Comment la Suunto "Race" a conquis mon poignet et mon cœur
Test de produit

Comment la Suunto "Race" a conquis mon poignet et mon cœur

Siri Schubert
22.4.2024
Traduction: traduction automatique

"Race" est le nom de la nouvelle montre de sport du fabricant finlandais Suunto. Pour savoir si elle portait bien son nom, je l'ai testée lors de mon premier événement de trail running de la saison. Et j'ai été agréablement surpris.

Pendant des années, voire des décennies, les montres de sport et les GPS de la marque Garmin ont été pour moi le nec plus ultra. Si j'ai pu apprécier Suunto en tant que fabricant de montres de plongée, je n'ai pas été convaincu par la marque en ce qui concerne les montres de sport. Même la Suunto "Vertical", lancée en fanfare, n'était pas à la hauteur de mes attentes

Mais la "Race" est arrivée et a d'abord conquis mon poignet, puis mon cœur. Non pas qu'il n'y ait plus de possibilités d'amélioration. Nous y reviendrons plus tard. Mais dans l'ensemble, Suunto a créé une montre de sport performante avec de nombreuses fonctions utiles.

La première impression : lumineuse, légère et bien finie

L'écran tactile de 1,43 pouce/49 millimètres attire immédiatement l'attention - dans le bon sens du terme. En effet, l'écran AMOLED (qui signifie active matrix organic light emitting diode, si vous voulez tout savoir) est lumineux et d'une grande netteté.

Les couleurs sont vives et l'écran est facile à lire, même en plein soleil. Cela distingue positivement la montre du modèle "Vertical" avec son écran MIP (Memory in Pixel) moins brillant. La montre Race est largement protégée contre les rayures grâce au verre en cristal de saphir.

L'écran lumineux et l'affichage graphique simple sont des points forts évidents de la montre.
L'écran lumineux et l'affichage graphique simple sont des points forts évidents de la montre.
Source : Siri Schubert

Je teste le modèle en titane qui pèse 69 grammes sur la balance. Il existe également un modèle en acier inoxydable, un peu plus lourd (83 grammes), mais également plus abordable en termes de prix.

La montre en titane est si légère et agréable à porter que je jette plusieurs fois un coup d'œil sur mon poignet les premiers jours pour m'assurer que je l'ai bien mise. Malgré sa légèreté, la montre semble bien finie et robuste, mais pas trop encombrante. Avec cette taille, je la porte volontiers au quotidien.

La montre est livrée avec un bracelet noir de 22 millimètres en silicone, que vous devez mettre vous-même en place par un simple mécanisme de clic. Grâce à ses nombreuses perforations, le bracelet est très extensible et n'accumule pas la chaleur. Un bracelet en silicone est idéal, en particulier pour les athlètes multisports qui nagent beaucoup. Si vous le trouvez trop ennuyeux en noir, vous pouvez le remplacer par des bracelets colorés. Il existe également de nombreux bracelets tiers dans d'autres matériaux pour la montre, du textile au titane.

Les commandes sont simples et intuitives

L'un des facteurs qui m'a agacé avec un autre modèle de Suunto, la Vertical, était les commandes, que je n'arrivais tout simplement pas à maîtriser. Ce n'est pas du tout le cas avec la Race : le menu est intuitif et fonctionne au choix avec des boutons sur le côté droit ou via l'écran tactile. Deux boutons physiques et une couronne numérique vous permettent de vous déplacer dans le menu

Ce que j'aime particulièrement : Contrairement à la Vertical, la Race a un simple bouton de retour. Et je peux choisir d'utiliser l'écran tactile ou la couronne. Un swiping vers le haut m'amène aux widgets, un swiping vers le bas aux sports. Je peux faire de même en tournant la couronne.

J'ai un faible pour cette petite couronne : avec elle et les deux boutons, le contrôle devient un jeu d'enfant.
J'ai un faible pour cette petite couronne : avec elle et les deux boutons, le contrôle devient un jeu d'enfant.
Source : Siri Schubert

Parmi les 95 sports préinstallés, il y a presque tout ce que l'on peut désirer, de l'aérobic au circuit training. Parmi eux, bien sûr, des classiques comme le VTT, le triathlon, l'alpinisme et le ski de randonnée. Il y a même du snorkeling avec mesure de la profondeur (on voit là l'expertise de Suunto en matière de plongée).

Une montre de sport avec une série de fonctions de santé et de vie quotidienne

En plus des fonctions sportives, la montre propose des données météo, un suivi du sommeil, un podomètre, une connexion au smartphone et l'affichage des messages, ainsi que le contrôle de la musique et des podcasts.

En revanche, elle ne peut pas stocker de la musique. Il manque également d'autres fonctions de smartwatch, comme une fonction de paiement. Cela ne me dérange pas, car je veux une montre qui m'aide à gérer et à planifier mon entraînement et qui m'aide à naviguer et à choisir un itinéraire.

Le test pratique : beaucoup de choses sont très bien, il y a quelques points à améliorer

Pour tester la montre, j'avais choisi ma première course de la saison, le 23 km des Les Courses du Mont Terrible dans le Jura suisse. Et bien sûr, j'ai aussi utilisé la Suunto Race pour me préparer à la course à Majorque.

Avec une montre de comparaison à l'autre poignet et une sangle de poitrine, je teste la Suunto Race sur le terrain.
Avec une montre de comparaison à l'autre poignet et une sangle de poitrine, je teste la Suunto Race sur le terrain.
Source : Siri Schubert

Dès le premier entraînement, j'ai été convaincu par la bonne lisibilité de l'écran et la facilité de contrôle de la montre. Cependant, j'avais initialement choisi de régler les paramètres de manière à ce que le cadran ne s'active qu'en bougeant le bras.

C'était trop contraignant pour moi, car il y avait toujours un petit décalage, ce qui m'empêchait de vérifier les principaux paramètres en un coup d'œil. Une fois que j'ai changé le réglage pour que l'écran soit toujours allumé, ce n'était plus un problème.

Une forte autonomie de la batterie, même pour des randonnées de plusieurs jours

Lorsque l'écran est allumé en permanence, il est évident que cela use la batterie. Néanmoins, l'autonomie de la batterie reste très bonne, avec environ douze jours en mode quotidien. Si vous enregistrez des activités sportives en mode performance avec le réglage GPS le plus précis, elle est d'environ 40 heures. C'est donc largement suffisant pour tous les projets sportifs non-stop qui se profilent à l'horizon.

Si vous devez courir plus longtemps, vous pouvez toujours passer en mode Ultra ou Tour, moins précis, pour économiser la batterie. Pour la course de 23 kilomètres, j'ai laissé l'écran allumé en permanence afin de toujours avoir un aperçu de l'itinéraire pendant la course. J'ai été très satisfait de la lisibilité des données dans des conditions changeantes, entre un soleil éclatant et des forêts ombragées.

Un bilan mitigé pour les données de performance

Comme pour toute montre de sport et l'application qui l'accompagne, Suunto a d'abord dû collecter des données et établir une ligne de base pour l'effort et la récupération. Je n'ai donc pas été particulièrement surpris lorsque la montre m'a suggéré un temps de récupération de plusieurs jours après une première course d'entraînement décontractée. Mais cela s'est régulé après environ deux semaines et les informations sur la charge d'entraînement et la récupération étaient globalement correctes.

Le seuil de lactate et la valeur VO2-Max, c'est-à-dire la consommation maximale d'oxygène par kilo de poids corporel, correspondaient à ceux déterminés peu de temps auparavant lors d'un test de performance en laboratoire. C'est important pour moi, car dans mon entraînement, le seuil de lactate et la VO2-Max sont tous deux des indicateurs importants pour la gestion de l'entraînement et la mesure des progrès.

En revanche, j'ai constaté des écarts plus importants dans la mesure de la fréquence cardiaque par rapport à la mesure avec une ceinture cardiaque que je portais en parallèle avec une montre Garmin - celle-ci était à l'autre poignet. Le fait que la mesure au poignet avec un capteur optique ne soit pas précise n'est pas nouveau en soi. Il y avait donc souvent des écarts vers le haut pendant l'activité. Si vous vous entraînez en fonction de zones de fréquence cardiaque, vous devriez coupler la Suunto Race à une ceinture thoracique

Des imprécisions ont également été constatées lors de la mesure de la saturation en oxygène du sang. Selon Suunto, mon taux de saturation en oxygène glissait régulièrement dans la zone dangereuse pour la santé d'environ 80 pour cent. Or, lors de la mesure de contrôle avec un oxymètre de pouls, elle se situait tout à fait normalement à 98 pour cent. Cet écart est également dû à la méthode de mesure de la montre avec lumière au poignet. Je vais donc l'ignorer à partir de maintenant.

L'analyse des données offre de nombreuses possibilités

La Suunto fournit de nombreuses informations intéressantes. Par exemple, la puissance en watts pendant la course, l'intensité de l'entraînement et la charge d'entraînement. Si vous courez plusieurs fois la même distance, vous pouvez suivre l'évolution de vos performances. L'application vous indique si votre entraînement est productif ou si vous vous entraînez trop et trop intensément ou trop peu et trop légèrement. Jusqu'à présent, la synchronisation avec l'application s'est généralement bien passée, sauf deux jours où elle s'est un peu arrêtée et n'a fonctionné qu'après avoir été déconnectée et reconnectée.

Mais les données ne sont vraiment utiles que si vous connaissez le jargon du logiciel d'entraînement Training Peaks. Par exemple, après avoir couru, la montre affiche mon EPOC (Excess Post Exercise Oxygen Consumption) et mon PTE (Peak Training Effect). Ces deux valeurs indiquent l'intensité de l'entraînement et son impact sur l'amélioration des performances. Même si les valeurs sont expliquées dans un Suunto Glossaire, j'aurais préféré une présentation plus facile à comprendre.

Mais quoi qu'il en soit, les données sont correctes : La course de 23 kilomètres était dans la fourchette maximale avec un PTE de 5. Une valeur EPOC de 918 me semble également réaliste, même si je ne sais pas quelle conclusion en tirer. Si ce n'est que je devrais maintenant bien me reposer. L'application Suunto est plus utile : elle me dit que mon entraînement est productif. C'est exactement ce que je voulais savoir.

L'application m'indique en un coup d'œil si mon entraînement me permet de progresser comme je le souhaite.
L'application m'indique en un coup d'œil si mon entraînement me permet de progresser comme je le souhaite.
Source : Siri Schubert

Il en va de même pour les données de sommeil : Ici, la montre m'indique la durée du sommeil et le temps que j'ai passé dans chaque phase de sommeil. Chez le concurrent Garmin, j'apprécie l'information supplémentaire qui me permet de savoir si la qualité de mon sommeil était bonne, suffisante ou mauvaise. Certes, la plupart du temps, je le sais moi-même au réveil. Mais si une montre surveille déjà mon sommeil, j'aimerais voir une valeur simple ou une comparaison avec la ligne de base.

Pour ce qui est de la valeur importante pour la récupération, la variabilité de la fréquence cardiaque (VFC), j'étais alors un peu perdu. Ma valeur a été supérieure à ma moyenne hebdomadaire pendant plusieurs jours, ce qui est bon signe. Néanmoins, la montre m'a averti par le mot "Attention". Là encore, il y a un potentiel d'amélioration : j'aurais préféré un message indiquant que je suis bien reposé. Je le reçois certes dans le programme Suunto Coach, mais il serait plus utile directement sur la montre.

Celui qui utilise un logiciel comme Training Peaks ou qui connaît déjà bien ses propres données de performance ne trouvera rien à redire à ces petites faiblesses. Néanmoins, Suunto aurait pu fournir un peu plus de contexte et d'interprétation lors de la préparation des données.

En revanche, je vois un grand avantage dans la diversité des données qui s'affichent lorsque je cours, en plus de l'allure, de la cadence, du dénivelé et des zones d'intensité. Outre les temps attendus pour certaines distances, elles comprennent également le nombre de grammes de graisse et de glucides brûlés.

Les plans d'entraînement de Training Peaks peuvent être facilement transférés vers la montre, de sorte que vous pouvez porter votre entraînement structuré au poignet. Bien sûr, vous pouvez également créer vos propres séances d'entraînement ou activer des intervalles prédéfinis.

La navigation est instantanée

La navigation est l'un des points forts absolus de la montre. Le GPS multibande couplé à l'écran lumineux est idéal pour trouver son parcours. Pour utiliser la navigation, vous devez télécharger les cartes hors ligne (la mémoire comprend 16 GB pour la version en acier inoxydable et 32 GB pour la version en titane). Il est préférable de le faire dans un endroit où le wifi est stable, car le processus prend un peu de temps.

Avant la course proprement dite en Suisse, je voulais courir quelques trails à Majorque. Comme je ne connaissais pas la région, je me suis inspiré de l'application Komoot. Les itinéraires ont été facilement importés au format GPX dans l'application Suunto, puis lus sur la montre. Grâce aux possibilités de zoom via la molette de défilement ou l'écran tactile, j'ai pu voir précisément chaque bifurcation. J'ai ainsi pu courir dans des zones où les pistes étaient mal balisées et difficiles à distinguer à l'œil nu des sentiers de chèvres. Sans risque de me perdre.

Cartes hors ligne, GPS multibande, fonction zoom et écran lumineux : en matière de navigation, la Suunto Race dépasse mes attentes.
Cartes hors ligne, GPS multibande, fonction zoom et écran lumineux : en matière de navigation, la Suunto Race dépasse mes attentes.
Source : Siri Schubert

Le véritable essai devait venir lors de la course "Les Courses du Mont Terrible" dans le Jura suisse. Comme l'itinéraire était en forme de trèfle et qu'il croisait d'autres itinéraires, j'étais content de pouvoir lire le fichier GPX sur la montre. Une flèche directionnelle m'indiquait sur quel sentier je devais bifurquer aux multiples croisements pour effectuer la bonne boucle.

En fait, j'aurais trouvé mon chemin même sans navigation, car la course était organisée de manière géniale et les indications sur le parcours étaient claires. Je vais bientôt courir une course basée sur le GPS lors du Tour d'Uetli et je suis content d'avoir déjà testé les capacités de navigation de la montre dans des conditions sûres.

Dans tous les cas, la navigation de la Suunto Race est une fonctionnalité forte qui peut rivaliser avec celle de montres plus chères.

Bilan

La Suunto Race marque des points en matière d'affichage, de navigation et de batterie

Si j'avais pu donner 4,5 étoiles, je l'aurais fait. Car la montre est globalement convaincante et ne présente que quelques aspects qui pourraient être améliorés. L'écran clair et net, la longue durée de vie de la batterie et les fonctions de cartographie et de navigation font de la Suunto Race un compagnon utile pour presque toutes les activités sportives. La Race est facile à utiliser. L'écran est lisible dans pratiquement toutes les conditions, que ce soit en plein soleil, à l'ombre ou dans l'eau.

En tant que montre de sport, elle s'adresse aux athlètes ambitieux pour qui la planification, le suivi et la gestion de l'entraînement sont importants. En ce qui concerne la préparation des données, je souhaiterais un peu plus de contexte, mais les données les plus importantes comme le seuil de lactate, la VO2-max et la VRC correspondent à d'autres mesures.

La mesure de la fréquence cardiaque et la mesure de la saturation en oxygène via le capteur optique présentent des faiblesses. C'est un peu dans la nature des choses, car les capteurs optiques au poignet ne sont pas aussi précis que les ceintures thoraciques avec électrodes. Dans l'ensemble, la Race est une montre qui peut rivaliser avec la concurrence dans des segments de prix plus élevés.

Si vous recherchez une montre de sport avec une autonomie exceptionnelle, un superbe écran et une navigation précise, tout en conservant un bon rapport qualité-prix, la Suunto Race est peut-être faite pour vous.

Pro

  • une grande variété de mesures de données et de possibilités d'analyse
  • bon rapport qualité-prix
  • cartes hors ligne gratuites
  • une excellente navigation
  • très bonne autonomie de la batterie
  • écran AMOLED lumineux et net

Contre

  • Mesure de la fréquence cardiaque parfois imprécise
  • Les données de formation ne sont pas présentées de manière compréhensible pour tous
Photo d’en-tête : Siri Schubert

Cet article plaît à 80 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Plongeuse scientifique, instructrice de SUP, guide de montagne... même si les lacs, les rivières et les mers sont mes terrains de jeu favoris, je ne me laisse pas porter par le courant, car j'ai encore beaucoup à apprendre et à découvrir. J'aime aussi prendre de la hauteur et changer de perspective en volant avec des drones et en faisant du trail. 


Sport
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Fitness
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Running
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Commentaire(s)

Avatar