Trump vs TikTok : 10 questions / réponses sur l'interdiction de TikTok

Trump vs TikTok : 10 questions / réponses sur l'interdiction de TikTok

Dominik Bärlocher
Zurich, le 12.08.2020
Traduction: Stéphanie König
Un décret du président américain Donald Trump vise à interdire TikTok aux États-Unis. En bref : cette petite opération coup de poing est politiquement difficile, touche certainement aussi les Droits de l'Homme et est vite devenue complexe.

L'annonce fait les gros titres : le président américain veut interdire le réseau social TikTok aux États-Unis. Les influenceurs craignent pour leur emploi, les utilisateurs veulent du divertissement et leur interaction parasociale. Puis Microsoft leur donne une petite lueur d'espoir. Ou Byte. Et personne ne comprend plus rien. Il est temps d'examiner la chose de plus près.

Que s'est-il passé ?

Jeudi 6 août 2020, le président américain Donald Trump a officiellement déclaré TikTok et WeChat comme étant une « urgence nationale », car les deux applications chinoises permettent aux données des utilisateurs de circuler en Chine.

Avec cette signature, Donald Trump fait suite à la demande du sénateur Josh Hawley, républicain du Missouri, qui a demandé en mars que TikTok ne soit pas installé sur les appareils du gouvernement. Hawley voulait interdire TikTok uniquement pour les équipements appartenant aux politiciens et aux contractors du gouvernement. Par « interdire TikTok », Hawley veut savoir qu'il ne s'agit pas d'une seule application, mais plutôt des applications du studio de développement ByteDance basé à Beijing, en Chine.

Sénateur Josh Hawley, républicain, Missouri
Sénateur Josh Hawley, républicain, Missouri
Office of Senator Josh Hawley
«no employee of the United States, officer of the United States, Member of Congress, congressional employee, or officer or employee of a government corporation may download or use TikTok or any successor application developed by ByteDance or any entity owned by ByteDance on any device issued by the United States or a government corporation.»
Bill S.3455 – No TikTok on Government Devices Act, Senator Josh Hawley, R-MO, 12 mars 2020

Dans le sillage du projet de loi p.3455, Donald Trump a utilisé l'International Emergency Economic Powers Acta (IEEPA). Cette loi lui permet d'interdire les « transactions économiques » entre des personnes et entités américaines et des personnes ou entités étrangères.

Comment Donald Trump justifie-t-il les sanctions contre TikTok ?

Dans le contexte juridique, le président américain Donald Trump est personnellement responsable des sanctions contre TikTok. Dans un décret, qui ne peut être prononcé que par le président des États-Unis d'Amérique.

Donald Trump, président des États-Unis élu démocratiquement
Donald Trump, président des États-Unis élu démocratiquement
Department of Defence

Donald Trump écrit :

«TikTok automatically captures vast swaths of information from its users, including Internet and other network activity information such as location data and browsing and search histories. This data collection threatens to allow the Chinese Communist Party access to Americans’ personal and proprietary information — potentially allowing China to track the locations of Federal employees and contractors, build dossiers of personal information for blackmail, and conduct corporate espionage.»
Donald Trump, Executive Order on Addressing the Threat Posed by TikTok, 6 août 2020, whitehouse.gov

Mais ce ne sont pas seulement les soupçons d'espionnage qui ont incité Donald Trump à imposer des sanctions. Il est également préoccupé par la censure du gouvernement chinois.

«TikTok also reportedly censors content that the Chinese Communist Party deems politically sensitive, such as content concerning protests in Hong Kong and China’s treatment of Uyghurs and other Muslim minorities. This mobile application may also be used for disinformation campaigns that benefit the Chinese Communist Party, such as when TikTok videos spread debunked conspiracy theories about the origins of the 2019 Novel Coronavirus.»
Donald Trump, Executive Order on Addressing the Threat Posed by TikTok, 6 août 2020, whitehouse.gov

Donald Trump veut donc utiliser les sanctions pour protester contre l'oppression des minorités en Chine, en particulier les musulmans et les ouïghours. Il veut également empêcher que le réseau social ne soit utilisé pour des campagnes de désinformation.

Quand TikTok va-t-il disparaître ?

Le 11 août 2020, il n'est pas encore clair si et comment l'interdiction de TikTok sera mise en œuvre. À partir de la signature du document IEEPA, ByteDance a 45 jours pour répondre aux exigences américaines. Cela signifie que les sanctions prendront effet au plus tôt le dimanche 20 septembre 2020.

Pourquoi les gens ne parlent que de TikTok et pas de WeChat ?

TikTok n'est pas la seule application concernée par l'IEEPA de Trump. À partir du 20 septembre, WeChat sera également limitée dans son utilisation.

L'application chinoise WeChat est particulièrement populaire en Chine. Elle y est considérée comme un service de messagerie standard, similaire à WhatsApp chez nous. Mais WeChat a beaucoup plus de fonctions que WhatsApp et remplace les applications d'autres fabricants à bien des égards.

aucune information disponible sur cette image

Au-delà des frontières chinoises, TikTok est plus largement utilisé que WeChat. C'est pourquoi j'ai décidé de me concentrer sur TikTok pour ce reportage.

L'application League of Legends, un jeu de rôle, est également concernée.

TikTok n'est pas disponible en Chine. Une application similaire appelée Douyin est active sur le marché chinois. Elle respecte toutes les réglementations du gouvernement chinois et n'envoie aucune donnée de la population à l'extérieur du pays. Douyin est identique à TikTok en termes de concept et d'utilisation.

Comment l'interdiction de TikTok sera-t-elle mise en œuvre ?

Le 11 août 2020, la mise en œuvre de l'interdiction de TikTok ne peut faire l'objet que de spéculations. Cependant, on suppose que les applications disparaîtront simplement de l'App Store d'Apple et du Play Store de Google.

Cela signifierait que les installations existantes des applications de ByteDance seraient conservées, mais ne recevraient aucune mise à jour. Avec ce scénario, l'application pourrait être maintenue à jour sur Android via des App Stores tiers tel que APKPure.

Un deuxième scénario possible est que le gouvernement de Trump force les principaux fournisseurs de services mobiles et Internet à bloquer le trafic entre les appareils de leurs clients et les serveurs de ByteDance. Cela rendrait l'utilisation de TikTok impossible pour tous les clients du réseau des fournisseurs.

Pourquoi les utilisateurs et les législateurs sont-ils dans le flou ? Le terme « transaction » utilisé dans l'IEEPA est plutôt vague. Le trafic est-il une transaction telle que définie par l'IEEPA ? Peut-être. Les achats intégrés dans l'application sont-ils des transactions telles que définies par l'IEEPA ? Possible. En termes purement économiques et technologiques, les deux sont des transactions, mais on ne sait toujours pas ce que le gouvernement de Trump définira exactement comme étant une « transaction ».

Wilbur Ross, Secretary of Commerce
Wilbur Ross, Secretary of Commerce
Gage Skidmore

La question de la transaction est actuellement examinée par le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, et son département. Il a jusqu'au dimanche 20 septembre 2020 pour définir ces termes dans le contexte des applications WeChat et TikTok.

On ne sait pas non plus à quoi ressemblera TikTok après le 20 septembre 2020. Si le trafic d'un TikTok américain théorique devait passer par des serveurs séparés, un troisième TikTok serait créé en plus de TikTok et Douyin. Si TikTok est vendu dans sa globalité, il restera probablement avec TikTok et Douyin.

Quels sont les soupçons du gouvernement de Trump ?

Le gouvernement de Trump ne souhaite pas se prononcer sur l'interdiction de TikTok avant le 11 août 2020. Mais le projet de loi p.3455 du sénateur républicain Josh Hawley du Missouri est plus clair.

Hawley et ses alliés politiques s'inquiètent d'une éventuelle collecte de données. Le doute : les applications chinoises pourraient exploiter les données ou les métadonnées des appareils des fonctionnaires et les transmettre au gouvernement chinois. Même si un fonctionnaire ne partage pas de vidéos aux États-Unis, l'application nécessite les autorisations suivantes pour fonctionner :

  • micro : record audio,
  • informations de connexion WiFi : view Wi-Fi connections,
  • caméra : take pictures and videos,
  • historique des appareils et des applications : retrieve running apps,
  • mémoire : read the contents of your USB storage,
  • mémoire : modify or delete the contents of your USB storage,
  • contacts : read your contacts,
  • mémoire : read the contents of your USB storage,
  • photos / médias / fichiers : modify or delete the contents of your USB storage et
  • identité : add or remove accounts.

La fonctionnalité de base de l'application est ainsi garantie. Mais TikTok en exige encore plus :

  • read Home settings and shortcuts,
  • receive data from Internet,
  • create accounts and set passwords,
  • control vibration,
  • expand / collapse status bar,
  • change your audio settings,
  • control flashlight,
  • prevent device from sleeping,
  • uninstall shortcuts,
  • use accounts on the device,
  • install shortcuts,
  • full network access,
  • run at startup,
  • view network connections,
  • reorder running apps et
  • toggle sync on and off.

Certaines de ces autorisations sont faciles à expliquer. « Control Flashlight » sert par exemple à utiliser le flash de l'appareil photo. D'autres le sont moins : on ne sait pas exactement pourquoi l'application veut connaître les paramètres de votre écran d'accueil et vos raccourcis.

La lampe de poche de votre smartphone est également utilisée comme flash d'appareil photo.
La lampe de poche de votre smartphone est également utilisée comme flash d'appareil photo.

Les accusations ne semblent pas totalement infondées. Le 11 août 2020, le Wall Street Journal a révélé que TikTok a intégré un mécanisme de suivi dans son application Android, qui envoie un ensemble de données d'utilisateur directement identifiables à TikTok. Il s'agit de l'adresse MAC de votre appareil, que seul votre appareil possède.

«The identifiers collected by TikTok, called MAC addresses, are most commonly used for advertising purposes. The White House has said it is worried that users’ data could be obtained by the Chinese government and used to build detailed dossiers on individuals for blackmail or espionage.»
Wall Street Journal, 11 août 2020

Les utilisateurs n'ont pas eu la possibilité de se retirer de cette collecte de données. De plus, un cryptage supplémentaire dissimule la collecte.

Comment la Chine traite-t-elle les données ?

En Chine, depuis le 1er août 2016, les développeurs sont tenus par la loi de collecter les métadonnées de tous les utilisateurs d'applications.

  • L'application doit authentifier ses utilisateurs en reliant un numéro de téléphone vérifié ou d'autres données d'identification directe à un profil en ligne. Votre profil Twitter anonyme est donc relié à votre nom de compte prenom.nom@gmail.com.
  • Les journaux d'activité, c'est-à-dire les enregistrements de vos activités, doivent être conservés pendant 60 jours.
  • L'application doit se conformer à la réglementation et obtenir des licences spécifiques à l'application. Il n'y a rien à ajouter.
  • Les fournisseurs d'applications doivent pouvoir garantir que leurs applications n'autorisent pas de posts dérogeant à la loi chinoise de quelque manière que ce soit.
  • Les fournisseurs d'applications doivent être en mesure de détecter ces infractions logicielles.
  • Les fournisseurs d'applications doivent signaler ces infractions sans exception.
  • Les fournisseurs d'applications doivent se soumettre à une ou plusieurs inspections par les autorités locales.
Cette *app de selfie déjanté** présente un risque pour votre sécurité
En coulisseSmartphone

Cette app de selfie déjanté présente un risque pour votre sécurité

On ne sait pas ce que le gouvernement fait de ces données. Il est supposé que les données pourraient être utilisées pour identifier les opposants au gouvernement et autres, ou pour fournir des preuves supplémentaires dans le cadre des procédures engagées contre ces derniers.

Comment ByteDance, créateur de TikTok, gère-t-il les données des utilisateurs ?

Le fabricant de TikTok, Bytedance, précise quelles données sont collectées lors de l'utilisation de l'application et ce qu'en fait le fabricant :

«nous collectons certaines informations à votre sujet lorsque vous utilisez la plateforme, y compris dans les cas où vous utilisez l’application sans compte. Ces informations comprennent votre adresse IP, les identifiants d’instance (ce qui nous permet de déterminer sur quels appareils transmettre les messages), l’opérateur mobile, les paramètres des fuseaux horaires, l’identifiant publicitaire et la version de l’application que vous utilisez. Nous collectons aussi des informations concernant l’appareil que vous utilisez pour accéder à la plateforme, comme le modèle et le système de l’appareil, le type de réseau, l’identifiant de l’appareil, la résolution de votre écran et le système d’exploitation, les paramètres audio et les dispositifs audio connectés. Si vous vous connectez depuis plusieurs appareils, nous serons en mesure d’utiliser les informations de votre profil pour identifier votre activité en fonction des appareils.»
TikTok.com, Privacy Policy, 11 août 2020

Et ce n'est pas tout :

«lorsque vous utilisez la plateforme depuis un appareil mobile, nous collectons les informations relatives à votre emplacement afin de personnaliser votre expérience. Nous déduisons votre position approximative en nous basant sur votre adresse IP. Dans certains pays, nous pouvons également collecter les données GPS (système de géolocalisation).»
TikTok.com, Privacy Policy, 11 août 2020
Zhang Yiming, PDG Bytedance
Zhang Yiming, PDG Bytedance

Mais encore :

«nous utiliserons vos données personnelles pour trouver des correspondances en nous basant sur vos coordonnées et votre carnet d’adresse. Veuillez noter que vos coordonnées et votre carnet d’adresse sont des éléments confidentiels qui ne seront pas divulgués. Nous utilisons un système technique pour trouver des correspondances sans transmettre vers nos services, sous forme de texte simple, vos informations ou votre carnet d’adresse.»
TikTok.com, Privacy Policy, 11 août 2020

Quelles questions politiques l'interdiction de TikTok soulève-t-elle ?

La façon dont l'application TikTok sera technologiquement interdite reste un mystère. D'autres questions concernent la légitimité politique de l'interdiction et les Droits de l'Homme. Il est possible que l'utilisation de l'application, au sens juridique du terme, entrave à la liberté d'expression.

La liberté d'expression aux États-Unis est inscrite dans le premier amendement de la Constitution des États-Unis et interdit au gouvernement d'imposer des sanctions qui restreignent la liberté d'expression.

«Congress shall make no law respecting an establishment of religion, or prohibiting the free exercise thereof; or abridging the freedom of speech, or of the press; or the right of the people peaceably to assemble, and to petition the Government for a redress of grievances.»
First Amendment to the United States Constitution, 15 décembre 1791
Hina Shamsi, National Security Head der American Civil Liberties Union
Hina Shamsi, National Security Head der American Civil Liberties Union

Hina Shamsi, National Security Head de l'American Civil Liberties Union, vise le même objectif.

«Trump’s executive orders against WeChat and TikTok are yet another abuse of emergency powers under the broad guise of national security. They would violate the First Amendment rights of users in the US who use these apps to communicate with family, friends, or business contacts.»
Hina Shamsi, @ACLU, Twitter, 7 août 2020

Si les avocats et les tribunaux considèrent effectivement l'interdiction de TikTok comme une restriction à la liberté d'expression, elle ne sera pas permise. Malgré toutes les urgences de l'IEEPA, Donald Trump n'a pas pu interdire l'application ni son utilisation.

Comment TikTok pourrait-il être sauvé ? Qu'est-ce que Microsoft a à voir là-dedans ?

Actuellement, le moyen le plus sûr permettant à TikTok de continuer à exister aux États-Unis est de déménager. Si ByteDance vend TikTok, le service ne lui appartiendrait plus. Le projet de loi de Hawley n'aurait donc plus aucun sens. L'IEEPA de Trump ne parle de TikTok que dans le texte courant, mais devient plus général dans les sanctions :

«Accordingly, I hereby order: Section 1. (a) The following actions shall be prohibited beginning 45 days after the date of this order, to the extent permitted under applicable law: any transaction by any person, or with respect to any property, subject to the jurisdiction of the United States, with ByteDance Ltd. (a.k.a. Zìjié Tiàodòng), Beijing, China, or its subsidiaries, in which any such company has any interest, as identified by the Secretary of Commerce (Secretary) under section 1(c) of this order.»
Donald Trump, Executive Order on Addressing the Threat Posed by TikTok, 6 août 2020, whitehouse.gov
Satya Nadella, CEO Microsoft
Satya Nadella, CEO Microsoft
Brian Smale, Microsoft

La solution semble donc simple : si ByteDance vend TikTok, l'application est sauvée. Toutefois, l'application ne peut être vendue à une filiale de ByteDance. Cela signifie que ByteDance Zurich (si ce bureau existe), pourrait ne pas être autorisé à prendre le contrôle de TikTok.

Le sauvetage de TikTok est une décision économique. ByteDance doit faire ses calculs. Comment l'App Studio de Beijing gagne-t-il plus ?

  • Fonctionnement de l'application sans le marché américain
  • Vente de l'application

Ce qui n'est pas inclus dans ce calcul : le besoin de divertissement des utilisateurs sous forme de petites vidéos. Car si vous pouvez utiliser un service gratuitement, alors vous n'êtes pas le client ; vous êtes le produit qui est vendu. Aussi audacieux que cela puisse paraître, cet aperçu est tout aussi important dans le contexte de l'affaire TikTok.

aucune information disponible sur cette image

Des rumeurs selon lesquelles Microsoft voudrait acheter tous les droits de TikTok, c'est-à-dire l'intégralité de l'application, sur tous les marchés, circulent toujours. Elles ont été semées le jeudi 6 août 2020 par le Financial Times. Le groupe n'avait ni nié ni confirmé cette information à la date limite de rédaction du 12 août 2020. Néanmoins, le fondateur de Microsoft, Bill Gates, a commenté la situation et a qualifié les médias sociaux de « calice empoisonné ». Mais ce qui est confirmé, c'est que Microsoft veut acheter les parts américaines de TikToks.

«Following a conversation between Microsoft CEO Satya Nadella and President Donald J. Trump, Microsoft is prepared to continue discussions to explore a purchase of TikTok in the United States.»
Microsoft Corporate Blog, 2 août 2020

Le magazine Business Insider contrecarre les rumeurs selon lesquelles TikTok serait entièrement remis à Microsoft. Une source anonyme affirme le 6 août 2020 que le rapport du Financial Times est complètement faux.

Que Microsoft ou une autre société vienne au secours de TikTok, ou que Donald Trump doive annuler son décret, les utilisateurs de l'application de partage de vidéos n'ont qu'une chose à faire : attendre. Parce qu'en tant que produit, la userbase n'a aucune chance d'avoir son mot à dire dans le processus, dans la prise de décision ou d'influencer la procédure. En ce sens : nous en saurons plus au plus tard d'ici le 20 septembre 2020.

Cet article plaît à 25 personne(s)


Dominik Bärlocher
Dominik Bärlocher

Senior Editor, Zurich

Journaliste. Auteur. Hackers. Je suis un conteur d'histoires à la recherche de limites, de secrets et de tabous. Je documente le monde noir sur blanc. Non pas parce que je peux, mais parce que je ne peux pas m'en empêcher.

USA contre Huawei

Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.


Smartphone

Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser