Le téléphone pliable de Huawei : un brevet donne un aperçu d'un bon vieux natel à clapet
Nouveautés + tendancesSmartphone

Le téléphone pliable de Huawei : un brevet donne un aperçu d'un bon vieux natel à clapet

Dominik Bärlocher
Zurich, le 26.10.2020
Un brevet donne une idée de ce à quoi le natel pliable de Huawei pourrait ressembler. On en sait peu de choses, si ce n'est le design et le fait que le natel est annoncé en des temps de grande inquiétude.

Malgré l'interdiction de Google et le fait que le téléphone pliable Huawei Mate XS n'a pas remporté énormément de succès, Huawei continue de croire au concept des natels pliables. Un brevet présente un natel dans le style d'un Motorola Razr ou d'un communicateur de Star Trek. Donc un téléphone qui se déplie sur le bord haut.

Très peu connu

On sait peu de choses sur les caractéristiques du téléphone. Cependant, le magazine spécialisé LetsGoDigital a fait des dessins basés sur la demande de brevet de quatre pages. Ces dessins montrent un téléphone qui ressemble beaucoup au Samsung Z Flip, sauf que l'écran extérieur est considérablement plus grand.

À l'extérieur, l'écran est passablement grand.
À l'extérieur, l'écran est passablement grand.
letsgodigital.org

Par ailleurs, deux appareils photo sont installés à la verticale comme sur le Huawei P30 Pro.

Sinon, l'extérieur reste très banal.
Sinon, l'extérieur reste très banal.
letsgodigital.org

À l'intérieur du téléphone, l'écran est entouré de bords fins.

Ouvert, le natel est rectangle avec les coins arrondis.
Ouvert, le natel est rectangle avec les coins arrondis.
letsgodigital.org

Cela dit, un brevet ne signifie pas que le téléphone sera sur le marché dans un avenir proche. Ainsi, on peut répondre à la question « quand le téléphone sera-t-il disponible chez digitec ? » par « personne ne le sait ». Un brevet n'est rien d'autre qu'une déclaration d'intention. Fondamentalement, il s'agit « de réserver ce design pour que personne d'autre ne puisse nous le piquer ». Dans ce cas, il s'agit probablement de Samsung, dont le Z Flip, même s'il n'est pas le truc incroyable que le monde espérait, s'est quand même vendu à suffisamment d'exemplaires pour qu'un deuxième natel dans le style suive.

Qu'a-t-il dans le ventre ?

Le truc avec le communicateur de Samsung (en tant que fan de Star Trek, je vais l'appeler ainsi dorénavant) est particulièrement intéressant quand on prend en considération la situation actuelle avec les États-Unis. Depuis le mois de mai de l'année dernière, les entreprises américaines n'ont plus le droit de faire du business avec Huawei. Ça concerne tant le matériel que les logiciels, à l'exception d'Android. Étant donné qu'Android est par définition un système d'exploitation ouvert, tous les programmeurs de la terre peuvent créer leur propre distribution Android. Toutefois, les services Google, propriété de l'entreprise américaine Google (filiale d'Alphabet), ne sont pas disponibles.

Si vous regardez la structure hautement simplifiée d'une architecture Android, la couche située sous la couche application est manquante.

Les services mobiles Google ne peuvent pas être utilisés.
Les services mobiles Google ne peuvent pas être utilisés.

Cela signifie que ni les applis ni les interfaces de programmes importantes ne peuvent pas être utilisées ; Huawei les remplacera avec ses propres services.

Les services mobiles de Huawei remplacent ceux de Google.
Les services mobiles de Huawei remplacent ceux de Google.

Étant donné que Google a une avance de dix ans avec ses services mobiles, Huawei devra rattraper son retard. Toutefois, Huawei offre déjà des logiciels fonctionnels, même si actuellement ils ont l'air encore bien chinois.

C'est pourquoi Huawei travaille sur son propre système d'exploitation HarmonyOS. Android fonctionne toujours sur la série Huawei Mate 40 récemment présentée, mais on dit qu'HarmonyOS sera intégré aux smartphones de 2021. Cela concernera probablement aussi le communicateur Huawei.

Le fait que Huawei a actuellement du mal à produire ses systèmes sur puce, selon des rapports non confirmés, constitue la seconde préoccupation. Les plateformes Kirin utilisent des logiciels et/ou des services américains dans leur production. Cela n'est plus autorisé et le Kirin 9000 du Mate 40 est donc le dernier de son espèce. Huawei n'a pas encore fait de déclaration publique sur la situation.

Petite remarque finale : si quelque chose est installé sur votre téléphone, que ce soit Android ou les services portables de Google, ça ne peut pas disparaître du jour au lendemain. Ainsi, si vous avez un Huawei avec les services Google, vous ne vous réveillerez pas un matin sans App Store ou avec HarmonyOS.

Cet article plaît à 16 personne(s)


Dominik Bärlocher
Dominik Bärlocher

Senior Editor, Zurich

Journaliste. Auteur. Hackers. Je suis un conteur d'histoires à la recherche de limites, de secrets et de tabous. Je documente le monde noir sur blanc. Non pas parce que je peux, mais parce que je ne peux pas m'en empêcher.

Smartphone

Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser