ReportageSportSport

«Tu te débrouilles bien même si tu ne respires pas»

Patrick Bardelli
Zurich, le 27.11.2018
Vidéo: Manuel Wenk
Traduction: Sophie Boissonneau
Je suis aujourd'hui à Uster pour rencontrer une nageuse. Je me rends dans la plus grande piscine couverte de Suisse pour faire du sport avec Svenja Stoffel. La jeune nageuse de 21 ans originaire du canton des Grisons aimerait être au départ des JO de Tokyo en 2020. Il va d'abord falloir qu'elle nage avec moi.

Une longueur, un virage-culbute et une nouvelle longueur. Rien d'insurmontable, non? Je dois quand même ajouter que je suis assez lourdaud dans l'eau. Mais mon objectif du jour est de nager 50 m en crawl, faire un virage-culbute et refaire 50 m en crawl. Heureusement, je vais avoir l'aide précieuse d'une pro. J'ai nommé Svenja Stoffel, nageuse de 21 ans. Le grand rêve de la grisonnaise du club de natation d'Uster serait de participer au JO d'été de Tokyo en 2020. Et si je ne suis pas vraiment dans mon élément, Svenja est comme un poisson dans l'eau.

Technique de respiration

Non seulement je nage comme un pied, mais je respire aussi mal. Enfin, je ne respire pas du tout. Ce qui est assez ballot quand on fait du sport, surtout pour la natation. Svenja essaie donc de m'inculquer une technique de respiration basique: trois mouvements des bras, une respiration ou encore une inspiration tous les deux mouvements. J'essaie d'abord de respirer après trois mouvements, puis me rabats sur une inspiration tous les deux mouvements. Je remarque que ça ne change rien. Je dois vraiment me forcer à respirer dans l'eau. Puis Svenja me dit soudain: «Hey Patrick, même si tu ne respires pas, tu te débrouilles bien.» Certes... Je ne respire pas et me contente de mes compétences de nageur amateur. En toute honnêteté: la technique de respiration doit être apprise et travaillée. Il faut du temps pour la maîtriser et je n'en ai pas assez aujourd'hui.

Non, non, je ne respire pas!
Non, non, je ne respire pas!
Petite tête privée d'oxygène
Petite tête privée d'oxygène

Virage technique

Je suis lourdaud dans l'eau, respire mal, voire pas du tout et ne sais pas non plus faire demi-tour. Pour cela je dois faire une pirouette dans l'eau, une demi-rotation, puis utiliser le mur pour me propulser avec les pieds. Voilà, j'ai fait une culbute. Enfin, en théorie, parce que dans les faits c'est moins évident. Quand je réussis la pirouette, je rate la rotation et vice versa. Et si par chance je réussis les deux, je me retrouve trop loin de la paroi pour l'utiliser et me propulser. Le proverbe «C'est en forgeant qu'on devient forgeron.» prend tout son sens.

Le lourdaud et la pro.
Le lourdaud et la pro.

Technique de natation

Après trois heures d'entraînement, les choses deviennent sérieuses. 50 m en crawl, virage-culbute et retour sur une longueur en crawl. J'y arrive avec parfois quelques accrocs. Sur la deuxième longueur, je me retrouve un peu sur le dos et le virage-culbute ressemble plus à un demi-tour de monstre aquatique non identifié. Mais ce n'est quand même pas si mal pour un lourdaud comme moi. Pour finir, je m'installe avec Svenja au bord de la piscine pour parler un peu de sa carrière.

Mon équipement

Suivez les aventures «Patrick fait du sport avec...»

Cette session dans l'eau m'a bien plu et j'ai décidé de rester sur l'eau. Je quitte la piscine couverte pour faire de l'aviron sur le lac de Zurich. Jonathan Perraudin du club d'aviron de Belvoir sera mon mentor pour une journée qui promet d'être rythmée.

Montez à bord et venez ramer avec moi. Suivez-moi ici et ne manquez plus aucun de mes articles.

Cet article plaît à 25 personne(s)


Patrick Bardelli
Patrick Bardelli
Senior Editor, Zurich
What matters isn’t how well you play when you’re playing well. What matters is how well you play when you’re playing badly.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser