En coulisseIntérieur

Mon duvet : fraude au bambou

Carolin Teufelberger
Zurich, le 06.01.2022
Traduction: Anne Chapuis

Depuis un peu plus d'un an, je dors avec un duvet naturel en bambou ; du moins, c'est ce que je pensais. Apparemment, il regorgerait tout de même de produits chimiques.

Il n'y a pas si longtemps, je dormais encore avec mon gros duvet que j'avais dans ma chambre d'enfant. Pendant longtemps, je ne voyais pas l'intérêt d'investir de l'argent pour le changer, même s'il était trop chaud pour moi ; j'ai du mal à remplacer les choses intactes. Mais surtout, j'ai du mal à prendre des décisions d'achat. Dans les magasins de vêtements, j'ai l'impression de passer devant un produit, de le prendre en main, de le remettre en place quarante fois avant même de l'essayer. Lors de l'achat d'une table, mon copain a dû faire une pause café avec moi pour que je puisse faire un bilan de tous les modèles que j'avais vus.

Mais il y a un an, je me suis décidée à chercher au moins de nouveaux duvets. Pour les points de chaleur, un ou deux me suffisent, ce qui correspond à une couverture légère. Là encore, il y a beaucoup d'options : polyester, poils de chameau, flocons d'arolle, chanvre et j'en passe. J'ai choisi le bambou.

Un produit naturel ou pas ?

Le bambou me semblait être le matériau le plus durable, étant donné que chaque produit de remplacement (prétendument) écologique est fabriqué à partir de ce matériau. De plus, cette plante pousse incroyablement vite. Le bambou Moso, par exemple, grandit de près d'un mètre par jour. En raison de cette propriété, le bambou a même été utilisé comme méthode de torture : la personne à torturer était placée au-dessus d'une tige de bambou qui, en l'espace de quelques jours, transperçait ensuite le corps de la victime, provoquant une douleur incroyable pouvant entraîner la mort. Entre autres, cette méthode a été utilisée au Japon pendant la Seconde Guerre mondiale. Les significations symboliques que le bambou revêt dans certaines cultures sont bien plus jolies. En Chine, par exemple, il est synonyme de longue vie et en Inde, d'amitié.

Voilà comment s'imaginer la torture au bambou.
Voilà comment s'imaginer la torture au bambou.

L'industrie textile et moi ne serons jamais amis, du moins en ce qui concerne mon duvet ; j'ai l'impression qu'elle se moque de moi. En effet, les fibres de bambou sont en fait des fibres de viscose de bambou. Une grande différence. Dans le cas des fibres de viscose, seul le produit de base, c'est-à-dire la cellulose, est naturel. Ensuite, différents produits chimiques tels que l'hydroxyde de sodium, l'acide sulfurique ou le sulfure de carbone sont ajoutés les uns après les autres afin d'obtenir un liquide visqueux (d'où son nom) qui est ensuite transformé en filament et ces filaments sont ensuite filés en fibres. Ces dernières n'ont alors plus grand-chose à voir avec le produit naturel. Je ne l'ai découvert que lorsque j'ai voulu laver la couverture et que j'ai donc regardé l'étiquette de plus près.

C'est écrit sur l'étiquette, mais ça n'aide pas beaucoup pour les achats en ligne.
C'est écrit sur l'étiquette, mais ça n'aide pas beaucoup pour les achats en ligne.

Greenwashing

Ce fait est passé sous silence, voire enjolivé, dans de nombreuses descriptions de produits sur Galaxus, mais aussi sur les sites des fabricants. Pour semer la confusion, des mots comme « produit naturel », « durable » et « Ökotex 100 », une certification qui indique simplement que le produit ne contient pas de substances nocives pour l'homme, sont utilisés à tort et à travers. Oui, le bambou lui-même est naturel et également durable, car il se renouvelle rapidement, mais pas la fibre de viscose. On pourrait alors volontiers le signaler pour des raisons d'éthique et de transparence.

Un exemple : pour le duvet « Bernina Uno » de Billerbeck, ce n'est que sur la page du fabricant que je découvre que le remplissage est en viscose de bambou. Et cela n'est mentionné qu'en bas de page, après que le duvet ait d'abord été classé dans la catégorie « Nature ».

Pour ne rien vous cacher, oui, le bilan écologique du bambou est bon. Il offre des rendements élevés avec un faible besoin de place et d'eau, et sa résistance fait qu'il n'est pas nécessaire d'utiliser des engrais ou des pesticides et il absorbe beaucoup de CO₂. Ces propriétés sont ternies par le principal producteur de cette plante : la Chine. Cela signifie d'une part de longues distances de transport et d'autre part des normes sociales plutôt médiocres. Comme la culture du bambou n'est pas encore aussi industrialisée que celle d'autres produits agricoles et repose souvent sur de petites exploitations agricoles, les normes sociales sont moins considérées. Mais la production de viscose se fait aussi souvent en Chine. Et les conditions de travail dans les usines là-bas ne répondent pas aux normes européennes.

Les soi-disant fibres régénérées qui se trouvent dans mon duvet ne sont pas seulement mauvaises. J'aime beaucoup dormir sous ces dernières et elles sont meilleures que les fibres synthétiques. En effet, contrairement au polyester, la fabrication ne nécessite pas de pétrole. Entre-temps, il existe également un procédé de production de viscose respectueux de l'environnement qui utilise le composé organique N-oxyde de N-méthylmorpholine. Mais est-ce que je vois dans les données du produit si les fibres de ma couverture en bambou ou d'autres couvertures en bambou ont été fabriquées avec ce composé ? Non. Si l'on veut être sûr, il faut veiller à acheter la « fibre de bambou naturelle » qui est exempte de chimie.

Luna Vegan (650 g, 160 x 210 cm)
219.–
Johann Jakob Luna Vegan (650 g, 160 x 210 cm)
3

Je continuerai cependant à me couvrir avec mon duvet en viscose de bambou acheté sous des prétextes. Car le temps que je me décide à acheter une alternative, nous serions déjà tous six pieds sou terre.

Cet article plaît à 71 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Élargir mon horizon: voilà comment je résumerais ma vie en quelques mots. J'aime découvrir de nouvelles choses et en apprendre toujours plus. Je suis constamment à l'affût de nouvelles expériences dans tous les domaines: voyages, lectures, cuisine, cinéma ou encore bricolage. 


Intérieur
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader