La fin des trous ? La Logitech G Pro X Superlight s'en passe

La fin des trous ? La Logitech G Pro X Superlight s'en passe

Kevin Hofer
Zurich, le 03.03.2021
Traduction: Anne Chapuis
La Logitech G Pro X Superlight ne pèse que 63 grammes malgré la batterie, et ce sans trous. Ce poids plume impressionne par sa qualité de fabrication et la précision de son capteur. Néanmoins, la souris de jeu, qui coûte plus de 150 francs, a aussi des défauts.

Enfin, une souris ultralégère qui n'a pas de trous. Le Logitech Pro X Superlight adopte une approche complètement différente : Au total, la souris pèse moins de 63 grammes, ce qui est moins que la plupart des autres souris à trous. Mais elle ne fait pas de compromis sur les finitions pour autant.

Si seulement il n'y avait pas ce prix.

Un œuf ? Non, une souris

Du côté de l'optique, peu de choses ont changé par rapport à la Logitech G PRO Wireless Gaming Mouse. La couleur blanche et la forme épurée font penser à un œuf. Gênant pour les gauchers : les boutons latéraux du côté droit ont probablement été supprimés pour gagner en légèreté. Une espèce de renflement étrange est resté à cet endroit.

Les dimensions de la Pro X Superlight en millimètres.
Les dimensions de la Pro X Superlight en millimètres.
Les dimensions de la Pro X Superlight en millimètres.
Les dimensions de la Pro X Superlight en millimètres.

Comme la plupart des souris gaming ultralégères, la Pro X Superlight est légèrement tombante à l'arrière. La forme est comparable à celle de la Glorious Model O – ou du Xtrfy M42 – si l'on fait abstraction des trous manquants. Si vous n'avez pas des mains XXL, la souris devrait vous convenir et elle est adaptée aux prises en main , à savoir palm, claw et fingertip. Avec ma main de 19 x 10,5 centimètres, la prise palm devient désagréable à la longue. Je préfère opter pour la claw.

Difficile à voir sur la photo : le renflement qui est resté à la place des boutons du côté droit.
Difficile à voir sur la photo : le renflement qui est resté à la place des boutons du côté droit.

Très bonnes finitions avec un défaut

Comme toujours, je teste la finition en secouant la Pro X Superlight ; j'entends un cliquetis. Après une courte recherche, les coupables sont identifiés : les touches se déplacent légèrement vers le haut et vers le bas, ainsi que sur les côtés. Mais pas de panique, je n'arrive pas à déclencher une frappe accidentelle avec. Néanmoins, je trouve un peu dommage que pour une souris aussi chère, les capuchons des touches bougent.

Les touches principales bougent de gauche à droite.
Les touches principales bougent de gauche à droite.

Pendant le test de pression, j'applique une pression sur le boîtier avec les doigts et le pouce. Cela me permet de déterminer si la souris se déclenche accidentellement par la pression. Ce n'est pas le cas pour les touches latérales ou les touches principales. Comme la Pro X Superlight n'a pas de commutateur CPI physique, je ne peux pas non plus le déclencher de cette façon. Je mentionne ce détail, car c'est généralement ce dernier qui est accidentellement déclenché pendant le test de pression.

Le boîtier de la souris est en plastique ABS. La surface est plutôt lisse, c'est pourquoi le Logitech G inclut également des surfaces de glissement à coller. Les traces de doigt ne sont pas un gros problème sur le modèle blanc en raison de sa couleur.

Les switches

Pour les touches principales, Logitech utilise les D2FC-F-7N(G1) d'Omron, prévus pour 20 millions de frappes. Les mêmes switches sont installés dans la plupart des souris gaming et correspondent ainsi à ce que l'on trouve normalement. Les touches se déclenchent de manière fiable sur mon modèle d'essai et je n'ai eu aucun problème de double clic accidentel.

Comme mentionné dans le test de secousses, les touches ont du jeu latéral. Je le remarque même en jouant lorsque j'ai des ennemis en ligne de mire pendant une période prolongée. Comme j'ai joué un certain temps avec une G502 Lightspeed – les capuchons ont encore plus de jeu – j'ai l'habitude. Dommage, pour le prix j'aurais aimé que les touches ne bougent pas d'un pouce.

Néanmoins, les touches se déclenchent uniformément. Cependant, j'ai tout de même l'impression qu'il faut moins de pression à l'avant qu'à l'arrière. C'est un défaut mineur, mais pour le prix de la Superlight, j'aurais aimé une plus grande uniformité. La course de touche, le chemin parcouru avant que les switches ne se déclenchent, est presque nulle. Cela est souhaitable et bien pour les touches principaux des souris gaming.

Les touches latérales sont un peu trop petites à mon goût.
Les touches latérales sont un peu trop petites à mon goût.

Les boutons latéraux sont bien placés, mais un peu trop petits à mon goût. Ils sont agréables à cliquer, mais je trouve que le bruit émis sonne un peu creux. De plus, la course des touches latérales est presque inexistante. Cela est génial pour les touches principales, mais me gêne pour les touches latérales, car il m'arrive de les déclencher accidentellement.

La molette de défilement est caoutchoutée et offre ainsi une bonne adhérence, tout en étant agréable à l'utilisation. Cependant, lorsque je fais défiler très rapidement, elle est très bruyante, alors que le clic est à peine audible.

Le câble

« HEIN ?! Pourquoi tu nous parles du câble ? » Même si la Superlight peut fonctionner pendant 70 heures sans alimentation, ce qui est vraiment génial, elle doit être branchée sur le secteur à un moment ou à un autre. Si cela se produit pile au moment où vous faites le Headshot Run de votre vie, c'est ennuyeux. Par conséquent, le câble doit également être bon.

Pour faire court, il ne l'est pas. Tout d'abord, le port du côté de la souris : micro USB. Logitech, vous êtes sérieux là ? On est 2021, USB C devrait être la norme. Cela a déjà fonctionné pour la MX Master 3 et elle date de 2019. De plus, le câble est à peu près aussi flexible que celui d'une souris gaming de 2015. Il est donc préférable de charger la souris avant votre session gaming ou d'avoir un Logitech G Powerplay pour le chargement sans fil. J'aurais aimé voir un câble d'une meilleure qualité. Steelseries y est parvenu avec l'Aerox 3 et elle est moins chère.

Patins de glissement

Comme presque tous les fabricants, Logitech G utilise du PTFE, mieux connu sous le nom de Téflon, pour les patins de la souris. Dans le cadre des efforts environnementaux fournis par Logitech, ces derniers sont fabriqués sans additifs. Quoi qu'il en soit, Logitech mise sur la durabilité avec la Pro X Superlight. Le fabricant annonce que la souris est un produit neutre en CO2.

Malgré une énorme surface de glissement, je ne suis toujours pas fan de ses patins.
Malgré une énorme surface de glissement, je ne suis toujours pas fan de ses patins.

Trois glisseurs sont montés par défaut : un grand à l'avant, un anneau autour du capteur et un anneau ouvert à l'arrière. Le cache sous lequel vous pouvez ranger le dongle sans fil pour le transport peut être remplacé par un cache avec un glisseur en PTFE. Ainsi, vous disposez d'une surface de glissement encore plus grande ; je dirais environ 70 % du dessous.

Malgré l'énorme surface de glissement, les patins sont plutôt décevants. La Razer Viper 8 KHz, la Model O ou même la M42 de Xtrfy glissent mieux. Le fait que le Pro X Superlight soit presque imperceptible est dû à son poids léger et non aux pieds. Ne vous méprenez pas, les patins sont meilleurs que tout ce qui a été installé il y a deux ans, mais, par rapport à la concurrence, Logitech G est un peu à la traîne, et avec le prix élevé de la Superlight, les patins devraient aussi être à la hauteur.

La sensation de jeu

La Superlight tient parfaitement en main. J'adore jouer avec. C'est génial de contrôler les personnages avec ce poids plume. Le faible poids se remarque aussi en télétravail. J'ai l'impression que ma main se fatigue moins vite. Dans mon test gaming – j'ai testé CS : GO, Kovaak 2.0, Gears 5 et Battlefield 5 – jouer avec la Superlight a été très plaisant et je n'ai eu aucun problème. Mais j'éprouve le même ressenti avec (presque) toutes les souris gaming actuelles. C'est pourquoi je mesure le capteur à chaque fois.

Le capteur héroïque

La Pro X Superlight est équipée du capteur Hero 25K. Avec un CPI – counts per inch, c'est-à-dire le nombre de pixels que le curseur enregistre par pouce – de 25 600, la souris réagit de manière extrêmement sensible aux mouvements. À la base, personne n'en a vraiment besoin. Je ne connais personne qui joue à plus de 3200 CPI. Logitech en est également consciente et se concentre moins sur le taux d'échantillonnage du capteur et plus sur sa précision. Par exemple, le capteur est censé être le premier à suivre avec précision des mouvements de niveau submicronique. Submicronique ? En chiffres, cela correspond à 0,000001 mètre.

Pour savoir si la souris est vraiment aussi précise, je la teste avec MouseTester v1.5. Le programme m'aide à déterminer les très petites différences de précision. Comme les images sur notre page ne peuvent être ni agrandies ni affichées dans une galerie d'images, je ne vous fournirai que les graphiques des mesures à 800 CPI, même si je fais les mesures à 400, 800, 1600 et 3200. Tous les tests, à l'exception du polling rate, ont été effectués à 1000 Hz.

Précision CPI

Je fais le test correspondant trois fois dans MouseTester v 1.5 et je calcule une valeur moyenne. Pour ce faire, je déplace la souris de dix centimètres le long d'une règle et le programme enregistre le CPI. Plus le CPI enregistré est proche du CPI donné, mieux c'est.

CPICPI mesuréÉcart en pour cent
400401+0,5
800819+2,5
16001611+0,5
320031960

Les mesures montrent : le capteur livre vraiment une performance héroïque. L'écart maximal est de 2,5 %. Après la Roccat Burst, ce sont les meilleures valeurs que j'ai mesurées jusqu'à présent.

Polling rate consistency

Le polling rate indique l'intervalle auquel la souris envoie des informations au PC. Plus l'intervalle est court, plus les mouvements et les clicks peuvent être traités rapidement. À un polling rate de 1000 Hz, le temps de mise à jour est de 1 ms. Ou inversement, la souris envoie mille fois par seconde des informations au PC.

Polling Logitech G Pro X Superlight à 800 CPI @ 250 Hz
Polling Logitech G Pro X Superlight à 800 CPI @ 250 Hz
Polling Logitech G Pro X Superlight à 800 CPI @ 500 Hz
Polling Logitech G Pro X Superlight à 800 CPI @ 500 Hz
Polling Logitech G Pro X Superlight à 800 CPI @ 1000 Hz
Polling Logitech G Pro X Superlight à 800 CPI @ 1000 Hz

Les points vous indiquent le temps de mise à jour. Dans certains cas, la Superlight n'a pas pu respecter les différents polling rates. Cependant, ce n'est rien d'inhabituel : la plupart des souris gaming ne peuvent pas toujours respecter le temps de rafraîchissement sélectionné. Les quelques exceptions ne sont pas inhabituelles et sont comparables à celles d'autres capteurs.

Vitesse de suivi

La souris doit reproduire correctement les mouvements rapides. Lors des tests, je déplace rapidement la souris avec différents paramètres de CPI. MouseTester enregistre ces mouvements et affiche un diagramme. Les points sur le diagramme sont les caractères enregistrés. Plus les points sont proches de la ligne, plus la souris enregistre le mouvement avec précision. Ces derniers doivent être le plus proche possible de la courbe. Les mouvements sur l'axe y sont rouges, ceux sur l'axe x sont bleus.

Vitesse de suivi Logitech G Pro X Superlight à 800 CPI
Vitesse de suivi Logitech G Pro X Superlight à 800 CPI

Les exceptions sont également visibles dans ce diagramme. Mais les points sont toujours relativement proches de la ligne. Une telle représentation est bonne et correspond à la plupart des capteurs.

Accélération

Si je déplace rapidement la souris dans une direction, puis la ramène lentement à sa position initiale de la même manière, le capteur devrait enregistrer le même CPI. Pour tester cela, je déplace rapidement la souris en diagonale en commençant en haut à droite et en terminant en bas à gauche, puis en ramenant lentement le curseur au point de départ. MouseTester enregistre le mouvement.

Dans l'idéal, tous les caractères enregistrés par MouseTester devraient se trouver sur une seule ligne.

Accélération Logitech G Pro X Superlight à 800 CPI
Accélération Logitech G Pro X Superlight à 800 CPI

Le capteur fonctionne de manière très précise. Les deux lignes sont superposées et les points de départ et d'arrivée sont les mêmes.

Jitter

Si je déplace la souris en ligne droite, le pointeur devrait suivre le mouvement. Lors du test, je déplace la souris en diagonale le long d'un rail en bois et enregistre le mouvement avec MouseTester.

Jitter Logitech G Pro X Superlight à 800 CPI
Jitter Logitech G Pro X Superlight à 800 CPI

Ici aussi, le capteur Hero fonctionne avec précision. Pour les fluctuations /le jitter, j'aurais un modèle à plusieurs niveaux. Aucune inexactitude n'a été enregistrée. De nos jours, le jitter a quasiment disparu, mais pour être sûr, je fais quand même faire le test ; on ne sait jamais.

Angle snapping

L'angle snapping ou la correction d'angle se produit lorsque le capteur enregistre des lignes droites alors que je suis en train de faire une légère courbe avec la souris. Mon dessin montre que l'angle snapping n'est pas un problème, quelle que soit le polling rate choisi.

Angle snapping Logitech G Pro X Superlight à 800 CPI
Angle snapping Logitech G Pro X Superlight à 800 CPI

Logiciel et autres fonctionnalités

Pour gagner en légèreté, le commutateur CPI physique a été supprimé. Le CPI ne peut être modifié que via le logiciel Logitech G Hub. Ce n'est pas un gros problème pour la plupart des utilisateurs, mais je change régulièrement le CPI en fonction du jeu ou du logiciel et j'aime le commutateur. Au moins des profils pour les jeux peuvent être définis dans le logiciel. Je ne dois donc modifier manuellement le CPI que pour les applications de bureau.

La molette offre une bonne adhérence.
La molette offre une bonne adhérence.

Les LED RGB sont aussi absentes sur la Pro X Superlight. Contrairement à la Logitech G Pro Wireless, le logo est désormais imprimé et non plus éclairé. Un geste compréhensible de la part de Logitech pour alléger encore un peu la souris. Toutefois, les coûts que Logitech économise dans ce processus ne sont pas redistribués au client.

Le logiciel permet de régler le CPI et le polling rate et d'attribuer d'autres fonctions aux touches.

Bilan : superbe souris, mais trop chère à mon goût

J'aime la Logitech G Pro Superlight. La qualité des finitions est excellente, à l'exception des touches principales qui sont un peu trop mobiles, et je trouve sa prise en main agréable. Avec moins de 63 grammes, elle porte bien son nom et le capteur est également très bon. Moins satisfaisants sont les patins de glissement qui ne sont pas tout à fait à la hauteur et le câble USB.

Et bien sûr, je dois aussi aborder le prix. À 179 CHF (état au 3 mars 2021), la souris est très chère. Pour être honnête, je dirais même trop chère. À ce prix, la souris devrait être parfaite. La Pro X Superlight se rapproche de la perfection en termes de fabrication et de légèreté, mais n'y est pas encore. De plus, elle présente quelques défauts qui ne devraient pas survenir à ce prix. Elle sera donc principalement un must pour les fans de Logitech G.

Pro X Superlight
179.–
Logitech G Pro X Superlight
Pro X Superlight (Sans fil)
130.–
Logitech G Pro X Superlight (Sans fil)

Cet article plaît à 48 personne(s)


Kevin Hofer
Kevin Hofer
Editor, Zurich
La technologie et la société me fascinent. Combiner les deux et les regarder sous différents angles est ma passion.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser