en quelques minutes, elle ne devrait pas engendrer de frais supplémentaires. L'utilisateur Apple peut facilement confirmer ses achats d'une simple empreinte digitale ou par Face ID.

aucune information disponible sur cette image

Pour attirer le chaland, Apple propose un programme de remise en espèce appelé «Daily Cash», lequel permet de récupérer 2% du montant de ses achats quotidiens, 3% pour ceux effectués sur les services Apple.

Apple propose également une carte physique, au style épuré et en titane, assortie d'une application dédiée, dotée d'une plateforme de banque en ligne où dépenses et achats courants sont regroupés par thèmes, par exemple «nourriture» ou «divertissement».

De plus, cette application fournit des suggestions utiles permettant d'améliorer ses finances personnelles.

«Il s'agit là de l'évolution de la carte de crédit la plus significative jamais connue en 50 ans», lance Tim Cook. Il embraye, sans transition, sur les jeux vidéo, «iOS constitue la plus grande plateforme de jeu du monde».

Apple Arcade: la folie du jeu

Dans l'App Store, la cote de popularité des jeux, qu'ils soient gratuits ou payants, ne faiblit pas, à en juger les 300 000 références, dont le téléchargement atteint le milliard.

C'est ce sur quoi Apple a décidé de se concentrer, grâce au nouveau service Arcade qui propose un abonnement donnant accès à des jeux dans l'univers Apple, c'est-à-dire compatibles iPhone, iPad, Mac et Apple TV. De nouveaux titres seront ajoutés continuellement.

Dans un laïus d'une minute, la firme à la pomme souligne qu'elle soutiendra les studios indépendants. Le résultat? Elle met à disposition une offre de plus de 100 jeux exclusifs, à la totalité desquels on pourra jouer hors ligne. De plus, il n'y aura pas d'acquisition de fonctionnalités d’applications supplémentaires par l’intermédiaire d’achats et d’abonnements intégrés. Comme pour News+, Apple propose également la fonction de partage familial.

aucune information disponible sur cette image

À l'automne, Arcade sera disponible dans plus de 150 pays. Sur les tarifs et les détails, Apple reste muette. «Let’s talk about TV», lance Tim Cook.

Apple TV+: les films

«Que diriez-vous de retrouver films, séries et programmes sportifs sur une seule et même plateforme, tout à la demande, sans pub, en haute résolution, disponible hors ligne, avec partage familial comme pour News+ et Arcade»? demande Tim Cook.

aucune information disponible sur cette image

iTunes compte actuellement 65 000 films et 25 000 émissions de télévision. Présent sous forme de boîtier, Apple TV se transforme en un service d’abonnement. Outre l'offre à la demande, Apple travaille maintenant avec des câblo-opérateurs et des concurrents de Netflix. La série «Game of Thrones», diffusée sur la chaîne de télévision HBO, sera accessible sur Apple TV+. Amazon Prime et Hulu sont également dans le coup. L'application correspondante fournit des recommandations grâce à «Expert editors» et le machine learning. Leur contenu peut être loué auprès des chaînes Apple TV.

De plus, Apple produira son propre contenu exclusif. Le concept est expliqué dans une bande-annonce faisant la promotion du contenu qui sera diffusé: Histoires fantastiques, programme annoncé personnellement par Steven Spielberg, sur scène, à Cupertino; The morning show), une émission matinale avec, en tête d'affiche, Reese Witherspoon et Jennifer Aniston; Little America, une série sur les immigrants qui racontent les histoires d'immigrants. Oprah Winfrey annonce une émission inédite. Bill Murray, Spike Lee et bien d'autres encore auront aussi des choses palpitantes à proposer sur Apple TV+.

Apple TV et Apple TV+ seront disponibles sur iOS en mai, et en qualité UHD sur Mac en automne. L'offre sera initialement disponible dans une dizaine de pays. Les prix et les détails ne sont pas encore connus.

Ce qui est nouveau, c'est qu'Apple s'ouvre un peu. L'application TV fonctionne directement sur les téléviseurs connectés de Samsung, LG, Sony et Vizio.

Dernier mot pour la route: prometteur ou pas prometteur?

«Merci d'être venu», remercie Tim Cook. Cet homme me laisse un peu perplexe je dois avouer. Mais je vais essayer ici d'y voir clair.

En 2018, Apple réalise un chiffre d'affaire aberrant de 265,6 milliards de dollars et un bénéfice déraisonnable de 59,53 milliards de dollars. Une tarification astucieuse a permis de booster ces chiffres. Toutefois, les perspectives sont incertaines, les ventes de l'iPhone – le cheval de bataille de l'entreprise – affichant un léger recul, un problème que la firme à la pomme n'est pas la seule à rencontrer: et pour cause, le marché des smartphones dans son ensemble stagne.

Que faire? Si tout le monde creuse pour chercher de l'or, alors on peut soit se mettre à chercher de l'or soi-même, soit vendre des pelles. Autrement dit, fournir des prestations utiles. Au 4e trimestre 2018, Apple a généré un chiffre d'affaires de plus de 10 milliards de dollars pour la première fois.

Lors de l'événement de Cupertino, Tim Cook a clairement expliqué les changements qu'il souhaite apporter à Apple: un bouquet de nouveaux services. Les offres sont parfaitement liées à l'univers Apple et brillent par leur simplicité d'utilisation. La technique de l'enfermement propriétaire a été finement élaborée. Le partage familial et la fonction Daily Cash plaisent.

Est-ce que ce sera suffisant? En ce qui concerne les boutiques établies proposant films et jeux établis, Apple est confrontée à une forte concurrence de la part de Netflix, Amazon et Disney. En outre, les avantages concrets des offres ne sont pas immédiatement évidents. Apple Pay ne fait rien de fondamentalement mieux que d'autres moyens de paiement numériques. News+, TV+ et Arcade semblent encore offrir beaucoup de contenus diffus, même pour les États-Unis: «Stunning», «amazing» et «best ever»? Vraiment? Pour les Européens, et les Suisses en particulier, Apple devra faire preuve de plus de transparence.

Cet article plaît à 58 personne(s)


Aurel Stevens
Aurel Stevens
Chief Editor, Zurich
Je dompte la rédaction. Rédacteur le jour, papa le soir. Je m’intéresse à la technique, aux ordinateurs et à la HiFi. Je fais du vélo par tous les temps et suis presque toujours de bonne humeur.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser