Critique

Chaussures minimalistes : test comparatif des Vapor Glove 5 et 4

Michael Restin
21.09.2022
Traduction: Sophie Boissonneau

La dernière version de ce modèle minimaliste de Merell a fait l’objet d’un gros travail de développement. Ce tout nouveau modèle se démarque du précédent, est beau et agréable à porter. Je relève tout de même un bémol qui risque de rebuter les puristes de la chaussure minimaliste.

Peut-on véritablement apporter tant de changements à une chaussure qui se contente de l’essentiel ? Voilà la question qui me taraude avant de commencer mon test. Une chaussure de course minimaliste, aussi fine qu’un gant, doit offrir un minimum de protection, de soutien et d’adhérence, mais avant tout, une grande liberté. Comme les Vapor Glove 4, 3, 2 et 1. De la liberté pour les orteils, la voûte plantaire, les muscles, les tendons et les récepteurs de douleur qui signalent immédiatement les petits cailloux pointus au cerveau. La bonne nouvelle, c'est que l’on peut apprendre à marcher confortablement dedans. La mauvaise, c’est que l’on ne peut pas y échapper dès lors que l’on souhaite parcourir de longues distances avec ces chaussures. Porter des chaussures minimalistes devient rapidement douloureux lorsque nos pieds ne sont pas prêts.

  • Savoir-faire

    Sur les traces de la course à pied : premier jour à l'école du pied

    par Michael Restin

Pour moi, le contact direct avec le sol est devenu un besoin. Depuis quelques années, je me déplace 90 % du temps sur quelques millimètres de plastique et les semelles épaisses sont devenues gênantes pour moi. Marcher pieds nus est agréable, mais les chaussures minimalistes ne sont pas les plus élégantes. Mon principal grief envers les Vapor Glove 4 est esthétique. La partie bombée censée protéger les orteils a autant de style qu’une bouche fraîchement victime de la chirurgie esthétique. Bien sûr, cette partie reste fonctionnelle et protège bien des chocs, j’en ai fait l’expérience plus d'une fois. Ceci dit, je suis tout de même ravi qu’elle se fasse plus discrète sur les Vapor Glove 5. Ce nouveau modèle se rapproche plus des générations précédentes de la chaussure. Je préfère l’esthétique de cette nouvelle version et d’un point de vue extérieur, ces chaussures me séduisent d’emblée.

La partie censée protéger les orteils de la Vapor Glove 5 (à gauche) ne lui donne pas un look chaussure de clown.
La partie censée protéger les orteils de la Vapor Glove 5 (à gauche) ne lui donne pas un look chaussure de clown.

Les deux modèles disposent d’une semelle de 6,5 millimètres d’épaisseur sur toute la longueur. Une chaussure minimaliste doit obligatoirement être dotée de ce type de semelle, appelé semelle sans chute, et n’offre pas de soutien de la voûte plantaire. Sur cette semelle en particulier, on a 2 millimètres pour le profil, 1,5 mm pour le tissu et 3 mm pour une semelle intérieure très confortable. Cette dernière a d’ailleurs tendance à m’agacer dans les Vapor Glove 4, car elle n’est pas cousue de la même manière dans la chaussure droite et gauche et reste perceptible, même avec des chaussettes. Je constate avec soulagement que le nouveau modèle ne présente pas ce défaut et que je ne sens pas de point de pression.

Premiers contacts : question de chaussettes et de languettes

Les deux modèles partent dans des directions opposées s’agissant de la façon de les porter. Tandis que la 4 ressemble à une chaussure classique avec sa languette et son laçage, la 5 se rapproche d’un gant et s’enfile comme une chaussette. Bien entendu, il faut ensuite ajuster la chaussure à l’aide des lacets. Là aussi, c'est surtout l’esthétique de la chaussure qui me plaît. Les deux modèles sont faciles à enfiler, car - avantage des nu-pieds - le talon se rabat facilement et permet de glisser facilement le pied dans la chaussure. Contrairement à la 4, je ne risque plus d'écraser la languette en enfilant les Vapor Glove 5.

La nouvelle Vapor Glove se tient un peu mieux que son aînée usée.
La nouvelle Vapor Glove se tient un peu mieux que son aînée usée.

En revanche, si vous avez le pied fin et que vous serrez le laçage, la chaussure pourrait faire des plis sur votre pied. Côté lacets, vous trouverez des spaghettis (ronds) sur la Vapor Glove 5 et des tagliatelles (plats) sur les Vapor Glove 4. Les deux fonctionnent et je n’ai pas de préférence. Je les fais une fois, les serre autant que possible et espère ne pas avoir à y retoucher. Ils sont en revanche un exemple de l’augmentation de la part de matériaux recyclés, les lacets du nouveau modèle sont en effet entièrement recyclés. Quant à la tige en mesh (40 %) et la semelle (30 %), elles sont sur la bonne voie.

Semelles : fondamentalement différentes et pourtant identiques

Beaucoup de choses ont changé dans les semelles. L’épaisseur et le profil de la semelle n’ont certes pas changé, ainsi que le mélange de caoutchouc de Vibram. Pour le reste, je ne constate aucune similitude. Alors que la semelle de la 4 est faite de grands triangles qui se transforment lentement en grands losanges vers le milieu du pied, la semelle de la 5 est dotée d'un motif homogène sur toute la semelle qui rappelle le profil rainuré d'une chaussure de salle.

Le profil grossier du Vapor Glove 4 s'est assez rapidement effacé.
Le profil grossier du Vapor Glove 4 s'est assez rapidement effacé.

Spontanément, la semelle et la chaussure me semblent un peu plus dures que sur le modèle précédent, ce qui peut en partie s’expliquer par l’usure. J’ai en effet couru avec ces chaussures pendant une bonne année sur l'asphalte et sur des sentiers faciles. Le profil s’est complètement effacé sous les métatarses et j’ai bon espoir que le profil moins grossier de la nouvelle chaussure sera un peu plus résistant. Pour le moment, la semelle est encore bien neuve et couine à grand bruit sur le trottoir.

Dans l’ensemble, la semelle, comme le reste de la chaussure, me paraît un peu plus robuste et, selon les goûts de chacun·e, cela vous plaira plus ou moins. Seul un point paraît moins robuste sur le nouveau modèle que sur l’ancien : le retour en caoutchouc protégeant le talon a fait un sérieux régime et ne me manque pas. Lorsque l’on court pieds nus ou presque, on attaque rarement entièrement sur le talon.

Des économies bien placées : la protection du talon du Vapor Glove 5 suffit.
Des économies bien placées : la protection du talon du Vapor Glove 5 suffit.

Protection : minimalisme jusqu’au bout des orteils

Les concepteurs de la chaussure se sont débarrassés des bourrelets de caoutchouc. J’applaudis cette idée. L’intégration de la protection des orteils dans le matériau principal, sans l’ajouter par-dessus la chaussure est un véritable point positif. D’autant que cette nouvelle protection atténue tout aussi efficacement les chocs accidentels contre des racines ou des marches et couvre mieux le gros orteil.

La protection des orteils est nettement plus subtile sur la dernière version.
La protection des orteils est nettement plus subtile sur la dernière version.

Vue de l’extérieur, la sobriété l’emporte, la Vapor Glove 5 a des formes nettes et ne sort pas trop du lot. En revanche, pour l’intérieur, ça n’est pas la même histoire : la pointe de la chaussure ne garantit plus autant de place pour les orteils et je ne peux pas les bouger aussi librement. C’est rédhibitoire pour les puristes de la marche pieds nus.

Liberté de mouvement : la 4 prend l’avantage

J’ai les deux modèles en 44,5, mais pour la Vapor Glove 5, il m’arrive de me demander si je n’aurais pas mieux fait de prendre une demi-taille au-dessus. Je me résigne généralement aussitôt, car je dois déjà serrer le laçage au point de créer des plis dans le tissu sur le dessus de mon pied. Ces petits détails peuvent prendre plus ou moins d’importance en fonction de l’anatomie de votre pied. En ce qui concerne la sensation de liberté, la Vapor Glove 4 a, selon moi, une légère avance. Je ne sens par exemple aucune résistance lorsque je me mets sur la pointe des pieds, la chaussure s’affaisse quasiment d'elle-même lorsque je l’enlève et la pose sur le sol.

La Vapor Glove 5 oppose (encore ?) un peu plus de résistance pour se mettre sur la pointe des pieds.
La Vapor Glove 5 oppose (encore ?) un peu plus de résistance pour se mettre sur la pointe des pieds.

Cela est certainement en partie dû à l’usure, mais aussi au tissu et aux renforts latéraux qui, sur la Vapor Glove 5 se prolongent sur le gros orteil et jusqu’à l’arrière du pied. Mais le matériau ne montre de signe d’usure sur aucun des deux modèles, même aux endroits où il est mis à rude épreuve et doit se plier à chaque pas. Mais je préfère être clair, les deux modèles sont extrêmement fins, offrent une grande liberté et sont à peine perceptibles en tant que chaussures. Elles n’ont pas grand-chose à voir avec les Trail Glove 6 qui offrent nettement plus de soutien et moins de liberté. J’ai d’ailleurs mis plus de temps à les apprivoiser et à les apprécier pour courir sur des terrains plus accidentés.

  • Critique

    Trail Glove 6 de Merrell : une chaussure de l'entre-deux

    par Michael Restin

Les différences entre les Vapor Glove 4 et 5 sont importantes sur le plan visuel et très subtiles en ce qui concerne le confort. Dans ma taille, le nouveau modèle pèse 180 grammes, soit dix grammes de plus que son prédécesseur déjà bien usé. Ces deux modèles sont donc très similaires en tous points.

Verdict

Les Vapor Glove 4 sont désormais comme une seconde peau pour moi, alors que je perçois encore la 5e génération comme une chaussure super légère et qui se fait oublier jour après jour. Je peux recommander les deux modèles aussi chaudement si vos pieds sont prêts pour ce genre d’efforts. Pour un prix relativement faible, vous avez une chaussure réduite à l’essentiel et c’est un excellent compliment pour une chaussure minimaliste. Je trouve le nouveau modèle plus joli et préfère le profil fin de la semelle, plus semblable à celui des Vapor Glove 3. Le nouveau profil de la semelle offre une bonne adhérence même sur les terrains légers et j'ai bon espoir qu'il sera plus durable que sur les Vapor Glove 4.

Lorsque j’ai besoin d'un profil plus grossier et d'un peu plus de protection, j'opte alors pour les Trail Glove 6. Le fait que la famille continue de s’agrandir avec de nouveaux modèles parle pour lui-même. Les Vapor Glove 5 et 4 peuvent sembler bien différentes au premier abord, mais lorsqu’on y regarde de plus près, on leur trouve de nombreux points communs. Le nouveau modèle me paraît un peu plus robuste et plus étroit au niveau des orteils, mais il y a un air de famille.

Cet article plaît à 15 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Scientifique dans le domaine du sport, père haute performance et télétravailleur au service de Sa Majesté la tortue.


Sport
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader