Le Mobility Dock recharge les voitures électriques partout
Test de produit

Le Mobility Dock recharge les voitures électriques partout

Si on trouve de l’électricité partout, il n’en va pas (encore) de même pour les bornes de recharge. Qu’à cela ne tienne, le très pratique Mobility Dock vous permet maintenant de recharger votre voiture électrique partout où il y a une prise domestique.

Je roule en 100 % électrique, pas en hybride. Ces voitures sauvent les bilans environnementaux des constructeurs automobiles, mais pas la planète. Forcément, miser sur une motorisation 100 % électrique implique de bien réfléchir à l’infrastructure de recharge. À la maison, c’est simple : j’ai une borne de recharge dans le garage.

En voyage, le GPS me guide vers la borne la plus proche et des dizaines d’applis en font de même. Seulement voilà, rouler jusqu’à une borne de recharge publique prend du temps et rares sont les bornes situées à côté d’un charmant petit café où je pourrais passer un agréable moment en patientant. Et si je rends visite à des proches qui n’ont pas de voiture électrique, je dois veiller à avoir suffisamment de batterie pour le retour ou, sur les trajets plus longs, à prévoir une escale pour recharger.

Recharger sur n’importe quelle prise

J’ai donc commandé le Mobility Dock de Lapp sur le shop pour un cas d’utilisation bien concret. La moindre visite à notre famille implique en effet un trajet d’environ 450 km. Notre Skoda Enyaq y parvient avec une ou deux pauses en fonction de la météo, de la vitesse et de la consommation sur autoroute. Pour gagner du temps, nous rechargeons toujours au strict minimum et arrivons systématiquement presque à plat. On gare ensuite la voiture dans l’allée devant le garage qui contient certes une prise de courant mais pas de borne. C’est là que le Mobility Dock entre en jeu !

La version suisse du Mobility Dock de Lapp à droite et la version pour le quasi-reste de l’Europe à gauche.
La version suisse du Mobility Dock de Lapp à droite et la version pour le quasi-reste de l’Europe à gauche.
Source : Martin Jungfer

L’accessoire mesure 30 cm de long, 8 de large et 6 de haut, pèse un peu plus de 700 g et s’avère assez facile à manipuler. Il loge donc facilement dans n’importe quelle voiture. Si vous aimez que les choses soient bien rangées et restent esthétiques, vous pouvez vous offrir une mallette spéciale avec insert en mousse, une pochette ou un étui en néoprène pour ranger le Mobility Dock.

La fiche montée à l’extrémité du Mobility Dock existe en deux versions : une à trois broches pour la prise J suisse et une pour les prises européennes (CEE 7/3, type F). Hélas, il n’est pas possible d’échanger la fiche pour utiliser le même Mobility Dock en Suisse et dans l’UE. Si vous allez voir Mamie dans les Grisons puis tonton Franz à Francfort, il vous faudra donc deux appareils.

La prise F (type CEE 7/3) est la plus répandue en Europe, on la trouve dans au moins 28 pays. La Belgique, la France, le Royaume-Uni, l’Irlande, la Pologne, la Suisse, la Slovaquie et la République tchèque ne l’utilisent pas. Certaines vieilles installations italiennes pourraient ne pas être compatibles, même si la prise F y est désormais une norme bien établie.

Évidemment, il vous faut aussi un câble de recharge avec une fiche type 2, c’est-à-dire le câble de recharge standard pour une voiture électrique. C’est son extrémité que l’on raccorde au Mobility Dock avant de brancher ce dernier au port de la voiture.

Utilisation conforme

Cet intertitre semble tout droit sorti d’un mode d’emploi, mais c’est un peu le but. Effectivement, il convient de veiller à quelques petites choses avant de recharger une voiture à une prise domestique. Vous vous en doutez, le courant délivré n’est pas le même qu’avec une borne de recharge (11 kilowatts, parfois 22). Le Mobility Dock promet lui une puissance maximale de 2,3 kW dans sa version UE et 1,8 kW dans sa version suisse.

Pour éviter d’endommager la prise, Lapp a doté son appareil d’un petit pied. Malgré tout, ce sont plus de 700 g qui pèsent sur lui, en plus de la force de traction appliquée par le câble.

Le pied se déplie et peut adopter diverses positions de sorte à bien soutenir le Mobility Dock.
Le pied se déplie et peut adopter diverses positions de sorte à bien soutenir le Mobility Dock.

D’ailleurs, le Mobility Dock s’utilise tout seul ! Oubliez les rallonges, elles ne sont généralement pas assez bien protégées. Les prises extérieures dotées d’une protection IP55 peuvent être utilisées sous la pluie, mais mieux vaut privilégier des solutions complètement à l’abri des intempéries. N’essayez pas non plus d’utiliser un adaptateur et ne posez pas le Mobility Dock sur le sol pendant l’utilisation.

Arc-en-ciel de LED

La LED d’état fait une utilisation plutôt logique des couleurs : le voyant est vert fixe lorsque la voiture est bien branchée et vert clignotant lorsque la voiture charge. Le processus de charge se lance au bout de quelques secondes.

Lors d’une charge prolongée ou d’une température ambiante élevée, l’ampérage peut diminuer : le voyant clignote alors bleu.

Lorsque le voyant est rouge fixe ou clignotant, c’est que quelque chose ne va pas. L’appareil s’éteint par exemple en cas de surchauffe. Peut-être avez-vous branché le Mobility Dock à l’envers dans la prise, dans un élan de créativité... Là aussi, il clignotera rouge pour vous rappeler à la raison.

L’appareil embarque un capteur qui détecte s’il est bien branché (le câble vers le bas), ce qui est bien pratique dans les pays où la prise F est la norme. En Suisse, où les prises triples sont si répandues, choisissez celle où le Dock sera le plus droit possible.

Quelle est la vitesse de charge du Mobility Dock ?

L’appareil n’affiche pas la vitesse de charge, il vous faudra vérifier sur l’écran de la voiture ou sur l’appli la quantité de courant délivrée à l’instant T, le temps de charge restant ou l’autonomie récupérée par heure. Les données fournies par le logiciel varient en fonction du constructeur auto.

Pour mon test, j’ai placé un smartplug de Mystrom entre la prise et le Mobility Dock pour mesurer précisément la quantité d’électricité délivrée indépendamment du système de la voiture. Mais ce n’est pas une solution à long terme (cf. l’utilisation conforme plus haut).

La version suisse recharge presque aussi vite que ce qu’elle promet

En théorie, une prise suisse peut fournir jusqu’à 2300 watts et Lapp indique une puissance maximale de 1800 watts pour son Mobility Dock. Lors de mes tests, j’ai atteint maximum 1200 W avec une Volkswagen e-UP, soit 70 % de la puissance promise.

Sur une voiture électrique plus récente, la Skoda Enyaq, la mesure du Mystom s’élève à tout juste 1700 watts, ce qui se rapproche de la valeur indiquée sur la fiche technique. La puissance reste aussi constante pendant une utilisation sur plusieurs heures.

La version UE charge un peu plus

J’ai aussi testé le Mobility Dock en Allemagne et l’écart entre puissance promise/puissance atteinte y est un peu plus grand. L’Enyaq se recharge à 1900 watts sur la prise du garage, on est donc à bien plus de 80 % de la puissance maximale indiquée (2300 watts) et un peu plus qu’en Suisse. Je n’ai malheureusement pas encore pu tester le modèle un peu plus ancien de l’e-Up sur une prise allemande. Si vous avez un retour sur ce point, dites-le-moi dans les commentaires.

Une recharge permettant une grande autonomie prend du temps

J’ai décrit des exemples d’utilisations plus haut. Le Mobility Dock permet de recharger la batterie d’une voiture électrique à raison d’entre 1,2 kWh et 1,9 kWh par heure. Ça ne nous donne pas une grande autonomie puisque la quantité d’électricité correspond à une dizaine de kilomètres. Rien ne sert donc de brancher le Mobility Dock sur la prise domestique d’un copain chez qui vous vous arrêtez pour prendre le café. Seuls les séjours avec au moins une nuitée sont intéressants : vous pouvez alors recharger toute la nuit et engranger minimum 100 km d’autonomie.

Une puissance de charge inférieure à 2000 watts implique forcément des délais de charge importants.
Une puissance de charge inférieure à 2000 watts implique forcément des délais de charge importants.
Source : Capture d’écran appli Skoda

Le Juice Booster est-il une meilleure option ?

Le Mobility Dock de Lapp suffit à de nombreuses utilisations. En effet, on trouve facilement une prise de courant, que ce soit dans un logement de vacances, au camping ou dans le garage des proches auxquels on rend visite. S’ils vous autorisent à brancher votre voiture électrique dessus, vous rechargerez votre batterie de quelques kWh. Vous pouvez aussi opter pour les bornes de recharge mobiles de Juice Booster. Cet accessoire (avec affichage) est livré dans une pochette avec un câble et des adaptateurs. Affiché à 700 francs suisses, il est toutefois nettement plus cher.

D’autres fabricants comme Deltaco, Green Cell ou Digitus poursuivent une idée similaire à celle du Mobility Dock. Sur leurs produits plus abordables, la fiche à brancher sur la prise de courant est connectée au câble, on perd donc un peu en flexibilité.

Les modèles de Deltaco et Green Cell sont même certifiés IP66 et ne craindront donc pas la pluie battante. Ces câbles (parfois désignés comme câbles de recharge d’urgence) sont une bonne alternative si vous n’avez qu’un seul câble de recharge et que vous savez exactement sur quel type de prise vous allez vous brancher.

Bilan

Solution pratique dans un cadre privé

Cela fait bien longtemps que je voulais un accessoire comme le Mobility Dock : il me permet d’avoir accès à de l’électricité là où il n’y a ni wallbox ni borne de recharge publique en me branchant à une simple prise domestique.

Pro

  • affichage LED logique
  • appui mural malin
  • construction compacte, vous lui trouverez bien une place dans la voiture
  • peut être utilisé avec un câble de recharge déjà en votre possession

Contre

  • plus cher qu’un câble de recharge d’urgence (ICCB)
  • la fiche est fixe, impossible de passer d’une fiche F européenne à une fiche J suisse
  • recharge plus lente qu’une borne de recharge classique
Photo d’en-tête : Martin Jungfer

Cet article plaît à 54 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Je suis journaliste depuis 1997. Stationné en Franconie, au bord du lac de Constance, à Obwald, Nidwald et Zurich. Père de famille depuis 2014. Expert en organisation rédactionnelle et motivation. Les thèmes abordés ? La durabilité, les outils de télétravail, les belles choses pour la maison, les jouets créatifs et les articles de sport. 


Électromobilité
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Véhicule
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Commentaire(s)

Avatar