Les colons Kapla
Présentation de produitVie de familleJouets

Les colons Kapla

Michael Restin
Zurich, le 20.02.2021
Traduction: Anne Chapuis
Lorsqu'une nouvelle ville est construite au milieu du salon, la paix familiale est mise en danger. Une histoire de père et de fils, d'expulsion et de réconciliation.

Tout a commencé avec une boîte de Kapla et une erreur de calcul fatale. Les plaquettes en bois de pin font partie du saint Graal des jouets en bois. Même les enfants de cinq ans, qui sont les premiers à ignorer tout ce qui n'est pas Super Mario, smartphone ou ninja, se perdent parfois dans le fameux jeu de petits bâtons pouvant être utilisés pour construire des châteaux, des maisons et des tours. Nous en avions 200 pièces. Et environ une heure et demie de silence, jusqu'à ce qu'un cri de désespoir mette brusquement fin au silence du télétravail avec encadrement pour les vacances intégré.

Notre fils était assis devant trois jolis chalets et un bâtiment en ruine rappelant les côtes espagnoles l'année de la crise du logement. Lorsque les matières premières s'épuisent ou que l'argent s'épuise, les conséquences sont affreuses. Drames personnels, émeutes, manifestations ; des gouvernements entiers vacillent. Les plans érigés pour le travail n'y coupent pas non plus. Une solution populaire : inonder le marché d'argent, politique de taux d'intérêt zéro, aides d'État. Le principal est que l'économie soit à nouveau en plein essor. Lorsque les gens sont occupés à construire et à consommer, les personnes puissantes ont leur paix. Les familles fonctionnent à peu près de la même manière.

La première boîte s'est vidée trop rapidement.
La première boîte s'est vidée trop rapidement.

Chez nous, ma femme, la présidente de la banque centrale, a fait un calcul simple : si 200 Kapla assurent une heure et demie de repos, 1000 de plus suffisent pour avoir la paix pendant toute une journée de travail. Je trouve cette pensée un peu populiste. Néanmoins, l'argent a coulé à flots et un jour plus tard, la grande boîte d'or neurotoxique au prix d'environ cinquante centimes par once troy était là. Un total de 11,4 kilos de bûchettes pour plus de 200 francs. Chaque pièce mesure exactement 117 millimètres de long, 23,4 millimètres de large et 7,8 millimètres de haut. Un rapport apparemment magique, grâce auquel on peut concevoir à peu près n'importe quoi. Pas de plastique, pas de clipsage à la Lego. La plus haute construction en Kapla mesure 18,40 mètres de haut. Le jouet en bois n'a pas seulement conquis le cœur des enseignants spécialisés en pulls tricotés, il plaît à tout le monde. Pourtant, Kapla n'existe que parce qu'un Hollandais en France a voulu construire un château.

“ Le nom vient du terme néerlandais pour « plachettes de lutin », KAbouter PLAnkjes. Kapla a été développé en 1987 lors de la construction d'un château de pierre dans le sud du département de l'Aveyron. Lorsque le constructeur Tom Van der Bruggen, alors âgé de 25 ans, a voulu créer une maquette en utilisant des blocs de bois conventionnels, la forme cubique s'est avérée inadaptée, il l'a donc remplacée par des planchettes de bois et a ainsi inventé Kapla. ”
Wikipedia

Quinze ans plus tard, le château de Tom Van der Bruggen a été achevé et refinancé, je suppose. Je ne lui en veux pas. Mais pour moi, son succès est un avertissement. Alors qu'il se promène probablement dans le jardin de son château et qu'il empile de temps en temps quelques planchettes de lutin dans la pièce où se trouve la cheminée, chez nous, à la maison, le stress de la densité augmente.

Pas un imposteur

Mon fils s'avère être stratégiquement astucieux, préférant construire ses colonies aux nœuds de circulation, promettant ainsi un commerce et une croissance prospère. Quelque part entre le salon, la salle à manger et le passage vers la salle de bain, semble être l'endroit idéal pour lui. Tout le monde doit y passer. Kapla City a de grandes chances de devenir une ville en plein essor. Il ne se laisse pas impressionner et construit une rangée de maisons après l'autre et s'étend ; ce qui rend la situation encore plus critique pour moi. En tant qu'autochtone, je suis contre tout changement. Alors que le soir, je veux pouvoir retrouver un parquet vierge, lui commence lentement à animer sa ville. Le conflit est inévitable.

Oui à l'initiative du salon

Comme je suis à la fois la direction des travaux, le département de la sécurité et l'entreprise d'élimination des déchets, j'ajoute une autre dimension aux avantages éducatifs des jouets en bois. « Mon fils, as-tu déjà entendu parler du mot ‹ bureaucratie › ? Ça ne peut pas continuer comme ça ! Pas sans un permis de construire ! » Et quoi qu'il en soit, l'expansion urbaine dans le salon doit prendre fin.

Alors qu'il a réagi avec calme, lorsque j'ai accidentellement piétiné un beau chalet en bois comme Godzilla dans la pénombre, les plans de relogement l'ont poussé à bout. Je fais référence à sa résidence principale, sa chambre et l'initiative du salon, que j'accepte à l'unanimité.

aucune information disponible sur cette image

Après une crise de larmes et une discussion animée, nous sommes d'accord pour dire qu'ici, tout le monde peut faire ce que je veux. Mon jugement autocratique de base est le suivant : dépossession pour cause d'intérêt public supérieur. En échange, je lui fournis une parcelle de terrain libre sous la mezzanine et l'aide pour le développement.

Un nouveau village modèle y est en cours de construction, avec onze maisons, un parking et une tour d'observation, qu'il présente comme une attraction spéciale à chaque occasion. Je me demande si la tour n'enlève pas trop de soleil aux maisons.

aucune information disponible sur cette image

Sinon, chaque bâtiment est un bijou qui laisse les investisseurs s'en lécher les doigts. Avec une surface habitable nette de 60 centimètres carrés par chalet, un prix de vente de 250 000 francs devrait être réaliste pour Zurich.

Même le gros investissement de Kapla n'a au final « seulement » servi la créativité de notre fils, c'est OK. Surtout quand le salon est à nouveau libre et que la paix familiale est, pour l'instant, assurée. Ou du moins, mon fils m'envoie un message de réconciliation.

aucune information disponible sur cette image

Ce que le jeune constructeur ne sait pas encore, c'est qu'un jour, le cyclone [Miele Triflex] (/fr/page/saugut-gesaugt-miele-triflex-hx1-16165) balayera et rayera de la carte son village. S'en suivra une courte phase de désespoir qui sera elle-même, espérons-le, suivie d'une nouvelle poussée de créativité.

Cet article plaît à 53 personne(s)


Michael Restin
Michael Restin
Editor, Zurich
Scientifique dans le domaine du sport, père haute performance et télétravailleur au service de Sa Majesté la tortue.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser