Savoir-faire

Parlons peu, parlons switches, 3e partie : comment lire une courbe force/course

Kevin Hofer
30.05.2022
Traduction: Sophie Boissonneau

Si vous vous intéressez aux interrupteurs mécaniques, vous êtes certainement déjà tombé sur ce qu’on appelle des courbes force/course (ou force curve en anglais) pendant vos recherches. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Il est difficile de décrire la sensation que procurent les interrupteurs mécaniques lorsque l’on appuie dessus, il faut en faire l’expérience. À l’ère d’Internet et de la disparition des commerces physiques exposant les articles vendus, c’est plus facile à dire qu’à faire. Et justement, les courbes force/course sont censées nous permettre de nous représenter la sensation d’un switch à l’aide d’un diagramme. Mais pour cela, il faut d’abord savoir lire ces courbes.

Commençons par définir les principaux termes.

Concepts importants

Force de déclenchement et de fonctionnement
La force de fonctionnement et la force de déclenchement décrivent la force nécessaire pour presser le switch. La force de fonctionnement est la force nécessaire pour enfoncer complètement un interrupteur. La force de déclenchement décrit l'effort nécessaire pour le déclenchement de l’interrupteur. Les fabricants ne donnent pas toujours ces deux chiffres.

La force est exprimée en centinewton (cN) ou en gramme-force (gf) ; 1 gf correspond à 0,98 cN. Ces deux unités reflètent donc plus ou moins la même chose.

Course de touche
La course des touches décrit la distance sur laquelle un interrupteur peut ou doit être enfoncé. On distingue la course jusqu’au point de déclenchement du switch et la course totale du switch, cette dernière désigne la distance nécessaire (indiquée en millimètres) pour enfoncer au maximum l’interrupteur.

Retour tactile
Le retour tactile décrit le léger rebond mécanique permettant à l’utilisateur de ressentir l’actionnement de la touche. Seuls les interrupteurs tactiles et clicky offrent un retour tactile, les interrupteurs linéaires n’offrent, quant à eux, pas de retour haptique au déclenchement de la touche.

Point de réinitialisation
Le point de réinitialisation désigne le moment auquel l’interrupteur est de nouveau prêt à être déclenché après un déclenchement.

De gauche à droite et inversement

Voici la courbe force/course d’un switch Cherry MX Blue en guise d’exemple :

Courbe force/course d’un Cherry MX Blue.
Courbe force/course d’un Cherry MX Blue.
Image : HaaTa

Un diagramme de force/course compte généralement deux courbes ; une ascendante et une descendante. Dans le diagramme ci-dessus, ces deux courbes se distinguent, en outre, par leur couleur. La ligne bleue représente la courbe descendante, tandis que la ligne orange représente la courbe ascendante de la partie mobile du switch.

La courbe bleue descendante se lit de gauche à droite, tandis que la courbe orange ascendante se lit de droite à gauche. L’axe X représente la course de la touche. Elle va de zéro millimètre lorsque l’interrupteur n'est pas enfoncé à quatre millimètres lorsqu'il l'est complètement. Sur l’axe Y représentant la force nécessaire, on remarque que les deux courbes mènent vers l’infini à quatre mm de course, cela est tout simplement dû à la fin de la course. Peu importe la force employée, il est effectivement impossible d’enfoncer plus la touche.

Chaque point sur la courbe, vous donne la force nécessaire Y pour chaque distance X.

Le diagramme de l’interrupteur Cherry MX Blue montre trois autres points importants : « Press » indique le moment où l’interrupteur se déclenche (point de déclenchement), « Release » indique le point de réinitialisation. Enfin, le rebond juste avant le point de déclenchement représente le retour tactile, confirmant le déclenchement de l’interrupteur. La courbe force/course des switches linéaire ne présente pas cette bosse, car l’interrupteur ne fournit pas de retour haptique.

Diagramme force/course d’un switch Gateron jaune.
Diagramme force/course d’un switch Gateron jaune.
Image : HaaTa

Ces diagrammes vous permettent donc de déterminer avec précision le comportement d’une touche et la sensation à laquelle vous attendre. Bien entendu, cela ne remplace pas l’idée concrète que l’on se fait lorsque l’on peut tester un clavier. Malheureusement, aucun diagramme au monde ne pourra vous décrire la sensation et le son émis par un switch.

Cet article plaît à 15 personne(s)


User Avatar
User Avatar

La technologie et la société me fascinent. Combiner les deux et les regarder sous différents angles est ma passion.


Informatique
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader