De l'air, de l'air, c'est juste une question de survie
Guide d’achatTout pour la maison

De l'air, de l'air, c'est juste une question de survie

Simon Balissat
Zurich, le 01.03.2021
Les purificateurs d'air protègent contre le pollen, filtrent la poussière domestique et aspirent les bactéries. Les fabricants s'acquittent-ils de toutes ces promesses ? Quels sont les appareils touche-à-tout ?

Tout se passe dans les années nonante. J'avais constamment le nez bouché, je n'arrêtais pas d'éternuer et mes yeux étaient gonflés. Le pollen avait fait de ma paroi nasale et des sinus son cheval de bataille. Depuis, chaque printemps, c'est la même rengaine, les allergies « reviennent ».

Comme un boomerang, le rhume des foins point de bout de son nez. J'aimerais pouvoir dire que ce n'est pas la réalité, mais l'allergie est bel et bien là. Le rêve humide de mon adolescence a laissé place à un cauchemar nasal humide à l'âge adulte.

Grâce aux collyres, je survis au printemps sans purificateur d'air, mais la légère allergie au pollen est toujours gênante. Vous êtes plus sévèrement touché, alors un purificateur d'air est la clé. Il existe trois types d'appareils, qui diffèrent sensiblement par leurs performances et leur prix.

Purificateurs d'air avec filtre

C'est la Rolls-Royce des appareils. Si vous souffrez de graves allergies, l'investissement dans un tel appareil en vaut la peine, car il utilise des filtres chargés d'aspirer la quasi-totalité de l'air. Selon l'appareil, il convient de changer les filtres régulièrement. Ces trois appareils, qui fournissent des informations supplémentaires sur la qualité de l'air grâce à une application, fonctionnent de manière totalement analogique et sans ordinateur.

Ioniseurs

Ces dispositifs chargent artificiellement l'air électriquement. Avez-vous déjà senti un crépitement dans l'air et sur votre peau avant un orage ? Un ioniseur produit un effet très similaire. La charge lie les particules dans l'air, lesquelles tombent ensuite au sol. Il est donc conseillé de posséder un bon aspirateur, faute de quoi vous disperserez à nouveau la poussière et le pollen. Ces dispositifs produisent de l'ozone, nocif pour l'homme dans certaines circonstances, notamment lorsque l'air est gorgé de particules fines. Dans les villes aux niveaux élevés de gaz d'échappement ou les maisons de fumeurs, l'ozone agit comme un catalyseur et augmente ainsi le risque de maladies respiratoires. Par conséquent, en tant que fumeur citadin, je renonce au ioniseur chez moi.

D'ailleurs, l'ozone n'est pas nocif pour le climat, bien au contraire. Concentré dans la stratosphère, il nous protège des rayons UV. Les chlorofluorocarbures (CFC) détruisent la couche d'ozone. Cela n'a rien à voir avec les ioniseurs... Si vous pouvez vivre avec l'ozone, les ioniseurs sont pratiques, car ils sont petits et faciles à entretenir. Ils n'ont besoin ni de filtres, ni d'eau, ni de nettoyage.

Nettoyeurs d'air

Ces appareils lavent l'air avec de l'eau et l'humidifient. Les cheveux, la poussière et le pollen restent dans l'eau, les particules fines telles que poussières et virus ne sont pas capturés par l'appareil. Si votre maison est trop sèche ou si vous souffrez d'allergies, ces appareils sont faits pour vous. Vous n'avez pas besoin de changer le filtre, il suffit de réapprovisionner l'appareil en eau. Cependant, vous devez le nettoyer tous les mois, au risque de voir moisissures, algues et autres bactéries proliférer. Vous pouvez également ajouter un désinfectant adapté dans l'eau.

Voilà c'est fini pour aujourd'hui. Mais pas mon allergie malheureusement. La prochaine va bientôt montrer le bout de son nez. Si vous m'aimez au point de me suivre, cliquez alors sur le bouton Suivre l'auteur !

Cet article plaît à 16 personne(s)


Simon Balissat
Simon Balissat
Teamleader Editorial, Zurich
Lorsque j’ai quitté le cocon familial il y a plus de 15 ans, je n’ai pas eu d’autre choix que de me mettre à cuisiner pour moi. Cela dit, il ne m’aura pas fallu longtemps avant que cette nécessité devienne une vertu. Depuis, dégainer la cuillère en bois fait partie intégrante de mon quotidien. Je suis un vrai gastronome et dévore tout, du sandwich sur le pouce au plat digne d’un restaurant étoilé. Seul bémol: je mange beaucoup trop vite.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser