Gants Five Stunt Evo à l'essai : de 0 à 500 km

Gants Five Stunt Evo à l'essai : de 0 à 500 km

Dominik Bärlocher
Zurich, le 05.08.2020
Photos: Thomas Kunz
Traduction: Anne Chapuis
Five Gloves prétend fabriquer les meilleurs gants pour les motards. Et ce n'est pas seulement du blabla marketing. Five est étonnamment doué pour ne pas dire d'ânerie.

Les gants sont importants. Surtout en moto. Après tout, vous n'avez pas seulement besoin d'une protection contre le froid ou la chaleur et les intempéries, vous avez aussi besoin d'adhérence et de sensibilité. Avec le Stunt Evo, Five promet un gant qui non seulement remplit toutes les règles de sécurité, mais qui offre également un confort exceptionnel.

Our craft : we are Glove specialists. …

Un mot sur l'amour du détail que portent les motards : les détails de l'équipement sont primordiaux. Sécurité, confort, et adaptation au physique de chacun. Tout peut être crucial pour s'assurer que vous roulez en toute sécurité. Peu importe que je sois sur ma Harley et me dise « oui oui ça le fait », tant que je suis sûr que mon équipement fonctionne et m'offre la plus grande sécurité possible. Sauf que j'ai déjà fait le travail préalable avant de monter en selle. Pour moi, une phrase dans une description de produit telle que « cela vous garantit, en tant que fan de moto, un port optimal et un confort unique » ne suffit tout simplement pas. Je ne veux pas que ma vie dépende de phrases marketing creuses. C'est pourquoi ce test de produit est avant tout une description de produit qui s'éloigne du marketing.

Après le test des 500 kilomètres : ignorez les insectes
Après le test des 500 kilomètres : ignorez les insectes

Parlons de Five, la marque de gants. Five est une entreprise qui ne fabrique que des gants et qui est sur le marché depuis des lustres avec son concept. Ce n'est pas avec des phrases comme « confort de port unique » et « The development of FIVE gloves is based on real feedback » que l'on fait la différence. Combien de marketing se cache derrière tout cela ? Quelle est la part de qualité ? C'est la raison pour laquelle j'ai acheté une paire de Five Stunt Evo Leather.

Cinq doigts, un bloc

Les Five Gloves Stunt Evo ont l'air fades quand on les achète en cuir. Ils sont disponibles dans de nombreux motifs et couleurs ; pour la plupart on pourrait croire qu'un personnage Disney à vomi dessus. C'est un problème connu de la scène des motards, mais Five est assez sympathique et fait des versions de gants plus sobres. À cause de l'architecture de bases du gant, une sobriété absolue n'est pas possible. On dirait bien que Five a observé quel doigt fait quoi quand vous conduisez votre moto.

Petite explication : la majorité des conducteurs expérimentés que je connais n'embraye et ne freine jamais avec tous les doigts. En temps normal, l'index et le majeur se trouvent sur l'embrayage, l'annulaire et le petit doigt restent sur la poignée.

La poignée d'embrayage
La poignée d'embrayage

C'est pourquoi Five a divisé les doigts en deux parties. L'index et le majeur n'ont pas de renfort en cuir sur le dessous de la main, mais sont recouverts d'un tissu fin légèrement élastique et d'un motif aléatoire de caoutchouc pour l'adhérence. L'annulaire et le petit doigt sont en cuir.

Le Stunt Evo vu de dessous
Le Stunt Evo vu de dessous

Le dessus de l'index et du majeur des Stunt Evo n'est pas rembourré et comporte un bout de tissu extensible sur chaque doigt. Les deux autres doigts sont rembourrés sur le dessus et sont entièrement en cuir.

Les doigts vus de dessus
Les doigts vus de dessus

Le bout du pouce est en cuir et le reste est en tissu extensible. La zone entre l'index et le pouce est en outre renforcée par un matériau qui ressemble à du daim. D'après le fabricant, le dessus est en cuir de vachette et la paume de la main est en cuir de chèvre. Des perforations, tant sur la paume de la main que sur les doigts, et les fentes d'aération dans les protections assurent une bonne circulation de l'air sur les doigts.

La fermeture reste étroite, à peine un demi-centimètre de large. Une languette de cuir est censée aider à mettre les gants.

Five a accordé une attention particulière au bas de la paume des mains. Un élément supplémentaire y est installé. Five l'appelle « coque de protection de l’hypothénar/slider de paume TPR » ; un peu long. En gros, il s'agit d'un bloc de carbone recouvert d'une couche transparente, qui donne l'impression que la paume de la main est comme verrouillée à la poignée du guidon. Ce slider rend difficile le rangement des gants dans une poche, mais il est utile.

Après 0 kilomètre : étroit, mais...

Après le déballage, les Five Stunt Evo ont l'air petits. Grâce à leur coupe, ils s'adaptent bien à ma main. Trop serré ? Je sais qu'ils ne sont pas trop serrés, car je les ai essayées dans un magasin ; XL est ma taille. Je n'ai pas oublié que mon modèle est en cuir. Le cuir a besoin d'un certain temps pour s'adapter à la main. Je vais donc donner une chance aux gants.

Le slider en carbone apporte une prise supplémentaire sur le guidon
Le slider en carbone apporte une prise supplémentaire sur le guidon

La prise en main du guidon change radicalement. Je ne m'attendais pas à cela. La protection de l’hypothénar en carbone change complètement la sensation de ma Harley. Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne chose. La sensation de direction est complètement nouvelle, la résistance de direction va directement dans la zone située entre l'hypothénar et le poignet.

Lorsque je tends les doigts, les gants me serrent désagréablement l'index et le majeur. Mais l'annulaire et l'auriculaire ne me serrent pas. Il me reste un peu d'espace au niveau du pouce. Lorsque je fais un poing avec ma main, les protecteurs appuient sur les articulations de ma main. J'y repense : c'est du cuir. Il va s'adapter.

Après 50 km : ils pourrait être bien...

Après les premières sorties en Argovie, je remarque que le cuir s'est adapté à ma main. Ou est sur le point de s'adapter. La pression sur les articulations de la main a disparu, les doigts sont encore un peu serrés.

Le velcro est beaucoup trop petit
Le velcro est beaucoup trop petit

Entre temps, c'est le petit velcro au poignet qui me dérange. Mettre un gant va, mais quand il s'agit d'enfiler le deuxième avec un gant à l'autre main, c'est pénible ; trop petit, peut-être mêm trop court. Je comprends que Five veuille rester aussi près du poignet que possible, mais j'aurais d'abord enlevé l'étrange rembourrage sur l'extérieur du poignet avant de réduire la bande velcro.

En échange, ma technique de pilotage est plus proche que jamais de celle qui est enseignée à l'auto-école. Il faut pousser et non tirer le guidon : pour faire un virage à droite, il faut pousser le guidon avec la main gauche et ne pas le tirer avec la main droite. Grâce au slider, j'ai plus de prise sur le guidon, je peux mieux le manipuler et de manière plus fluide. L'envie de tirer a presque entièrement disparu. Mais de temps en temps, le slider m'énerve. Surtout lors de l'embrayage, je remarque dans ma main gauche que je dois pousser contre le slider et sent une résistance.

Après 500 km : ma seconde peau

Je fais plusieurs fois le col du Klausen et passe le col d'Albis avec des collègues. Plus je porte les Stunt Evo, moins j'y pense. Après 500 kilomètres, j'aime laisser mes autres gants bon marché à la maison. Les gants me serrent toujours l'index et le majeur lorsque je fais un poing ou que je tends la main. Mais ce n'est plus désagréable. De plus, je comprends ce que Five pensait :

  • L'index et le majeur sont sur le levier d'embrayage ou de frein. Les doigts ne sont jamais complètement tendus ou serrés en poing.
  • L'annulaire et le petit doigt tiennent le guidon. Ils sont plus proches d'un poing que le majeur et l'index. Il faut donc plus de place pour pouvoir saisir la poignée.

Cela explique également les panneaux élastiques de l'index et du majeur. Le mouvement doit être facile et le gant doit offrir le moins de résistance possible. Les deux petits doigts, en revanche, ont plutôt besoin de la résistance et de soutien.

Rouler en toute sécurité
Rouler en toute sécurité

J'ai appris à aimer le slider. C'est de loin la meilleure invention que Five ait faite. Tourner n'a jamais été aussi facile. La sensation légèrement désagréable des 50 kilomètres s'est transformée en processus agréable. Comme le cuir s'est adapté à ma main, la distance entre les doigts et le slider a augmenté d'exactement la distance dont j'ai besoin pour pouvoir embrayer confortablement.

Mon pouce s'insère maintenant presque parfaitement dans le doigt du gant, ce qui rend l'utilisation du clignotant facile. Mais c'est là que je sens le plus de résistance. Est-ce qu'un petit panneau d'aisance en matériau élastique aurait été utile dans ce cas ?

Le velcro est toujours péniblement fin. Rien n'a changé de ce côté-là. Si je suis paresseux, je ne le ferme même plus, car le gant s'est adapté à ma main. Aussi étrange que cela puisse paraître, il est même passé d'un élément purement protecteur à une pièce de liaison entre main et moto. Nous ne faisons plus qu'un.

J'aime aussi le fait que je puisse écarter les doigts et que la fine membrane des gants laisse passer l'air et refroidit ainsi immédiatement mes mains.

Five a fait du Stunt Evo un gant extrêmement confortable qui s'adapte à vous. Ce n'est pas un gant qui garde les doigts au chaud, mais plutôt un outil. Il est optimisé pour l'utilisation d'un guidon de moto.

Voilà, j'ai fini. Au fait, le Stunt Evo n'est pas étanche. Il suffit d'une goutte d'eau dans un rayon de 100 kilomètres et vous aurez les mains mouillées. Les gants déteignent aussi légèrement, surtout sur l'index.

Cet article plaît à 38 personne(s)


Dominik Bärlocher
Dominik Bärlocher

Senior Editor, Zurich

Journaliste. Auteur. Hackers. Je suis un conteur d'histoires à la recherche de limites, de secrets et de tabous. Je documente le monde noir sur blanc. Non pas parce que je peux, mais parce que je ne peux pas m'en empêcher.

Mobilité

Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser