Apple MacBook Air M2 à l'essai : est-il vraiment si « magique » ?

Martin Jud
Zurich, le 03.08.2022
Traduction: Alassane Ndiaye

Le MacBook Air 2022 d'Apple est doté du nouveau processeur M2 et d'un écran plus grand et plus lumineux que celui de la génération précédente M1. Dans ce test, vous pourrez lire ce qui est différent et ce qui est pire, à quel point l'ordinateur portable se comporte bien dans la pratique et ce qu'en pense un sceptique d'Apple.

D'un point de vue purement esthétique, le nouveau MacBook Air M2 me plaît d'emblée. Reste à savoir si cet ordinateur portable à architecture ARM, refroidi uniquement de manière passive, me convaincra tout autant lorsque je l'utiliserai pour travailler. Après une demi-décennie de Windows et de Linux, je retrouve la pomme croquée. La dernière fois que j'ai été en contact avec Apple, c'était il y a cinq ans, pour des raisons professionnelles. En privé, je n'ai jamais possédé de produit de cette marque particulièrement populaire en Suisse.

Le MacBook Air offre désormais une surface d'affichage de 13,6 pouces au lieu de 13,3 pouces.
Le MacBook Air offre désormais une surface d'affichage de 13,6 pouces au lieu de 13,3 pouces.

Depuis bientôt cinq ans chez digitec, j'ai certes regardé de près les ordinateurs portables Apple, mais j'ai fini par les refiler habilement à des collègues qui se sentaient plus enthousiastes. Mais ils sont tous en vacances d'été.

Le logo Apple mesure désormais 4,6 centimètres de hauteur, contre 3,9 auparavant.
Le logo Apple mesure désormais 4,6 centimètres de hauteur, contre 3,9 auparavant.

Avant de passer de Windows à macOS, je respire profondément et je range mes préjugés. J'entre alors dans un univers parallèle où tout fonctionne pratiquement de la même manière, mais toujours un peu différemment.

Où se trouve le bouton « Supprimer » ?

L'appareil de test et ses spécifications

Pour ce test, Apple a mis à ma disposition la version d'entrée de gamme avec clavier suisse, 8 Go de mémoire vive, 8 cœurs de processeur et 8 cœurs graphiques, et 256 Go de SSD. Je l'ai utilisée comme outil de travail principal pendant environ deux semaines et je l'ai testée sous toutes ses coutures. Sa couleur s'appelle Starlight et est un ton argenté avec des reflets dorés. Afin d'avoir des valeurs comparatives à portée de main, j'ai en outre puisé dans notre stock et me suis procuré la version d'entrée de gamme du prédécesseur avec puce M1.

Suisse

Allemagne

MacBook Air – 2022 (13.60 ", M2, 8 Go, 256 Go, DE)
Ordinateurs portables
Apple MacBook Air – 2022 (13.60 ", M2, 8 Go, 256 Go, DE)
2

Aperçu des spécifications de l'appareil de test :

Processeur (SoC) :Apple M2 Chip (4 cœurs performants et 4 cœurs d'efficacité, 8 cœurs du GPU
Mémoire vive :8 Go
Mémoire de données :256 Go de SSD
Écran :Écran IPS (écran Retina liquide) 13,6", 2560 × 1664 pixels (224 ppi), format d'image 16:10, 500 nits, brillant
Connectivité :2 × Thunderbolt 3 (un écran externe contrôlable), prise jack 3,5 mm, prise d'alimentation MagSafe
Audio :Quatre haut-parleurs intégrés invisibles (stéréo, Spatial Audio Support), trois microphones (Array, Directional Beamforming)
Appareil photo :Appareil photo frontal 1080p (FaceTime HD Camera)
WiFi, Bluetooth :WiFi 6, Bluetooth 5.0
Capteurs :Capteur de lumière ambiante, lecteur d'empreinte digitale (Touch ID)
Système d'exploitation :macOS (Monterey)
Batterie :lithium polymère 52,6 Wh
Alimentation :30 watts
Dimensions :30,41 × 21,5 × 1,13 cm, 1,24 kg

Vous trouverez tous les MacBook Air avec processeur M2, ici. Vous pouvez choisir l'ordinateur portable avec huit ou dix cœurs GPU. La mémoire vive est disponible en 8, 16 et 24 Go, le SSD en 256, 512, 1000 ou 2000 Go. Pour les couleurs, il y a Midnight, Space Gray, Silver et Starlight. Certains testeurs de MacBook Air rapportent (en anglais) que la version Midnight serait sujette aux rayures.

Design et connexions

D'un point de vue neutre, le nouveau MacBook Air M2 est en effet très beau. Comme pour les ordinateurs portables Surface de Microsoft, je trouve le design intemporel et d'un seul tenant. Aujourd'hui, on montre courageusement à quel point on est vraiment gros. Le design bombé de la partie inférieure de la base, qui donnait au M1 un aspect plus fin, a fait place à un design industriel transformé.

En haut, le MacBook Air avec processeur M2, en bas celui avec processeur M1.
En haut, le MacBook Air avec processeur M2, en bas celui avec processeur M1.

Si je retourne l'ordinateur, il y a désormais deux fois moins de vis qu'auparavant. De plus, de nouveaux pieds en caoutchouc intégrés au boîtier ont été installés. Ils sont légèrement entourés par l'aluminium brillant.

Nouveaux pieds en caoutchouc : en haut, le MacBook Air avec processeur M2, en bas, celui avec processeur M1.
Nouveaux pieds en caoutchouc : en haut, le MacBook Air avec processeur M2, en bas, celui avec processeur M1.

Passons aux choses intéressantes : les connexions. Le chargement ne se fait plus via USB C, mais via la nouvelle version de MagSafe. Il s'agit du connecteur magnétique, qui tient mieux que celui de la concurrence Surface de Microsoft et qui possède une LED multicolore intégrée. Cela permet de charger le nouvel Air M2 sans occuper un des ports Thunderbolt 3 (USB C). Néanmoins, il est également possible de charger les deux ports Thunderbolt en cas de besoin. Ce qui est dommage, c'est qu'Apple ne vous permet de connecter qu'un seul moniteur externe, avec tout de même une résolution allant jusqu'à 6K à 60 hertz. Enfin, il y a une prise jack 3,5 mm sur le côté droit.

L'alimentation MagSafe est de retour.
L'alimentation MagSafe est de retour.

En comparant le nouveau câble de recharge, je remarque immédiatement que non seulement le connecteur MagSafe est de retour, mais que le câble a également changé d'aspect. Le câble a une gaine en tissu qui le rend ainsi beaucoup plus agréable au toucher. Sur le modèle précédent, le câble est livré avec un revêtement en caoutchouc qui est un peu collant au toucher. De plus, le câble ne s'entortille presque plus.

Le nouveau câble d'alimentation a une gaine en tissu.
Le nouveau câble d'alimentation a une gaine en tissu.

Quand vous ouvrez le couvercle, une rénovation complète vous attend : l'écran IPS affiche désormais une résolution de 2560 x 1664 pixels (224 ppi), il est plus lumineux (jusqu'à 500 nits), plus près des bords, sur les côtés et en haut, je mesure environ six millimètres. Il dispose désormais d'une encoche et les bords de l'écran supérieurs sont arrondis. L'échelle de macOS Monterey 12.4 est adaptée à l'encoche. L'ensemble de l'interface semble ainsi plus généreuse. En revanche, il y a un peu moins d'applis dans le Dock.

L'écran s'est rapproché du bord.
L'écran s'est rapproché du bord.
La comparaison de l'écran avec le modèle précédent.
La comparaison de l'écran avec le modèle précédent.

En regardant le clavier et le pavé tactile, on remarque les changements suivants : les haut-parleurs à côté du clavier, visibles sur le M1, ont disparu. Désormais, on ne voit plus d'où la musique est diffusée. De plus, Apple a adapté la rangée supérieure de touches à la taille des autres touches, y compris le Touch ID.

Sur l'ordinateur portable M2 de gauche, les haut-parleurs sont intégrés de manière invisible dans la base.
Sur l'ordinateur portable M2 de gauche, les haut-parleurs sont intégrés de manière invisible dans la base.

En revanche, le pavé tactile n'a pratiquement pas changé : il mesure 12,8 × 8 cm contre 12 × 8,2 centimètres.

Écran Retina liquide : qu'est-ce qui se cache derrière cette superbe appellation ?

Le fait qu'Apple fasse la promotion de la dalle du MacBook Air en tant que « Écran Retina liquide » sonne bien. Mais quelle est sa qualité réelle ?

Une question à laquelle je peux répondre à environ deux tiers. La première partie de la réponse découle de ma perception subjective de la résolution et du rendu des couleurs. En utilisant True Tone, qui est activé par défaut, j'aime particulièrement les films. En revanche, lorsque je travaille, je préfère l'option désactivée, car sinon les surfaces blanches prennent une légère teinte jaune. La représentation de l'image semble contrastée et les couleurs sont riches. Mais avec quelle précision l'écran représente-t-il les espaces chromatiques courants lorsque je fais des mesures ?

En général, je mesure la couverture de l'espace colorimétrique sRGB, Adobe RGB et DCI-P3 avec un Calibrite i1Display Pro Plus, un outil de calibrage. Mais le logiciel de colorimétrie refuse de me servir. Il ne veut pas reconnaître l'écran du MacBook Air M2 (et du M1). L'application ne fonctionne pas non plus après avoir découvert que le logiciel DisplayCAL, pour fonctionner sur un macOS récent, devrait également avoir besoin d'ArgyllCMS. Mais même avec cela et avec une autre tentative, où je dois copier certains fichiers d'une bêta d'ArgyllCMS, je reste sans succès.

Où sont mes collègues rédacteurs, accros au Mac, quand j'ai besoin d'eux ? Bon, personne n'a encore mesuré un écran M1 ou M2.

Je ne trouve pas de logiciel de remplacement adéquat qui fonctionne avec mon outil d’étalonnage ou alors pas dans le temps imparti, jusqu'à ce que je perde patience. J'ai donc confiance dans le fait que les couleurs sont aussi fantastiques que le suggère Apple. Je me fie à l'indication Wide Color P3, qui devrait garantir une représentation précise de l'espace colorimétrique DCI-P3, important pour les films.

Luminosité maximale et uniformité

Ce que je peux mesurer, c'est la luminosité maximale et l'uniformité de l'affichage. Car le logiciel que j'utilise pour cela, i1Profiler, fonctionne.

Apple parle d'une luminosité de 500 nits pour son nouvel ordinateur portable. C'est une valeur avec laquelle vous pouvez parfaitement travailler à l'extérieur à la lumière du jour. Je souhaite qu'un écran d'ordinateur portable soit tout aussi lumineux, même si les 400 nits du modèle précédent sont déjà un motif de satisfaction. La lumière directe est néanmoins rédhibitoire, car Apple, comme pratiquement tous les fabricants, mise sur une surface de dalle brillante.

Avant de mesurer l'écran, je désactive True Tone, car cette fonction d'affichage entraîne une légère baisse de la luminosité. Ensuite, j'utilise mon i1Display Pro Plus comme un stéthoscope et je découvre à quel point la dalle de l'appareil de test est lumineuse et bien éclairée.

Au moins un programme me permet d'utiliser mon outil.
Au moins un programme me permet d'utiliser mon outil.

Je mesure, comme on le voit sur l'image, dans neuf zones de la dalle, le résultat de l'écran M2 est affiché ci-dessous :

455 nits460 nits464 nits
476 nits515 nits505 nits
466 nits495 nits485 nits

L'ordinateur portable M2 atteint une luminosité maximale de 480 nits. La mesure de la valeur noir et blanc atteint un contraste relativement attrayant, statique de 1337:1. Vingt nits de moins que promis, c'est une valeur à peine perceptible à l'œil nu.

Il en va autrement de l'uniformité de l'éclairage. Si je regarde une surface blanche sur l'écran, j'ai l'impression qu'il y a des différences minimes. La partie supérieure est un peu moins éclairée, comme le montre également la mesure. La plus grande différence de luminosité est de 60 nits, du centre au coin supérieur, gauche. Cela correspond à un écart de 11,7 %. Toutefois, pour cet ordinateur portable d'entrée de gamme, c'est critiquer pour critiquer. Lorsque je travaille ou que je regarde un film, je ne remarque pas la différence.

Ce qui me gêne davantage, c'est que l'écran ne prend pas en charge le HDR. Mais là encore, je ne m'y attendais pas vraiment.

Bien entendu, j'ai également effectué la même mesure sur le MacBook Air avec M1. Avec le résultat suivant :

379 nits396 nits375 nits
396 nits410 nits387 nits
359 nits387 nits367 nits

L'ordinateur portable M1 offre une luminosité maximale de 384 nits et un contraste statique de 887:1. En ce qui concerne l'uniformité, l'écart le plus important est de 12,4 % La luminosité est bonne jusqu'à présent, mais la valeur de contraste est un peu trop basse, ce qui est déjà visible dans la comparaison directe des dalles. Les images et les films ont un peu plus de profondeur sur l'écran du M2.

Clavier Magic et pavé tactile : le second est moins magique

La rangée supérieure, dont la taille est adaptée aux autres touches, m'est aussi accessible sur le clavier M2 que la rangée de touches raccourcie du M1. Néanmoins, je me sens un peu plus sûr de moi et le capteur d'empreinte digitale est plus facile à actionner. En dehors de cela, taper dessus donne une sensation plus douce dès la première frappe. Et le retour haptique qui se déclenche dès le début de la course des touches est moins « mécanique ». La course des touches est estimée à un peu plus d'un millimètre.

Je m'habitue rapidement aux touches et je trouve que le clavier n'est certes pas plus magique que celui d'autres ordinateurs portables, mais qu'il fait son travail de manière fiable et silencieuse.

Le pavé tactile Magic d'Apple est bon, mais il n'est pas toujours facile à utiliser avec mes doigts moites.
Le pavé tactile Magic d'Apple est bon, mais il n'est pas toujours facile à utiliser avec mes doigts moites.

Je trouve moins magique le pavé tactile, qui ne se distingue pas de son prédécesseur, à l'exception d'un petit ajustement des dimensions. Il est bien grand, mais il a aussi une petite faiblesse que partagent de nombreux pavés tactiles d'autres fabricants. Si, comme moi, vous avez souvent le bout des doigts qui transpirent en été, il ne glissera pas correctement. Pire encore, les doigts collants, mais c'est un problème personnel.

C'est agaçant et il m'arrive régulièrement de ne pas atteindre la cible du curseur de la souris dans les délais habituels. Je ne connais qu'un seul fabricant qui a une solution à ce problème et qui fonctionne parfaitement. Les produits Surface de Microsoft sont équipés de pavés tactiles qui offrent certes moins de surface, mais qui présentent une surface sur laquelle les doigts humides et collants glissent parfaitement. Un seul coup de chiffon suffit. Les doigts glissent également bien sur les pavés tactiles des ordinateurs portables Lenovo actuels, mais pas aussi bien que sur ceux de Microsoft.

Haut-parleurs : un pas en arrière

Je sais que les haut-parleurs intégrés de manière invisible dans la base peuvent avoir un bon son, je l'ai vu sur l'ordinateur portable Surface 4 (en allemand). Apple en a installé quatre dans son ordinateur portable M2.

Je mets le M1 et le M2 côte à côte et je diffuse les genres les plus divers en qualité hifi sans perte via Tidal. Après quelques minutes, je suis sûr que le M1 sonne un peu mieux qu'un ordinateur portable Surface 4 et que le M2 sonne un peu moins bien. Sur le morceau Black Hole Sun de Soundgarden par exemple, il est clair que le MacBook Air M1 absorbe moins de basses et que celles-ci sont même bien équilibrées par rapport aux ordinateurs portables. Les médiums semblent un peu délavés et sobres sur le M2, ce qui explique que les aigus, très propres, prennent le dessus.

Néanmoins, les haut-parleurs du M2 n'ont pas à rougir et, si je me réfère à la masse de mauvais haut-parleurs d'ordinateurs portables sur le marché, ils font sans aucun doute partie des meilleurs.

Performances de la batterie en cas de streaming vidéo continu

Pour le streaming vidéo continu, mais aussi pour la plupart des travaux de bureau, les puces M1 et M2 bénéficient du fait qu'elles disposent de cœurs d'efficacité. Quatre de ces cœurs permettent d'économiser la batterie lorsque la charge de travail est faible. Quatre autres cœurs performants sont principalement utilisés lorsqu'une grande puissance est nécessaire.

Par souci de comparaison, je règle la luminosité maximale des dalles à environ 400 nits. Il s'agit du troisième niveau le plus élevé pour le M2 et du niveau le plus élevé pour le M1. Avant de démarrer le test, je m'assure dans les réglages, dans lesquels je me retrouve aussi bien avec macOS qu'avec Windows 11, que la luminosité n'est pas ajustée automatiquement par le capteur et que l'écran ne passe jamais en mode veille. Je regarde Stranger Things en streaming sur Netflix et je vois ensuite combien de temps il faut pour que la batterie soit à plat et que les notebooks s'éteignent d'eux-mêmes.

Le MacBook Air M2 s'arrête après 6 heures et 42 minutes. C'est une performance correcte compte tenu de la luminosité de l'image. Il s'écoule ensuite plusieurs heures avant que l'appareil de test M1 ne soit lui aussi à court de jus. C'est avec stupéfaction que je note 9 heures et 18 minutes.

Les deux ordinateurs portables disposent d'une batterie de taille similaire. La capacité de la batterie du M2 est de 52,6 Wh, celle du M1 de 49,9 Wh. L'une des raisons pour lesquelles le M1 affiche tout de même 2 heures et 36 minutes de plus est, selon moi, la taille de la dalle, plus petite de 0,3 pouce. Mais je doute qu'elle soit la seule raison. Comme je n'ai pas de boule de cristal sur moi, je m'abstiens de spéculer sur la raison exacte de cette situation. En effet, en mode bureautique, je ne remarque aucune différence entre les deux appareils.

Télétravail et performances de la batterie

Mis à part les travaux Photoshop, j'ai utilisé le MacBook Air M2 pour tout au cours des deux dernières semaines. Je préfère retoucher les photos sur un grand écran. Je pourrais certes brancher mon écran sur le MacBook, mais j'ai négligé de me procurer un adaptateur pour l'occasion. En passant brièvement à Windows, j'apporte la touche finale à mes photos et je me rends compte que, d'une certaine manière, le type d'OS que j'utilise actuellement n'a aucune importance. Néanmoins, je dois admettre que je ne suis toujours pas un fan de macOS. Deux semaines ne suffisent pas pour tout automatiser et trouver des substituts pour tous les programmes qui n'existent pas pour macOS ou qui n'existent pas en version actualisée.

Mais pour le bureau uniquement, je suis entièrement satisfait de l'offre d'applications. Au début, je suis irrité par des choses telles que l'absence de touche de suppression, le fait que les fenêtres se ferment d'un clic en haut à gauche au lieu d'un clic à droite ou que je doive en plus appuyer sur la touche Control pour effectuer un clic droit ou un clic secondaire. Je trouve tout aussi irritant, du point de vue de l'utilisateur de Windows, que le clic par effleurement ne fonctionne qu'après une activation dans le système. Je salue le fait que je puisse à nouveau créer librement et sans astuce un compte hors ligne sur mon MacBook. Sur ce point, Microsoft se trouve quelque peu à l'âge de pierre. En revanche, Apple et Microsoft n'ont rien à envier en matière de commercialisation de leurs propres services. Vive Safari et Edge.

Mis à part le fait que certaines choses doivent s'automatiser chez moi, l'expérience bureau avec un MacBook Air est agréable. L'image est suffisamment claire, je peux avoir de nombreuses fenêtres de navigation ouvertes sans blocage, mes doigts écrivent avec agilité et, en plus, j'ai entre les mains un appareil bien fini et beau. La batterie tient jusqu'à une journée et demie de travail avant de s'épuiser, sans compter les appels vidéo.

Apple M2 : à quel point la nouvelle puce est-elle meilleure ?

Pour le savoir, j'effectue deux tests de performance.

Cinebench de Maxon vous permet d'évaluer les performances de votre processeur lors du rendu de modèles 3D. Dans la version actuelle R23, le résultat n'est plus déterminé sur la base d'un seul cycle de calcul, mais sur la base du travail effectué dans un délai de dix minutes. C'est une bonne chose, car cela permet d'avoir des valeurs plus réalistes pour les concepts de refroidissement médiocres.

Pendant les tests, la température ambiante est d'environ 21 degrés Celsius.
Pendant les tests, la température ambiante est d'environ 21 degrés Celsius.

Le deuxième test de performance que j'exécute est Geekbench 5. Sur la base de scénarios réels simulés, le CPU est testé en fonctionnement monocœur et multicœur. Il permet également de tester les performances graphiques. Les tests ne prennent que peu de temps et peuvent donc conduire à de bons résultats, même avec des appareils mal refroidis. D'autre part, le benchmark fonctionne sous Windows, MacOS, Linux, Android ainsi qu'iOS, ce qui permet également des comparaisons croisées entre différentes architectures de processeurs, mais qui doivent être prises avec des pincettes. Le fait que, contrairement aux ARM, seul un thread, et donc pas l'intégralité du cœur (performant), soit utilisé dans les processeurs x86 en mode monocœur, est un autre point à prendre en compte lors de la comparaison des résultats dans le Geekbench Browser.

Les résultats des tests des deux MacBook Air :

Test de performanceMacBook Air M2
(8 cœurs CPU, 8 cœurs GPU, 8 Go)
MacBook Air M1
(8 cœurs CPU, 7 cœurs GPU, 8 Go)
Cinebench R23 – CPU Multi-Core7749 points6704 points
Cinebench R23 – CPU Single-Core1581 points1494 points
Geekbench 5 – CPU Multi-Core8985 points7751 points
Geekbench 5 – CPU Single-Core1915 points1734 points
Geekbench 5 – GPU OpenCL23 844 points17 635 points
Geekbench 5 – GPU Metal26 236 points19 529 points

Le nouveau processeur a une fréquence d'horloge de 3,2 gigahertz pour les tâches multicœurs et de 3,5 gigahertz pour les tâches monocœurs. Contre 3,0 et 3,2 gigahertz pour le M1. Lors des tests de processeurs multicœurs, le M2 obtient 15,6 % de performances supplémentaires par rapport au M1 dans Cinebench et même 15,9 % de plus dans Geekbench. Pour les monocœurs, ce sont respectivement 5,8 et 10,4 % de plus. Selon Geekbench, les performances graphiques augmentent de 35,2 % en utilisant OpenCL et de 34,3 % en utilisant Metal.

Petite comparaison supplémentaire : avec un processeur mobile haut de gamme 12e génération d'Intel, un Core i7-1260P refroidi activement avec douze cœurs, on obtient 10 094 points en multicœur et 1651 points en simple cœur dans Cinebench R23 sous Windows. En revanche, avec l'ordinateur portable d'entrée de gamme de Microsoft Surface Laptop Go 2, qui héberge un Intel Core i5 de 11e génération un peu moins puissant, les résultats ne sont que de 3450 points en multicœur et de 1313 points en simple cœur. Mais même ce score suffit facilement à répondre aux exigences d'un bureau.

Image thermique de l'Apple MacBook Air M2. Pendant le test, la température atteint 47,3 degrés Celsius à l'endroit le plus chaud.
Image thermique de l'Apple MacBook Air M2. Pendant le test, la température atteint 47,3 degrés Celsius à l'endroit le plus chaud.

Comme un boîtier peut devenir chaud s'il est utilisé en permanence, je présente pour finir une image thermique prise par ma caméra FLIR du Cat S62 Pro. D'après cette dernière, le boîtier du M2 chauffe jusqu'à 47,3 degrés Celsius pendant le test. Pour le boîtier M1, la température est de 45,3 degrés Celsius au même moment. Ce n'est pas beaucoup dans les deux cas, j'ai déjà mesuré plus de 60 degrés Celsius sur des ordinateurs portables Intel.

Conclusion : bon, mais pas magique

Apple offre une bonne mise à niveau au MacBook Air, dont les avantages ne sont pas uniquement dus à la puce M2. En tant que sceptique, travailler avec ces outils m'a donc fait moins mal que je ne le craignais. Et je dois reconnaître sans jalousie que l'appareil en lui-même est génial. Par rapport à son prédécesseur, le M1, j'aime que l'écran soit devenu plus lumineux et plus contrasté. Il n'y a rien à redire sur le design et la finition est impeccable. Malgré le refroidissement passif, la puissance ne manque pas, surtout si vous utilisez l'appareil principalement pour le bureau, la navigation et le visionnage de films. Les personnes qui montent régulièrement des films 4K devraient toutefois envisager d'opter pour un MacBook plus puissant, sans l'ajout de l'Air et avec un système de refroidissement actif. Ou se tourner vers un produit concurrent équipé de Windows.

Ce qui pourrait être amélioré, c'est le pavé tactile. Parce qu'il est plus difficile de l'utiliser avec des doigts moites que chez les concurrents Microsoft ou Lenovo. L'uniformité de l'éclairage de l'écran, dont la plus grande baisse est de 60 nits, soit 11,7 %, doit également être améliorée. Concernant les nouveaux haut-parleurs, je suis indécis. Leur son est clairement moins bon que celui du M1, mais il reste bon pour des haut-parleurs d'ordinateur portable. Le fait qu'il n'y ait pas d'ouverture visible pour les haut-parleurs est toutefois la bonne direction à prendre.

Dans l'ensemble, le nouveau MacBook Air est un ordinateur portable réussi que je recommande si vous prêt à dépenser environ un tiers de plus que son prédécesseur pour les nouveautés. Il a ses travers et ses défauts, tout n'est pas parfait, magique et génial. En outre, l'autonomie de la batterie a diminué entre le M1 et le M2 lors du streaming sur Netflix. Néanmoins, la version 2022 de l'Air est certainement la meilleure expérience de MacBook d'entrée de gamme. Tout comme ma première critique d'Apple est aussi ma meilleure jusqu'à présent.

Cet article plaît à 105 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Le baiser quotidien de la muse stimule ma créativité. Si elle m’oublie, j’essaie de retrouver ma créativité en rêvant pour faire en sorte que mes rêves dévorent ma vie afin que la vie ne dévore mes rêves.


Informatique
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ordinateurs portables
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader