Vous n’êtes pas connecté à Internet.
Galaxus Logo
En coulisse 47172

C'est déjà Noël? Pour la sortie de marchandises, oui!

La raison? Nous avons eu la chance de déballer notre première machine d'emballage automatique (non, elle ne s'était pas emballée toute seule). Avec la croissance constante de notre entreprise, les exigences et les défis auxquels est confronté le département des sorties de marchandises croient aussi.

Aux pics d'affluence, jusqu'à 27 000 commandes par jour sont traitées dans notre entrepôt central de Wohlen. Ces dernières doivent être rapidement emballées pour que nous puissions tenir quotidiennement notre promesse de livraison le jour suivant. Comme nos stations d'emballage manuelles arrivent à leurs limites de capacité physique et que l'espace limité ne peut être utilisé de manière raisonnable qu'avec une automatisation partielle, nous avons décidé d'utiliser des machines d'emballage. Dans une première phase, une machine d'emballage de type «CW1000» de l'entreprise CMC, affectueusement appelée «Packy McPackface», devrait remédier à la situation avant l'arrivée d'une autre machine.

Le but de cette solution est de soulager nos employés de la sortie de marchandises, dont les compétences seront plus sollicitées lors de l'emballage d'articles fragiles, volumineux ou encombrants. L'intégration de «Packy» à notre logiciel logistique existant était un défi passionnant. Jusqu'à son intégration, il nous a tenus en haleine.

Principe

«Packy» est le rêve de tous les fans de technologie et n'impressionne pas que les enfants. Suivre le chemin d'un article – du moment où il entre dans la machine jusqu'à ce que l'étiquette soit imprimée sur l'emballage final – prêt à être envoyé, est fascinant. Pendant que les produits sont transportés vers la machine sur un tapis roulant, la machine mesure leurs dimensions exactes en quelques secondes et coupe ensuite un carton approprié de sorte qu'aucun matériau d'emballage inutile ne soit gaspillé. Les articles sont ensuite conduits dans les cartons déjà préparés et, si besoin, d'autres documents comme le prospectus ou le bon de livraison peuvent être ajoutés avant que les cartons ne soient pliés et fermés. Le processus d'emballage se termine par l'ajout de l'étiquette qui dispose de toutes les informations nécessaires à la Poste pour l'envoi. Ce processus se répète environ 700 fois par heure.

Plier...

...Fermer...

...Mettre l'étiquette

Pour que «Packy» sache ce qui doit entrer dans un colis et ce qui doit être imprimé sur l'étiquette, nous lui livrons des données provenant de notre propre ERP. Le défi pour notre équipe de développeurs Phoenix était d'intégrer «Packy» dans le processus d'emballage de l'ERP existant; ce qui signifiait aussi l'intégration technique à notre système.

Phase de concept (PoC)

Chez Digitec Galaxus AG, nous misons, entre temps, de plus en plus sur le cloud computing. C'est pourquoi, au cours du projet, nous avons eu la possibilité d'implémenter l'interface entre l'ERP et «Packy» dans un module séparé dans le cloud. De manière classique, «Packy» communique via TCP socket, une forme de communication que nous n'avions encore jamais utilisée auparavant. Par conséquent, nous avons d'abord dû définir qui jouerait quel rôle, c'est-à-dire qui serait le serveur et qui serait le client. Au final, nous avons décidé que «Packy» serait le client et que notre module cloud serait le serveur. Comme «Packy» est fait simplement, il n'a besoin des données que sous forme de strings, qui doivent être compris comme des évènements: ce sont des demandes et des réponses entre «Packy» et le serveur.

Le processus de développement.

En voulant implémenter le module serveur dans le cloud, nous avons découvert de nouveaux horizons dans notre solution logicielle logistique. Pour cette raison, les équipes de développement impliquées ont fait beaucoup de travail de pionnier dans ce domaine. Pour notre environnement, nous avons choisi un cluster Kubernetes, car ce dernier est extrêmement compact, est rapidement déployé, s'adapte bien et ne consomme presque pas de ressources. Aussi innovante que cette décision ait pu être, elle nous a causé beaucoup de tracas pendant le développement. Une communication stable et rapide entre le serveur et l'ERP était, par exemple, difficile au début. Un Azure Service Bus est aussi utilisé et configuré pour transférer les données via des messages queues entre l'ERP et le module serveur. Car: «Packy» a d'abord besoin d'informations du système ERP pour emballer un colis. Ensuite, il doit indiquer à l'ERP que le colis a été emballé avec succès pour que les données placées là-bas puissent être actualisées et que le colis soit marqué comme «envoyé». En plus du module cloud, un nouveau module de réception des messages a été installé pour que l'ERP puisse traiter ces messages.

Déroulement

La communication ci-dessus de «Packy» avec le module serveur est une partie importante de l'intégration. Une partie tout aussi importante est l'intégration de «Packy» à notre flux de travail pour l'emballage du côté de l'ERP, car sans préparation correcte de données dans l'ERP, «Packy» ne peut rien faire avec les articles qui lui sont transmis pour l'emballage. Le flux de travail modulaire pour l'emballage dans l'ERP a, auparavant, été adapté comme suit:

Les employés identifient les articles à envoyer à l'aide d'un code-barres et, si besoin, les regroupent à l'aide d'une machine à banderoles. En parallèle, une petite étiquette avec un code QR est imprimée et collée sur les articles. En même temps, l'ERP envoie les données du colis, nécessaires à «Packy», à notre module cloud (serveur). Là-bas se trouve, entre autres, le code ZPL pour l'étiqueteuse qui reçoit le contenu de l'étiquette, comme le numéro du colis.

L'article à emballer s'approche de «Packy» sur un tapis roulant où un lecteur de code-barres scanne automatiquement le code QR et demande les informations du colis appartenant à l'article au serveur. Ensuite, les dimensions des produits à emballer sont vérifiées par «Packy» et le carton en question est préparé et ajusté. Alors que l'article passe dans la machine, le serveur et le client («Packy») échangent des évènements en continu. Le résultat est que nous savons toujours où se trouve le colis et pouvons, si besoin, donner des informations supplémentaires à «Packy» pour effectuer l'étape suivante. Ces données peuvent, entre autres, inclure les informations sur le fait de savoir si un bon de livraison doit être joint à l'article ou si l'objet a été, entre temps, retiré manuellement de la machine.

Pour terminer, «Packy» colle l'étiquette de l'adresse sur le colis prêt à être envoyé. Ensuite, «Packy» scanne le code-barres collé sur le colis pour vérifier que ce dernier est le même que le code-barres que nous avons donné au début et pour s'assurer que le colis va à la bonne adresse. Si, après cette étape, tout est OK, le module cloud donne le feu vert à l'ERP pour modifier les données dans l'ERP et marquer le colis comme «emballé».

Le revers de la médaille: il se peut aussi que, par erreur, nous donnions des articles trop gros à «Packy». Dans ce cas, il est prévu que la machine éjecte ces articles après avoir vérifié leurs dimensions. Dans ces cas-là, nous avons la possibilité d'emballer à nouveau ces articles problématiques avec la machine ou même de manière manuelle. Chacune de ces erreurs est enregistrée et suivie dans notre portail Azure où nous avons mis en place un dashboard clair. Ce dernier est affiché sur un grand téléviseur au poste de travail des développeurs. Dans Azure, nous utilisons les notifications automatiques (alerts) et le dashboard pour être informés en continu des erreurs et pouvoir, en cas d'urgence, réagir rapidement et de manière adéquate.

Contrôle: le dashboard Azure avec les informations nécessaires sur l'interface.

Bilan

L'intégration de «Packy» à notre système était un projet très passionnant et plein de défis. Nous avons dû nous occuper de nouvelles technologies et avons acquis beaucoup de savoir-faire. Conformément aux attentes, l'utilisation de nouvelles technologies entraîne toujours des défis, qui entraînent parfois des obstacles imprévus: les services cloud ou l'installation d'un canal de communication crypté entre «Packy» et le module cloud ont suscité un certain nombre d'inquiétudes. L'utilisation des machines d'emballages et de colis «sur mesure» permettra à l'avenir de réduire la quantité d'emballage et de matériaux de remplissage; un plus pour l'écologie et l'économie.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

<strong>Black Friday</strong>: comment une expérience risquée nous a sauvés la journée
Dans les coulisses

Black Friday: comment une expérience risquée nous a sauvés la journée

Adieu les coussins d’air: Digitec Galaxus renonce au calage d’emballage pour ses colis
Nouveautés

Adieu les coussins d’air: Digitec Galaxus renonce au calage d’emballage pour ses colis

Avatar

Team Phoenix, Zürich

If you like nerds, raise your hand. If you don't, raise your standards.

Commentaires 47

3000 / 3000 caractères

User Anonymous

Packy McPackface - wurde der Name per Online Voting ermittelt? ;-)

11.10.2018
User Anonymous

OMFG wie geil wäre das denn XD

11.10.2018
User rams_arto

spiegel.de/panorama/gesells...

11.10.2018
User Alekey

Und was ist mit Sir Packsalot? =)

12.10.2018
User Srdjan Curcic

Obwohl wir bei uns auch Machine Learning einsetzen, konnte sich "Packy McPackface" gegen die Vorschläge unserer Recommender Systeme durchsetzen. 😉

12.10.2018
User boskicthebrain

Es gibt doch zwei Maschinen und damit dürfte es auch 2 Namen geben ;)

12.10.2018
Répondre
User Sinthoras

Sehr geil. Mir gefällt sehr, wir ihr auf Azure und den SOA bzw. Microservice-Ansatz setzt. Bitte mehr solcher Artikel :-)

11.10.2018
User filip.henggeler.1

Ein wirklich sehr spannender Artikel!

11.10.2018
User Anonymous

Der Teamleiter von Phoenix soll ziemlich attraktiv sein.

12.10.2018
User raphaelrenaud

Das sind ja mal News für die Frauenwelt da draussen!

16.10.2018
User Tattoofreak

Attraktive Männer sind meistens gay =)

07.12.2018
Répondre
User gamerrici

Das ist nicht gut. Das ist richtig geil. Als Automatisierungsfreak ist das hier gerade richtig genüsslich. Viel Erfolg mit der Maschine!

11.10.2018
User carcharoth

Kann Packy Pakete mit Polstermaterial füllen? Nicht, dass wir hier dasselbe Problem haben wie die Konkurrenz aus Mägenwil, die monatelang Waren ohne brauchbare Polsterung versendet hat.

11.10.2018
User Srdjan Curcic

"Packy" füllt die Pakete nicht mit Polstermaterial. Die Pakete werden jeweils individuell zugeschnitten, damit sie möglichst passgenau sind.

12.10.2018
User MakeAppsNotWar

@Curcic. Polstermaterial füllt aber nicht nur die leer Räume, sondern schützt such vor äusseren einwirkungen.
Eine HDD hat keine Freude nur in einem Karton zu sein - wie ihr zum Glück schon selbst gemerkt habt.

12.10.2018
User Srdjan Curcic

Wir haben der Thematik "Polsterung" folgendermassen Rechnung getragen: Es werden bewusst nicht alle Produkte, welche von den Abmessungen her durch die Maschine verpackt werden könnten auch tatsächlich maschinell verpackt. Beispielsweise werden zerbrechliche oder andere empfindliche Produkte, sowie Sammelbestellungen ab vier Artikeln weiterhin manuell verpackt.

12.10.2018
User carcharoth

Danke fürs Klarstellen :)

12.10.2018
Répondre
User D0doooh

Ein Video wäre doch noch ganz schön? :)

12.10.2018
User Srdjan Curcic

Da hast du Recht und deshalb überlegen wir uns auch gerade etwas Feines!

22.10.2018
Répondre
User account

Toller Artikel mit guten Insights - besonders interessant als Software Engineer. :)

11.10.2018
User Tangwar

Génial le temps d'attente pour les colis seront moins longs qu'avant !

Juste GG à vous Digitec.

P.S le shop est le meilleure de Suisse avec les meilleur prix.

15.10.2018
User BratzeM76

Coole Machine, tolle Softwareintegration. Leider lassen sich die Pakete von der neuen Maschine nur umständlich öffnen.

10.11.2018
User Anonymous

Können auch mehrere Produkte zu einem Paket verpackt werden?

12.10.2018
User Srdjan Curcic

Ja! Mit dem aktuellen Setup haben wir die Möglichkeit bei Sammelbestellungen bis zu vier Artikel zusammen zu verpacken.

12.10.2018
Répondre
User phaupt

Super interessanter Artikel. Gerne mehr davon! :)

12.10.2018
User Anonymous

Sehr cooler Artikel, gerne mehr von dieser Sorte! Läuft euer Kunernetes Cluster ebenfalls in Azure? Verwenet ihr AKS?

23.10.2018
User DSola

Congratulations to all involved in this great project.

26.10.2018
User FloraAlpina

Alles Gute für 2019. Sehr schön, dass kein Füllmaterial mehr anfällt. Allerdings ist, wie bereits von BratzeM76 angemerkt, das Öffnen der neuen Verpackungen nur unter erheblicher Gewaltanwendung zu bewerkstelligen 🙁. Da ist noch Luft nach oben.

03.01.2019
User Jonas.

Hmm ich glaube mein Paket letztens wurde von Packy verpackt. Weisse Schachtel, welche eine Sollbruchstelle zum aufreissen hat und die 3 Artikel im inneren waren mit einer art Plastikgurt gesichert? :D

10.12.2018
User Toutcas

Super spannend, toll macht ihr auch solche Artikel.

23.01.2019
User Toutcas

Klingt evtl. ironisch, war aber wirklich mein ernst. Finde es Toll, auch mal hinter die Kulissen zusehen, vor allem der damit verbundene Technische Aufwand ist immer sehr spannend.

23.01.2019
Répondre
User rgreen3179

very interesting - thx for sharing.

13.02.2019
User noSuchUsername

Spannend. Aber warum der PackingMachine-Server in einem eigenen Kubernetes-Cluster läuft, habe ich noch nicht verstanden. Wahnsinnig viel zu tun hat er ja nicht und viel zu skalieren gibt es auch nicht. Ihr stellt ja nicht laufend neue Verpackungsmaschinen hin. Aber vielleicht habt ihr ja auch nur einen Kubernetes-Kurs besucht, und wolltet euer neues Wissen anwenden. 😀

11.10.2018
User Srdjan Curcic

Unser Wissen stammt natürlich nicht nur aus einem einzelnen Kurs oder Online-Tutorials... 😀 Der Eindruck täuscht, dass nur der PackingMachine-Server auf dem Kubernetes-Cluster läuft. Da wir bereits jetzt bei unserer Softwarelösung auf Cloud Computing setzen, laufen aktuell schon weitere Dienste auf dem Kubernetes-Cluster. Zukünftig sollen dort noch etliche weitere Dienste ihr Zuhause finden.

12.10.2018
User noSuchUsername

Merci. Das ergibt mehr Sinn. Ein Paket alle paar Sekunden lastet schliesslich noch keinen Cluster aus.

12.10.2018
Répondre
User janwidmer

Interessanter Einblick.. Da Ihr ja nun die Plastik Schlangen komplett ersetzt habt fällt ja auch deren sekundärer Zweck Polsterung weg..erhöht das nicht die Chance, dass Produkte beim Versand kaputt gehen?

28.11.2018
User kill_riffraff

Ein schöner Einblick in die Automatisierung eurer Verpackung. Gerne mehr!

19.12.2018
User chris42rogers

excellent article .... keep them coming

20.12.2018
User thegnuu

Dann ist wohl Packy McPackface schuld, dass meine letztes Packet offen bei mir angekommen ist ;)

21.01.2019
User Arturion2006

Mich würde mal interressieren ob die Videos in Zeitraffer oder Zeitlupe sind ;) wäre irgendwie cooler wenn sie in Echtzeit laufen würden. Könnte man sich besser vorstellen wie das echte Tempo ist.

05.02.2019
User flatissimo

Coole Maschine und schon wieder ein paar Arbeitsplätze eingespart.... Wann kommt endlich Skynet ?

17.02.2019
User R.Mollet

Immer wenn ich so ein Päckli bekomme, bin ich einfach zu dumm um es richtig auszupacken. Könntet ihr ein Tutorial machen?

18.03.2019