Se protéger des copies : l’éternel combat de l'industrie musicale
En coulisseAudio

Se protéger des copies : l’éternel combat de l'industrie musicale

David Lee
Zurich, le 15.03.2022
Traduction: Alassane Ndiaye

Qu'il s'agisse de cassettes audio, de DAT, de CD gravés ou de téléchargements numériques : l’industrie musicale a combattu toute technologie permettant d'enregistrer ou de copier de la musique. En partie par des méthodes douteuses. Avec le streaming, beaucoup de choses ont changé, mais pas tout.

Jusque dans les années soixante-dix, tout va bien dans le monde de l'industrie musicale. La musique est diffusée via les disques pressés. Les autres supports sonores ne jouent pratiquement aucun rôle. Les supports sonores en vinyle sont peu coûteux à produire pour les maisons de disques, mais impossibles à copier pour les particuliers.

La situation a évolué avec l’arrivée de la bande magnétique, des cassettes audio et vidéo dans les foyers. La bande magnétique permet non seulement d’écouter de la musique, mais aussi de l'enregistrer. C'est le début d'une longue bataille entre ceux qui achètent (ou non) de la musique et ceux qui la vendent.

Cassettes audio : la morale assénée à coup de massue

Au départ, la situation n'est pas particulièrement dramatique. Les magnétophones avec une bonne qualité sonore sont chers et se trouvent principalement dans les studios. La cassette compacte est certes inventée dès 1963, mais elle fournit pendant longtemps une mauvaise qualité de son. Les enregistreurs de cassettes sont surtout considérés comme des dictaphones.

Cependant, dans les années soixante-dix, la qualité du son s'améliore, notamment grâce à des bandes moins bruyantes et à la réduction du bruit Dolby. Notamment par le fait que les groupes de hifi japonais se livrent une concurrence en matière de qualité. Un enregistreur de cassettes est désormais plus qu'un dictaphone. De plus, avec le Walkman, la cassette devient dans les années quatre-vingt le premier support sonore utilisable de manière portable.

L'association britannique de l'industrie musicale (BPI) estime qu'il est temps d'agir. Dans les années 80, elle lance une campagne avec le slogan « Home Taping Is Killing Music ». Le logo représente une silhouette de cassette audio sur deux os croisés. L’objectif est de conscientiser le public.

Le logo sur une pochette de disque.
Le logo sur une pochette de disque.
Image : Shutterstock

Selon la BPI, ceux qui enregistrent leur propre disque vinyle sur cassette pour pouvoir écouter la musique en déplacement ou pour éviter l'usure du disque tuent la musique. Personne ne croit à ces absurdités évidentes. La campagne est certes connue, mais elle est inefficace. On se souviendra surtout des nombreuses parodies comme « Home Cooking Is Killing Restaurants ». Mon slogan préféré est : « Home Taping Is Skill in Music », en référence à l'art de faire une bonne mixtape.

Avec la cassette audio, il n'y a techniquement aucune possibilité d'empêcher la copie. Pour les cassettes vidéo, c’est possible : la protection contre la copie de Macrovision (en allemand) envoie un signal parasite qui n'est pas perceptible dans l'original, mais qui rend l'enregistrement inutilisable. Vous pouvez aussi visualiser une vidéo de Technology Connections pour voir comment cela fonctionne.

Digital Audio Tape (DAT)

La numérisation de la musique commence dès la fin des années soixante-dix dans les studios d'enregistrement et trouve son chemin vers les salons au milieu des années quatre-vingt. Tout d'abord par le biais du lecteur CD, qui se révèle être un simple appareil de lecture tout à fait au goût de l'industrie musicale. Mais en même temps, des efforts sont en cours pour numériser la cassette, jusqu'ici analogique. Les particuliers auraient ainsi la possibilité de réaliser eux-mêmes des enregistrements numériques d'excellente qualité. En 1986, Sony a mis au point un enregistreur pour les cassettes DAT (Digital Audio Tape), prêt à être produit en série.

Une cassette DAT est légèrement plus petite qu'une cassette audio analogique.
Une cassette DAT est légèrement plus petite qu'une cassette audio analogique.
Image : Shutterstock

Toutefois, la commercialisation est retardée. Non pas parce que la technologie n'est pas au point. Au contraire, DAT est de très bonne qualité. La grande qualité des enregistrements met l'industrie musicale en émoi. La RIAA, l’Association américaine de l'industrie musicale, veut à tout prix empêcher l'introduction de cette technologie « dangereuse » et déclare la guerre au Japon.

La guerre ? Un choix de mots drastique, mais Stanley Gortikov, le président de la RIAA, s'exprime de manière tout aussi drastique. Il écrit plusieurs « lettres ouvertes au Japon », dans lesquelles il s'adresse effectivement aux Japonais en tant que tels (« you of Japan »), et non à Sony, l'entreprise qui a développé DAT. La première de ces lettres fait allusion à l’intention des Japonais d'attaquer à nouveau Pearl Harbor. Une tentative d'assassinat serait en préparation, la victime étant l'industrie musicale. Gortikov qualifie les fabricants japonais d’assassins, DAT d'arme du crime. On peut clairement entendre dans ce reportage l'offense que représente le fait que le Japon ait pris la suprématie technologique, mais la bonne musique, elle, vient toujours d’Amérique ! Il reproche au Japon, en tant que pays, de mépriser les auteurs, c'est-à-dire les Américains. On pourrait s'en rendre compte en constatant qu'il existe 2400 médiathèques au Japon, où il est même possible d'emprunter des CD. Selon Gortikov, DAT serait « prêt à envahir les frontières des États-Unis » et les Américains ne pourraient s'empêcher de craindre qu'un autre secteur industriel soit « piétiné ou exploité. »

La lettre ouverte est assez martiale.
La lettre ouverte est assez martiale.
Source : Billboard, 6.9.1986

Après avoir sévèrement critiqué les Japonais, Gortikov leur recommande de ne pas refuser le dialogue. La RIAA exige que chaque appareil DAT soit équipé d'une puce qui reconnaît les enregistrements protégés par des droits d'auteur et qui, dans ces cas, empêche toute copie. Pour ce faire, CBS a déjà développé le « CopyCode Scanner System ». Cependant, celui-ci ne fonctionne pas correctement : d'une part, il produit des effets de filtre audibles, d'autre part, il n'empêche pas la copie de manière fiable.

Les fabricants de DAT proposent leur propre procédure de protection contre la copie : le « [Serial Copy Management System] »(https://de.wikipedia.org/wiki/Serial_Copy_Management_System) (en allemand). Ce système permet la copie privée de musique achetée et empêche les copies en série. Il est approuvé par le législateur américain. Mais cela ne suffit pas à l'industrie américaine de la musique. En 1990, il y a une action collective contre Sony (en anglais), et les labels ne sortent pas leur musique sur DAT. Ironie de l’histoire : Sony est devenu entre-temps une partie intégrante de l'industrie musicale américaine par le rachat de CBS.

Tout cela fait que DAT est plus ou moins mort-né. À une exception près : l'industrie musicale utilise souvent et volontiers DAT. Dans les studios, les bandes numériques sont utilisées pour le mixage final.

MiniDisc

Il est fort possible que le DAT n'ait pas seulement échoué en raison de l'opposition de l'industrie musicale. La technologie est complexe, coûteuse et dépasse l'objectif de nombreux particuliers, qui n'ont pas besoin d'une qualité sonore de studio. Pour ces personnes, Sony développe le MiniDisc, qui est lancé en 1992. Il a un format fortement compressé, dont la qualité sonore est inférieure à celle du CD, du moins au début.

L'industrie musicale accueille le MiniDisc avec beaucoup plus de sérénité que le DAT. Cela peut être dû en partie à la qualité du son. Mais surtout au fait qu'après des années de conflit autour du DAT, tout ce qui était nécessaire a déjà été fait. Quelques jours seulement avant l'apparition du premier lecteur MiniDisc, le Audio Home Recording Act (AHRA) (en anglais) entre en vigueur. Il s'agit d'une loi qui régit la légalité du DAT, mais qui peut également s'appliquer au MiniDisc.

Par la suite, les appareils MiniDisc doivent également intégrer le système de protection contre la copie SCMS. En outre, l’AHRA oblige les fabricants à payer des droits de licence pour les appareils et les supports. Malgré ces avantages négociés, les maisons de disques américaines ne veulent pas sortir leur musique sur MiniDisc. Sony BMG reste le seul grand label à soutenir activement les MiniDiscs préenregistrés.

CD

Le succès du MiniDisc reste relativement modeste, notamment parce que peu de temps après son invention, des alternatives plus intéressantes voient le jour. Vers la fin des années quatre-vingt-dix, les graveurs de CD deviennent abordables et permettent plus en plus de créer facilement des CD audio. Les jours du CD en tant que simple support de lecture sont comptés.

Un graveur de l'an 2000. Aujourd'hui, ils sont généralement plus fins, plus beaux, et moins chers.
Un graveur de l'an 2000. Aujourd'hui, ils sont généralement plus fins, plus beaux, et moins chers.
Image : Raimond Spekking / CC BY-SA 4.0 (via Wikimedia Commons)

L'industrie musicale a désormais un problème. La protection contre la copie imposée par l'AHRA pour les supports sonores numériques est inefficace pour le CD. En effet, la loi ne s'applique qu'aux appareils dont le but principal est d'enregistrer de la musique numérique. Ce n'est clairement pas le cas pour un ordinateur avec graveur intégré. Ainsi, cet appareil n'a pas besoin d’intégrer le système de protection contre la copie SCMS. Cela signifie que la protection peut être facilement contournée. Il suffit au logiciel de faire passer de 0 à 1 le bit d'information qui indique si le support sonore est protégé contre la copie.

L'industrie essaie avec zèle de mettre au point de nouvelles méthodes de protection contre la copie, mais échoue dans sa tentative.

La protection contre la copie XCP, qui reçoit peu après le surnom de « Sony-Rootkit », provoque un vif émoi. Les CD dotés de cette protection contre la copie installent spontanément un logiciel auxiliaire lorsqu'ils sont insérés dans un PC Windows. Ce dernier refuse à un logiciel de copie l'accès au CD. Pour cela, il doit fonctionner en permanence en arrière-plan. De plus, la protection contre la copie cache les fichiers et les dossiers s'ils ont un « $sys$ » dans leur nom. La protection contre la copie utilise ainsi les mêmes méthodes que les logiciels malveillants. D'un point de vue technique, l'outil est un rootkit. Les pirates criminels ne se font donc pas prier deux fois et abusent de XCP comme porte d’entrée (en anglais) pour leurs logiciels malveillants.

D'ailleurs, le logiciel de protection contre la copie viole lui-même le droit d'auteur en intégrant des composants open source sans respecter leurs conditions de licence. Mais ce n'est qu'un détail dans ce scandale.

Il existe d'autres méthodes de protection contre la copie fonctionnant de manière similaire. Le youtubeur VWestlife en a testé quelques-unes. Résultat : elles représentent non seulement un risque pour la sécurité, mais elles ne sont pas non plus efficaces comme protection contre la copie.

Les procédures de protection contre la copie pour les CD sont un vrai casse-tête pour les clients. Leur existence est donc très courte, puisqu'elles n'existent que de 2005 à 2007. Mais la question demeure : qu'est-ce qui a bien pu se passer dans l'industrie musicale ? Comment en est-on arrivé là ?

Tout cela n'est compréhensible que dans le contexte d'une autre évolution technique : le partage de fichiers.

Partage de fichiers

La copie de CD aurait sans doute été supportable pour l'industrie musicale. Mais presque en même temps que le graveur de CD, deux autres inventions s’établissent : le MP3 et cette chose étrange qu'on appelle Internet. La combinaison de ces facteurs modifie fortement le marché de la musique.

Si la musique est enregistrée au format MP3, l'espace nécessaire est considérablement réduit par rapport à l'audio non compressé. Les fichiers deviennent si petits que les albums peuvent être stockés en très grand nombre sur le disque dur. Et ils sont aussi si petits qu'avec un peu de patience, ils peuvent être envoyés par Internet.

En 1999, Napster, un logiciel d'échange de fichiers développé par un adolescent, est mis en ligne. Napster fonctionne sur un réseau peer-to-peer décentralisé, où tous les utilisateurs chargent et téléchargent. C'est l'outil parfait pour la diffusion incontrôlée de musique. En peu de temps, la bourse d'échange atteint des millions d'utilisateurs, et de nombreux outils similaires poussent comme des champignons.

Les représentants de l'industrie musicale écument de colère.

Steve Heckler de Sony Pictures Entertainment déclare : « l'industrie prendra toutes les mesures nécessaires pour se protéger et protéger ses sources de revenus. Elle ne perdra pas ces sources de revenus, quoi qu'il arrive. Sony va prendre des mesures agressives pour y mettre fin. » Sony va bloquer Napster à la source, chez le fournisseur d'accès et sur le PC, et ce de manière très agressive, car l'enjeu est trop important.

C'est ainsi que s'explique le manque de considération pour les procédures de protection des CD contre la copie. Les labels d'enregistrement mènent une guerre si acharnée contre le partage de fichiers qu'ils acceptent que leurs propres clients soient des dommages collatéraux.

La menace que représente le partage de fichiers pour les recettes est réelle. Certes, les CD se vendent encore très bien au début des années zéro, mais la croissance auparavant rapide se transforme en déclin. À partir de 2006, les recettes chutent de manière spectaculaire.

Napster est contraint de cesser ses activités en 2001. D'autres bourses d'échange sont également retirées du réseau. Mais malgré de nombreuses descentes de police et des fermetures, l'industrie perd la bataille contre le partage de fichiers. La technologie décentralisée rend impossible d'agir contre tout et tous. De plus, il n'est pas toujours certain que les offres soient réellement illégales.

Magasins en ligne

Les gens téléchargent de la musique sur Internet. Que cela permette d'économiser de l'argent, perdu par l'industrie musicale et les musiciens, est une chose. Mais plusieurs personnes téléchargeraient de la musique même si elle n'était pas gratuite. Parce que cela représente une utilisation pratique en combinaison avec les lecteurs MP3 mobiles.

Il faudra des années pour que l'industrie musicale se rende compte que les fichiers numériques ne sont pas seulement un danger, mais aussi une opportunité. Ce n'est qu'avec l'iTunes Store d'Apple qu'il existe une possibilité de téléchargement simple et légale. Ce logiciel est disponible aux États-Unis depuis 2003, en Allemagne et en Suisse respectivement dès 2004 et 2005. Ces téléchargements sont toutefois soumis à de nombreuses obligations. Au cours des premières années, tous les fichiers sont protégés par DRM et ne peuvent être utilisés que sur un nombre limité de Mac. De plus, l'iPod a un système de fichiers fermé, la musique sur le lecteur mobile ne peut pas être transférée sur un disque dur.

Dans une lettre ouverte (en anglais) (oui, encore une fois), le CEO d'Apple Steve Jobs écrit que la DRM était nécessaire pour intégrer les quatre grands labels d'enregistrement, qui contrôlent 70 % de toute la musique. Steve Jobs se prononce en faveur de la suppression des DRM, notamment parce qu'ils ne sont pas en mesure de stopper le piratage de la musique. Ne serait-ce que parce que les CD n'ont pas de DRM et qu'en 2007, 90 % de la musique est encore achetée sur CD. Il est également possible de contourner les restrictions DRM avec iTunes, en gravant les chansons sur un CD et en les rippant. Selon Apple, seuls 3 % des chansons d'un iPod moyen sont de toute façon protégées par iTunes et donc par DRM. Le reste provient de CD rippés ou de n'importe quelle source de partage de fichiers.

En fait, l'industrie musicale se démarque de l'idée de contrôler la diffusion par le biais de la DRM. La même année, EMI publie sa musique sans DRM, les autres grands labels lui emboîtent le pas. Le téléchargement payant devient plus intéressant si l’utilisation des fichiers ne se limite pas seulement à certains appareils. Le chiffre d'affaires des téléchargements augmentera fortement au cours des prochaines années, mais ne pourra pas compenser les pertes dues aux ventes de CD.

Diffusion en continu

Avec l'arrivée des services de diffusion en continu, tout change complètement. Certes, ces services sont également protégés contre la copie. Je ne peux utiliser un morceau Spotify téléchargé qu'avec un abonnement Spotify valable. Mais la diffusion en continu est tellement pratique que je l'accepte. Si je peux toujours écouter de la musique partout, je n'attache plus autant d'importance au fait de posséder physiquement chaque chanson. Cela devrait être le cas de la plupart des personnes.

Par conséquent, la diffusion en continu a mis fin au conflit permanent entre les auditeurs de musique et l'industrie musicale. Les deux parties obtiennent ce qu'elles veulent. L'industrie musicale fait à nouveau du blé et les auditeurs ont accès à tout moment à pratiquement toutes les chansons du monde.

Est-ce donc la paix, la joie et l’autosatisfaction ? Non. Les recettes sont certes abondantes et augmentent rapidement, mais la manière dont elles sont réparties est loin d'être satisfaisante. Les musiciens s'en sortent mal. Notamment, pour les petits et moyens groupes, les revenus de la diffusion en continu sont plaisanterie de mauvais goût. Ils ne parviennent pas à en vivre.

Ce n'est d'ailleurs pas exclusivement dû à Spotify & cie. Car Spotify ne paie pas directement les musiciens. Le service de diffusion en continu paie les ayants droit, c'est-à-dire les labels d'enregistrement et les distributeurs. Ces derniers reversent à leur tour une partie aux musiciens, le montant et le mode de calcul ne sont pas connus publiquement. Ils ont donc des accords à la fois avec Spotify et avec les musiciens, qui règlent la répartition des revenus. Dans cette vidéo, Spotify explique en détail les flux financiers.

Après le rachat d'EMI par Universal, il ne reste plus que trois grands labels de musique, qui génèrent ensemble environ 70 % des revenus. Il y a moins de grands labels que de grands services de diffusion en continu. Et chaque service de diffusion en continu doit avoir les trois. Les grandes maisons de disques sont donc en position de force. Ils ont un pouvoir énorme lors des négociations. Si Spotify réalise chaque trimestre un chiffre d'affaires de plusieurs milliards de dollars, il ne fait toujours pas de bénéfices.

Quel rapport avec la protection contre la copie ? C’est très simple : depuis le début, l'argument principal de l'industrie musicale est qu'elle est la gardienne de la culture musicale. Elle aime se présenter comme la promotrice de la bonne musique. Mais la manière dont se déroule le business de la diffusion en continu montre que les puissants acteurs de l'industrie ne se soucient pas de l'existence des musiciens créatifs. L'essentiel est que cela leur rapporte gros.

La paix règne, mais seulement en surface

Dès le début, l'industrie du divertissement a tenté par tous les moyens d'empêcher la copie. Pendant des décennies, elle n'a pas eu beaucoup de succès dans ce domaine. Cela était dû en partie aux méthodes utilisées : elles étaient faciles à contourner et présentaient des inconvénients pour les acheteurs tels que la présence de logiciels malveillants sur l'ordinateur. Mais cela s’expliquait aussi par le fait que l'industrie musicale était une moralisatrice peu crédible. Il était facile de comprendre que les grands acteurs voulaient plus préserver leurs propres prébendes que garantir la diversité musicale.

Aujourd'hui, à première vue, tout semble aller pour le mieux : l'industrie musicale a abandonné les DRM pour les téléchargements et les CD. Pour la diffusion en continu, les utilisateurs acceptent la protection contre la copie parce qu'elle ne constitue pas une restriction dans leur vie quotidienne. La guerre entre les auditeurs et l'industrie est terminée.

Cependant, pour les créateurs de musique, la situation actuelle est catastrophique. La diffusion en continu n'offre pas de moyens de subsistance à la grande majorité d'entre eux. Le coronavirus a en outre réduit les recettes des concerts, et même pour les spectacles, les groupes moins connus dépendent de partenaires qui leur dictent leurs conditions.

« Vous avez créé un système pour des sons ravissants, mais vous méprisez les créateurs de ces sons », a reproché le président de la RIAA Gortikov aux fabricants japonais. Mais en fait, cela s'applique bien plus à l'industrie musicale.

Cet article plaît à 76 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Mon intéret pour l'informatique et l'écriture m'a mené relativement tôt (2000) au journalisme technique. Comment utiliser la technologie sans se faire soi-même utiliser m'intéresse. Dans mon temps libre, j'aime faire de la musique où je compense mon talent moyen avec une passion immense. 


Audio
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader