Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial
Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial
Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial
Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial
Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial
Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial
Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial
Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial
Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial
Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial
Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial
Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial
Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial
Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial
Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial
Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial
Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial

Hôtel Sinestra : une journée sur le tournage du nouveau film familial

Luca Fontana
Zurich, le 09.03.2022
Photos: Thomas Kunz
Traduction: Anne Chapuis

Une légende dit que l'« Hôtel Sinestra » est hanté. Exactement là où le film familial suisse du même nom est actuellement tourné. En visite sur le plateau de tournage à Sent, non loin de là, j'apprends le nom du poltergeist, la valeur d'une caméra et pourquoi il vaut parfois mieux traîner les pieds.

« On répète ! », s'exclame quelqu'un.

L'ancienne place devant moi est pleine de neige. Cette dernière a été acheminée ce matin par des paysans de la région de Sent. En plaisantant, ils appellent cela le « recyclage de neige ». L'équipe de tournage, une vingtaine de personnes, peut-être plus, la répartissent. Après tout, une grosse tempête de neige est censée faire rage dans la scène à tourner. Dommage qu'à Sent le ciel soit actuellement d'un bleu éclatant.

J'ajuste mes lunettes de soleil. J'observe cinq enfants, emmitouflés dans d'épaisses vestes. Ils jouent les rôles principaux dans le film. Une femme, sans doute le coach scénique, leur parle.

Concentration dans un espace restreint : une scène est en train d'être répétée.
Concentration dans un espace restreint : une scène est en train d'être répétée.

« Vous venez de courir jusqu'ici. Comme des fous. La tempête est rude et vous êtes essoufflés. Respirez avec peine », démonstrativement la femme inspire profondément et expire à nouveau, encore et encore, « comme ça, vous voyez ? Et maintenant : réfugiez-vous dans l'église ! »

Une église avec un haut clocher offre une ombre bienvenue. Même lorsque les températures sont négatives, je ressens la chaleur du soleil. C'est la raison pour laquelle les jeunes acteurs doivent imaginer la tempête. Un assistant met encore un peu de neige sur les vestes colorées. Quelqu'un crie « Action ». Les enfants se précipitent dans l'église. Quelqu'un d'autre annonce « That's a cut ». La répétition est terminée. Tout le monde se remet en position initiale.

La scène, qui dure environ deux secondes dans le film, est dans la boîte après le quatrième essai.

Pause de tournage. Les enfants sont transférés dans la mairie attenante, où du chocolat chaud, des gâteaux et des muffins les attendent ; il y a aussi du café pour les adultes.

Le poltergeist nommé Hermann

Quatre heures. C'est le temps qu'il me faut pour aller en train de Zurich à Sent, un village de montagne comme on les aime : mignon, petit et pittoresque. Certaines maisons rappellent même la Belle Époque, au tournant du siècle dernier. Un changement de style intéressant, quelque part au fin fond des Grisons. Après Davos et même après Scuol. Là, au fond d'une vallée isolée et où l'on tourne actuellement un film familial suisse, au tournage duquel mon collègue photographe Thomas Kunz et moi-même avons le privilège d'assister :

Hôtel Sinestra.

J'ai profité du temps passé dans le train pour faire des recherches. L'hôtel qui donne son nom au film existe vraiment. À gauche dans la vallée, vu dans le sens de l'écoulement de l'Inn, on dit qu'un fantôme hante l'ancien étage des bains. Un mort-vivant belge baptisé « Hermann » à la fin des années 1980. Depuis, l'hôtel Val Sinestra est régulièrement utilisé comme décor pour des films d'horreur et de fantômes. Mais même Hermann le fantôme n'aurait jamais cru qu'un film familial y serait tourné.

La faute à l'un des producteurs du film qui, enfant déjà, passait des vacances sportives à l'hôtel Val Sinestra – le « Val » est supprimé – et qui dit avoir été témoin de toutes sortes de phénomènes paranormaux. C'est ainsi que l'idée suivante lui est venue :

Ava (Bobbie Mulder) passe des vacances d'hiver à l'hôtel Sinestra et souhaite que ses parents agaçants partent. En effet, dès le lendemain, tous les adultes ont disparu. Les enfants peuvent enfin faire ce qu'ils veulent. Jusqu'à ce qu'ils se rendent compte que leur enfance insouciante avec des parents serait tout de même plus agréable. Leurs tentatives pour inverser le sort les conduisent finalement à Sent, dans une église.

Là où le tournage a lieu aujourd'hui.

Est-ce que Hermann n'habiterait pas dans cette tour gothique ?
Est-ce que Hermann n'habiterait pas dans cette tour gothique ?

Dans un chaos parfait, une église interdite

Le film est censé être un mélange entre Fifi Brindacier et *Maman j'ai raté l'avion, m'a-t-on dit avant la visite du plateau. L'ambiance sur le plateau s'en ressent. La plupart du temps, les enfants font les clowns, ils lancent des boules de neige, rient à haute voix. Les adultes ne se laissent distraire. Ils se concentrent sur leur travail et construisent des décors, posent de gros câbles et positionnent la machine à vent de la taille d'une armoire, qui produira plus tard grosse tempête. Rien dans toute cette agitation n'est le fruit du hasard. Personne n'est là juste pour s'amuser. Chaque mouvement est précis.

Des professionnels sont à l'œuvre.

C'est comme si j'observais le chaos parfait. Pendant que les enfants font du bruit, les adultes planifient méticuleusement chaque cadre. De la position de la caméra, une Alexa Mini, aux rails sur lesquels la caméra se déplace, en passant par le repère sur lequel les enfants qui courent vers l'église s'arrêteront brièvement pour jeter un regard lourd de sens en direction de la caméra. Quelque part, quelqu'un monte sur une balustrade glissante, risquant sa vie et son intégrité physique, pour enlever un panneau de stationnement qui gâcherait le réglage. Personne ne remet cette action en question.

Téméraire, un assistant risque tout pour offrir le meilleur cadre.
Téméraire, un assistant risque tout pour offrir le meilleur cadre.

Alors que tout le monde s'active encore à l'extérieur, le tournage se poursuit dans l'église. En dehors des cinq enfants et de quelques membres de l'équipe triés sur le volet, personne n'est autorisé à y entrer. C'est même interdit, enfin en théorie. Ce qui est tourné soit en effet être tenu secret. Le photographe Thomas disparaît tout de même et tout à coup, je me retrouve seul. 30 minutes plus tard, je le vois quittant la vieille église.

Ah tu es là », lui dis-je. Gêné, il hausse les épaules. En blaguant, je lui dis qu'avec ses photos, il pourrait maintenant faire chanter le studio. Thomas se contente de sourire. « Mais j'ai demandé », dit-il ensuite sans rien révéler, en souriant et en continuant à prendre des photos.

Ce qui se passe dans l'église reste top secret.
Ce qui se passe dans l'église reste top secret.

La valeur d'une seule caméra

L'attente est de mise. « Encore », me dis-je légèrement agacée. Selon la rumeur, ce serait la dernière fois pour aujourd'hui. Ensuite, le plateau devant l'église devrait enfin être prêt pour le tournage de la dernière scène de la journée.

« La météo est presque trop clémente avec nous aujourd'hui », confirme Alexis Lieber, le directeur de production. Son travail consiste à couvrir les arrières du réalisateur afin que celui-ci puisse se concentrer principalement sur les décisions créatives. En échange, Alexis Lieber se charge de l'organisation. « Mais nous pourrons ajouter la tempête plus tard par ordinateur ». Le directeur ajuste son bonnet en coton noir et pointe son pouce vers la machine à vent : « Nous avons encore quelques astuces en réserve. »

Un ventilateur surdimensionné doit provoquer la tempête hivernale tant désirée, explique en gesticulant le directeur de production Alexis Lieber.
Un ventilateur surdimensionné doit provoquer la tempête hivernale tant désirée, explique en gesticulant le directeur de production Alexis Lieber.

Quelque chose gronde en arrière-plan. Alexis Lieber se retourne, effrayé. Mon cœur aussi s'arrête un instant. Hermann ? Quelques hommes font signe que tout va bien. Ils sont en train de faire les dernières manœuvres avec un mini-wagon. Il est lourd. Trois hommes l'ont hissé de justesse sur une voie de trois mètres de long. C'est probablement de là que provenait le bruit. La caméra est ensuite montée sur le wagon. C'est la seule caméra dont dispose l'équipe.

« Nous avons intérêt à ne pas la casser », dit Alexis Lieber.

Premièrement, la caméra est louée. Selon le directeur de production, il est plus simple et plus rentable de louer individuellement l'équipement dont on a besoin pour un film ou un jour de tournage donné. En fonction des accessoires, une telle caméra coûterait entre 50 000 et 85 000 francs. Deuxièmement, il faudrait plus d'une journée pour en trouver une autre et l'amener à Sent. Cela serait valable pour tout le matériel. « Dans le pire des cas, la production du film doit être interrompue. Cela coûte de l'argent. »

La caméra : une Alexa Mini, l'objet de tous les désirs.
La caméra : une Alexa Mini, l'objet de tous les désirs.

Et ils rentrèrent en traînant des pieds

La scène de la tempête commence enfin.

Pour le dernier plan, je me place derrière la caméra, juste à côté du réalisateur, Michiel ten Horn. Il ne remarque même pas que je ne fais pas partie de l'équipe. Devant nous, quatre figurines en bois. Une sorte de crèche ; le film se déroule pendant la période de Noël. Les enfants attendent à l'autre bout de la place. Leur tâche est simple : courir en haut de la bute, s'arrêter sur le repère, regarder la caméra et continuer à courir. Tout cela pendant que la gigantesque machine à vent souffle. Deux assistants jettent simultanément la neige, qui est directement soufflée dans le visage des enfants.

« Action ! », s'exclame Michiel ten Horn.

Soleil, vent et neige ; la magie du cinéma.
Soleil, vent et neige ; la magie du cinéma.

Les enfants font preuve de courage. Ils ne se plaignent même pas. Bien au contraire. Entre les prises, les enfants, qui ne sont épuisés qu'en apparence à force de courir en haut de la pente, trouvent toujours la force de faire des bêtises ; exactement comme le prévoient leurs rôles dans le film. J'entends quelqu'un dire « Method Acting » en plaisantant.

L'après-midi ne fait que commencer. Néanmoins, le tournage touche déjà à sa fin. Cela est aussi fait pour le bien-être des enfants : selon la loi, ils ne peuvent pas travailler plus de trois heures par jour. Mais cela ne signifie pas qu'ils peuvent déjà se détendre. Je découvre que la production d'un film avec des enfants implique aussi des cours privés. Tous les jours. L'éducation est un mal nécessaire.

Aucun doute : l'ambiance sur le plateau de tournage d'« Hôtel Sinestra » est excellente.
Aucun doute : l'ambiance sur le plateau de tournage d'« Hôtel Sinestra » est excellente.

Il en va de même pour le petit groupe d'enfants figurants qui ont participé au tournage. Contrairement aux cinq jeunes acteurs principaux, ils sont originaires de Sent et ont obtenu un congé scolaire pour l'après-midi, même s'ils n'ont finalement pas été filmés ce jour-là. Ils ne sont pas tristes pour autant.

« Génial ! Maintenant, on peut même rentrer plus tôt à la maison », s'exclame une fillette avec excitation. « Non non », répond une assistante maternelle avec bienveillance, « si nous finissons plus tôt, vous retournerez à l'école ». Les enfants ont l'air un peu tristes. Seule la fillette affiche un grand sourire. « Eh bien nous traînerons un peu des pieds en rentrant », dit-elle de manière à ce que l'assistante ne l'entende pas.

Les enfants ricanent. La bonne humeur règne à nouveau sur le plateau.


Jusqu'à fin mars, la comédie familiale sera tournée à Sent et dans les environs sous la direction de Michiel ten Horn. « Hotel Sinestra » devrait sortir dans les cinémas suisses à Noël 2022, sous la distribution de DCM.

Cet article plaît à 23 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Vivre des aventures et faire du sport dans la nature et me pousser jusqu’à ce que les battements du cœur deviennent mon rythme – voilà ma zone de confort. Je profite aussi des moments de calme avec un bon livre sur des intrigues dangereuses et des assassins de roi. Parfois, je m’exalte de musiques de film durant plusieurs minutes. Cela est certainement dû à ma passion pour le cinéma. Ce que j’ai toujours voulu dire: «Je s’appelle Groot.» 


Films et séries
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader