En coulisse

Drone la cinquième - enfin je vole, mais pas avec mon drone

Manuel Wenk
26.5.2020
Traduction: traduction automatique
Montage: Manuel Wenk

C'est la première fois que je pilote un drone de course avec des lunettes de vue à la première personne. C'est génial - même si mon drone continue à rester au sol malgré l'aide apportée.

Pour la première fois, je mets les lunettes FPV. Je vois quelques lignes sur l'état de la batterie, la durée du vol jusqu'à présent et l'image du copter sur un petit écran flou. Je suis un peu nerveux. Sur la télécommande, j'appuie sur l'interrupteur gauche et le message "ARMED" s'affiche. Les moteurs commencent à tourner. Nous sommes sur le point de démarrer. J'avance lentement le levier de la manette des gaz. Le drone décolle - génial ! Et s'écrase au sol juste après - moins génial. Je n'ai pas mis assez de gaz. La prochaine fois, ça marchera mieux. Dommage que je ne puisse pas vivre tout cela avec mon propre drone.

  • En coulisse

    Drone, la première – ça sent le brûlé, non ?

    par Manuel Wenk

  • En coulisse

    Le drone, deuxième du nom : une excursion dans le prototypage avec atterrissage en catastrophe

    par Kevin Hofer

  • En coulisse

    Le drone, troisième du nom - Le copter reste au sol, je grimpe aux murs

    par Manuel Wenk

  • En coulisse

    Drone la quatrième - Il est temps de voler

    par Manuel Wenk

Un grand merci aux nombreux utilisateurs qui ont répondu à mon appel pour m'accompagner lors de mon premier vol. Vous avez été beaucoup plus nombreux que prévu à me répondre. Le message de Remo m'a particulièrement remonté le moral et fait sourire :

Je n'ai pas pu m'empêcher de rire, car j'ai vécu exactement la même chose ! Des FCs cassés aux erreurs de connexion à la télécommande, en passant par deux doigts à moitié coupés, y compris une hospitalisation d'urgence parce que le copter s'est mis à brasser trop tôt lors du premier vol. J'ai failli abandonner. Malheureusement, à l'époque, je n'avais pas de pote pour m'apprendre ces choses.

En plus, j'ai vu beaucoup de superbes vidéos que je ne voudrais pas vous cacher.

Une hélice à vitesse supersonique

Il fait froid et il y a du vent. Il a plu pour la dernière fois il y a quelques heures. Mes doigts sont déjà douloureux à cause du froid. Dans un immense champ près de Zurich, je rencontre Till (Instagram/YouTube) et Marvin (Instagram/YouTube). Till Ebnöter, 18 ans, et Marvin Hotz, de deux ans son aîné, se sont rencontrés lors de leur apprentissage et partagent le même hobby. Till vole depuis environ sept ans et tente de se qualifier pour les courses internationales de la Drone Champions League. Marvin a deux ans d'expérience en FPV.

Till et Marvin dans leur élément
Till et Marvin dans leur élément

Till amène sept drones sur le terrain. Un pour chaque usage : Racing, Freestyle ou Long Range. Avant de s'attaquer à mon drone, ils me font une démonstration de leur savoir-faire. Le bourdonnement des drones dans le ciel est un peu trop fort pour Stephi, la productrice vidéo. Till veut lui montrer ce qui est vraiment bruyant. Il connecte la batterie au drone longue portée, le fait démarrer et met les gaz à fond. Il y a une détonation. Le drone s'écrase au sol à 20 mètres de hauteur. Que s'est-il passé?

Till récupère le drone et rit. Il ne reste plus rien des deux hélices. Till a délibérément branché une batterie trop puissante. Celle-ci a fait tourner les hélices si vite qu'elles ont atteint une vitesse supersonique. Je n'aurais jamais cru qu'une telle chose était possible. Till m'explique que ce genre de petits dégâts matériels sont monnaie courante. C'est pourquoi ils ne vont jamais sur le terrain avec seulement un drone.

Conseils et astuces des professionnels

Après les premiers regards critiques de Marvin et Till, je suis heureux de leur jugement sur mon build. "Jusqu'ici, c'est du travail solide, qui peut encore être amélioré avec une ou deux petites astuces", estime Marvin. Que veut-il dire par là ? Il m'explique qu'il est dangereux de faire passer les câbles des moteurs au contrôleur, l'ESC, à travers les bras en carbone. Il découpe une hélice et la fixe sur les bras avec un peu de ruban adhésif. Les câbles sont ainsi protégés des agressions extérieures dues aux chutes et aux hélices.

Le drone est prêt pour son premier vol
Le drone est prêt pour son premier vol

Dans Betaflight, nous passons en revue les réglages et ajustons les paramètres là où c'est nécessaire. Mes moteurs tournent tous dans le mauvais sens. Nous les modifions en conséquence. De plus, les deux me règlent la sensibilité de mon copter moins haut. C'est ce qu'ils me recommandent pour les débutants.

Avant que les deux me laissent monter mon drone, Till me met dans les mains un de ses vieux drones cannibalisés et une télécommande. Tout ce qui n'est pas nécessaire, comme la caméra et l'unité d'émission FPV, manque. C'est avec cela que je dois faire mes premiers essais. Jusqu'à présent, j'ai piloté des drones grand public simples de DJI et autres. Un drone de course, c'est tout autre chose. En mode acro (aucune assistance par gyroscope, GPS ou autre), je dois maintenir le drone le plus droit possible dans les airs à l'aide de la télécommande. Si je veux voler vers l'avant, je dois faire attention à ce que le drone ne plonge pas immédiatement le nez dans le sol et je dois toujours ajuster avec les deux sticks de la télécommande. Après une dizaine de minutes et quelques crashs, non sans danger, je suis prêt à passer à l'étape suivante.

Voler assis ou vomir debout

Après de nouvelles instructions de leur part, je m'assieds sur l'une des chaises de camping qu'ils ont emportées. En position debout, les débutants en particulier perdraient rapidement le contrôle de leur corps. Cela peut se terminer par des nausées et des vomissements.

Je suis assis là. Prêt pour mon premier vol avec le drone que j'ai construit. Les lunettes sont encore en haut et je "bras" le copter. Il n'y a que trois hélices qui tournent. Zut ! Le drone ne fonctionne-t-il vraiment pas ? J'ai pourtant fait tout ce travail et j'ai donné rendez-vous à Till et Marvin. Nous reconnectons le drone à l'ordinateur. J'ai bon espoir que ces deux pilotes expérimentés trouvent rapidement une solution. Loin de là - tout cela ne sert à rien. Marvin et Till en concluent que mon ESC est cassé. Comment cela a-t-il pu se produire à nouveau ? Je ne sais pas. Est-ce que cette chose volera un jour ? Je ne sais pas. Marvin et Till y croient. Moi aussi, en fait. Mais je ne m'attendais pas à ce que le chemin soit aussi semé d'embûches.

Heureusement, Marvin a un petit drone robuste qu'il met à ma disposition. Armé de ses lunettes et de son drone, je m'élance tout de même pour mon premier vol FPV. Je m'écrase une première fois au bout de deux secondes. Le deuxième vol dure plus longtemps et je touche déjà une première fois l'une des portes que Till a installées.

Voler assis
Voler assis

Je bouge tellement la tête que j'entends des rires tout autour de moi. Je remarque moi-même que je bouge la tête, mais je ne peux rien faire. Je vole jusqu'à ce que le drone n'ait plus de batterie et je suis d'autant plus heureux de faire voler le mien. La fièvre m'a gagné et je sais que ce ne sera pas mon dernier vol de drone de course. J'ai déjà envie d'un Cinewhoop (drone de course pour le cinéma), même si je sais que je dois d'abord maîtriser mon drone DIY.

L'apprentissage payé

Till et Marvin me recommandent un ESC de Hobbywing. Comme l'ESC et le contrôleur de vol ne coûtent ensemble qu'une vingtaine de francs de plus, j'opte pour un stack, par souci de simplicité. Ainsi, l'ESC et le contrôleur de vol peuvent être connectés sans soudure. C'est certainement une bonne combinaison. Mes frais d'apprentissage s'élèvent donc à 413 francs.

Comment ça se passe

Marvin et Till ont été d'une grande aide - même si mon drone ne vole toujours pas. Au moins, j'ai enfin pu faire quelques tours avec un drone. Ils continuent de m'offrir leur soutien. Dans la prochaine partie, Till viendra chez moi. Nous assemblerons le drone, le programmerons et le ferons décoller. Promis!

Cet article plaît à 29 personne(s)


User Avatar
User Avatar

En tant que blogueur vidéo et producteur multimédia préparer le contenu sur différents médias et de toujours être à la pointe de la technologie va de soi. Chez digitec, cela se fait souvent sous forme de vidéo. Quand de nouveaux appareils photo, dronesou smartphones paressent sur le marché, je n’ai qu’une seule envie: les tester. Heureusement que je travaille à la source! Côté loisirs j’aime me retrouver à la montagne, que ce soit pour faire du ski, du vélo ou de la randonnée. 


Photo et vidéo
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Commentaire(s)

Avatar