Intel Rocket Lake : la fin de la gravure en 14 nm
Savoir-faireGaming

Intel Rocket Lake : la fin de la gravure en 14 nm

Kevin Hofer
Zurich, le 30.03.2021
Traduction: Stéphanie Klebetsanis
Avec le Rocket Lake, Intel sort une nouvelle architecture CPU, ce que l’entreprise n’avait pas fait depuis six ans. Il s'agit ici du rétroportage de l’architecture Cypress Cove pour la gravure en 14 nm. Les avis sont mitigés sur la fin de cette technique.

Depuis 2015, Intel fabrique ses puces pour ordinateurs de bureau en faisant appel à la gravure en 14 nm. Avec le Rocket Lake, le fabricant utilise cette technique pour la septième et dernière fois. Il n’a jamais conservé une technique de gravure aussi longtemps. Or il vient de sortir un processeur doté de l’architecture Cypress Cove, qui comporte quelques nouvelles fonctionnalités.

Vous trouverez les comptes rendus des processeurs i9 11900K et i5 11600K ici :

*Intel i9-11900K:** Mit zwei Kernen weniger zurück auf den Gaming-Thron?
ReviewGaming

Intel i9-11900K: Mit zwei Kernen weniger zurück auf den Gaming-Thron?

Intel Core i5-11600K : progrès dans les applications, quasi-stagnation dans les jeux
CritiqueGaming

Intel Core i5-11600K : progrès dans les applications, quasi-stagnation dans les jeux

Nouvelles fonctionnalités et caractéristiques

Voici un aperçu des nouvelles fonctionnalités et principales caractéristiques du Rocket Lake :

  • huit cœurs maximum au lieu des 10 jusqu’à présent, et une fréquence de boost à 5,3 GHz,
  • nouvelle architecture CPU Cypress Cove et architecture graphique Tiger Lake (Xe-LP),
  • prise en charge du PCIe 4.0 jusqu’à 20 voies (quatre pour la mémoire),
  • prise en charge d’AVX 512,
  • prise en charge de Thunderbolt 4,
  • mémoire vive prise en charge jusqu'à DDR4 3200,
  • nouvelles fonctionnalités d’overclocking,
  • compatibilité limitée avec les cartes mères de la série 400.
Image : Intel
Image : Intel
Image : Intel
Image : Intel

Le graphisme intégré actuel d’Intel ne sert à rien si l’on veut jouer à des jeux vidéo. Le fabricant n’a pas augmenté de manière significative la performance de l’iGPU de ces processeurs depuis la sortie du Kaby Lake en 2016. Le Rocket Lake change la donne, car il est doté de la technologie Xe qui, d’après Intel, double les performances graphiques par rapport aux puces de la génération précédente. Vous devriez pouvoir jouer à une résolution de 1080p si vos paramètres de qualité sont bas. Par ailleurs, Intel introduit la fonction Resizable BAR (en anglais), qu’AMD a instaurée avec les cartes graphiques Radeon 6000. Elle est censée augmenter la performance des GPU moins puissants. Mais cette fonctionnalité n’est disponible que pour les cartes Radeon 6000 et GeForce RTX 30.

Intel prend en charge d'autres encodeurs de médias pour les charges de travail liées à la production de vidéos et au streaming : AV1 à 10 bits et HEVC à 12 bits.

Rocket Lake fournit encore un HDMI 2.0 natif ainsi que le HBR3 ; il prend en charge l’interface PCIe 4.0, qui offre le double de largeur de bande par rapport au PCIe 3.0, du moins en théorie. Intel rejoint ainsi AMD, qui propose cette fonctionnalité depuis deux ans déjà. De plus, le fabricant a aussi augmenté le rendement de la mémoire de DDR4 2933 à DDR4 3200.

C’est super, si ce n'est que le Rocket Lake ne possède que huit cœurs maximum, alors que le modèle haut de gamme Comet Lake i9 10900K en avait encore 10. Ce recul est attribuable au rétroportage de l'architecture, qui a permis à Intel d’intégrer une nouvelle architecture basée sur une gravure plus petite à une gravure plus ancienne et plus grande.

Intel a rétroporté les cœurs Sunny Cove à 10 nm qui se trouvaient dans les processeurs Ice Lake à une gravure à 14 nm un peu moins fine pour obtenir l’architecture Cypress Cove du Rocket Lake. Or il a moins de transistors à disposition pour fabriquer les nouvelles puces. Il a donc dû supprimer deux cœurs. La puce n’avait tout simplement pas assez de place.

Sur ce point, AMD et les 16 cœurs maximum de son Ryzen 9 5950X l’emportent. Le géant des puces a aussi économisé de la place pour que la moindre performance Gen to Gen soit aussi peu perceptible que possible lors de tâches qui nécessitent de nombreux cœurs. Pour justifier ces économies, Intel évoque l’augmentation de l’IPC de 19 % et les fréquences d’horloge élevées, censées équilibrer le nombre moins élevé de cœurs. La sortie des puces Alder Lake, prévue plus tard dans l’année, devrait marquer le lancement de la 12e génération de puces Core i fabriquées selon la gravure en 10 nm. Intel veut fournir davantage de cœurs cette fois-ci, ce qui place le Rocket Lake dans une drôle de position. La 11e génération est une série éphémère, ou alors elle est censée compléter l’Alder Lake.

Le chipset de la série 500

Même si les processeurs Rocket Lake sont compatibles avec les cartes mères de la série 400, Intel lance ici son nouveau chipset 500. L’interface Direct Media Interface (DMI) d’Intel est le chemin de données entre le chipset, le Platform Controller Hub (PCH) et le processeur. Un nombre précis de voies PCI sont directement connectées au CPU. Le chipset de la carte mère peut aussi rendre certaines de ces connexions possibles. Les voies PCI de la carte mère sont transmises à la DMI et se partagent sa bande passante.

Pour son Rocket Lake, Intel a élargi sa DMI de quatre à huit voies, et ainsi doublé la bande passante entre le chipset et le processeur. Cela permet à davantage d’appareils connectés aux voies PCI de la carte mère de fonctionner à plein régime.

Jusqu’à présent, l’overclocking était réservé aux cartes mères Z haut de gamme. La série 500 active également cette fonction pour les cartes H et B. Cela élimine non seulement les limitations imposées aux mémoires plus rapides et de meilleure qualité, mais aussi celles imposées aux plateformes bas de gamme.

La dernière caractéristique principale est la prise en charge de l’USB. Les chipsets de la série 500 prennent en charge l’USB 3.2 Gen 2x2 avec une bande passante maximale de 20 Gbps.

Mentionnons aussi la prise en charge du WiFi 6E et de Thunderbolt 4, ainsi que le Wireless-AX CNVi intégré.

La disponibilité des puces

Si vous suivez un peu la situation des CPU, GPU et autres, vous savez qu'il est actuellement difficile de trouver des semi-conducteurs. Cette pénurie touche également Intel. Bien que quelques exemplaires soient disponibles chez nous au moment du lancement, ils seront certainement épuisés très rapidement. Cette pénurie ne prendra certainement pas fin avant le deuxième trimestre de l’année.

Core i9-11900K (LGA 1200, 3.50GHz, 8-Core)
649.–
Intel Core i9-11900K (LGA 1200, 3.50GHz, 8-Core)
Core i9-11900KF (LGA 1200, 3.50GHz, 8-Core)
578.–
Intel Core i9-11900KF (LGA 1200, 3.50GHz, 8-Core)
Core i9-11900 (LGA 1200, 2.50GHz, 8-Core)
449.–
Intel Core i9-11900 (LGA 1200, 2.50GHz, 8-Core)
Core i7-11700K (LGA 1200, 3.60GHz, 8-Core)
449.–
Intel Core i7-11700K (LGA 1200, 3.60GHz, 8-Core)
Core i7-11700KF (LGA 1200, 3.60GHz, 8-Core)
411.–
Intel Core i7-11700KF (LGA 1200, 3.60GHz, 8-Core)
Core i7-11700 (LGA 1200, 2.50GHz, 8-Core)
369.–
Intel Core i7-11700 (LGA 1200, 2.50GHz, 8-Core)
Core i7-11700F (LGA 1200, 2.50GHz, 8-Core)
396.97
Intel Core i7-11700F (LGA 1200, 2.50GHz, 8-Core)
Core i5-11600K (LGA 1200, 3.90GHz, 6-Core)
273.–
Intel Core i5-11600K (LGA 1200, 3.90GHz, 6-Core)
Core i5-11600KF (LGA 1200, 3.90GHz, 6-Core)
260.–
Intel Core i5-11600KF (LGA 1200, 3.90GHz, 6-Core)
Core i5-11500 (LGA 1200, 2.70GHz, 6-Core)
225.–
Intel Core i5-11500 (LGA 1200, 2.70GHz, 6-Core)
Core i5-11400 (LGA 1200, 2.60GHz, 6-Core)
224.–
Intel Core i5-11400 (LGA 1200, 2.60GHz, 6-Core)
Core i5-11400F (LGA 1200, 2.60GHz, 6-Core)
174.–
Intel Core i5-11400F (LGA 1200, 2.60GHz, 6-Core)

Cet article plaît à 28 personne(s)


Kevin Hofer
Kevin Hofer
Editor, Zurich
La technologie et la société me fascinent. Combiner les deux et les regarder sous différents angles est ma passion.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser