Cet article a été traduit automatiquement.
En coulisse

Twitter brave : les milliards de Musk ne sont pas souhaités

Le bras de fer entre l'homme le plus riche du monde et la plateforme de médias sociaux Twitter passe à la vitesse supérieure. On ne sait pas encore si, comment et par qui l'entreprise tech sera rachetée.

La semaine dernière, on a appris qu'Elon Musk avait acquis mi-mars une part de 9,2 pour cent du service de messages courts Twitter. Cela n'a pas suffi au multimilliardaire. Jeudi saint, il a donc proposé de racheter Twitter dans son intégralité.

Après cet achat d'actions, le CEO de Twitter Parag Agrawal l'avait d'abord accueilli comme nouveau membre du conseil d'administration du groupe technologique. Mais peu de temps après, Musk a fait marche arrière, n'a pas accepté le poste et a déposé trois jours plus tard une offre d'achat officielle pour l'ensemble de l'entreprise auprès de l'autorité de surveillance boursière américaine SEC. Musk veut acquérir Twitter pour 54,20 dollars US par action.

S'il y parvient, le groupe serait sous son contrôle exclusif. Dans le jargon boursier, cette approche est appelée "Hostile Takeover" - une prise de contrôle hostile.

Une pilule empoisonnée en guise de réponse

Même si les intentions sont "hostiles", une offre d'achat lucrative doit être prise au sérieux par le conseil d'administration concerné. Il en va de même pour Twitter. En effet, Elon Musk propose un total de 43 milliards de dollars US pour une entreprise dont la valeur boursière actuelle est de 37 milliards.

Malgré cette offre intéressante, les responsables du groupe tech ne semblent pas vouloir sauter dans les bras du milliardaire. Le conseil d'administration de Twitter a en effet confirmé le vendredi saint une mesure dite "Poison Pill".

Il s'agit d'une mesure de protection destinée aux petits actionnaires afin de se défendre contre les "Hostile Takeovers". "Toute personne ou groupe qui acquiert 15 pour cent ou plus des actions ordinaires sans l'accord du conseil d'administration se verra infliger une pénalité importante", indique le document transmis par le conseil d'administration à l'autorité de surveillance de la bourse.

Si la mesure de protection est activée par un dépassement de 15 pour cent, il sera possible à tous, sauf au "repreneur hostile", d'acquérir des actions Twitter à un prix plus avantageux. Cette méthode de dissuasion vise à rendre plus coûteuse et plus compliquée une acquisition du groupe non approuvée par le conseil d'administration. La mesure "Poison Pill" a été fixée dans un premier temps pour un an.

Le financement concret n'est pas encore clair

Même si Elon Musk est l'homme le plus riche du monde, cela ne signifie pas que les milliards se trouvent sur son compte. Pour un rachat de Twitter, il devrait d'abord rendre liquides les moyens financiers correspondants. Le CEO de Tesla et SpaceX n'a pas encore précisé d'où proviendraient exactement les milliards nécessaires.

Bloomberg estime la fortune actuelle de Musk en espèces à 2,95 milliards de dollars US. Musk est en outre connu pour utiliser ses actions Tesla comme garantie pour des prêts. Avec cette mesure, il pourrait éventuellement réunir les 40 milliards de dollars US manquants, calcule le magazine en ligne Business Insider.

Parallèlement à cela, la rumeur d'autres investisseurs a commencé à circuler la semaine dernière. Selon l'agence de presse Reuters, la société de participation Thoma Bravo s'est montrée intéressée par une offre concurrente. Entre-temps, les noms d'autres sociétés de participation telles que Silver Lake, Elliott Management, KKL ou Apollo Global Management sont venus s'ajouter à la liste et seraient intéressées à faire une offre ou à soutenir une offre existante.

Musk veut la liberté d'expression et la démocratie

Musk est conscient que ses intentions d'achat ne sont pas motivées par le profit. "Je me fiche complètement des aspects économiques", confirme-t-il dans une interview avant Pâques lors de la conférence TED2022 à Vancouver. S'il veut mettre la main à la poche, c'est parce qu'il est essentiel pour l'avenir de la civilisation de disposer d'une plate-forme de communication fiable et inclusive. Il veut s'en assurer en garantissant la liberté d'expression sur la plateforme. En outre, le code source de l'algorithme de Twitter doit être accessible au public afin que l'on puisse voir comment la plateforme fonctionne exactement.

Ces critiques ne sont pas nouvelles. L'entreprise tech se penche depuis longtemps sur la question de savoir pourquoi son algorithme diffuse certains contenus politiques plutôt que d'autres. Il existe déjà une équipe spécifique qui travaille à minimiser de telles inégalités. Mais ce n'est pas si simple. "Il est difficile de répondre à la question de savoir pourquoi ces modèles observés se produisent, car c'est le produit des interactions entre les personnes et la plate-forme", peut-on lire dans le résumé d'une étude à ce sujet. Il est difficile de dire si la divulgation de l'algorithme de Twitter aiderait réellement à résoudre ce problème.

Peu après la publication des détails de la clause "Poison Pill", Musk a annoncé dans un tweet qu'il supprimerait le salaire du conseil d'administration de Twitter en cas de rachat. Cette proposition n'est que l'une des nombreuses que Musk ne cesse d'annoncer à intervalles irréguliers sur Twitter et dans des interviews. Il est difficile de dire lesquelles sont réellement sérieuses. Le milliardaire lui-même a confirmé lors d'une interview à la conférence TED2022 qu'il ne réfléchit pas beaucoup - du moins lorsqu'il tweete - et que ses commentaires sont plutôt des "tourbillons de pensées spontanées" que des plans stratégiquement réfléchis.

Quelle est la suite des événements ?

L'entreprise tech pourrait officiellement rejeter l'offre de Musk. Dans ce cas, le milliardaire a annoncé lors de la TED2022 Conference un mystérieux "plan B", sur lequel il n'a pas encore voulu s'exprimer.

Si l'offre de Musk n'est pas directement rejetée, des renégociations pourraient avoir lieu entre les deux parties, au cours desquelles Twitter pourrait demander un meilleur prix pour la reprise. Au vu de ce qu'il a annoncé lors de l'offre d'achat, Musk n'accepterait probablement pas une telle exigence. Il avait alors précisé que les 54,20 dollars US par action constituaient "la meilleure et la dernière offre". Reste à savoir si les sociétés de participation en question interviendront effectivement en tant que concurrentes d'achat.

Cet article plaît à 16 personne(s)


User Avatar
User Avatar

« Je veux tout connaître ! Je veux des bas terrifiants, des hauts enivrants, des milieux bien moelleux ! » : ces mots d'un personnage culte de la télévision américaine reflètent pleinement mes pensées. Je partage cette philosophie de vie, y compris au travail. Ce que cela signifie concrètement pour moi ? Je trouve que chaque histoire, de la plus insignifiante à la plus incroyable, a son charme. 


Smartphone
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Réseau
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Politique
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader