Le test du Bonfire de Solo Stove : feu de camp pour les hauts revenus

Le test du Bonfire de Solo Stove : feu de camp pour les hauts revenus

Martin Jungfer
Zurich, le 14.09.2021
Traduction: David Berthold
À mi-chemin entre une bougie d’allumage à ailettes et un bol à feu, la cheminée « Bonfire » de Solo Stove cherche à combler un vide sur le marché. Un nouveau principe de combustion breveté doit garantir des soirées agréables sans fumée.

Aujourd’hui, les barbecues à gaz de la taille d’une petite voiture sont un symbole de statut social sur les balcons et dans les jardins d’agglomération. Mais tout le monde, bien que ce soit surtout des hommes qui achètent ce genre d’appareils, n’a pas besoin d’un tel mastodonte sur lequel on peut griller une demi-vache. La crise climatique ne se montre déjà pas des plus amicales avec nous. Pourquoi ne pas changer le désir masculin archaïque de faire du feu, ou au moins le faire évoluer ?

Le « Bonfire » pourrait remplir ce rôle. J’ai été autorisé à en essayer un. Les plus pressés trouveront le bilan de mon test à la fin de l’article.

Feu de joie
549.–
Solo Stove Feu de joie

Première impression

Visuellement, le « Bonfire » fait sensation. Il ressemble à un croisement entre un morceau de tuyau de ventilation et un noble refroidisseur de vin qui a trop grandi. Et comme le nom du fabricant m’a brièvement dérouté, voici quelques éclaircissements au cas où vous auriez eu la même idée : Solo Stove n’a rien à voir avec la marque de designer Eva Solo. Ils vendent également de très beaux bols à feu avec gril comme celui-ci. Là où Eva Solo se base sur un design nordique danois, Solo Stove vient du pays où les feux de camp réchauffaient autrefois les cow-boys, les États-Unis, et plus précisément le Texas.

On trouve trois parties dans la boîte :

  • un moule en acier d’environ neuf kilogrammes pour le feu de camp ;
  • un anneau avec des trous comme support ;
  • un autre anneau à insérer en haut.

Il suffit de jeter un coup d’œil aux instructions très simples pour assembler correctement l’objet.

Tout est prêt pour le premier feu de joie.
Tout est prêt pour le premier feu de joie.

Le premier feu

Dans notre jardin, il y a une petite zone de gravier qui est l’endroit parfait pour allumer le « Bonfire » pour la première fois. Selon les instructions, il doit se tenir droit et ne pas se trouver à proximité d’objets inflammables. Nickel. Grâce à son diamètre extérieur de près de 50 centimètres, les bûches standard d’une longueur de 33 centimètres y trouvent leur place. Avant cela, vous avez besoin de brindilles, de branches, de copeaux de bois, de pommes de pin sèches et autres pour allume le feu. Ce n’est qu’ensuite que les gros morceaux de hêtre et de chêne vont dans le « chaudron ».

Au bout d’une demi-heure environ, un très beau feu y brûle. Pour ajouter d’autres pièces de bois, je suis heureux d’avoir reçu un ensemble d’accessoires pour le test.

Bâtonnets à rôtir
127.–
Solo Stove Bâtonnets à rôtir

Avec les grandes pinces, je peux mettre la prochaine bûche sur le feu. Vous vous dites peut-être que c’est la manière traditionnelle de faire un feu, comme les gars du Bronx le font dans de vieux barils à pétrole ou poubelles.

1557de2784161fa9d4c0a249d095eb08359deda32b0e9515da2439c2a4235deb

En 2021, vous n’achèterez une cheminée que si elle est au minimum « innovante » et « stylée ». Le « Bonfire » promet ainsi une « combustion secondaire efficace » grâce à son « Design Signature 360° Airflow » (citations de la description du produit). Qu’est-ce ces termes techniques veulent dire dans le langage courant ? Le « Bonfire » a deux parois en acier. L’air peut circuler entre eux grâce à des trous en forme d’anneau situés en bas et en haut. L’air plus froid est aspiré en bas, se réchauffe en montant et sort en haut. Cela signifie moins de fumée pendant la combustion.

D’ailleurs, il ne faut surtout pas tenter de toucher le « Bonfire » en cours d’utilisation : la double enveloppe en acier devient suffisamment chaude pour que vous puissiez facilement vous brûler les doigts. Je l’ai testé pour vous.

Le bas du « Bonfire » est par contre moins chaud. En principe, vous pouvez aussi le placer sur une terrasse en bois sans que la chaleur laisse de traces durables. Si vous utilisez le « Bonfire » pendant une longue période, je préfèrerais quand même placer quelque chose en dessous, par exemple une planche, des dalles de patio ou des briques.

La magie d’un feu de camp grâce aux accessoires

Un feu de ce type a sans aucun doute quelque chose de rassurant, même si vous ne vous asseyez pas pour chanter avec vos amis en jouant de la guitare. C’est chaud, c’est douillet, ça prolonge la période de plein air en automne. Vous pouvez vous occuper en utilisant les brochettes en métal de l’ensemble d’accessoires afin de placer sur le gril des marshmallows, un cervelas ou une saucisse de veau. Bien sûr, un bâton de bois suffirait aussi, mais le groupe cible visé par Solo Stove n’est pas le même groupe d’âge.

En parlant d’accessoires : un sac de transport en nylon est inclus dans la livraison du « Bonfire ». Emballés de cette manière, vous pouvez facilement les stocker dans le garage ou la cave ou le placer à côté du gril couvert d’un aspect similaire.

Un autre accessoire utile que vous devez acheter séparément est un couvercle, particulièrement utile en temps de pluie. Vous devez éviter de laisser la pluie tomber dans votre précieuse marmite de feu de camp. L’eau et les cendres peuvent former un mélange semblable à du ciment et qui détruit à terme le « flux d’air » entre les parois métalliques.

Le couvercle protège ensuite le « Bonfire » lorsqu’il est encore trop chaud pour être touché et transporté sous un toit. Une fois le feu éteint, vous pouvez couvrir le « chaudron » et il ne pleuvra pas à l’intérieur.

Couvercle de feu de joie
138.–
Solo Stove Couvercle de feu de joie

Au plus tard le matin après le feu de camp du soir, le « Bonfire » est suffisamment froid que vous puissiez le vider. La faible quantité de cendres sous la grille dans mon test témoigne de la bonne combustion. Vous pouvez simplement vous en débarrasser dans les déchets organiques ou comme engrais dans un lit. Cependant, les presque dix kilogrammes de poids du « Bonfire » demandent une certaine force musculaire.

Voici à quoi ressemble le « Bonfire » après que les cendres ont été vidées pour la première fois.
Voici à quoi ressemble le « Bonfire » après que les cendres ont été vidées pour la première fois.

Bilan

Même sans passé scout, j’ai déjà allumé des feux dans des situations et des vaisseaux différents : j’ai fait brûler du charbon de bois dans des grils pop-up, j’ai fait des grillades au gaz, j’ai allumé des briquettes dans le seau en porcelaine Eva Solo mentionné plus haut et, bien sûr, j’ai mis le feu à la pyramide (ou tipi) de bois dans l’anneau de pierre dans la forêt. Je place le « Bonfire » dans la catégorie des feux de camp mieux lotis. Grâce à son design, il constitue un accessoire chic pour le jardin bien entretenu ou pour la terrasse sur le toit. Il n’est cependant pas donné. Grâce à la chaleur du « chaudron », vous pouvez rester assis plus longtemps sur le salon de jardin sans que votre polo soit enfumé. En fait, il n’y avait presque pas de fumée. Cependant, vous devez disposer d’une bonne réserve de bois. Car d’après mon expérience, le « Bonfire » s’avère très gourmand. Cette « consommation » élevée s’explique peut-être par le bois plutôt sec que j’ai utilisé.

Dans la nature, vous pouvez utiliser le « Bonfire » de la même manière. La seule question ici est de savoir qui porte la pièce de 10 kilos dans le sac à dos ou si l’élégant conteneur du « Bonfire » est finalement conduit sur la place du barbecue en SUV.

Le « Bonfire » est susceptible de devenir un concurrent sérieux du barbecue l’année prochaine, que ce soit à la maison ou à l’extérieur. Enfin, selon le distributeur suisse, les accessoires de gril déjà disponibles aux États-Unis seront aussi vendus dans ce pays.

Cet article plaît à 21 personne(s)


Martin Jungfer
Martin Jungfer

Head of Content, Zurich

Je suis journaliste depuis 1997. Stationné en Franconie, au bord du lac de Constance, à Obwald, Nidwald et Zurich. Père de famille depuis 2014. Expert en organisation rédactionnelle et motivation. Les thèmes abordés ? La durabilité, les outils de télétravail, les belles choses pour la maison, les jouets créatifs et les articles de sport.

Intérieur

Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.


Bricolage + jardin

Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser